Attitude #3.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:21

Nous sommes en milieu de semaine, au Yoga Stratusphère où notre majestueuse Trish Stratus donne un cours de yoga. Oui, on fait même la promo personnelle de chacun.

Trish Stratus – Prenez une grande inspiration et descendez doucement tout en fléchissant les jambes afin de ne pas vous faire mal au dos.

Trish est en train d'expliquer à tout le monde comment faire la position du singe le poirier renversé. Alors que la belle Canadienne montre l'exemple, un immense fracas se fait entendre et sous le coup, Trish tombe le cul par terre.



Trish Stratus – Qu'est-ce qui se passe ?

??? – You stupid sumbitch !

Oui, c'est bien Steve Austin. Ce dernier vient tout simplement d'envoyer le vigile au tapis. Trish s'empresse de prendre des nouvelles de l'homme qui va s'en sortir avec une mâchoire brisée avant de tourner la tête vers Austin.

Trish Stratus – Steve, mais qu'est-ce qui s'est passé ?

Stone Cold – J'vais te dire ce qu'il s'est passé, moi. J'suis arrivé avec une bière. Le mec a dit qu'ici, c'était interdit à la consommation d'alcool. Alors je l'ai regardé. Puis il m'a regardé. J'ai tourné la tête. Il a tourné la tête. Et là je lui ait dit : What ? Il m'a demandé de mettre cette bière à la poubelle. Alors j'lai regardé dans les yeux. J'lui ai demandé comment il s'appellait. Il m'a répondu Julien. J'lai regardé une nouvelle fois, et j'lui ait dit que cette bière, c'était ma bière préféré, une budweiser. Et tu sais ce qu'il m'a répondu ?

Trish Stratus – Non, mais je sens que tu vas me le dire.

Stone Cold – Il m'a dit que lui, il préférait la budlight. Alors j'lai regardé, et j'ai rigolé, encore, encore et encore. Lui, il m'a dit qu'il était sérieux. Alors, j'ai arrêté de rire. Je l'ai regardé, et je l'ai traité de petite merde. Et tu sais pourquoi je l'ai traité de petite merde ? Parce que c'est une petite merde. Les bières light, c'est pour les petites merdes que je lui ai dit. Là, il a voulu me virer. J'lui ai dit de se calmer, et j'lui ai demandé s'il savait qui j'étais. Et ce con m'a répondu que non, il savait pas qui j'étais. Alors j'ai rigolé, encore, encore, et encore. Mais ce connard il a pas rigolé. Ce connard ne connait pas Stone Cold Steve Austin. Alors j'lui ai demandé quelle genre d'Attitude il adoptait. Et tu sais ce qu'il m'a répondu, ce fils de pute ?

Trish Stratus – Je ne sais pas moi, qu'il était un mec cool ?



Stone Cold – Non, ce fils de pute a répondu qu'il adoptait la zen Attitude. La zen Attitude, mais quel petite chiure ce mec ! J'lui ai alors dit que la zen Attitude, c'était pour les gonzesses. Donc, j'ai dit que c'était une gonzesse. Après, j'ai voulu passer, encore. Et ce connard d'abruti de fils de caribou il m'a bloqué le passage. J'ai été calme, et gentil. J'ai même dit s'il te plait. Et tu sais ce qu'il m'a répondu ? Il m'a regardé dans les yeux, avec son regard de jeune salope qui fait du yoga et il m''a dit "what ?". J'ai reculé, froncé les sourcils, et j'ai cordialement invité cet abruti à dégager d'ici car je devais te voir. Et tu sais ce qu'il m'a dit, cette fois ? Il m'a dit "What ?". Alors j'me suis énervé, et j'ai dit que s'il recommençait encore une fois, ma main finirait dans sa gueule. Et tu sais ce qu'il a eu le cran de me répondre ?

Il est temps que j'arrive à la fin de cette histoire, j'commence à être à court d'insultes.

Trish Stratus – A mon avis il a du dire quelque chose comme ça : "What ?".

Stone Cold – Ouais, exactement. Je l'avais prévenu pourtant, j'ai même été gentil, mais non, il a fallu que monsieur joue au plus malin. Résultat, maintenant il a les cordes vocales de Mike Knox !

Cheap shot, mais avouez que Mike Knox quand il parle, ça fout un coup à notre masculinité.

Trish Stratus – Steve, la prochaine fois préviens-moi à l'avance que tu dois passer, je m'arrangerai avec la sécurité pour qu'ils te laissent entrer sans souci, ça évitera le centre de payer la note d'hôpital.

Stone Cold – Ça sera pas nécessaire, maintenant ils vont forcément me faire passer sans rien dire. T'as deux minutes au fait, j'dois te parler.



Trish Stratus – Vu que ma séance est interrompue, je pense que j'ai le temps, oui. Qu'est-ce que tu veux me dire ?

Stone Cold – Je voulais te féliciter pour ton interview de la semaine dernière, tu as été naturelle, toi même et ça a très bien marché. Tu as pu maitriser l'entrevue malgré les tensions entre les deux hommes, et je voulais te féliciter en personne. Tu m'as impressionné.

La dernière fois qu'Austin a dit ça à quelqu'un, c'est quand son supermarché l'a ré-approvisionné en bière en pleine nuit.

Trish Stratus – Merci Steve, c'est gentil.

Stone Cold – En fait, tu m'as tellement impressionné que je voudrais que tu interroges l'autre salope de Christian Cage cette semaine. J'veux que tu le pousses à bout, que tu l'obliges à dire ces cinq vérités, faut qu'il adopte la bonne Attitude ce gamin et qu'il arrête de venir chialer, j'suis pas sa pute de mère. Et puis, j'ai pensé que tu étais la mieux placée pour faire ça parce que-...

Trish Stratus – Parce qu'on a déjà couché ensemble, c'est ça ?

Stone Cold – C'est à peu près ça, ouais.

Trish Stratus – Ne t'en fais pas, il n'y a pas de mal, il n'y a pas de souci.

Steve acquiesce de la tête et après une petite tape amicale qui est à deux doigt de déboiter l'épaule de Trish, Steve s'apprête à partir. Mais Il se retourne, intrigué par quelque chose.



Stone Cold – Trish, reste blonde, c'est bien mieux comme ça.

Trish Stratus – Merci, Steve.

Le Texas Rattlesnake disparait, une ambulance arrive pour s'occuper du vigile et Trish, elle, se caresse délicatement ses cheveux blonds. Bordel, on est à la bourre, Attitude number three, c'est right here, right now !


Dernière édition par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 20:02, édité 1 fois
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:21

IT WAS LAST WEEK.
...
ATTITUDE NUMBER TWO, LIVE FROM MEMPHIS, TEN.



John Cena voulait avoir le nom de son futur adversaire, Stone Cold lui donne, il s'agit de l'Undertaker. Et même si Christian Cage n'est pas d'accord avec ça, il devra faire avec. And that's the bottom line, cause stone cold said so !



Christian gagne son match face à Jeff Hardy, mais ne semble pas très heureux de la décision prise par le Texas Rattlesnake. Il ne sera pas contender, un point c'est tout.



L'envoyé d'Allah fût plus fort que l'envoyé de l'enfer, puisque Abdallah Tarver gagne son match, haut la main, face à Kane.



Alberto Del Rio remporte sa première victoire ici, à l'AWC, en battant Andy Leavine, qui sort de ce match avec les honneurs.



Del Rio semble avoir trouvé un ami ici. Et cet ami semble vouloir lui faire la même chose qu'il a fait à Charlie Haas, lui briser la cheville ! Kurt Angle remporte son match tout en mettant les choses à plats avec Del Rio.



Robert Roode se dit être le diamant de ce business. Ric Flair y croit, mais cela ne change pas le cours du match. Défaite pour Roode, victoire pour Randy Orton !



Les Duldleys n'arrivent toujours pas à trouver une équipe officielle pour les affronter lors du PPV Thunderslam. Si il n'y pas de match, il n'y aura pas de ceinture par équipe au bout du tunnel !



John Cena remporte son match face à Shelton Benjamin, mais par DQ. En effet, Christian intervient contre Cena. Shelty-B ne voit pas ça de la même manière, et attaque l'Instant Classic par derrière, le mettant KO !



Après un Main-Event de folie remporté par l'Undertaker, les Duleys ne veulent pas en rester là. Pour cela, les tables vont être de sortie ! Mais hélas pour eux, heureusement pour le Phenom, John Cena vient aider son futur adversaire. John Cena versus The Undertaker, il va falloir attendre encore un peu !




AND NOW, ATTITUDE CONTINUES
...
THIS IS ATTITUDE NUMBER THREE LIVE FROM JACKSON, MS.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:22

ATTITUDE WRESTLING CORPORATION.



IT'S TIME TO CHOOSE THE RIGHT ATTITUDE.



« GIVE ME A HELL YEAH ! »

UNLEASH HELL.



« YOU LITTLE SUMBITCH ! »

AUSTIN 3:16 JUST WHOOPED YOUR ASS.



« WHAT ? »

THIS IS A NEW WRESTLING ERA.



« WHAT ? »

HOSTED BY THE TEXAS RATTLESNAKE, BEER DRINKER...



« THE TOUGHEST SUMBITCH OF WRESTLING HISTORY ! »

STONE COLD STEVE AUSTIN !



« OH HELL YEAH ! »

ARRIVE, RAISE HELL, LEAVE.



« WHAT ? »

THIS IS NOW...



« AND THAT'S THE BOTTOM LINE... »

THIS... IS... ATTITUDE !



« CAUSE STONE COLD SAID SO ! »
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:22

Jamais deux sans trois, les deux premiers shows de la toute nouvelle fédération de lutte Américaine tenue par Stone Cold ont été une grande réussite et cette semaine encore, on remet le couvert, dans le Mississippi, pour Attitude, troisième du nom, et ce n'est que le début !



Ce soir encore, on affiche sold-out pour Attitude, ce qui semble difficile à croire pour une fédération qui n'en est qu'à son troisième show mais quand on y regarde de plus près, plusieurs choses peuvent faire penser que ce succès n'est pas anodin. En effet, premièrement cette fédération offre une alternative aux autres en offrant un spectacle simple et en revenant aux origines des e-feds fédérations de catch : pas de contexte compliqué qui pourrait faire fuir certaines catégories de personnes, ici tout le monde est le bienvenu et petits et grands boivent dans le même verre et rigolent à la même blague chez nous. Deuxièmement, le succès des gérants. Il est difficilement imaginable qu'une énième fédération voyant le jour avec à sa tête Paul Heyman trouvera un succès, tout comme il est indéniable qu'une fédération gérée par Vince McMahon passionne de moins en moins. Je ne parlerai ici même pas de celle tenue par Hulk Hogan, car on friserait le ridicule. Non, ici on la joue simpliste, avec des têtes que tout le monde connait, dans un environnement que tout le monde connait, et vous savez pourquoi ? Parce que nous, on a la bonne Attitude, et puis c'est tout.


« AUSTIN ! AUSTIN ! AUSTIN ! »

La bonne Attitude, les fans aussi, ils l'ont depuis le début de la fédération. On oublie les publics familiaux, les foules mort-nées, les mecs qui passent plus de temps à la buvette qu'à regarder le show, ici on fait nos provisions avant le début du show ou pendant l'entracte et on apprécie le show proposé en étant à bloc du début à la fin. Le succès d'une fédération passe par son public, ses membres et c'est pour ça qu'il faut donner de la voix et s'exprimer. D'ailleurs pour chauffer tout ce petit monde, cette semaine pas de tour des pancartes, mais à la place on vous propose un Bikini Contest entre des jeunes filles venues de toute la région, juste pour le plaisir des yeux.



Et pendant que les hommes se chauffent devant ces paires de fesses, en backstages ça s'agite. Spike Dudley saute partout et finit par se prendre un mur en pleine gueule. Bubba et Devon, eux, se plaignent de ne pas avoir de table dans leur loge, restriction budgétaire oblige. Stone Cold, comme à son habitude, vérifie la qualité des bières en les goûtant une à une. Trish Stratus, elle, peaufine son décolleté et ses lèvres, prêtes à gérer des interviews. Enfin, Randy Orton se tient la tête à deux mains, visiblement il entend des voix dans sa tête, à moins que se soit la musique qu'il écoute. Anyway, de retour sur le ring où, après les bikinis, on va avoir le droit aux slips en cuir car les Dark-Matchs, ça commence maintenant. Dans le premier combat de la soirée, Jeff Hardy n'a finalement pas participé et il semble toujours introuvable. R-Truth en a donc profité pour remporter la victoire face à Dolph Ziggler. Quelques minutes plus tard, Triple H a disposé de ses adversaires dans l'IBR de la soirée.


« AUSTIN ! AUSTIN ! AUSTIN ! »

Nous on en a rien à branler des mecs qui sont là pour faire des try-outs, on veut voir les vrais lutteurs, ceux qui sont devant les caméras, ceux qui font des ratings. D'ailleurs, un jeune fan est inconsolable depuis qu'il a lu le programme de la soirée et qu'il a vu que John Cena n'était pas dans le Main-Event, voyez plutôt.



Mais les fans, les vrais, eux, ils n'en veulent que pour un seul homme, le plus grand buveur de bière de toute la galaxie, celui dont les spermatozoïdes sont eux même bourrés, le grand, l'unique, le seul Stone Cold Steve Austin ! On est à la limite de l'émeute ce soir !


« AUSTIN ! AUSTIN ! AUSTIN ! »

Mais en attendant de voir Stone Cold, c'est le direct qui commence avec, comme d'habitudes, nos deux commentateurs favoris, Big Bill DeMott et le six time, six time, six time, six time, six time, six time World Champion, Booker T !

Booker T – Welcome everybody to Attitude !

Bill DeMott – Catch-phrase spotted. Bonsoir à tous et bienvenue, nous sommes en direct de Jackson, Mississippi et nous sommes prêts, une fois encore, pour un spectacle que nous seuls sommes capables d'offrir.

Booker T – Oh yeah, that's right Bill. Ce soir, nous vous proposons notamment deux matchs incroyable, Stone Cold Steve Austin a eu la grande idée d'organiser deux combats entre les quatre lutteurs encore invaincus dans cette fédération.

Bill DeMott – En effet, dans notre Main-Event, l'Undertaker se verra opposé à l'Instant Classic, Christian Cage. Les deux hommes risquent très certainement de donner tout ce qu'ils ont pour prouver qu'il n'y en a qu'un seul qui peut régner au top de cette fédération.

Booker T – Et dans l'autre rencontre au sommet, John Cena, qui affrontera l'Undertaker lors du PPV le 31 juillet prochain, se retrouve face à l'envoyé d'Allah, celui qui veut faire de la fédération un Jihad, Abdallah Tarver.

Bill DeMott – Autant dire qu'une fois encore, le spectacle promet d'être de qualité. Et bien heureusement pour nous, le reste du programme est tout aussi alléchant, mais on en dit pas plus, et passons plutôt à ceux qui font l'action sur le ring.

Booker T – Let's go, Sucka' !

Attitude numéro trois, ce n'est que le début de notre périple, my friends.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:22

Attitude, troisième du nom commence maintenant, et encore une fois, c'est le champ, John Cena qui lance l'action puisqu'il ait son arrivée sous une tonne d'applaudissements, même si, de l'autre côté, les huées sont bien présentes également.



John Cena, sourire aux lèvres, regarde la foule, puis fait son signe de marine avant de se mettre à courir direction le ring ! La foule semble déjà toute chaude, et c'est à ce moment là, que John Cena décide de prendre la parole.

John Cena – Est-ce que vous êtes chaud ce soir !?

Les fans répondent positivement, le Cena à un putain de don pour pouvoir mettre le feu dans une aréne en deux minutes, non, que dis-je, en trente secondes !

John Cena – Si je suis là, devant vous, ce soir, sur ce ring, c'est pour expliquer mon geste de la semaine dernière. En effet, comme vous avez pu le voir, je suis intervenu à la fin du match entre les Dudleys, et l'Undertaker. Pourquoi ? Et bien, tout simplement parce que plus tôt dans la soirée, Stone Cold m'avait donner le nom de mon adversaire à Thunderslam. Ce nom ? The Undertaker.

A ce moment là, la foule commence à hurler de joie, ouais, c'est comme ça à la AWC.



John Cena – Pourquoi avoir aider mon adversaire alors qu'il était entrain de se faire laminer, et probablement, prêt à se faire passer dans une table ? Hum, et bien, tout simplement parce que je ne veux pas d'un Undertaker qu'a cinquante pour cent de ses capacités, non, justement. Je veux affronter le phenom dans sa plus grande forme pour montrer à tous, que je peux être plus fort que lui, que je peux être le premier champion de cette fédération, et ça, sans l'aide de personne.

John Cena lance un petit sourire, marquant alors une petite pause, puis reprend la parole.

John Cena – Je veux battre le grand, the legendary deadman sans aucune contestation possible. Et pour cela deadman, je vais te suivre comme ton ombre, je ferais en sorte que tu arrives à Thunderslam en pleine possession de tes moyens, que tu le veuilles, ou non. Maintenant que les explications sont finies, je vais...

Pouvoir rester dans le ring, puisque la musique des Dudleys se fait entendre sous le regard surpris de John Cena.



En effet, les Dudley Boyz descendent la rampe, direction le ring, regardant avec méchanceté Cena. Après avoir tournés autour de John, c'est Bubba qui prend la parole.

Bubba Ray – Les explications sont finies ? Non, il n'y a pas d'explications concernant ton intervention mettant alors notre plan à l'eau. Non, il n'y a pas d'explications concernant le fait que tu te sois mêler de notre fuckin' business. Si toi, tu as un problème avec le Taker, okay. Mais maintenant, c'est nous qui avons un problème.

John Cena grimace légèrement, montrant alors, ironiquement, qu'il ne prend pas réellement ce message sérieusement. Néanmoins, Bubba continue son discours sous le regard de Devon.

Bubba Ray – Oui, tu as bien entendu John, les Dudleys ont un gros problème avec toi. Tu n'avais rien à faire ici, tu aurais du rester à ta place. L'Undertaker est assez grand pour se défendre tout seul, non. Alors pourquoi vouloir l'aider ? En faisant cela, tu as trouvé deux amis, en la personne de la plus grande équipe du monde, nous.

John Cena – Vous savez, que j'ai un, deux, trois, ou même dix ennemis ici, cela ne changera pas les choses. A Thunderslam, je deviendrais champion. Pour revenir à tes paroles, si vous avez un problème avec moi, autant régler ça, maintenant.

Aussitôt fait, aussitôt dit. John Cena enlève son t-shirt, prêt pour le combat. Les Dudleys sont un peu perplexe vu la situation, mais finalement, le clash n'aura pas lieu pour le moment, car une voix, sous le titantron se fait entendre.

??? – John, arrête ça avant qu'il ne soit trop tard.

L'action s'arrête. John Cena tourne la tête alors vers le titantron ou l'on peut apercevoir un homme, il s'agit de Rey Misterio Junior.



Rey Misterio Junior – Ne fait pas la même erreur que moi, s'il te plaît. A vouloir être le produit des fans, tu te retrouves dans des positions comme celle-là. Ouvre les yeux John ! Tu dois faire comme moi, et changer les choses, changer ce qui est écrit pour toi. Les luchadores sont humiliés, tout comme même, et ça, à cause d'une seule et unique raison. Il faut que tu te rend compte de ça, le plus vite possible.

Les fans, comme Cena restent assez silencieux en écoutant les paroles de Misterio qui reprend la parole. Derrière John, les Dudleys sont en train de préparer un mauvais coup.

Rey Misterio Junior – Je te connais depuis bien longtemps maintenant John, et je ne veux pas qu'il t’arrive la même chose. Tu fais les mêmes erreurs que moi dans le passé. Heureusement pour toi, je serais là, et je suis prêt à t'aider dans ce combat. Ne l'oublie pas, John.

Discours assez étrange de la part du luchador leader. John Cena veut répondre à Misterio, quand soudain, il se fait attraper par les Dudleys qui lui porte un putain de 3D à travers une table !



John Cena vient de passer à travers la table ! Bubba et Devon fixent alors John qui semble litéralement KO. A vouloir aider son ennemi, Cena se retrouve à sa place maintenant. Bubba prend alors la parole, suivi par Devon.

Bubba Ray – Maintenant, les explications sont finies !

Devon – Oh Testify !

Attitude numéro trois commence fort, avec un John Cena à travers une table.

avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:23

Booker T – Now Bill un combat entre deux hommes qui ont perdu la semaine dernière : Charlie Haas vs Rey Misterio

Bill DeMott – Le premier après avoir remporté sa première victoire pour sa première apparition à la AWC, a été battu par son ancien mentor, Kurt Angle. Tandis que le luchador faisant ses débuts la semaine dernière dans un dark match n'a pas su le remporter.

Le petit mexicain est déjà sur le ring lorsque Charlie Haas ou devrais-je dire : Rey Haasterio descend du titantron.



Booker T – Tell me, he's not wearing a mask ? Sans déconner, dawg. On dirait un de ces mecs dans des soirées SM...

Bill DeMott – Et bien on sait à quoi tu penses maintenant, Booker. Plus sérieusement, Charlie Haas a un style unique. On l'a déjà vu affronté Jeff Hardy, et Kurt Angle. Maintenant voyons voir comment il se débrouille dans un style high fly purement mexicain.

» FIGHT ! «
Le match débute rapidement. Les deux hommes tentent une épreuve de force mais Rey contourne directement son adversaire en commençant par lui asséner quelques kicks maison. Haas répond avec un coup de pied dans l'abdomen. On projette Misterio dans les cordes, qui passe en dessous des jambes de Haas. Dropkick dans le dos qui envoi directement l'imitateur sur la seconde corde en position pour le 619. Rey s'élance mais c'est bien trop tôt et Haas réussi à chopper les jambes du mexicain. Il le tient par les jambes et essaye de l'envoyer contre le coin mais Rey réussi à se rattraper et il atterri avec les deux pieds sur la deuxième corde. Haas arrive et se mange un enzaguri ! On tente le tombé pour le compte de deux. Charlie Haas se relève, Misterio essaye de l'envoyer dans les cordes, c'est contré. C'est Rey qui se fait projeter, il prend appui sur la seconde corde et tente d'enchainer avec un flyin' cross body qui est contré en powerslam ! Le tombé, également pour le compte de deux. On relève le luchador, on l'envoi dans les cordes à nouveau, on tente le clothesline. Rey passe en dessous. Il se renvoi lui même dans les cordes mais au moment de revenir, il est pris par Haas qui tente à nouveau un powerslam mais il est contré ! Misterio contre avec un headscissors qui envoi directement Haas sur les cordes ! On est prêt du côté de la Californie ! 619 dans sa face !!! Haas se relève groggy et se prend un Hurricanrana ! Le tombé : 1,2,3 ! Rey Misterio picks up the victory !



Booker T – Haas n'a pu dig le 619 et c'est bien fait pour lui !

Bill DeMott – Le pauvre Haas n'a pas compris ce qu'il vient de se passer, c'est allé beaucoup trop vite pour lui et une fois encore, son jeu d'imitation n'a pas fonctionné.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:23

Nos spots publicitaires viennent de prendre fin, retournons voir ce qu'il se passe autour du ring avec Booker T et Bill DeMott.

Bill DeMott – J'vais devoir te laisser quelques instants vieil ami. J'ai un truc à faire dans le ring dans quelques instants.

Booker T – J'espère pour toi que tout va bien s'dérouler parce que cette semaine, je ne te sauve pas la mise, problème technique ou non.

Bill DeMott – Il n'y aura pas de problème cette fois-ci. J'me suis arrangé pour que tout se passe bien. Si ça plante ce soir, ça sera plus tard. J'ai fait en sorte de pouvoir utiliser la totalité des ressources énergétiques pour notre Andy.

Alors que Bill DeMott et Booker T continuent de parler du problème technique de la semaine dernière, Andy Leavine fait, lui, son entrée sur le ring. Le jeune lutteur, gagnant d'une télé-réalité, ne semble pas pouvoir attendre plus longtemps.



Andy Leavine – Excusez-moi de vous déranger, mais est-ce que l'on pourrait avancer un peu ?

Booker T – Pour qui est-ce qu'il se prend ce nègre ?

Bill DeMott – Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il en a du culot ce petit.

Bill DeMott se lève enfin, et se dirige vers le ring.

Andy Leavine – Loin de moi l'envie de vous interrompre, mais je ne peux plus attendre une seconde de plus. Toute cette semaine, on m'a mis l'eau à la bouche en me disant que j'effectuerai mon premier match de pay-per-view lors de Thunderslam contre quelqu'un qui en vaut clairement le détour. Je n'en peux plus d'attendre, je ne veux plus attendre, je veux savoir. Dis-moi ! Dites-moi ! Crachez le morceau, ça en devient un supplice.



Bill DeMott – Andy, tout vient à point à celui qui sait attendre. Encore une fois, la direction de l'AWC s'excuse pour le léger contretemps de la semaine dernière, mais tout ça est désormais derrière nous. Laissez-moi mesdames et messieurs vous présenter Andy Leavine, le premier fruit de notre association avec Steve, Trish et Booker. Andy Leavine, le garçon qui a su se dépasser pour en arriver là où il en...

Andy Leavine – Dis-moi.

Bill DeMott – J'vois que la patience n'est pas une de tes qualités. Je vais donc aller droit au but. Moi, Bill DeMott, l'homme aux questions, s'est arrangé pour que celui que tout le monde aime, Big Andy, ait sa chance de briller lors du premier pay-per-view de l'AWC, son premier pay-per-view personnel, contre quelqu'un qui a déjà remporter un grand nombre de titres, contre quelqu'un que tout le monde craint, contre quelqu'un...

Andy Leavine – DIS-MOI !

Andy est rouge de colère, il ne veut plus attendre une seconde de plus. La semaine a été longue pour lui. Plus personne ne fait attention à ce qu'il se passe dans le ring, tous les fans regardent en direction de la rampe d'accès où un homme bien connu de tous est en train d'observer la scène.



Dans le ring, Andy Leavine est à deux doigts de porter la main sur son entraîneur qui, lui, continue de le faire patienter.

Andy Leavine – DIS-MOI !

Sur la rampe, Triple H avance d'un pas décidé vers le ring. Il prend un micro et monte discrètement dans le ring, se plaçant juste derrière Andy Leavine qui n'a rien remarqué. Bill DeMott sourit, Triple H observe la nuque d'Andy, et Andy, lui, gueule encore.

Andy Leavine – Qu'est-ce qui te fait rire ?

Triple H – Le principe d'un micro mon grand, c'est de se faire entendre de tout le monde dans une salle pleine sans avoir à gueuler comme tu le fais.

Andy Leavine, surpris, se retourne et n'en croit pas ses yeux.



Triple H – J'ai énormément entendu parler de toi Andy, tu sais ? Il y a quelques semaines, tout le monde ne parlait que de toi en coulisses. Ensuite, plus rien. Puis un beau jour, c'est-à-dire la semaine dernière, un vieil ami répondant au nom de Stone Cold Steve Austin m'a passé un coup de fil. Steve Austin m'a dit "Hunter, j'ai quelque chose à te demander. J'ai un collègue, un mangeur de hot-dogs, Bill DeMott je crois qu'il s'appelle, qui me saoule tous les jours pour faire de toi le premier adversaire en pay-per-view d'Andy Leavine, un gars que j'ai coaché dans une émission que tu n'as certainement pas regardé. J'ai besoin de toi, accepte s'il-te-plaît, je t'en supplie, je ferais tout ce que tu..." ou quelque chose comme ça, dans ce genre-là, vous m'avez compris. J'ai réfléchi une à deux secondes et puis... J'ai dit oui. Oui, à Thunderslam, ce sera Big Andy Leavine contre the King of Kings, the Game, moi, Triple H. C'est un cadeau à un vieil ami que je fais là, et j'espère que tu seras à la hauteur. Je compte sur toi pour faire de ce combat une référence dans ce monde. On se voit à Thunderslam mon grand.

Bill DeMott – Andy, you're welcome.

Triple H offre sa main à Andy Leavine, qui la saisit timidement pour une poignée de main virile. Andy Leavine semble impressionné. Il luttera une légende de ce sport pour son premier grand rendez-vous. Triple H garde la main de son futur adversaire et reprend son micro.

Triple H – But as far as I'm concerned...GAME ON !

La musique de Triple H commence à résonner dans l'arène pendant ce que celui-ci quitte le ring, laissant Andy Leavine dans ses pensées. Fini de rêvasser, tu as un match contre Kurt Angle dans quelques instants.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:23

Booker T – J'voudrais savoir pourquoi est-ce que tu ne m'as rien dit.

Bill DeMott – Tu ne vas quand même pas m'en vouloir. C'est ça le business, tu le sais aussi bien que moi. Y'a des choses que l'on peut dire, et d'autres pas. Et l'arrivée de Triple H ici chez nous, avec en prime un match de PPV entre lui et Big Andy, c'était un dossier top secret.

Booker T – Tu aurais quand même pu me le dire, j'suis ton collègue oui ou merde ?

Bill DeMott – T'es surtout le mec assigné aux nouvelles, et rien que pour ça c'est inimaginable que je te lâche la moindre information.



Booker T – Je n'vais pas discuter plus longuement de ça avec toi, j'suis juste déçu. Qu'est-ce que nous avons ce soir pour Big Andy ?

Bill DeMott – Nous avons Kurt Angle, l'homme a la nuque de fer. Ancien champion olympique de lutte, ancien multiples champion du monde et surtout ancien alcoolique. C'mec-là, c'est un bon test pour Andy, irrémédiablement.

» FIGHT ! «
Andy Leavine, toujours dans le ring, et surtout ailleurs en raison de l'annonce précédente, se fait surprendre par Kurt Angle, qui lui fonce dessus et le martèle de coup d'avant-bras. Andy Leavine est bloqué dans un des quatre coins et ne peut rien faire. Kurt Angle le prend par les cheveux et l'emmène au centre du ring pour un overhead belly to belly suplex. Kurt Angle tente le pinfall, un, deux, dégagement. Kurt Angle relève Andy Leavine qui le surprend avec un spinning spinebuster. Andy Leavine tente lui aussi le pinfall, un, deux, dégagement. Andy Leavine se place sur son adversaire et commence à lui envoyer des droites aux visages. Kurt Angle parvient en s'en sortir et use de ses connaissances en lutte gréco-romaine pour repasser dessus son adversaire. Andy Leavine essaie de reprendre le dessus mais Kurt Angle parvient à placer son rear naked choke. Andy Leavine souffre le martyre un bon moment, et parvient enfin à toucher du bout des doigts une corde. L'arbitre fait cesser la prise de soumission. Kurt Angle se relève, il retire ses bretelles et place son ankle lock. Celui que l'on surnomme Silent Rage déguste, mais s'énerve. La colère et l'adrénaline lui permettent de reprendre le dessus et de faire rouler Kurt Angle en avant qui vient embrasser le montant. Andy Leavine porte sans perdre de temps un running big boot. Kurt Angle se relève mais reçoit le cattle drive DDT de Big Andy. Andy Leavine tente le pinfall, un, deux, dégagement. Andy Leavine, rouge de colère, se relève et attrape Kurt Angle pour le double underhook facebuster, un pedigree. Andy Leavine tente de nouveau le pinfall, un, deux, trois.

Bill DeMott – J'adore et j'adhère complètement à cette mentalité-là. J'en connais un qui ne va pas être content de voir le pedigree être utilisé par un autre, et ça avant un match de PPV. Bordel que c'est bon.

Booker T – Nous avons fait le bon choix, c'est tout ce qui compte. Andy Leavine vient d'se payer Kurt Angle, suckas.

Bill DeMott – 'Nuff said.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:24

Bill DeMott – Booker, je viens d'être averti par l'oreillette que nous allons devoir patienter quelques temps avant de voir le match entre Low-Ki et Randy Orton.

Booker T – Ah oui, pourquoi ? Ils ne sont pas prêt à se battre ? C'est pas la bonne Attitude à adopter, va falloir lui remettre les pendules à l'heure, encore une fois à Low-Ki ?.

Bill DeMott – Non, c'est parce que Low-Ki a demandé de pouvoir prendre la parole, il a un message à faire passer visiblement.

Booker T – Très bien, bah accueillons Low-Ki et écoutons ce qu'il a à dire.



Le jeune lutteur dont la renommée sur le circuit indépendant n'est plus à faire arrive sous une réaction assez sympathique pour un lutteur de son calibre. Il descend la rampe en tapant rapidement dans quelques mains et retire sa veste. Non seulement, il se prépare déjà pour le combat, mais en plus il veut jouer le dingue. En effet, il prend le micro et pour se mettre en valeur, il monte sur la table des commentateurs pour parler, la classe quoi.

Low-Ki – Je vais faire vite les gars, ne vous inquiétez pas.

Il était quand même à deux doigts de renverser le sandwich crudité de Big Bill. T'imagines, on est passé prêt de la troisième guerre mondiale là.

Low-Ki – Je vais faire vite parce que je sais déjà ce que je vais dire, je n'aurai pas besoin de chercher mes mots pour dire ce que je pense. La semaine dernière, j'ai payé les conséquences de ma mauvaise performance lors de Attitude number one. Stone Cold m'a donné une leçon avec son Stunner, et il n'y a pas de problème avec ça. Non, le problème est ce qu'il s'est passé après. Abdallah Tarver, anciennement connu sous le nom de Michael Tarver, membre de l'ancienne Nexus, et tout récent repentit vers la religion musulmane a décidé qu'il était nécessaire de venir s'en prendre verbalement à moi lorsque j'étais au sol. Je me tourne donc vers cette caméra et je te le demande, Abdallah, est-ce que tu as un problème avec moi ?

Dans la foule, on peut entendre des chants en l'honneur du World Warrior.



Low-Ki – Si tu as un souci avec moi, pas de problème, mais je voudrais que tu ais au moins l'honneur et le courage de venir me le dire en face, comme un homme, quand je suis en état d'écouter ce que tu as à me dire. Je n'aime pas ce genre de comportement, je n'aime pas que l'on parle de moi quand je ne suis pas capable de me défendre. Si tu penses que tu es supérieur à moi pour la simple et bonne raison que tu t'es adressé à moi lorsque j'étais au sol, tu te trompes grandement. Mon code d'honneur n'accepte pas ce que tu as fais. Ce ne sont peut-être que des mots, mais les mots reflètent la pensée de la personne. Je te le dis donc de toi à moi Tarver, si tu veux me dire quelque chose, fais-le en face, comme quelqu'un qui prétend avoir des valeurs et pas comme un homme sournois. D'ailleurs, je te propose quelque chose...

Il veut qu'il devienne catholique c'est ça ? On va encore avoir un conflit de religion, c'est pas bon ça, on va encore faire un topic sur la Burqa.



Low-Ki – Tout à l'heure, après ton combat, je vais venir te voir, en homme, et te demander ce que tu as à me dire. Tu seras libre de parler, en tout bien tout honneur bien entendu. Je respecte mes valeurs, et je te laisse une chance de te racheter, ne la gâche pas.

Low-Ki redescend de la table des commentateurs, s'excuse auprès de Booker T et Bill DeMott pour le dérangement et redonne son micro à l'officiel avant de remonter sur le ring, prêt à se battre face à son adversaire du soir, Randy Orton.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:25

Bill DeMott – Low-Ki va revenir taper très fort, c’est une mentalité que j’apprécie, mais je voudrais d’abord le voir disposer de Randy Orton.

Booker T – Ce dernier est sur une bonne lancée puisqu’il a disposé de Robert Roode la semaine dernière, il voudra poursuivre en disposant de Low-Ki cette fois-ci.



Booker T – Contre ce mec là, la moindre erreur est fatale, tu fais le moindre faux mouvement et il te sort son RKO venu de nul part, un vrai tueur.

Bill DeMott – C’est un prédateur, il sait comment avoir ses proies et vu la façon dont il regarde Low-Ki, le voltigeur est une de ses proies à n’en pas douter.

» FIGHT ! «
Le combat démarre et Low-Ki utilise directement sa vitesse pour tourner autour de Randy Orton. Celui-ci tente d’attraper Low-Ki mais ce dernier évite les charges adverses et contre avec des kicks très rapides et claquants. Ainsi, Low-Ki évitera plusieurs fois son adversaire tandis que celui-ci goûta au pied du High-flyer plus d‘une fois. Cependant au jeu du chat et la souris, il fini par se faire avoir par Orton qui bloquera un Middle Kick de son adversaire pour claquer une Clothesline. Plus fort techniquement, Randy Orton mettra la main sur l’affrontement. Il placera la majorité de son arsenal de moves et Low-Ki ne s’en sortira qu’en évitant le Backbreaker de son adversaire pour placer un Arm Drag ! Il tentera alors de renverser le cours du combat en claquant un bel Enzuguri mais très fort, Randy Orton reprendra très vite l’avantage. En effet, Low-Ki tentera un Hurricanrana mais cela se finira en Powerbomb de la part de l’Apex Predator qui exécute là un magnifique contre. Un Angle Slam plus tard, Randy Orton est prêt à en terminer. Il est allongé sur le tablier du ring et tape des poings au sol tout en fixant le moindre geste de son adversaire. Celui-ci commence à se remettre debout, Low-Ki est groggy, il se retourne et … RKO ! Pinfall !

Bill DeMott – Il était meilleur, il a dominé le combat de la tête et des épaules. Il faudra faire très attention à lui dans l’avenir.

Booker T – C’est exact et … Et attendez une seconde, regardez !

C’est Rey Mysterio ! Le luchador vient de grimper sur le bord du ring. Il se saisit des cordes … Springboard Drop Kick ! Randy Orton est envoyé sur la deuxième corde. Rey Mysterio prend son élan … 619 !! 6 ! 1 ! 9 ! Randy Orton roule en dehors du ring, sonné après l’assaut du luchador. Le mexicain demande un micro qu’il reçoit.



Rey Misterio Jr – Randy Orton, si je viens de te placer mon Six One Nine, c’est pour toi, pour ton bien. Un jour, tu viendras me voir, et me remercieras de ce que j’ai fait, tu comprendras que j’ai été bénéfique pour toi, que tout ce que j’ai fait, je l’ai fait pour toi. Je veux que tu ouvres les yeux Randy Orton. Je veux que tu te regardes, que tu ouvres les yeux sur toi. Si jamais tu refuses, je te les ouvrirai de force. Je suis quelqu'un de nouveau... I am The Dark Avenger.

Rey Mysterio va dans un coin lever les bras tandis que Randy Orton en dehors du ring est complètement groggy. Ca fait toujours mal un coup quand on s’y attend pas, surtout un 619.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:25

Dans quelques instants, Diamond sera en action, mais avant ça, nous retrouvons en backstages la délicieuse Trish Stratus. Cette dernière vient de frapper à une porte et y passe la tête, pour voir s'il y a du monde à l'intérieur.

Trish Stratus – Tu as une minute à m'accorder, pour une petite interview ?

??? – Of course, honey. Come in.

Certains ont déjà reconnu cette couleur qui a tant fait saliver les uns, bander les autres, mais qui ne laisse jamais indifférent. Oui, on va bien y avoir le droit, c'est mon kiff perso de la semaine et ce soir on se le fait old-school, Gumpy's style.

Trish Stratus – Très bien, commençons alors. Stratusphère, je vous présente mon invité du soir, The People's Champ', The Rock. Mais avant de commencer, je vais laisser la parole au Rock.



Normal, Trish elle est prévoyante, elle a du background en la matière (ndlr : c'est vrai qu'elle a un sacré background, comprendra qui pourra) et elle sait comment le Great One fonctionne.

The Rock – Finally, The Rock has come back to Jacksooon !

« ROCKY ! ROCKY ! ROCKY ! »

Trish Stratus – Tu entends tous ces fans qui scandent ton nom ?! C'est incroyable. D'ailleurs, comment peux-tu expliquer que cet engouement soit toujours aussi fort après tant d'années ?

The Rock – C'est très simple, The Rock peut électriser n'importe qui, n'importe où, n'importe quand, en disant n'importe quoi. Si le Rock lève un sourcil, il électrisera tout le Kansas. Si le Rock va prendre un café chez Starbucks, il fait exploser le chiffre d'affaires. Si le Rock joue avec sa langue, il électrisera les millions...

« AND MILLIONS ! »

The Rock – ... de femmes fans du Rock, et tu connais bien la langue du Rock, sweatheart.



Trish Stratus – Rien que d'y repenser, j'en ai encore des frissons. Mais là n'est pas le sujet, revenons à l'interview. La semaine dernière, tu as fait ton retour en participant à la bataille royale, et cette semaine il s'agit de ton tout premier match télévisé depuis près de sept ans, tu n'es pas trop stressé ? Tu n'appréhendes pas trop ?

The Rock – Tu sais Trish, les choses n'ont pas beaucoup changé en sept ans. Le Rock aime ces moments là. On est là, tous ensemble, toi avec le micro dans la main, Mitch toujours derrière la caméra, Stone Cold toujours avec sa bière, et le Rock devant la caméra en train de faire passer son message. Nos regards se croisent toujours, Trish. C'est toujours les mêmes gestes, d'abord la jambe gauche, toujours, knee pad and shoe. Et puis la jambe droite, et puis une gorgée de People's water, toujours. Le temps passe, mais les choses restent les mêmes.

Le Rock faisait toutes ses promos en live, bah moi j'fais toutes mes promos du Rock en fresstyle, en live. Ce que j'écris, c'est à l'instinct.

Trish Stratus – Tu trouves que les choses n'ont pas changé ? Il y a pourtant eu beaucoup de changement dans ce business depuis ton départ.

The Rock – Certaines choses ont peut-être changé mais regardons les choses sous un autre angle. Tu as toujours ce regard coquin que le Rock aime tant, John Cena ressemble toujours à un barbapapa, les fans scandent toujours autant le nom du Great One et surtout, surtout, le Rock sait toujours faire ce qu'il a toujours su faire de mieux, and that's lay the smack down all over your candy asses !

Alors que Trish allait poser sa prochaine question, D'Angelo Dinero fait son apparition.



D'Angelo Dinero – On nous attend, Rocky.

The Rock – N'appelles plus jamais le Rock, Rocky sinon ta tête finira épinglé sur le mur du bar qui se trouve au coin de Know your role Boulevard.

D'Angelo Dinero – Peu importe, on doit y aller, la Congregation attend de voir le Pope en action. Ne t'en fais pas, tu reviendras voir cette jeune vierge rapidement, notre match ne sera pas long.

Trish Stratus – Cette jeune vierge ?

The Rock – Hold on a second, jabroni. Pour qui est-ce que tu te prends ? The Rock est en pleine discussion avec une charmante demoiselle, alors tu es mignon et tu attend en dehors, et le Rock te rappelle que ta Congrégation n'est rien de plus que le peuple du Rock. S'ils attendent le Pope, ils attendent le Rock. Ne t'en fais pas, le Great One arrive.

D'Angelo Dinero – Ouais mais je crois qu'il y en a deux qui veulent recevoir un bottage de cul dans les règles, tu vois ce que je veux dire, Rock ?

Le Rock souffle un coup, visiblement il ne chopera pas ce soir, il doit y aller.

The Rock – Le Rock est désolé, il va devoir couper court à notre petite discussion, honey

Trish Stratus – Pas de souci... Mais tu n'oublies pas quelque chose ?

Le Rock se stoppe, échange un regard avec le Pope qui lui fait signe d'y retourner et finalement, on va pouvoir conclure.

The Rock – IF YOU SMELLLALLALLLLALLOOOW, WHAT THE ROCK... IS COOKIN' ?!

Trish Stratus – C'était Trish Stratus en direct de la loge du Great One. Restez avec nous, dans quelques instants, le Rock et D'Angelo Dinero vont faire équipes pour affronter Robert Roode et Daisuke Sekimoto, à tout de suite.

Allez, voilà qui ira bien, on a bien chauffé la foule pour le prochain combat, maintenant laissons les poings remplacer les mots. Désolé pour le Pope que j'aurai pu mettre plus en valeur suite à l'annonce du départ du Great One, mais j'avais déjà bouclé le segment avant.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:25

Alors qu'un match par équipe est programmé, on a les pionniers de la division par équipe qui font leur entrée, les Dudleys, Bubba Ray, Devon, Gertner et Sign Guy sont dans la place. Mais le truc bizarre, c'est que le seul membre de la famille qui a un match ce soir, c'est Spike, plus tard. Le plus étonnant.



Bill DeMott – Pourquoi est ce qu'ils viennent vers nous, eux ?

Booker T – Bill, je crois qu'il faut tirer les deux autres sièges, Bill.

Bill DeMott – Ils vont commenter le match ? C'est une blague ? C'est mon job, notre job ça !

Mais malheureusement pour Bill, Bubba et Devon prennent les deux autres sièges en cuir et les deux autres casques de commentateurs, ils s'installent à la table juste à côté de celle de Bill DeMott et Booker, tandis que Gertner est en train de donner son numéro de téléphone à une jolie jeune fille du premier rang. Sign Guy, lui, il a une pancarte qui dit "We Are Awesome".

Bill DeMott – Dégagez d'ici vous deux ! Vous avez pas de match ?

Bubba Ray – Est ce que c'est tes affaires, DeMott ? On est ici parce que y'a un match par équipe d'annoncé, et qui dit match par équipe, dit Dudleys !



Booker T – Messieurs, restons concentrés s'il vous plaît. Accompagnés du légendaire Ric Flair, voilà Robert Roode et Daisuke Sekimoto.

Bill DeMott – Alors, vous allez les prendre comme adversaires pour les titres où ils vous font trop peur ceux là ?

Bubba Ray – Nous faire peur ? Est ce que c'est une blague, DeMott ? Daisuke a été six fois champions par équipe, oui, mais à chaque fois ou presque avec des partenaires différents. Quand à Roode, on lui a tellement latté la gueule qu'il faudrait un putain de diplômé d'Harvard pour savoir combien de fois.



Booker T – Et voilà une équipe toute neuve et plutôt improbable, le légendaire Rock et le Pope, deux hommes qui se ressemblent beaucoup dans leur façon de parler mais pas de lutter.

Bubba Ray – On ne peut pas appeler ça une équipe, Booker. Ils faut se connaître pour être une équipe. Devon et moi, on lutte ensemble depuis 1996, tu te rends compte ? Ils n'ont aucune chance de gagner.

Bill DeMott – Je mise une pièce sur eux, juste pour faire chier le gros.

» FIGHT ! «
C’est parti, Sekimoto commence le match d'un commun accord avec Robert Roode, mais le Pope et le Rock se disputent pour savoir qui va commencer. Le Japonais mais fin aux tractations en mettant un coup de hammer dans le dos de Dinero qu'il traîne au milieu du ring. Sekimoto y va avec des atémis très brutaux sur le torse du pauvre Pope qui devient très vite rougeoyant. Le japonais fait le changement avec Roode, Sekimoto envoie un bodyslam à Dinero et Roode lui envoie une descente du poing dans le visage. Il tente le tombé, mais Dinero se dégage aisément. Roode le relève, il l'envoie dans les cordes, et surpassement ! Puis encore un changement avec Daisuke Sekimoto, Angelo Dinero se fait malmené depuis le début du match, et double clothesline dans sa gueule ! Flair exulte au bord du ring, alors que le Rock encourage son partenaire qui vient de se dégager encore une fois avant le trois.

Booker T – Belle détermination du Pope d'Angelo Dinero ici. Le Rock lui est impatient, je pense que si il parvient à rentrer sur le ring, ça sera fini.



Bubba Ray – Tu dis ça uniquement parce qu'il t'as déjà botté le cul, et plus d'une fois.

Bill DeMott – Ta gueule.

Devon. That's my line !

Sur le ring, Dinero continue de se faire archi dominer pendant de longues, très longues minutes, pour lui comme pour son partenaire. Mais Dinero parvient à esquiver un lariat de Sekimoto en passant sous son bras. Le japonais l'attrape par la jambe, mais Dinero tend le bras et .. le tag est fait ! Le Rock rentre, il est en feu, il enchaîne les coups de poings sur Sekimoto qui recule dans son propre coin. Roode tente d'intervenir mais le Rock l'envoie dans les cordes, et à son retour il l'envoie en dehors du ring avec un hip toss. Flair s'énerve, il monte sur l'apron et engueule le Rock, celui ci lui tend la main à un centimètre du visage et... People's Punch ! Le Rock se prépare pour son Rock Bottom, il frétille, Sekimoto est en train de se relever et... Sekimoto est debout, Rocky tente son Rock Bottom, mais Dinero tape sur son dos, blind tag, le Rock n'a rien senti, Rock Bottom ! Il regarde la foule, il est prêt pour le People's Elbow, mais l'arbitre lui dit de retourner derrière les cordes, le Rock jette un regard noir à Dinero qui couvre Sekimoto pour la victoire.



Booker T – Alors, The Rock et The Pope seront ils les adversaires des Dudley Boys ?

Bubba Ray – Austin nous a dit: "Pas d'amateur", donc je pense pas que ces deux fils de pute feront l'affaire, non.

Bill DeMott – Fils de pute, c'est qui la famille qui a qu'un seul père en commun et une dizaine de mères différentes ?

Devon. Gna gna gna, SHUT UP !
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:26

Après une coupure pub vantant les mérites de la steveweiser, de la budweiser, de la budlight, de la budlight ultra-light, de la budlight lime, et de la heineken (Bah oui, Stone Cold n'est pas à la tête de ce projet pour rien !), nous voilà de retour en direct où le prochain combat va avoir lieu. D'ailleurs, un klaxon retentit dans toute l'arena, Alberto Del Rio fait son entrée dans une belle voiture rouge dont nous tairons la marque.



Le Mexicain descend de sa belle voiture et fait son chemin jusqu'au ring. On peut facilement se rendre compte que son changement de comportement laisse encore beaucoup de septique puisque la foule ne réagit pas totalement bien à sa présence. Alberto se saisit d'ailleurs d'un micro, pour le match, faudra attendre un peu.


Alberto Del Rio - My name... My name is Alberto Del Rio, but you already know that.

Sourire colgate blancheur extra plus, il faudra au moins ça pour nous convaincre que c'est quelqu'un de bien. Au moins, il se brosse les dents, c'est déjà ça.

Alberto Del Rio - De vous à moi, j'ai quelque chose d'important à vous confier, quelque chose qui me tiens vraiment à coeur et que j'ai envie de participer avec vous, mis amigos. Vous savez, depuis ma plus jeune enfance, cela fait partie de ma vie. Oui, je pourrais même dire que je suis né dedans. En effet, depuis que je suis haut comme trois churros, l'or fait parti de ma vie à part entière. Je vie l'or, je renifle l'or, je mange l'or, je dors l'or, je suis de l'or, tout simplement.

Il est mal parti pour se faire accepter, les premières huées se font déjà entendre.



Alberto Del Rio - Je dois certainement très mal m'y prendre, mais je peux comprendre que beaucoup de monde soit envieux de ma personne et de ma situation. Vous savez, si moi même je n'étais pas ce que je suis, je serai envieux de moi-même ! Et justement, j'aime cette idée que les gens regarde ce que j'ai pu accomplir, j'aime l'idée que les gens voient en moi ce qu'eux n'ont pas. Je me sens un peu comme quelqu'un envoyé par los dios pour donner aux gens ce qu'ils n'ont pas pu avoir. Oui, ma destinée est peut-être celle-ci, celle d'un homme envoyé des Dieux. Ma destinée est d'être entouré d'or et de porter ce précieux métal sur moi-même.

Oulà, Alberto est sur le point de provoquer une émeute en ringside. Les plus pauvres, qui ont économisé dix ans, vendu leur chien, leur voiture, leur maison et leur grand-mère pour pouvoir obtenir une place pour avoir le droit de s'asseoir dans les marches de l'arena sont sur le point de franchir les barrières de sécurité et sont retenus tant bien que mal. Alberto, pendant ce temps, prend un paquet qu'on lui tendait et il en sort plusieurs breloques.

Alberto Del Rio - Ceci, mes amis, est ce dont je vous parle depuis tout à l'heure. Ces différentes médailles représente le grand athlète que je suis et que beaucoup auraient voulu être, mais qui n'ont pu réaliser leur rêve pour une raison ou une autre. Cette médaille de bronze représente ma troisième place aux World Junior Championships de 1997. Ces trois médailles d'or-ci représentent mes trois victoires aux Central American and Caribbean Games Enfin, cette médaille d'or symbolise ma victoire aux Pan American Games. Depuis que je suis tout jeune, je suis un grand athlète, cela coule dans mes veines.

Alberto a de l'or à la place du sang, pour ceux qui n'avaient pas comprit.



Alberto Del Rio - Ces cinq médailles montrent que plus jeune, j'ai été un très grand athlète en lutte amateur. J'étais un grand champion, reconnu dans sa génération, et j'étais déjà présenté comme l'un des meilleurs au monde, un futur médaillé d'or Olympique même. Tout ceci aurait pu devenir réalité si je n'avais pas suivi la destinée familiale et si je n'avais pas repris le masque de mon père pour devenir Dos Caras Jr, puis Alberto Del Rio. La destinée ne tient pas à grand chose, mais c'est grâce à elle que ce soir, je suis devant vous à partager cette histoire avec vous. Je suis heureux d'avoir pu partager ce moment avec vous, pour vous montrer que j'étais un très grand champion et qu'aujourd'hui, je suