Attitude #12.

Aller en bas

Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:07

Hillsborough County Jail, Tampa, Florida.



Nous sommes en milieu de semaines. Les températures sont estivales, le temps lourd, et l'ambiance pesante. La prison, ça n'a jamais été un endroit très confortable pour filmer, et encore moins pour y vivre. Et pourtant, c'est ici que depuis quelques jours, Andy Leavine passe jours et nuit. La prison, ce n'est une vie pour personne, encore moins lorsque nous ne sommes pas criminel, et pourtant l'AWC ose s'aventurer ici. Nous sommes à présents dans les couloirs de la prison. Au loin, nous entendons des bruits de talons claquant contre le sol et se rapprochant un peu plus chaque seconde. Nous pouvons également entendre des pas plus lourds, comme des bottes, mais également un trousseau de clé qui gigote dans tous les sens.




??? – Est-ce que vous pouvez m'expliquer pourquoi il est retenu en isolement, sans sortie ni nourriture depuis deux jours ?

Jail Guard La situation est très complexe, madame. Lors de sa première sortie, il a réussi à s'attirer des problèmes avec le gang latino. Il a réussit à soulever plus de poids au développé couché que le plus musclé de leur mec. Une véritable humiliation, et les latinos n'ont pas supporté cela, c'est parti en bagarre générale.

Jail Guard Assistant – Un véritable massacre. Résultat de l'altercation, cinq hispaniques se sont retrouvés à l'infirmerie, couverts de bleus et le visage en sang. Y'en a un qui a la mâchoire explosé, un autre a avalé deux dents dans la bagarre, une vraie boucherie. Y'en a même un qui a un traumatisme crânien.

Le couloir suivant est plus compliqué, puisque la jeune femme, en talons aiguilles et ne mini-jupe, se retrouve à avancer juste devant les cellules des prisonniers qui ne manquent pas de sifflets la demoiselle, de lui faire tout un tas de proposition indécente et d'essayer de la toucher. Les deux agents ont bien du mal à garder ses fauves en cage.

??? – A en juger par vos prisonniers, ils n'ont pas eu de visite depuis longtemps. By the way, vous l'avez enfermé parce qu'il s'est défendu face à un groupe d'hispaniques qui voulait sa peau ?

Jail Guard Si seulement ça aurait pu s'arrêter là, mais le pire restait à venir. Le soir même, à la cantine, le malheureux s'est assis pile à la place où un groupe d'afro-Américains ont l'habitude de déjeuner depuis des années. Évidemment, ça a encore dégénéré en bagarre générale, les afro-Américains voulaient lui donner une leçon.

Jail Guard Assistant – Résultat des courses, deux jambes cassées, une luxation de l'épaule, un nez cassé, et quelques litres de sangs en moins. Cet homme est enragé, il est incontrôlable.

??? – Et maintenant, il est en isolement parce que vous avez peur qu'il subisse des représailles ?

Jail Guard Pensez-vous donc, ils ont tous peur de lui à présent. C'est le patron de la prison qui l'a obligé à partir en isolement, pour la sécurité des prisonniers. En quinze ans de carrière, je n'ai jamais vu un homme comme ça. Nous y voilà, il est derrière cette porte.

Que tu sois agent de prison, policier ou agent de l'immigration, ta couleur de police est toujours la même, on recycle ici. D'ailleurs, l'assistant ouvre la porte, on va enfin en savoir un peu plus.



Trish Stratus – Tu ne peux vraiment pas rester dans ton coin sans faire de vague, Andy.

??? – Trish, c'est toi ?

L'homme dans la cellule redresse la tête, la mine fatiguée et les yeux vides. Il s'agit bien de la rage silencieuse, Andy Leavine. Trish rentre dans la cellule, suivi des deux gardes.

Trish Stratus – J'ai eu vent de tes exploits, tu n'as pas perdu de temps pour te faire des amis.

Andy Leavine – Qu'est-ce que tu fais là ? Je n'ai pas le droit d'avoir des visites.

Trish Stratus – Je ne viens pas te rendre une visite, je viens de sortir de ce trou à rat. J'ai payé ta caution, tu es libre de t'en aller. J'ai réglé cette histoire, toutes les charges sont abandonnées.

Andy Leavine – Qu'est-ce que je deviendrai sans toi, Trish ?

Trish Stratus – Tu aurais certainement envoyé la totalité des prisonniers de cette prison à l'infirmerie dans les deux semaines à venir. Sors d'ici, et viens respirer un peu d'air frais, cela te fera le plus grand bien. Je t'invite, tu dois avoir faim depuis tout ce temps sans manger.

Andy hésite, il se gratte l'arrière de la tête avant de regarder en direction des deux agents de sécurité puis de Trish, et dans les yeux s'il vous plait.



Andy Leavine – Rendons-nous d'abord au lieu du prochain Attitude, j'ai un match à préparer. On mangera plus tard, je ne suis plus à une heure près.

Trish Stratus – Andy, ton combat a été annulé. En apprenant ta situation, nous n'avons pas voulu te donner de combat, on ne voulait pas prendre de risque.

Andy Leavine – Bon, dans ce cas allons manger un morceau. Mais faisons vite, j'ai une affaire à régler, et j'aimerai régler cela rapidement.

Trish Stratus – De quoi est-ce que tu parles ?

Andy Leavine – Chris Jericho, of course.

Andy finit par se lever et sort de sa cellule en lançant un franc sourire aux gardes, qui répondent avec un sourire forcé. Aucun doute, le séjour d'Andy Leavine dans la prison d'état de Tampa restera à jamais dans les annales. Silent Rage reprend sa route, et gare à celui qui se trouve sur son chemin. Chris Jericho semble être le prochain sur la liste, malheureusement pour lui.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:08

IT WAS LAST WEEK.
...
ATTITUDE NUMBER ELEVEN, LIVE FROM TULSA.



Andy Leavine voulait parler à sa femme, s‘expliquer avec, mais il va tomber au contraire sur la police qui va l‘arrêter alors qu’il avait pénétrer de force chez lui.



Le tout premier Highlight Reel de l’AWC a lieu avec comme invité Trish Stratus. Prônant le même discours que Lauren Leavine, Y2J dénonce que Trish et Andy ont eu une relation plus que professionnelle.



Plus que jamais, Ken Anderson veut trouver l’auteur de l’attentat ayant eu lieu à Ground Zero, et quand Vladimir Kozlov n’a pas de motif pour justifier que ce n’est pas lui, Ken Anderson le sent coupable.



Quelle est la seule radio que capte les japonais ? La radioactivité ! Santino Marella enchaîne les outrages à l’encontre des japonais mais KENTA garde son calme malgré cela. Un sang-froid exemplaire.



Dans la guerre qui oppose les Dudleys aux Colons, les premiers annoncent d’abord l’enfer aux portoricains lors de Stainless Steel mais ne peuvent mettre la main sur Carlito, bien entouré de ses gardes du corps.



The Undertaker livre une grosse promo résumant les Hell In A Cell, c’est son antre et il veut y affronter Shawn Michaels, une revanche du tout premier Hell In A Cell de l’histoire.



Claudio Castagnoli demande à Stone Cold Steve Austin de virer Dos Caras Jr mais le patron de l‘AWC se résigne vite fait, et le suisse prend les choses en main, il coûte le match au luchador et lui arrache son masque montrant qu‘il s‘agît de Ricardo Rodriguez.



Edge l’a criblé de Spears, Edge l’a défié, Shelton Benjamin est d’accord, si The Rated-R Superstar veut un combat il lui l’offre. Les deux s’affronteront pour le Corporation Championship lors de Stainless Steel.



Après une défaite face à Shawn Michaels, Gregory Helms prend de nouveau la poudre d’escampette alors que Homicide et Sabian viennent trainer autour de lui et Velvet Sky.



Michelle McCool vient demander en personne à Shawn Michaels sa réponse par rapport au défi de l’Undertaker et elle reçoit un Sweet Chin Music, courtoisie du Heart Break Kid.



Bryan Danielson propose son aide à Gregory Helms pour s’occuper de Homicide et Sabian, même le petit ami de Velvet Sky a un caractère bien trempé et il gère ses affaires seul.



Les Colons sont défaits dans le Main-Event par l’improbable équipe composée d’Edge et de Shelton Benjamin, et pour la troisième semaine de suite, Edge claque un Spear sur le Corporation Champion.



Le show se clôture sur une confrontation entre Christian Cage, The Attitude Champion et son challenger Triple H. La tension monte à trois semaines du Pay Per View, et c’est de bonne guerre que les Dudleys viennent placer un Dudley Death Drop à travers une table sur Christian Cage.



AND NOW, ATTITUDE CONTINUES
...
THIS IS ATTITUDE NUMBER TWELVE LIVE FROM TEMPE, AZ.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:08

ATTITUDE WRESTLING CORPORATION.



IT'S TIME TO CHOOSE THE RIGHT ATTITUDE.



« GIVE ME A HELL YEAH ! »

UNLEASH HELL.



« YOU LITTLE SUMBITCH ! »

AUSTIN 3:16 JUST WHOOPED YOUR ASS.



« WHAT ? »

THIS IS A NEW WRESTLING ERA.



« WHAT ? »

HOSTED BY THE TEXAS RATTLESNAKE, BEER DRINKER...



« THE TOUGHEST SUMBITCH OF WRESTLING HISTORY ! »

STONE COLD STEVE AUSTIN !



« OH HELL YEAH ! »

ARRIVE, RAISE HELL, LEAVE.



« WHAT ? »

THIS IS NOW...



« AND THAT'S THE BOTTOM LINE... »

THIS... IS... ATTITUDE !



« CAUSE STONE COLD SAID SO ! »
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:08

Lundi soir, nous y sommes, une fois de plus, nous avons avoir le droit à un nouveau show extraordinaire de la part de la plus grande fédération du monde, gérée par les plus grands dirigeants du monde (Gumpy & BES), Stone Cold Steve Austin, Trish Stratus, Booker T et Bill DeMott. Lundi soir, c'est l'occasion pour certains d'avoir leur moment de gloire dans une semaine qui s'annonce difficile. Lundi soir, c'est aussi l'occasion de se dire qu'enfin, on va voir si notre lutteur favori est capable de foutre une putain de dérouillée au lutteur favori du mec que j'peux pas piffer sur le forum juste parce que cet abruti a soutenu la thèse dans le topic football qu'une formation en 4-4-3 serait la meilleure solution pour l'équipe de France, avançant par la même occasion que vu les maigres performances de Younes Kaboul, Hugo Lloris pouvait assurer la double casquette de gardien/libéro. Y'a pas, le lundi soir, c'est vraiment un grand moment de passion.



Un grand moment de passion qui, ce soir, aura lieu à Tempe, Arizona. Pourquoi spécifier toujours toutes ces choses étant donné qu'ici, sur ce forum, plus de la moitié de la population serait incapable de situer l'Arizona sur une carte. Pourquoi faire des introductions qui, une fois encore, ne sera lu que par quatre personnes ? Je répondrai simplement à cette question que nous, on aime se faire mal pour les autres, et on aime se faire mal pour notre propre plaisir. Parce que ce soir, comme moi je ne laisse jamais la moindre occasion de rappeler, subtilement, ce que représente le RP, j'étais obligé d'aborder cette notion de plaisir. Un plaisir simple, comme le football ou le jeu-vidéo. Je me souviendrai toujours de la magnifique introduction écrite par celui que je considère, e-fedement parlant (pour le moment hein, pas trop d'éloges non plus), comme mon mentor. Cette introduction, pleine d'émotion, me rappelait une fois encore pourquoi je passais mes week-end derrière un écran en train de taper sur un clavier, alors qu'un monde existe en dehors de ma chambre. Cette introduction m'a rappelé et me rappellera toujours que si je fais cela, c'est parce que j'aime le wrestling, j'aime ce business que sont les e-feds, et j'aime écrire autant que j'aime regarder un match de football du PSG. Mon plaisir à moi, c'est d'écrire, period.


« ATTITUDE ! ATTITUDE ! ATTITUDE ! »

Attitude, voilà celle que j'ai décidé d'adopter en partant dans ce projet, mon dernier, et probablement le dernier pour toute une génération : Me faire plaisir, procurer du plaisir et surtout, faire en sorte que les personnes avec qui je travaille puisse, elles aussi, prendre du plaisir à créer des histoires semaines après semaines, n'espérant rien d'autre en échange qu'un minimum d'attention au travail que nous faisons. L'Attitude que j'ai adopté consiste également à prendre du plaisir dans ce que je fais, dans un but purement plaisir. J'aime écrire, j'aime crée, et j'aime le Role-Play, tout simplement. J'aime ce que je fais, j'aime incarner ce genre de personnages, et j'aime voir qu'à mes côtés, mes amis, mes partenaires de routes, prennent du plaisir à faire ce qu'ils font. Aujourd'hui, ce plaisir disparait petit à petit, chaque jour un peu plus, depuis plus d'un an maintenant. Qu'importe ai-je envie de dire, mon plaisir reste présent pour le moment. Mais jusqu'à quand ? Tout peut prendre fin dans un an, dans cinq ans, ou peut-être tout simplement dans deux semaines, une fois que j'aurai l'impression d'avoir bouclé la boucle une bonne fois pour toute et d'avoir apporté et prit tout ce que je pouvais donner et prendre à ce business. Ce que j'aime, c'est également retrouver cete bande de déjanté que sont Bill DeMott et Booker T, chaque lundi soir, pour un nouveau numéro de l'émission hebdomadaire la plus populaire de notre business.




Booker T – Welcome everybody to Attitude !

Bill DeMott – Et ce soir, lorsque la soirée s'achèvera, nous aurons terminé un nouveau tour de piste, le troisième pour être plus exacte. Cette fois, il faudra passer par le col nommé Stainless Steel. Nul doute que beaucoup y laisseront des plumes, mais la vie est ainsi faite, et Attitude, douzième édition, ne dérogera pas à cette règle.

Booker T – Bill, avant de passer au début du programme, je voudrais revenir avec toi sur un petit événement qui a eu lieu il y a quelques minutes de cela, dans notre show de développement, Cold. En effet, à la surprise générale, Triple H s'est présenté en tenue de lutteur pour l'ouverture su show et a décidé qu'il devait combattre, voulant se préparer au mieux pour son combat face à Christian Cage.

Bill DeMott – Une bien curieuse initiative de Triple H et je dois t'avouer, Booker, que je chercher encore à comprendre pourquoi est-ce qu'il a fait ça. Aurait-il envie de montrer qu'il est le meilleur, partout où il passe, ou aurait-il simplement peur de ne pas être prêt à temps pour ce grand combat ? Avait-il besoin de se rassurer et de peaufiner les réglages ? Nous n'en savons rien, mais une chose est certaine, personne d'autre que des lutteurs locaux ont osé venir sur le même ring qu'Hunter.

Booker T – Mais ce soir, nous le retrouvons à nouveau dans le ring, et cette fois il sera impossible pour son adversaire d'esquiver ce combat. Santino Marella devra prendre son courage à deux mains pour se confronter à Triple H dans ce qui sera l'un des combats de la soirée. Tout cela et bien plus encore, c'est ici, ce soir en live, rien que pour vous, fan de l'Attitude Wrestling Corporation. Here we go, baby !

Pour vous dire à quel point c'est fait à l'arrache, j'ai même gardé des mots seuls sur une seule ligne, putain !
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:09

Et on va commencer fort ce soir, avec un retour ! Pas le retour d'un homme, pas le retour d'une femme, mais le retour d'un show ! Le ring est en effet vêtu aux couleurs de la Rated-R Superstar, et plus précisément du Cutting Edge ! Le Edge en question est justement sur le ring, assis aux côtés de la ravissante Lita sous les huées du public.



Edge – Ladies and gentlemen, welcome on the Cutting Edge !

« SHOW YOUR NIPPLES ! SHOW YOUR NIPPLES ! »

Edge – Unfortunately, she's mine... Elle, le Cutting Edge, le droit d'ouvrir Attitude, tout ça m'appartient. Vous vous dites sûrement que vous aimeriez être à ma place, mais personne ne ferait un aussi un bon Edge que Edge lui même. Il en faut du talent pour faire tout ce que j'ai fais depuis mon arrivée ici. Des victoires bien sûr, des défaites aussi, mais surtout le retour de mon nom sur une carte de Pay Per View en face de la mention "Championship Match". Je suis un futur champion ! A 37 ans, je suis encore le futur ! A 37 ans je me paie le droit de faire frissonner un concurrent placé là au mauvais endroit au mauvais moment. Yo' Shelton, I'm talking about you.

Edge fait un petit clin d'oeil à la caméra alors que le public repart dans son bronca.



Edge – Non, non, non ! Ne me huez pas. Sérieusement. Je suis un type bien. J'ai rendu un service à Shelton, pas plus tard qu'hier soir. Je me suis dis que lui piquer ce titre, seule chose qui lui permettait encore d'avoir des étoiles dans les yeux à lui qui ne pourra jamais monter vraiment monter beaucoup plus haut c'était déjà quelque chose de dur. J'ai alors décidé d'obtenir... l'interdiction de nous toucher jusqu'au match de Stainless Steel. J'aurais pu décider de continuer à m'en prendre à lui, mais après tout, trois Spears, n'est-ce pas déjà suffisant. Oh, quand j'y repense... One time. Two time. Three time ! C'était si facile. Il en faut du self control pour encaisser un spear sans chercher à riposter, mais trois, c'est tout simplement étonnant. Et pour ça, il a gagné mon respect. Et pour ça, il est le premier invité de ce retour du Cutting Edge !

Edge et Lita se tournent vers l'écran géant où la vidéo d'entrée du Gold Standard se met en route ! Le public change de réaction pour son nouveau favori qui se présente tête haute, et ceinture sur les hanches sur la rampe de la Wells Cargo Arena. Il se dirige vers le ring et plonge son regard dans les yeux de Edge, à qui il sourit.



Shelton Benjamin – You know what ? You can put your irony straight in your ass Edge.

Le public se fait entendre de plus belle alors que Benjamin continue à avancer.

Edge – Moi ? Ironique ? Tes mots me blessent vraiment, target guy.

Shelton Benjamin – Oui, tu peux te moquer de moi maintenant que tu t'es assuré que je ne puisse pas me venger.

Edge – Je savais simplement très bien que tu n'aurais jamais accepté d'être mon invité en sachant que tu avais une chance de te faire frapper par mon Spear encore une fois. Et j'avais besoin de quelqu'un d'exceptionnel pour le retour de mon show. J'ai bien pensé à m'inviter moi même, mais je me suis rappelé que je n'étais pas encore champion. Une question de temps bien sûr, mais en attendant tu vas bien me faire le plaisir de répondre à quelques questions.

Shelton vient maintenant de passer sous la troisième corde pour rentrer dans le ring et vient se placer au niveau du couple, son expression ayant radicalement changé.

Shelton Benjamin – Il n'y a qu'une seule réponse que je pourrais te donner qui t'intéresserait vraiment, et la voici. Tu as pu t'en prendre à moi pendant 3 semaines parce que je t'ai tourné le dos, parce que j'ai fais des erreurs, et je le reconnais.

Edge grimace pendant le speech de son futur adversaire. On peut lire sur ces lèvres le nom de la prise qu'il a tant aimé appliquer, qu'il répète machinalement.

Shelton Benjamin – Spear, spear, spear, hein ? Tes attaques sont ridicules Edge, mais ce qu'il y a d'encore plus ridicule c'est tout ce show, cette interdiction, ces prétextes qui font qu'à la loyal, tu ne veux pas croiser ma route prêt à combattre. Tu voulais m'affaiblir ? Simplement prendre du bon temps ? Celui de nous qui prendra le plus son pied ce sera moi, crois moi, une fois que je t'aurais enfoncé la tête dans le ring avec un Paydirt au point de te faire oublier tes Spear de demeurés. Tu as pu t'en sortir aujourd'hui en obtenant une interdiction de contact mutuelle, mais je te jure qu'il y a bien une chose que tu ne pourras pas faire, c'est me prendre ma ceinture de Corporation Champion. Tu pourras ramener tout les Cutting Edge et toutes les salopes que tu veux, et placer autant de Spear que tu veux, le Gold Standard ne se couchera pas !



Edge – Tu as entendu ça ? Il ne se couchera pas. C'est vraiment courageux, mais je crois que ça ne me laisse pas vraiment le choix. Je vais devoir le coucher moi même.

Edge quitte son tabouret pour venir faire face à Benjamin. Les deux hommes se tiennent tête de longues secondes sous les yeux de Lita, pendant que toi tu plonges les tiens dans son décolleté.

Edge – C'est tout ce que tu avais à dire ?

Shelton Benjamin – Je suis le genre d'invité pas bavard. Celui qui préfère s'exprimer dans le ring, you see ?

Edge – On est deux alors... target guy.

Front contre front, c'est finalement Edge qui décide de se reculer pendant que le Corporation Champion lève bien haut sa ceinture. Il y a bien interdiction de se toucher entre les deux hommes, la suite, ce sera donc à Stainless Steel, et pas avant.

avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:09

Booker T - Comme la semaine dernière on commence avec un tag team match et c'est encore Homicide et Sabian qui débutent le show, here we go niggas!

Bill DeMott - Homicide et Sabian qui a donné une bonne leçon la semaine dernière à John Morrison et R-Truth. Mais cette semaine c'est les deux nouveaux venus de Cold qui viennent se frotter to the Latin Terror and to Black Jesus.



Booker T - Voilà la team composée de CM Punk et de Drew McIntyre, l'un venu de Chicago et l'autre tout droit de l’Écosse!

Bill DeMott - J'ai vu les deux évoluer à Cold, ils sont pas mauvais, ça va nous donner un beau match tout ça.



Booker T - Voilà les deux vainqueurs de la semaine passée.

Bill DeMott - Tiens le gangsta d'Homicide a un micro, il va ouvrir sa putain de gueule.

Homicide - C'est dingue putain, c'est dingue de se foutre de la gueule des gens à ce point. On est dans l'opening contest, bordel, on est l'équipe numéro un de cette fédération et on nous fout en début de carte! On en a ras le cul de cette discrimination, on a pas de match de championnat à Stainless Steel. Juste une putain de discrimination, non pas conspiration : DISCRIMATION! Par ailleurs on lui a fait bouffer par le cul sa conspiration à K-Kwik la semaine dernière. J'parlais d'une putain de discrimination, envers Sabian et moi, mais on va gagner ce respect, on va gagner cette putain d'attention. On va marquer les esprits de TOUS!

Homicide laisse tomber son micro et monte sur le ring en compagnie de Sabian, le match peut commencer!

» FIGHT ! «
La cloche vient de sonner. Du côté d'Homicide et de Sabian, c'est Homicide qui prend les devants alors que du côté de Punk et de McIntyre les deux veulent se lancer. Mais c'est CM Punk qui se lance face à son pote indy. Ils se tournent autour pendant quelques secondes puis Punk commence à envoyer des kicks dans l'abdomen d'Homicide, Punk le fait reculer jusqu'au corde. Et projette Homicide dans les cordes opposées, seulement celui-ci reste accroché à celles-ci, le Second City Savior reste perplexe, mais c'est finalement Homicide qui se précipite vers lui en lui portant un coup de corde à linge destructeur! Le natif de Chicago est plutôt mal en point, et Homicide en profite pour lui porter un Cobra Clutch. Punk souffre mais ne veut pas abandonner. McIntyre de son côté, essaie tant bien que mal d'encourager son partenaire d'un soir, quand à Sabian, lui a le sourire jusqu'aux oreilles. Après quelques minutes de souffrance, Punk arrive à se défaire de la prise et pousse Homicide, celui-ci revient à la charge mais il se fait surprendre par un Roudhouse Kick de la part de CM Punk.

Booker T - What a match Bill! Voilà Punk qui vient faire le tag à Drew McIntyre.

Bill DeMott - On va voir ce qu'il a dans le ventre l'écossais!

McIntyre entre dans le ring en fanfare, il relève Homicide et lui envoie successivement des droites par-ci, des gauches par-là, il le projette dans les cordes et lui envoie un big boot pour le clouer au sol. Il tente le tombé : 1, 2 ... Simplement deeeeeuuuux! McIntyre croyait le match déjà fini mais The Latin Terror a plus d'un tour dans son sac. L’Écossais relève Homicide et l'envoie dans le coin opposé, il s'élance et lui porte un et non! Homicide esquive au dernier moment, il accourt pour faire la tag à Sabian. Sabian rentre comme une furie, il envoie directement un dropkick à McIntyre puis il monte sur le coin et effectue une descente du coude sur l’Écossais. Sabian is on fire! Alors qu'Homicide récupère à l'extérieur du ring, c'est un vrai carnage de la part de Sabian à l'égard du pauvre McIntyre. Il est étendue au milieu du ring, Sabian se presse pour frapper CM Punk qui était toujours dans le coin en attendant le tag de son coéquipier, CM Punk est à l'extérieur du ring tout comme Homicide, Sabian monte sur le coin face à McIntyre qui se tord de douleur au sol. Here we go for the 450° Splash ! NON, McIntyre esquive, c'est incroyable. Sabian est tordu en deux, McIntyre arrive à peu près à se relever, il chope Sabian et lui envoie son Future Shock DDT. Il couvre la dépouille de Sabian : 1, 2, 3. CM Punk et Drew McIntyre remportent ce match face à Homicide et Sabian.



Booker T - Tout droit sorti de Cold, CM Punk et Drew McIntyre font une entrée fracassante dans le show télévisé! À mon avis, leur équipe n'était que pour un soir.

Bill DeMott - Quel revirement de situation sur la fin du match, Sabian croyait déjà à la victoire mais McIntyre a joué sur la ruse et il a réussi, ce petit ira loin king!
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:10

Sabian et 'Cide sont étendus sur le ring, les yeux dans le vide pendant que le public de Tempa continue à chanter. Pendant que Booker, Bill et beaucoup d'autres sont sur le point de les oublier, eux se relèvent lentement en s'appuyant sur les cordes et...





L'American Dragon ! Personne n'a vraiment l'air de comprendre la raison de sa présence, mais le fait est qu'il porte avec un lui un micro, et que tout en remontant la rampe, il s'adresse aux deux perdants du soir.

Bryan Danielson – Wait, wait, wait !

Oui, on attend justement.

Bryan Danielson – My name is Bryan Danielson. Au cas où vous ne vous en rappelleriez pas, je suis le premier AWC Tag Team Champion de l'histoire de cette fédération. Titre que j'ai remporté notamment contre vous dans un Turmoil Match, avec mon partenaire et ami... Gregory Helms.

L'individu continue à avancer pendant qu'Homicide se relève.

Homicide – Wh... What the hell are you doin' here little bitch ?

Bryan Danielson – "Mon partenaire et ami... Gregory Helms." Gregory Helms. Ce nom vous dit quelque chose, huh ? Je sais que tu me connais Homicide, et je sais que tu sais qu'on m'appelle le meilleur lutteur du monde.



Homicide – Je te connais surtout en tant qu'ass kisser!

Bryan Danielson – Je n'ai pas suivi la même trajectoire que toi, c'est vrai, mais je ne le regrette pas. Parce qu'aujourd'hui j'ai des valeurs ! Je sais ce qu'est l'amitié, la vraie, et c'est au nom de celle-ci qu'aujourd'hui je m'adresse à toi ! Ça fait des semaines ! Des semaines et des semaines ! Je te regarde t'en prendre à mon ancien partenaire. Tu trouves ça marrant, huh ? Tu crois que tu peux faire ce que tu veux ici ? Coller tes mains au cul de n'importe qui pour te marrer ? Bousculer qui tu veux ? Tu n'es qu'un pauvre con, et il est hors de question que je laisse un pauvre con s'en prendre à un ami.

Homicide – HUGE NEWS FOR YOU. I... don't... care.

Bryan Danielson – Et pourtant tu vas bien devoir. Ce que j'ai à dire te concerne bien. C'est à cause de toi que Gregory ne veut plus me parler, je sais que tu l'as perturbé en t'en prenant à Velvet. La semaine dernière, j'ai parlé avec lui et j'ai compris... J'ai trouvé ce que je devais faire pour tout arranger. Tu gènes sa nouvelle carrière, tu la ralentis, et par conséquence tu éloignes l'heure où la Greatest Alliance sera reconstituée ! Et c'est pour ça que ce soir, devant ces milliers de gens, je te défie toi et Sabian pour Stainless St...

COUP DE FOURCHETTE DANS LE CRANE ! Danielson vient de se faire planter par Sabian qui s'est enfin relevé ! L'American Dragon a déjà le front en sang pendant qu'Homicide dévisage son partenaire. Celui-ci jette son arme de fortune et récupère le micro de Danielson.

Sabian – Excuse moi, cet enculé de McIntyre m'a déjà fait mal à la tête, fallait pas venir en rajouter à ma migraine.

Les deux équipiers haussent les épaules et relèvent immédiatement le corps du Best Wrestler in the World... pour placer un Piledriver ! Le public hue à s'en vider les poumons pour ce qui semble être le début d'un vrai passage à tabac. Homicide retire la protection d'un des turnbuckles, invitant son partenaire à venir y envoyer la tête du pauvre Danielson. Les coups s'enchainent, encore et encore avant que Sabian prenne la décision d'aller chercher une chaise. Il la remonte dans le ring, laissant à Homicide soulever le corps de leur victime... et Gringo Cutter sur la chaise ! C'est un véritable petit crimson mask que revêt Danielson. Enfin, l'équipe médicale se décide à intervenir et c'est une belle partie du staff qui éloigne les deux Lucha Thugs de leur cible. Ceux-ci coopèrent et se retirent par la rampe, en glissant des dernières insultes à l'ancien champion par équipe, qui se fera ensuite évacuer en civière. Les deux hommes ont peut-être perdus leur match mais ils auront au moins gagner ce petit moment de défouloir.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:10

Bill DeMott – Triple H contre Santino Marella, c'est la rencontre qui nous attend dans quelques instants et même si l'on connaît le programme depuis une semaine, on se demande toujours pourquoi l'Attitude Wrestling Corporation a booké cette rencontre.

Booker T – Why ?

Bill DeMott – Triple H est le challenger numéro un au titre Attitude. Santino Marella n'est pas, et ne sera jamais, du calibre d'Hunter. Je suis en droit de me demander par quelle opération du saint-esprit on peut se retrouver ce soir avec ce match entre deux lutteurs qui sont clairement de deux niveaux différents.

Booker T – It's an exhibition match for the challenger !



Bill DeMott – De plus, nous pouvons voir sur la tête de Santino Marella qu'il n'est clairement pas rassuré à effectuer ce match-là. Battre Vladimir Kozlov, qui avait je vous le rappelle plus de quarante de fièvre la semaine dernière, c'est une chose, mais battre Triple H l'invaincu...

Booker T – Impossible !

Bill DeMott – Santino Marella aura deux ou trois minutes de gloire ce soir. C'est la consécration de toute une carrière pour le lutteur d'origine italienne. Jamais Santino Marella n'avait touché au haut-niveau, et le haut-niveau, il va y avoir droit...

Booker T – Right here, right now !



Triple H fait son habituelle entrée, le match va enfin pouvoir débuter.

» FIGHT ! «
L'arbitre vient de donner consigne à l'homme payé 6'000 $ par mois pour faire sonner la cloche quelques fois le lundi soir de faire son boulot, here we go ! Triple H fonce sur Santino Marella mais l'étalon italien de l'Attitude Wrestling Corporation lui fait une prise de judo, mettant Triple H au sol. Celui que l'on surnomme le roi des rois sort du ring pour reprendre ses esprits. Santino Marella invite Triple H dans le ring en se moquant de lui. Triple H remonte dans le ring alors que Santino lui propose une épreuve de force. Triple H lui donne un coup de pied dans l'abdomen, neckbreaker ! Triple H se met sur lui pour lui donner des coups de poings mais Santino lui place un triangle choke, style mixed martial arts ! Triple H ne perd pas son sang froid et soulève son adversaire qui ne lâche pas prise, écrasement. Santino lâche la prise sur le coup. Triple H pose maintenant le sleeper hold sur son adversaire. Santino Marella commence à s'endormir dans les bras de Triple H, mais tout n'était que ruse. Santino Marella lui prend le bras et le fait tomber à la renverse, ceinture blanche de judo quand même. Santino Marella rentre en transe, il se prépare pour le Cobra mais Triple H le renvoi d'où il vient avec le spinning spinebuster directement suivi par le figure four leglock. Santino Marella abandonne.

Winner by submission.



Le match vient de se terminer. Un homme masqué sort de nulle part et monte rapidement dans le ring. Santino Marella veut lui serrer la main pour le saluer, mais l'homme inconnu le prend sur ses épaules... GO TO SLEEP, GOOD NIGHT !

Booker T – This is the japanese rising superstar, Kenta Kobayashi !

L'homme inconnu reste au centre du ring et retire son masque afin de nous dévoiler son identité. Contre toute-attente, ce n'est pas Kenta Kobayashi qui est venu faire payer toutes les moqueries de Santino Marella, mais c'est nul autre que CM Punk, notre sauveur. CM Punk vient de faire ravaler sa chique à Santino Marella. L'action au centre du ring n'est pas terminé. Triple H attrape CM Punk pour le Pedigree. Santino Marella se remet difficilement debout et veut remercier Triple H pour son "aide" en lui faisant un câlin. Triple H le repousse, Pedigree !

Booker T – Triple H is ready for Stainless Steel !

Bill DeMott – Ce n'était donc pas KENTA, mais CM Punk sous ce masque de braqueur de banque. Nous aurons certainement des explications de CM Punk cette semaine. Quant à nous, passons à la suite.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:10

Alors que nous étions sur le point de passer au prochain match de ce soir, une musique méconnue du grand public se met en route. Après quelques secondes seulement, c'est Ricardo Rodriguez qui sort de l'ombre direction le ring de l'Attitude Wrestling Corporation.



La mine fermée, Ricardo Rodriguez prend la parole.

Ricardo Rodriguez – Pour ceux qui ne le savent pas. Yo soy de San Luis Potosí, Mexicoooooooo ! Sí, Mexicoooooooooooo ! Vous l'aurez compris, soy mexicanooooo !

Une nouvelle musique se met en route, c'est celle de Claudio Castagnoli. Le lutteur de nationalité suisse se pointe sous le titantron, micro en main.

Claudio Castagnoli – Shut up !



Claudio Castagnoli – Shut up, shut up, shut up ! Ricardo Rodriguez, huh ? Honnêtement, je ne sais pas par quoi commencer en ce qui te concerne. Disons que je suis encore en train de me demander si je dois te faire expulser en portant plainte contre toi pour coups et blessures sur ma personne, ou pour usurpation d'identité, qu'est-ce que tu préfères fake Dos Caras Jr. ?

Ricardo Rodriguez – Tengo un contrato con esta organización ! J'ai un contrat avec cette organisation. Et dans cette organización, nous combattons ! Luchamos ! Avoir poser la main sur toi n'est pas contraire au règlement. Je suis dans mes droits. Yo estoy en mi derecho.

Claudio Castagnoli – Est-ce que je parle allemand moi, huh ? Si tu veux t'intégrer dans un pays, commence par respecter sa langue et sa culture putain de mexicain de merde !

Ricardo Rodriguez – Gros hipócrita ! Je trouve que tu as un sacré culot Claudio de venir ici toutes les semaines afin de nous parler immigration. Quiero ser claro con usted. Tu critiques les mexicains qui viennent tenter leur chance ici, mais qu'est-ce que tu es en train de faire toi ? Toi aussi, tout comme moi, tout comme Alberto Del Rio, tu es ici pour avoir une vie meilleure, una vida mejor. Nous les mexicains, nous ne profitons pas plus du système que toi et Alberto Del Rio était un bon ciudadano ! Tu as fait en sorte qu'Alberto Del Rio se fasse expulser parce que tu trouves qu'il y a trop d'immigrés ici, alors commence par montrer l'exemple et casse-toi de ce pays, casse-toi de los Estados Unidos !

La foule commence un chant afin de faire comprendre à Claudio Castagnoli qu'il n'est pas le bienvenue ici. Le suisse s'énerve.

Claudio Castagnoli – Oh, really ?

Ricardo Rodriguez – .

Claudio Castagnoli – Alors pour te venger, tu t'es dit que tu allais mettre le masque de ton ami Alberto Del Rio, te faire passer pour lui, essayer de me faire peur, de me faire psychoter et de me mettre devant le fait accompli, huh ?

Ricardo Rodriguez – .

Claudio Castagnoli – Dans ce cas, vu que tu sembles avoir une sacrée paire de couilles, ce sera toi contre moi dans deux semaines lors de Stainless Steel, got it ?

Ricardo Rodriguez devient tout blanc, il ne veut pas affronter Claudio Castagnoli.



Ricardo Rodriguez – No, no, no, no.

Claudio Castagnoli – Sí, sí, tú y yo !

Claudio Castagnoli balance son micro et s'en va, laissant Ricardo Rodriguez comme le dernier des cons au centre du ring. Est-ce que Steve Austin officialisera ce challenge pour Stainless Steel ? Le connaissant, il y a de fortes chances.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:11

Booker T - C'est parti pour le premier tag team match de la soirée, avec nos champions par équipe en action !

Bill DeMott - Une équipe qui a plus de quinze ans d'expérience commune face à une équipe d'un soir. Autant dire que si les deux gros culs que sont Bubba et D-Von ne gagnent pas, on les fout à la porte !

Booker T - D'autant plus qu'ils ont potentiellement un gros match à Stainless Steel, face aux Colons, et repartir victorieux ce soir les mettrait en pleine confiance.

Bill DeMott - Ils ont surtout intérêt à se préserver, parce qu'un five vs. five, on ne doit pas y participer à seulement 30% de ses foutues capacités, ou alors on va tout droit vers une humiliante défaite !



Booker T - Bubba Ray et D-Von débarquent, avec leurs ceintures et leur famille.

Bill DeMott - Une intervention de ces enculés et j'arrête ce combat, en plus d'offrir la victoire aux adversaires. J'espère avoir été clair, Booker !

Booker T - Très clair, Bill. Mais c'est aux Dudleyz qu'il faut dire ça, pas à moi.



Bill DeMott - En voila un qui en veut, j'aime voir ce genre de regard de tueur !

Booker T - Vladimir Kozlov n'hésite pas à aller provoquer du regard toute la famille Dudley, autant dire qu'il n'a pas froid aux yeux !

Bill DeMott - C'est bon de savoir qu'au milieu de ce roster de gonzesses, il y en a qui ont encore des couilles.



Booker T - J'ai rarement vu une tenue de lutte aussi laide. Qu'en penses-tu, Bill ?

Bill DeMott - J'espère juste qu'il sait lutteur plus qu'il ne sait s'habiller, ou alors ça va être un squash total.

» FIGHT ! «
Alors que Ricardo Rodriguez est en train d'enlever son grand manteau, Nature Boy style, Bubba vient l'attaquer par derrière. Les Dudleyz n'ont pas de temps à perdre. Ray relève Ricardo, alors que l'arbitre fait sonner la cloche, et il va lui écraser le visage contre le turnbuckle. Il effectue ensuite le changement avec son frère avant de ramener Ricardo au sol et de lui maintenir les jambes en l'air. D-Von monte sur le coin du ring et il effectue le Waaazzzuuuuppp ! Devon tente le pin, un, deux, dégagement de Ricardo Rodriguez ! D-Von relève le mexicain, il le balance dans les cordes et l'accueille avec un surpassement ! Rodriguez retombe lourdement sur son dos, mais il se relève rapidement, D-Von en profite, il se balance dans les cordes et enchaîne avec une violente clothesline sur l'ancien annonceur privé d'Alberto Del Rio. Brother Devon en profite pour chauffer la foule qui est en délire et qui est à 100% derrière les deux frères. D-Von effectue le changement avec Ray, qui va se placer sur le haut du coin, il relève ensuite Ricardo et l'amène chez son frère, qui le soulève en position pour une superbomb ! D-Von se prépare à assister son frère pour leur aided sup-... hurricanrana de Rodriguez ! Tout le monde a été pris par surprise, l'arbitre oblige D-Von à retourner sur l'apron, alors que Ricardo, qui n'en croit lui-même pas les yeux, effectue le tombé.



Booker T - Incroyable et inattendu retour de Ricardo Rodriguez !

Bill DeMott - On était surement défoncé quand on a offert un combat à ce guignol.

Booker T - J'avoue avoir eu la même réflexion, il y a quelques minutes.

L'arbitre compte un, l'arbitre compte deux mais l'arbitre ne comptera pas trois. Ricardo en profite tout de même pour traîner jusqu'à Vladimir et pour faire le changement. Vladimir rentre, chaud comme la braise. Ray se relève et se mange un violent big boot ! Il se relève à nouveau et le russe lui envoie une puissante clothesline ! Bubba se relève une troisième fois et Vladimir le termine avec un spinebuster ! Il enchaîne avec le pin, un, deux mais Ray se dégage une seconde fois. Vladimir gueule partout comme un fou furieux, il relève Bubba et effectue une belly to belly suplex ! Kozlov est vraiment déterminé ce soir, il court vers D-Von et lui envoie un punch dans la tronche qui le fait chuter sur le sol, en dehors du ring. The Moscow Mauler attend ensuite que Ray se relève pour en finir, ce dernier est enfin debout, tout étourdi, Kozlov le prend pour un Ir-... renversé en spike DDT ! Chacun des deux hommes trainent jusqu'à leur équipier respectif, mais malheureusement pour Ray, D-Von n'est toujours pas revenu, alors que Kozlov effectue le changement. Ricardo Rodriguez s'empresse de rentrer sur le ring et va balancer un dropkick sur l'arrière de la tête de Ray, qui se mange le turnbuckle en fer ! Rodriguez enchaîne avec le finisher de Del Rio... cross armbreaker ! Le reste de la famille des Dudleyz tentent de relever D-Von, mais ce dernier intervient trop tard, Bubba abandonne ! Stupéfaction générale !



Booker T - Je n'en crois pas mes yeux Bill, il l'a fait !

Bill DeMott - Ces fils de pute de Dudleyz font honte à la division et aux titres par équipe de l'AWC.

Booker T - Toute la famille vient prendre des nouvelles de Bubba, ça va être difficile pour eux, si les Colons viennent à relever leur défi.

Bill DeMott - J'en ai assez de voir la gueule de ces enculés, on passe à la suite.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:11

Alors qu'on est en train de se demander comment Ricardo Rodriguez va bien pouvoir se sortir du pétrin dans lequel il s'est fourré avec Claudio Castagnoli pour Stainless Steel, on passe par les coulisses de l'Attitude Wrestling Corporation avec l'arrivée dans l'arène de R-Truth.

R-Truth – No, don't take pictures !



R-Truth – Arrêtez de me prendre en photo, non, non, NON ! Little Jimmy, n'ait pas peur. Ils sont inoffensifs, ils ne peuvent pas nous faire de mal, nous sommes bien plus fort que ça et bien plus fort qu'eux Little Jimmy. Stop that !

Mister Anderson – SILENCE !

R-Truth – Silence Little Jimmy, tu as entendu ce que vient de te dire Mister Anderson.

Mister Anderson – Ron, nous avons des choses à nous dire. Je croyais que j'étais enfin arrivé à la fin de cette enquête et en fait, non... L'explosion de la bombe avait abîmé la caméra de surveillance et son enregistrement sur le moment. Les mecs du Pentagone ont réussis à sauver des données et je crois que tu as quelque chose à me dire...

R-Truth – What are you talking about, huh ?

Mister Anderson – Take a sit.



R-Truth – Little Jimmy, take a sit.

Mister Anderson – J'avoue que je ne savais pas vraiment où donner de la tête entre Wade Barrett et Vladimir Kozlov depuis le début de cette enquête. Je dois même avouer que je commençais à les soupçonner d'avoir fait ça en "co-op" jusqu'à ce que je te vois, toi, R-Truth, sur cette vidéo, traînant autour de la limousine de John Cena. Alors crache le morceau maintenant Ron, tu es foutu.

R-Truth – Non, ce n'est pas moi. Je n'ai rien fait.

Mister Anderson – Alors qu'est-ce que tu foutais autour de la limousine de John Cena, huh ? Tell me the truth !

R-Truth – The truth is... Quelqu'un avait kidnappé Little Jimmy lors de Ground Zero. J'ai passé toute la soirée à le chercher et je l'ai retrouvé bâillonné comme un morceau de viande sous la limousine de John Cena. J'ai libéré Little Jimmy, et il m'a tout raconté. Il m'a dit que le véritable coupable l'avait enlevé pour le mettre sous la limousine afin de me faire accuser. Il m'a dit que c'était une conspiration !

Mister Anderson – Tu te fous clairement de ma gueule, hein ?

R-Truth – That's the truth, the R-Truth and nothing but the truth !

Mister Anderson – Je commence à en avoir plus que ras-le-bol avec tous vos alibis en carton, that's enough ! Qu'importe ce que peut me dire Stone Cold Steve Austin, lors de Stainless Steel, je vais vous faire cracher le morceau à ma manière. Dans deux semaines lors de Stainless Steel, ce sera Vladimir Kozlov contre Wade Barrett contre R-Truth contre Mister Anderson... AN-DER-SON ! Et croyez-moi, personne ne sortira du ring tant que le véritable coupable ne se soit donné ! Get out of my face now !



R-Truth – Come on Little Jimmy, we're free to go !

Mister Anderson vient de prendre la liberté de se mettre dans un fatal-4-way avec ses trois suspects afin d'en finir une bonne fois pour toute. Mister Anderson le promet, dans deux semaines, nous connaîtrons l'identité du coupable !
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:11

Bill DeMott – Dans deux semaines, à Stainless Steel, nous aurons un fatal-4-way.

Booker T – It's gonna be classy Wade Barrett versus my boy R-Truth versus sambo fighter Vladimir Kozlov versus this guy, Mister Anderson... AN-DER-SON !



Bill DeMott – Mister Anderson nous le promet, nous aurons un coupable dans deux semaines lors de Stainless Steel. Qui a fait ça, huh ? Wade Barrett ? R-Truth ? Vladimir Kozlov ? Hornswoggle ? Hollywood Hulk Hogan ? Non, c'est Eric Bischoff !

Booker T – Ladies and gentleman, Bill "the sarcastic" DeMott !

Bill DeMott – Je pisse sur cette stupide enquête autant que je pisse dans la bouche de John Cena. Je me moque de tout ce soir, parce que dans un instant, Mister Anderson affronte Randy Orton et compte tenu du passé très houleux entre les deux hommes, je ne peux plus attendre.



Booker T – You can't wait ?

Bill DeMott – I can't wait, fuck you !

» FIGHT ! «
Randy Orton monte dans le ring, mais Mister Anderson se jette sur lui avant même que le match n'ait commencé. Mic Check - leg hook reverse STO alors que Rady Orton avait encore un pied dans les cordes. L'arbitre engueule Mister Anderson mais ce dernier lui gueule dessus, il lui ordonne de faire sonner la cloche. L'arbitre s’exécute, le match commence officiellement. Mister Anderson se couche aussitôt sur son adversaire. Un, deux, trois. Victoire malhonnête dans un match qui ne restera pas dans les anales.

Booker T – Mister Anderson... AN-DER-SON, with the victory !

Bill DeMott – Mister Anderson l'a fait, il vient de battre son plus vieux rival. Randy Orton lui a coûté une brillante carrière à la WWE en le faisant licencier après un caprice de starlette. Et ce soir, ce soir oui, Mister Anderson lui coûte de la crédibilité en le battant juste comme ça, un, deux, trois.

Mister Anderson retourne dans le ring, ce n'est pas terminé. Le lutteur de Green Bay relève Randy Orton et lui place une souplesse arrière, la même souplesse qui lui avait coûté son job il y a quelques années. C'est un Mister Anderson heureux ce soir qui sort du ring, sachant que personne ne pourra le faire licencier pour ce qu'il vient de faire.



Mister Anderson – Oh, oh, oh, I suplex you again and now there is nothing you can do about it ! You can cry all you want, nobody is gonna fired me this time ! I'm Mister Anderson... AN-DER-SON, and you, you... You absolutely suuuuck !

Booker T – Assholeness !
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:12

Passons sans plus attendre à la suite du programme. Le prochain combat va opposer un ancien rookie à son ancien professeur, en la personne de Wade Barrett contre Chris Jericho. Ce combat est important pour les deux hommes, et inutile de vous dire que c'est un combat très attendu.





Jericho est le premier à faire son entrée pour le combat. Sans fioriture ce soir, il descend la rampe et monte sur le ring sans se préoccuper des huées et des encouragements autour de lui. Le moins que l'on puisse dire, c'est que Jericho fait plutôt réagir, alliant les encouragements de certains dans sa quête, et les huées des autres qui ne croient pas à son histoire. Le match attendre d'ailleurs quelque peu, Jericho vient de prendre un micro.


Chris Jericho – Welcome tooooo Attitude is string-pulling !

Comprenez ici pistonnage. La foule réagit d'ailleurs vivement à ce qui vient d'être dit, et encore une fois les huées et les encouragements sont partagés.

Chris Jericho – Comment peut-on encore douter de cela après ce qui s'est passé en ce milieu de semaine, huh ? Comment peut-on encore douter du fait que ce si gentil Andy Leavine soit allègrement favorisé par l'ensemble de la Corporation ? Comment peut-on douter qu'Andy bénéficie de passe-droits grâce à sa relation plus qu'étroite avec Trish Stratus ? Yeah, even with, for sure, Trish ain't tight ! Est-il nécessaire de rappeler qu'Andy a été formé par les mêmes personnes qui sont aujourd'hui à la tête de cette fédération ? Faut-il rappeler les litres de sueur qu'a fait couler Bill pour permettre à Andy de mettre un pied devant l'autre dans le ring ? Comment imaginer qu'après tant d'efforts, Andy puisse échouer ? Comment pourrait-on imaginer que le légendaire Stone Cold Steve Austin, l'incroyable Trish Stratus, le cinq fois WCW Champion Booker T, et le meilleur entraineur de tous les temps Bill DeMott puissent échouer à former un lutteur ? Vous ne supporteriez pas votre échec. Vous ne supporteriez pas de montrer au monde que finalement, Luke Robinson méritait bien plus sa victoire qu'Andy Leavine. Vous ne supporteriez pas de montrer que vous avez fait une erreur, n'est-ce pas Bill ?

DeMott tente de retirer son casque mais Booker T le retient, lui demandant de se calmer et de rester à sa place, car ce n'est pas en le frappant que l'on résoudrait ce problème.



Chris Jericho – Ecoute ton acolyte, Bill, et garde ton gros cul assis sur ta chaise. Et surtout, écoute ce que Chris Jericho a à dire à propos du favoritisme évident dont bénéficie Andy Leavine, au détriment des autres lutteurs de cette fédération. J'avais déjà exprimé mes soupçons vis-à-vis d'Andy, pensant qu'une relation employeur-employé ne devait pas avoir lieu, mais j'étais bien loin d'imaginer cela. Comment pouvons-nous expliquer que ce cher Andy a vu sa caution payé par l'Attitude Wrestling Corporation ? Tout le monde ici, dans le public et dans les backstages, sait que si Christian Cage, Shelton Benjamin ou Chris Jericho avait commis le même crime, il serait encore en train de croupir dans sa cellule, pour purger sa peine vis-à-vis de la société. Mais non, pas Andy Leavine, surtout pas. Andy est protégé, et il en profite pour tourner le dos à sa propre famille, sa propre femme et ses propres enfants. Et tout cela pour quoi ? A slut named Trish Stratus ?! Cette femme brise le coeur de tous ceux qui ont le malheur de la croiser, moi y comprit. Et maintenant qu'Andy est tombé dans ses filets, c'est cette pauvre Lauren Leavine, mère de deux enfants en bas-âges, qui doit en subir les conséquences. J'ai proposé mon aide à Lauren pour qu'elle puisse se venger de son mari. Je ne fais pas cela pour moi, mais pour sauver sa famille et donner une bonne leçon à l'homme qui préfère sa carrière et les parties de jambes en l'air à l'amour d'une femme qui élève deux enfants. Mon objectif est de donner une leçon à Andy Leavine, et vous pouvez être sûr que je vais lui apprendre qu'il ne sera plus jamais le même une fois qu'il-...



Jericho se fait couper en pleine action, et ça a le don de l'énerver. De rage, il frappe contre la première corde avec son pied alors que Trish Stratus se présente sur la rampe d'accès en compagnie de l'ancien taulard, Andy Leavine.



Oui, il s'agit bel et bien d'Andy Leavine.


Trish Stratus – Are you done, Chris ?

Chris Jericho – Non, j'ai encore énormément de choses à di-...

Trish Stratus – Yes, you are ! Ton venin a assez coulé, il est temps que cela s'arrête. Je ne le répéterai plus Chris, toutes ces présomptions sont complètement fausses. Jamais de ma vie je n'ai eu la moindre relation autre qu'amical avec Andy. Jamais je n'ai essayé de piquer Andy à sa famille. Tout ceci est un immense quiproquo. Ce n'est pas moi qui n'aime pas Lauren, c'est elle qui ne m'aime pas. C'est elle qui n'a pas confiance en Andy. C'est elle qui a demandé à le quitter. C'est elle qui veut passer pour la victime dans l'histoire alors qu'Andy est complètement innocent et qu'il subit de plein fouet toute cette histoire qui n'a aucun sens.

Chris Jericho – N'essaie pas d'attirer la couverture sur toi, Trish. N'essaie pas de nous faire croire que tu es une sainte qui n'a jamais fait souffrir personne. Ne me fais pas croire que c'était le fruit du hasard si tu étais en sous-vêtements la fois où Andy est venu te voir à l'hôpital. Ne me dis pas non plus que ton chemisier s'est involontairement détaché quand tu as rendu visite à Andy dans sa loge à Attitude neuf. Ne viens pas non plus me dire que votre petit jeu de "je sauve l'autre" lorsque vous vous faisiez attaquer par Kevin Thorn et Ariel était seulement un retour d'ascenseur. N'essaie pas de me faire croire que tu n'as pas voulu faire souffrir cette malheureuse femme et ses enfants.

Trish ne sait plus quoi dire, elle se mord la lèvre pour ne pas exploser de rage. Son visage est fermé, les larmes lui monte aux yeux. Andy se doit d'intervenir.

Andy Leavine – Jericho, ce qui se passe entre ma femme et moi ne regarde que ma famille, et personne d'autre, et surtout pas toi. Tu veux te faire l'avocat du diable, tu veux prendre partie, fine. Tu es libre de penser ce que tu veux de moi, c'est mon problème, mais ne t'avises plus jamais de porter la main sur Trish, qui n'a absolument rien à voir dans cette histoire. Tu veux prendre partie, et tu veux aider ma femme à se venger de quelque chose que je n'ai pas commis, alors très bien, réglons les choses entre hommes. Mais je peux te garantir une chose, Chris. Jamais de ma vie je ne ferai quelque chose qui puisse faire souffrir et mettre en péril l'avenir de mes deux enfants, jamais. Et vu que tu sembles avoir plus de contacts avec ma femme que je n'en ai moi-même, tu lui diras qu'elle n'aura pas la garde des enfants aussi facilement. Si elle les veut, elle devra me passer sur le corps !

Chris Jericho – Sauf si je t'en empêche, you idiot. J'ai juré à ta future ex-femme que vengeance serait faite, et je compte bien tenir parole. Tu veux régler tes problèmes, tu n'acceptes pas que je frappe une femme qui se comporte comme la pire des trainées, alors battons-nous. Toi contre moi, un contre un, à Stainless Steel. Si je gagne le combat, tu renonces à la garde de tes enfants, tu présenteras en public des excuses à ta femme et tu feras en sorte que pour le restant de tes jours, la moitié de ton salaire de fin de mois aille sur le compte en banque de la femme qui élèvera la famille que tu as trahi. Si tu refuses, ta dignité, ainsi que celle de Trish Stratus s'en iront en même tant que tes enfants.

Tout devient beaucoup plus personnel, et la foule n'hésite pas à rajouter son grain de sel dans cette histoire en continuant de faire du bruit, et à régir positivement ou négativement à chaque chose qui se dit depuis l'arrivée de Jericho. Trish, dans son rôle d'officielle, tente de calmer les esprits et de résoudre la situation qui semble bien mal engagée.



Trish Stratus – Non Chris, tu n'as pas le dro-...

Andy Leavine – You're on, son of a bitch.

La foule se met à crier, les deux hommes vont se rencontrer d'ici deux semaines pour régler leurs problèmes, définitivement. Jericho, non content d'avoir obtenu ce qu'il semblait être venu cherché, viens rendre son micro en affichant un large sourire. Il va pouvoir passer à son match.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:12

Bill DeMott – Cette histoire commence à faire beaucoup de tort.

Booker T – A qui le dis-tu, Bill ?! Quand je vois toute la violence dans les paroles de Chris Jericho, je suis complètement scié. Cette histoire dépasse l'entendement, il y a beaucoup trop de zones d'ombres qui mériteraient d'être éclaircies. Beaucoup de personnes souffrent, et Trish, notre amie et collègue qui vient de nous rejoindre, est bien placée pour le dire.



Trish Stratus – Ne vous en faites pas, j'ai déjà eu à encaisser beaucoup de chose durant toute ma carrière, je ne suis plus à une nouvelle épreuve difficile prête. Mais je dois l'avouer, je n'aurai jamais cru que je serais accusé d'être la maitresse de quelqu'un que j'ai formé en votre compagnie.

Andy Leavine – C'est de ma faute toute cette histoire, je suis l'unique responsable. Je vais devoir prendre rapidement les choses en main et mettre un terme à cette histoire à Stainless Steel. Trish a déjà trop souffert.

Bill DeMott – Tu n'as rien à te reprocher Andy. Tu es accusé à tort d'une histoire qui fait du tort à tout le monde, et toute la fédération est concernée par cette histoire et nous sommes avec toi, de tout coeur.

Booker T – Oh yeah my rookie.

Andy Leavine – C'est gentil, mais il n'y a que moi qui puisse mettre un terme à tout cela.



Bill DeMott – Wade Barrett, ancien rookie de Chris Jericho, est-ce qu'il a été accusé de coucher avec la femme de Chris Jericho, huh ?

Booker T – Andy, j'imagine que ce soir, rien ne serait plus plaisant pour toi que de voir Chris Jericho se faire battre par son ancien rookie, non ?

Andy Leavine – Peu importe le résultat, mon rendez-vous est prit pour dans deux semaines.

» FIGHT ! «
Le match débute et les deux hommes ont la très bonne idée de jouer au trash-talking, histoire de montrer que l'un veut battre son ancien mentor, et que l'autre veut montrer qu'il est toujours meilleur que le rookie. Jericho prend d'ailleurs la rencontre en main grâce à sa technique, et obtient un jolie compte de deux sur une back-suplex. Wade Barrett revient dans la partie en utilisant à merveille les cordes, et il fait parler sa puissance sur un powerslam qui fait lâcher un énorme cri de douleur à Jericho. Barrett ne parvient cependant pas à conserver l'avantage bien longtemps et voit une tentative de projection contrée par un kick de Jericho qui enchaine avec un très jolie dropkick qui repousse l'ancien leader de la Nexus jusque dans un coin du ring. Jericho s'élance pour une corner clothesline, mais Barrett le contre en mettant le coude en avant. C'est l'occasion parfaite pour projeter le visage de Jericho contre la protection du coin. Y2J arrive cependant à reprendre l'avantage avec un eye-poke qui échappe à l'arbitre. Il fait ensuite monter Barrett sur la troisième corde et tente de lui porter une superplex, mais l'Anglais reprend ses esprits à temps et renverse la prise en positionnant Jericho sur ses épaules. Barrett n'a plus qu'à porter son wasteland du haut de la troisième corde. Jericho est complètement KO, et Barrett se jette sur lui avec un elbow drop pour conclure avec un tombée dont Jericho ne parvient pas à se dégager.



Bill DeMott – Finalement, la justice existe en quelque sorte puisqu'à vouloir trop parler, Chris Jericho s'est fait avoir et vient de se manger une nouvelle défaite dans cette fédération, et elle vient directement de Wade Barrett, son ancien rookie.

Booker T – On notera quand même qu'au delà de Chris Jericho, cette nouvelle victoire permet à Wade Barrett de conserver son impressionnante série d'invincibilité. Il va falloir le suivre de très très peu l'Anglais dans les semaines à venir, je eux vous le dire.

Bill DeMott – Et il ne nous reste qu'à souhaiter bonne chance à Andy pour son combat dans deux semaines, en souhaitant que toute cette machination s'arrête et que l'intégrité et l'honneur de chacun soit restitué rapidement.

Andy Leavine – Compter sur moi pour rétablir les choses.

Trish Stratus, qui s'est faite très discrète depuis le début de la rencontre, enlève son casque et récupère son magnifique chapeau bleu ciel et s'apprête à rejoindre les backstages, mais au moment où elle s'approche des barricades, une personne lui attrape les cheveux. Cette personne se met à attaquer Trish sans raison... Wait a second ! LAUREN LEAVINE !! It's Lauren Leavine ! La future ex-femme d'Andy est en train de s'en prendre à Trish par derrière, en véritable vipère qu'elle est. Andy vient de s'apercevoir de ce qu'il se passe et il se lève d'un coup de sa chaise et sépare rapidement les deux femmes, tentant par la même occasion de raisonner Lauren.



Trish, rouge de rage, est prête à continuer le combat maintenant qu'elle est face à Lauren, mais Andy tente de la calmer en la retenant, ne voulant pas qu'il arrive de malheur à sa femme ni même à Trish. Lauren profite de sa liberté pour insulter Trish et, par la même, Andy. Ce dernier tente de parler à Lauren mais sans prévenir, elle lui crache au visage avant de quitter rapidement le ringside et de rejoindre Chris Jericho, en haut de la rampe d'accès. Andy, lui, s'essuie le visage avec sa manche alors que Trish est en train de se calmer grâce à l'intervention de Bill DeMott qui a, pour quelques secondes, quitté son poste de commentateurs.


Booker T – Oh man, this is absolutely crazy !
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:13

D'ici quelques secondes, nous aurons le droit au prochain match de la soirée, et certains fan profitent de l'intermède pour faire un ravitaillement aux stands de bières et de barbe à papa. Mal leur en prendra puisque le titantron se met à grésiller, et une vidéo se met à tourner.



Shawn Michaels, tapis dans l'ombre.


Shawn Michaels – Two weeks. Voilà ce qui nous sépare de notre combat, Undertaker. Voilà ce qui nous sépare de notre dernière bataille, qui décidera du vainqueur de notre guerre. Nous allons achever notre route vers l'éternité de la même manière que nous l'avons débuté lorsque nous nous sommes croisé dans un ring pour la première fois, pour le début de l'histoire, de notre histoire. Tout prendra fin dans deux petites semaines, quand nous rentrerons dans ce qui est considéré comme la stipulation la plus dangereuse du monde la lutte. Quand la porte se fermera derrière nous, plus rien ne pourra nous empêcher d'accomplir notre destiné. Peu importe les encouragements, peu importe les fans, peu importe ton ministère, peu importe les interventions, la seule chose qui importera sera notre combat, Undertaker.

L'Icon (Michaels hein, pas l'autre imposteur de Sting. La seule et vraie icône de ce business, c'est l'ancien drogué repentit de ses péchés devant Dieu, pas l'autre taré que l'on a un instant cru voir à Wrestlemania et qui se déguise en joker) se met à marcher. Les feuilles se craquellent sous ses santiags. Le vent se fait plus frais, et l'ambiance est glaciale.

Shawn Michaels – Quand la cloche aura sonné, et que nous saurons enfermé dans cette cage, avec le destin comme seul guide, plus rien n'aura d'importance à nos yeux, Undertaker. La vie n'aura pas d'importance si la bataille ne dure pas jusqu'à la mort. L'air n'aura pas la même saveur si l'épuisement n'est pas au bout de la victoire. Mais par dessus tout, la victoire n'aura pas de valeur si notre bataille n'est pas à la hauteur des deux légendes que nous sommes, Deadman.

Michaels continue de marcher et s'arrête lorsqu'une épaisse lueur blanche se met à l'éblouir.



Shawn Michaels – Ce que j'ai actuellement en face de moi est tout ce qui me représente. Je suis la lueur blanche dans ce que l'on décrit comme pire que l'Enfer, plus sombre que les ténèbres, plus terrifiant que la mort, et plus incroyable encore que Dieu lui-même. Je suis juste cette petite lueur. Mais au delà de la taille, de l'enjeu et de tous ce que l'on me promet une fois dans cette cage, je suis surtout l'homme qui, comme cette lueur, rayonne même dans les recoins les plus sombres de la vie. Je suis celui qui va illuminer le match de sa classe, de son talent, de son charisme et de sa légende. Je suis celui qui va illuminer notre route, Undertaker. Je suis celui qui va nous guider vers l'éternité. Je suis celui qui va nous guider vers le combat de toute une vie. Je suis celui qui va briller dans cet enclos. Et mieux encore, je suis la lumière qui va se débarrasser des ténèbres, une bonne fois pour toute.

La promo de toute une vie, aussi.

Shawn Michaels – Mais en ce qui me concerne, Undertaker, j'ai un compte à régler avec toi. Au delà de l'enjeu. Au delà de la grandeur de l'affrontement. Au delà de nos deux légendes, j'ai quelque chose de plus important encore, mon honneur. Mon honneur, que tu as osé bafouer deux fois deux suite, deux années de suite sur mon terrain, ma maison, mon terrain de jeu, Wrestlemania. Tu as pris ma fierté en même temps que ma carrière à la World Wrestling Entertainment. Tu as brisé l'honneur de monsieur Wrestlemania dans son propre domaine, et je dois vivre avec depuis près de dix-huit mois, à présent. Cela fait plus d'un an et demi que chaque jour, chaque matin, chaque soir et chaque fois que mon regard croise celui d'un miroir je repense au soir où tu as mis fin à ma carrière, et je n'arrive toujours pas à m'en remettre. Une partie de moi est morte sur le ring un soir de mars 2010, quand ma carrière s'est brutalement arrêtée. L'homme que j'étais jusqu'alors n'est plus. You kill me, Undertaker.

HBK passe au milieu de la lueur blanche et se stoppe net. Sous ses pieds, un trou. Il sourit sournoisement avant de relever la tête, s'adressant toujours à l'Undertaker.



Shawn Michaels – March 28th 2010, you killed Mister Wrestlemania, for ever. But make no mistake about it, Phenom, I still the HeartBreak Kid ! Et une fois que nous serons enfermés dans cette cage, fossoyeur, je compte bien briser ton coeur une bonne fois pour toute. Lorsque tu as lancé ce défi, tu as creusé toi-même ta tombe, Undertaker. Dès que j'ai accepté ton défi, tes jours étaient comptés. Et le temps continue de défiler, sans que tu ne puisses rien y faire. Qu'est-ce que cela fait de savoir que l'on va mourir sans rien pouvoir y faire, Taker ? Une fois dans cette cage, je vais terminer le travail que j'ai commencé en 1997, I'm gonna kill the Deadman !

Shawn s'empare d'une pelle et se met à piocher dans un tas de terre juste à côté de lui.

Shawn Michaels – Dans deux semaines, Undertaker, tu rejoindras Kevin Thorn et sa femme, Ariel. Dans deux semaines, la courtoisie du Heartbreak Kid t'enverra en Enfer sans passer par la case rédemption. In two weeks, Undertaker, you will rest in peace... For ever !



La vie ne tient qu'à un fil, les victoires se gagnent sur des détails, les défaites pourraient être évitées d'un cheveu, mais la mort, elle, prendra la vie à la suite du Hell in a Cell opposant l'Undertaker à Shawn Michaels, et elle quittera le building en fauchant la vie d'une légende.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:13

C'était glauque. On va repasser à du beaucoup plus conventionnel désormais avec ce bon vieux ring. C'est bientôt l'heure du Main Event et donc logiquement du pré Main Event, mais avant ça on retrouve l'un de ses participants, Gregory Helms sur le ring, micro en main.



Gregory Helms – Four weeks ! Ça fait déjà quatre semaines que je ne suis plus AWC Tag Team Champion. Quatre semaines que je ne suis plus qu'un lutteur parmi d'autre. Le Greatest Cruiserweight Alive a été relégué au niveau de roue de secours, celui qui affronte le champion dans un Non Title match, juste avant le Main Event, car on estime qu'il ne mérite pas mieux. Cette injustice avait pourtant ses avantages. Je devais me reconstruire, et pour ça j'avais enfin tout le temps dont j'avais besoin, et j'ai du faire des choix...

« DANIELSON ! DANIELSON ! »

Immédiatement, des chants en la faveur de l'ancien partenaire du cruiserweight se mettent en route. Velvet Sky, en ringside, hausse les sourcils.

Gregory Helms – Pourtant, je suis sur ce ring pour parler de moi.

« DANIELSON ! DANIELSON ! »

Gregory Helms – De moi et du renouveau de ma carrière. Un renouveau qui a été perturbé ! Perturbé par deux ridicules zonards. J'ai d'abord pensé que ce n'était rien d'autre que des stupidités de vestiaires...

« DANIELSON ! DANIELSON ! »

Helms en a trop entendu. Il marque une pause, inspire un grand coup et hausse le ton. Le passage à tabac de l'American Dragon en début de soirée a touché le public, sa réaction a lui est toute différente.




Gregory Helms – IL N'AVAIT PAS A FAIRE CE QU'IL A FAIT ! Je n'ai besoin de personne pour décider de ne plus me laisser marcher sur les pieds ! J'ai choisi de régler ce problème moi, et moi seul ! On veut s'amuser à me chambrer, à me bousculer ? Je suis le Greatest Cruiserweight Alive ! J'ai obtenu ce que je voulais, je me bats seul maintenant, et il n'y a plus aucune raison pour que je me laisse marcher sur les pieds ! Vous avez des problèmes avec moi et Velvet ? A moi de les régler ! A Stainless Steel, je lancerais une bonne fois pour toute ce run, en montrant qu'il est hors de question qu'on se moque de moi, et de tout ce que j'ai fais. Je n'ai plus la ceinture et alors ? Je n'en reste pas moins l'un des meilleurs performer de cette fédération, et s'il le faut, je le montrerais ! Je l'ai été avant Bryan et je le serais encore après lui ! Sabian, Homicide, you thought you could play with Greg Helms ? So, let's play ! You and me.

??? – And me.

Gregory, désarçonné, tourne la tête et aperçoit sa petite amie qui vient de récupérer elle aussi un micro le rejoindre sur le ring.




Gregory Helms – A quoi est-ce que tu joues ?

Velvet Sky – Gregory. Tu as voulu prendre un nouveau départ, et tu m'as demandé de le prendre avec toi. C'est exactement ce que je compte faire. C'est avec moi que Homicide et son petit copain voulez jouer, je ne vois pas pourquoi je me défilerais.

Gregory Helms – C'est à moi de régler ça. Vous n'avez pas à vous préoccuper de ça, ni toi... ni Bryan Danielson.

Velvet Sky – Tu n'es pas le seul ici à être le meilleur dans ta catégorie, honey.

Gregory Helms – Velvet...

Velvet Sky – On fera ça ensemble. Stainless Steel. Two on two. Sabian, Homicide, and the new version of the Greatest Alliance !

Les deux font tout les deux tomber leur micro et s'échangent maintenant des paroles que nous ne sommes plus en mesure de retransmettre. Velvet finit par sourire à son petit "ouragan" et redescend en ringside. Il va falloir se dépêcher en effet, puisque le Corporation Champion est sur le point d'entrer.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:14

Bill DeMott – Booker, je ne sais pas ce que tu en penses, mais personnellement j'ai des frissons après cette incroyable promo que vient de livrer Shawn Michaels.

Booker T – Did he just breaks your heart, Bill ?

Bill DeMott – Non, je suis amoureux de ce qu'il vient de dire. Chaque mot avait un sens, chaque syllabe avait de la valeur, chaque lettre était désignée pour frapper un grand coup. Ce combat sera l'un des plus mémorables que nous verrons à l'AWC, j'en suis persuadé.

Booker T – We will see a new five stars match, sucka'.



Bill DeMott – Un match cinq étoiles, c'est exactement le rêve de cet homme, Shelton Benjamin, champion de la Corporation après sa victoire sur Alberto Del Rio le mois dernier.

Booker T – Shelton Benjamin is my nigga'.

Bill DeMott – Alors si cet homme est ton favori ce soir, personnellement je serais complètement du côté de Gregory Helms. Depuis plusieurs semaines, le niveau sur le ring de Gregory atteint vraiment une très belle qualité et il serait justement récompensé par une victoire ce soir.

Booker T – Tu dis ça surtout parce qu'il a une gonzesse qui l'accompagne à chaque fois alors que Shelton, lui, n'a que sa maman ?!

Bill DeMott – Est-ce que tu oserais remettre en cause l'intégrité de mon travail et de mes extraordinaires commentaires à cause d'un incroyable fessier qui mériterait d'entrer au patrimoine mondial de l'Unesco ?

Booker T – Je croyais qu'une fois au patrimoine de l'Unesco, on ne pouvait pas être dégradé.

Bill DeMott – Et alors ?

Booker T – As sure as I am Booker T, five time, five time, five time, five time, five time WCW Champion, Gregory Helms rams Velvet Sky'ass !

» FIGHT ! «
Allez hop, il n'y a que moi que ça fait rire ce genre de blagues, alors pour la peine j'enchaine rapidement. Benjamin entame le combat et fait parler sa puissance avec plusieurs droites qui font reculer Helms jusque dans les cordes. Ce dernier revient cependant notamment grâce à une très bonne maitrise des cordes, lui permettant d'enchainer plusieurs moves qui font mouches comme un springboard crossbody et un superbe springboard flyin' reverse elbow qui lui vaut d'obtenir un compte de deux. Shelton Benjamin n'est cependant pas champion pour rien et il revient dans le combat, et maltraite la nuque et le dos de son adversaire grâce à plusieurs enchainements de diverses suplexes. Shelton est d'ailleurs à deux doigts de porter sa t-bone suplex mais Helms contre la prise avec un small-package, offrant à la foule un incroyable nearfall. Shelton Benjamin a tout juste le temps de se ressaisir et de comprendre qu'il vient de passer tout près de la défaite qu'Helms, lui, est déjà dans les cordes et revient à toute vitesse pour porter son shining wizard sur son adversaire pour ensuite effectuer le compte de trois. Shelton Benjamin tombe au profit de l'ancien champion du monde par équipes.

Bill DeMott – Pas besoin d'avoir une copine avec un jolie cul pour gagner un match, et Helms vient de le démontrer. Ne me dis pas que ce lutteur, plein de talent, te laisse indifférent, Booker.

Booker T – Je dois reconnaitre qu'il a un talent certain, mais il va devoir être plus régulier par la suite s'il veut vraiment percer ici et devenir l'un des grands lutteurs de la fédération.

Bill DeMott – Je pense qu'il aura toute la motivation qu'il faut grâce à sa jolie petite femme qui pourrait rapidement fermer les valves en cas de dé-motivation.



Voilà encore une blague bien fine qui ne fera rire que moi, mais on s'ne moque. Helms, lui se voit félicité par une belle grosse galoche de sa gourdasse et ensemble, main dans la main, enfin main sur les fesses pour Helms, ils repartent direction les backstages. Ils ont deux semaines pour travailler un maximum en équipe et ainsi être prêt pour faire face à Homicide et Sabian. Mais bon, on n'a pas trop de souci à se faire pour eux de ce côté là.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:14

Alors que le match entre Shelton Benjamin et Gregory Helms s'est terminé et qu'une pub pour la Budweiser vient de passer, les caméras se concentrent sur ce qui se passe sur le ring. Sur le ring, on a la famille Colon, Carlito, micro en main, son frère Primo, leur père Carlos, leur cousin Primo et leur cousine, la mystérieuse Stacy dont on ne connaît pas l'identité.



Primo – Bien, bien, bien.

Carlito - Bordel Primo, tu te prends pour Gertner ?!

Primo – Non, pour Doctor Wagner Jr.

Carlito - La famille Colon, notre famille est meilleure que la famille Wagner. Oui mesdames et messieurs, nous sommes la famille la plus dominante de l'histoire de la lutte ! Meilleure que la famille Santo, que la famille Blue Demon, que la famille Guerrero, et surtout, surtout... Meilleure que la famille Dudley.

La foule hue de plus belle les Colons, en quelques semaines, les Dudleys sont devenus des favoris de la foule, et ce malgré qu'ils n'aient pas changé leur comportement.

Carlito - La semaine dernière, cette famille de rednecks nous ont lancé un défi. Est ce qu'on va accepter leur défi pour Stainless Steel, un affrontement cinq contre cinq, famille contre famille ? Oui. Cependant, il y a une condition. Pour que nous acceptions ce match, il faut y ajouter un enjeu. Cet enjeu, vous l'avez tous deviné, c'est les titres par équipe de l'AWC. Oui, nous acceptons ce match, si en le gagnant nous gagnons également Primo et moi ces titres détenus par Bubba et Devon. Alors Bubba, Devon, on vous attend ! Si vous avez les couilles, si vous avez les tripes, venez, et acceptez notre challenge.

Petit blanc, la foule commence à scander le nom Dudley en boucle, mais aucune musique se lance, et personne n'apparaît sur le titantron ou en haut de la rampe.

Carlito - Vous avez la trouille ?! Est ce qu'on vous effraie à ce point, bande de...



Grosse pop, alors que l'équipe la plus titrée de ce sport et leur famille arrive. Studley Dudley, micro en main, ouvre la marche, suivi de Sign Guy qui porte une pancarte "Dudleys Fame-aly". Derrière le petit muet se tient la plus délicieuse de toute les femmes étant sortis avec Barney Stinson, Stacey Keibler. De suite derrière elle, on a Dances With Dudley qui danse en bougeant les bras comme s'il courait. Derrière lui, ce sont les hommes que tout le monde veut voir, les champions par équipe de l'AWC, Bubba Ray et Devon. Les six Dudleys prennent place en haut de la rampe, Studley et les champions devant.



Studley Dudley – Laisse moi te montrer comment font les hommes, mon petit Primo. Hum hum... WELL, WELL, WELL !

Tu peux à peine t'imaginer la réaction que la répétition de ces trois mots suscite dans l'assistance. Les femmes mouillent, les gay aussi, et certains hétéros viennent de changer de bord. Coming out time.

Studley Dudley – It is I, the Quintessential Studdmuffin. Studley, whoever is this Stacy Colon, I'm sure I fucked her up twice. She was that girl in a field hockey shirt that I took on the ice. She was that woman who, to have sex with me, pay the price, Dudley.

Carlito - Stop sayin' shit about my cousin, pendejo !

Bubba Ray – Don't talk to my brother like that, motherfucker ! On t'a écouté Carlito, on t'a entendu dire toute ta petite merde, tu veux nos titres ? Qu'est ce que toi et ton connard de frère avez fait pour mériter un shot ? Rien ! Les Kings of Diamonds méritent un match pour les titres plus que vous, Booker T et Stevie Ray méritent plus que vous, même Edge et Lita méritent plus que vous !

Carlito - Je vous rappelle qu'on vous a battu lors d'Attitude premier du nom.

Bubba Ray – C'était il y a quatorze putains de semaines ! Tu penses que rien n'a changé entre temps ? Tout a changé ! On s'est remit dans le bain, on a collectionné les victoires, on a gagné ces titres. Vous, qu'est ce que vous avez fait, rien !

Carlito - Parce que vous pensez être...

Bubba Ray – Reste à ta place quand les grands parle, fils de pute ! Vous méritez pas qu'on mette les titres en jeu, mais on va le mettre. Plus d'excuse, plus d'agents de sécurité pour vous cacher, à Stainless Steel, la famille Dudley contre la famille Colon, cinq contre cinq !



Carlito - Parfait, parfait. Vous allez morfler, je te le promet. A Stainless Steel, ça sera la famille Colon: Carlito, Primo, Orlando, Carlos et Stacy, contre la famille Dudley: Bubba Ray, Devon, Dances With, Stacy Keibler et Studley, dans un match pour les titres...

Bubba Ray – Wait a minute, wait a minute. Studley ? Qui a parlé de Studley ? Studley n'est pas un lutteur, il ne figurera pas dans ce match.

Carlito - Alors ce sera Sign Guy ? Aucun problème, un Dudley ou un autre, c'est du pareil au même, ça reste un connard.

Bubba Ray – Sign Guy ne luttera pas non plus, Carly'.

Carlito - Mais alors...

Bubba Ray – A Stainless Steel, ça sera la famille Colon, ici présente sur le ring, contre Bubba Ray, Devon, Dances With, Stacy Keibler, et cet homme...

Bubba pointe la foule du doigt, la foule se retourne, regarde, quelques personnes crient leur joie, qui c'est ? Qui c'est putain ?

Bubba Ray – The baddest motherfuckin' little boy, SPIKE DUDLEY !



Spike est en haut de la foule, acclamé. Il descend l'escalier vers le ring en se tapant le côté de la tête, Bubba lui a lâché son micro, alors que Studley et Sign Guy reculent de quelques pas, Bubba Ray, Devon, Dances With et Stacy avancent vers le ring. Ils montent dessus en face des Colons, en même temps que Spike, qui lui monte derrière eux. La bagarre part ! Carlos et Dances With s'échangent des coups, Spike et Orlando se battent au sol, Spike au dessus d'Orlando. Bubba et Devon, cote à cote envoient des coups de poing respectivement à Carlito et Primo. Les deux Stacy sont en plein cat fight effrénée. Sign Guy et Studley se sont mit en bas du ring et encouragent leurs frères et leur cousine. Celle ci a prit l'avantage sur Stacy Colon qu'elle envoie bouler en dehors du ring. Orlando se prend le Deadly Dog de Spike directement en dehors du ring. Carlos, lui se fait enchaîner les coups de poing par Dances qui est aidé par Spike qui remonte sur le ring, et Carlos passe par dessus la troisième corde ! Devon place un vicieux coup de tête à Primo qui tombe et roule en dehors du ring pour se mettre à l'abri. Il ne reste que Carlito, et... DUDLEY DEATH DROP ! Carlito gît, K.O., au centre du ring, Primo aide son père à se relever et Stacy fait de même avec Orlando. Sign Guy et Studley rejoignent leurs frères sur le ring, au dessus du corps inerte de Carlito. Studley passe son micro à Bubba.



Bubba Ray – At Stainless Steel, Colons will learn in pain and blood that NO ONE SHOULD EVER MESS UP WITH THE DUDLEY BOYS !

Devon – TESTIFY !


Et puisqu'il faut finir sur une phrase de narration, la voici: TESTIFY !
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:15

Booker T – Bill, mon cher Bill, mon tendre Bill …

Bill DeMott – Je t‘arrête tout de suite mon gars, je suis pas PD ! Alors si Sharmell te conviens plus, tu vas te chercher une prostituée dans la ville et tu viens pas me faire je ne sais quoi.

Booker T – N‘importe quoi. C‘est tout le contraire. Je voulais te prévenir que c‘était l‘heure du Main-Event et que t‘allais en avoir plein les yeux puisqu‘il s‘agît d‘un Mixed Tag Team Match entre The Undertaker et Michelle McCool face à Edge et Lita.

Bill DeMott – Putain ! Ca je préfère mon gars. C‘est sur que McCool et Lita elles vont m‘en mettre plein les yeux. Autant que le dernier hamburger de chez Mc Donald.



Booker T – Je me dis que Edge il a quand même un petit côté métro-sexuel, à prendre soin de lui, à passer plus de temps dans la salle de bain que Lita.

Bill DeMott – Un quoi ?? Pas besoin de mots compliqués pour lui, c‘est juste une tapette ! Je l‘aime bien juste quand il spea Shelton Benjamin.



Booker T – Moi j‘aime pas au contraire, c‘est un afro-américain comme moi Shelton. Ce son de cloche me glace le sang.

Bill DeMott – Michelle McCool, qu‘est-ce que tu as été faire avec le Ministry. Je suis sur qu‘on aurait pu bien s‘entendre toi et moi. Je t‘aurai fait passer des sacrés moments.



» FIGHT ! «
Le combat commence entre Edge et l‘Undertaker mais Shawn Michaels vient se moquer de l‘Undertaker l‘incitant à le frapper. Cependant The Undertaker ne r« agît pas, il ne veut pas perdre par disqualification il va confronter Edge. Le début de combat est très équilibré. Aucune des deux équipes ne prend vraiment l‘avantage. Ca se rend coup pour coup que ce soit The Rated-R Superstar face au Deadman ou bien leurs équipières respectives, Lita et Michelle McCool. Notons que les passes d‘armes entre les deux dames sont appréciées par de nombreux fans de lutte qui ont longtemps voulu un combat entre les deux. Lita tente un Moonsault après un Hurricanrana mais Michelle McCool évite et se relève prêt à enchaîner mais Shawn Michaels lui demande d‘aller dans un coin neutre, ce qui a le don d‘énerver la belle blonde et surtout l‘Undertaker qui rage de voir Shawn Michaels agir en tant qu‘arbitre.

Bill DeMott – Cela fait plusieurs fois que Shawn Michaels joue de l‘Undertaker et ça me fait rire. C‘est vraiment marrant.

Booker T – Cela fait rire le public également. Shawn Michaels est très bon pour jouer avec ses adversaires, pourtant en face c‘est l‘Undertaker, très doué lui aussi dans ce domaine.

Le combat reprend quand Shawn Michaels remarque que Lita a pu se reposer un peu. La tension monte entre The Undertaker et Shawn Michaels quand ce dernier rentre dans le ring après un changement de Michelle McCool. The Undertaker et Edge continue de se livrer un beau duel. Cependant, peu à peu, la puissance du premier Attitude Champion de l‘AWC prend le dessus. Il réussi à placer un puissant Last Ride Powerbomb qui fait trembler le ring. Il enchaîne en montant sur le turnbuckle mais Shawn Michaels vient frapper les cordes faisant tomber le Deadman. Cela est l‘affront de trop pour le maître du Ministry qui vient front contre front face au Heart Break Kid. La tension est à son paroxysme. On sent que ça peut péter d‘une seconde à l‘autre et Edge en profite … Spear .. SPEAR ON SHAWN MICHAELS !!! The Undertaker a évité et Edge a frappé l‘arbitre d‘un soir de plein fouet qui ne s‘y attendait pas. Edge se retourne … Tombstone Piledriver !! Un arbitre régulier de l‘AWC débarque et vient faire le tombé victorieux à la place de Michaels.

Booker T – Quelle fin de match, ça été tellement vite. Je ne m’attendais pas à ça. Edge a vu son opportunisme se retourner contre lui et l’Kundera a fait d’une pierre deux coups.

Bill DeMott – Ne crois pas Booker que Shawn Michaels va en rester là. Il a été surpris sous le coup, mais il commence à se relever.

En effet, Shawn Michaels se relève et quand il est debout il se retourne et tombe les yeux dans le syeux avec son rival du moment, The Undertaker. Les deux se regardent comme deux lions prêt à bondir l‘un sur l‘autre. Michelle McCool apporte un micro au Deadman.



The Undertaker – Shawn Michaels, in two weeks, at Stainless Steel... You will Rest In Peace !

Shawn Michaels ne répond pas, il se contente de soutenir le regard adverse. Aucun des deux hommes ne baissent les yeux. C’est sur cet énorme confrontation entre deux légendes de ce business qu’on passe à la suite.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 10 Oct - 20:15

Le Main-Event vient de s'achever, Bill DeMott se désaltère alors que Booker compte un à un ses dreadlooks, et sur le ring on s'active. Les techniciens amènent un tapis, une table, des chaises et mettent tout rapidement en place de manière à préparer la signature de contrat tant attendue entre Christian Cage et Triple H. La foule, elle, n'ose même plus bouger pour faire le plein de victuailles, et elle attend le moment tant attendue.





Le champion du monde est le premier à se présenter sur le ring ce soir, et qu'il soit encouragé, par ses Peeps, ou huées, par ses détracteurs, Captain Charisme ne laisse pas la foule indifférente. Il rejoint le ring et prend rapidement place sur une chaise, s'affalant dedans très nonchalamment. Il attrape au passage le micro qui se trouve sur la table.


Christian Cage – Come on Hunter, just sign this contrat.

Christian n'a visiblement pas toute la nuit, et il le fait savoir. Il s'amuse d'ailleurs à faire le tour des éléments autour de lui, et regarde même s'il y a quelque chose sous la nappe qui recouvre la table. Oui, il ne sait pas comment passer le temps, heureusement Triple H ne se fait pas désirer.





A l'instar de son futur adversaire, les réactions à l'arrivée du Roi des Rois sont très importantes. Hunter se présente en toute décontraction, mais en costard. Il prend d'ailleurs tout son temps pour rattacher les boutons de sa veste avant de descendre et de grimper sur le ring tout en douceur. Il souhaite jouer avec la patience et les nerfs de Christian Cage, il n'est pas l'assassin cérébral pour rien. Finalement, Triple H rentre dans les cordes, et sans perdre une seconde, Christian Cage se lève de son siège. Les deux hommes se retrouvent debout, l'un en face de l'autre, séparé par la seule table qui se trouve sur le ring. L'intensité dans l'air est palpable et l'électricité dans le regard des deux hommes traduit d'une envie d'en découdre plutôt intense.


Triple H – You wanna play ?

Christian Cage – When I play, I always win.

Tu la sens l'arrogance dans les paroles des deux hommes ? Aucun des deux ne veut baisser les yeux ni même faire transparaitre une baisse de confiance. Le face-off continue pendant encore trente secondes, la foule est en folie, les noms de Triple H s'enchainent avec ceux de Christian Cage, tout le monde a envie de ce combat, mais il va falloir faire péter un peu les choses.



Allez hop, ovation pour le leader de la Corporation qui descend la rampe d'un pas rapide et sous les encouragements des fans. Austin n'est pas là pour rigoler, il veut que les choses avancent, alors quitte à donner un coup de pied au cul à chacun pour que les choses se fassent, autant faire ça bien.




Stone Cold – Allright guys, tout le monde sait pourquoi vous êtes ici ce soir. What ? Pour clôturer le show. What ? Tout le monde sait que vous ne pouvez pas vous encadrer. What ? Que vous n'avez qu'une hâte. What ? Vous mettre sur la gueule pour montrer à l'autre qui est le vrai mâle dominant. What ? Mais tout le monde sera d'accord avec Stone Cold. What ? Quand je m'aperçois que vous vous regarder dans le blanc des yeux, c'est aussi emmerdant que de voir un match de Bill DeMott, sorry big man. What ? Vous voulez vous mettre sur la gueule ? What ? Très bien, signez ce contrat. What ? Rendez votre confrontation à Stainless Steel officielle. What ? Et vous n'aurez plus que deux semaines à attendre avant de pouvoir lâcher toute cette frustration.

Steve tend le contrat à Christian Cage qui baisse à peine les yeux une demi-seconde pour signer avant de se remettre les yeux dans les yeux avec son futur adversaire.

Christian Cage – It's your turn, Hunter.

Stone Cold – Avant qu'Hunter ne signe ce contrat, j'vais ajouter une petite chose. What ? Ce combat, ce n'est pas qu'un simple combat de coq pour la conquête de la basse-cour. What ? Non, vous êtes bien plus que ça. What ? Vous valez mieux que ça. What ? Je vous connais tous les deux depuis plus de douze ans. What ? J'ai eu le temps d'apprendre à vous connaitre. What ? Christian, tu n'as jamais vraiment été sur le devant de la scène. What ? Tu en as toujours souffert. What ? Et à l'opposé, Hunter a rapidement su dompter le spotlight. What ? Dans le fond, tout vous oppose malgré votre arrogance commune. What ? L'un a connu la gloire dans la lutte individuelle. What ? L'autre a obtenu sa renommée dans la lutte par équipes. What ? L'un a décollé rapidement. What ? Et l'autre a ramé pour en arriver là où il est aujourd'hui. What ? Hunter aime les brunes. What ? Cage préfère les blondes. What ? But both of you love fake boobs, anyway.

« YEEEEAAAAAH ! »

Obviously, the crowd loves fake boobs.

Stone Cold – L'un est treize fois champion du monde. What ? Et l'autre ne l'est que cinq fois. What ? L'un est invaincu ici. What ? Et l'autre a connu sa première défaite il y a trois semaines. What ? Je pourrais continuer encore longtemps ce petit jeu de différenciation. What ? Mais je n'ai pas que ça à foutre. What ? En fait, j'men branle même carrément de tout ça. What ? Si vous êtes ici ce soir, c'est parce que vous avez gagné votre place. What ? Si vous êtes là ce soir, c'est parce que vous le méritez. What ? Si vous êtes là ce soir, c'est parce que vous êtes les meilleurs des meilleurs parmi les meilleurs. What ? Vous avez gagnez le droit de vous foutre sur la gueule avec pour enjeu, ce titre de champion Attitude, alors ne me décevez pas. What ? Ne décevez pas les fans. What ? Et ne décevez pas l'Attitude Wrestling Corporation.

Stone Cold connait les Men in Black, oui. D'ailleurs, il jette tour à tour un coup d'oeil à Christian puis à Triple H et demande à Hunter de signer le contrat.



Stone Cold – Rendons l'affaire officielle, Hunter.

Triple H – Avec plaisir.

A l'instar de Christian Cage, Hunter baisse le regard l'espace d'une demi-seconde, pour apposer sa signature sur le contrat, avant de recentrer ses yeux dans ceux de Christian Cage.

Triple H – As far as I'm concerned, it's on !

Christian Cage – Well, it's official now !

Stone Cold – Très bien, alors rendez-vous dans deux semaines...

Steve regarde une dernière fois les deux hommes qui sont toujours yeux dans les yeux et quitte le ring. Il remonte tranquillement la rampe alors que sur le ring, ça ne bouge toujours pas.

Stone Cold – Oh, j'allais oublier. J'ai ajouté une clause au contrat, et comme aucun de vous n'a pensé à y jeter un oeil, j'vais devoir vous l'annoncer. Dans deux semaines, vous vous ferez face... In a Hell in a Cell ! And if you wanna see this guys goin' to hell, gimme a hell yeah !

« HELL YEEEEAAAAAH ! »



La rencontre est désormais officielle, et l'on vient d'y ajouter une incroyable stipulation en la personne d'un Hell in a Cell. Et pourtant, cela ne semble pas troubler le moins du monde nos deux hommes qui continuent de se regarder dans le blanc des yeux, et c'est sur cette image que l'on se quitte. Dans deux semaines, les regards laisseront place à une véritable bataille pour le titre.



avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #12.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum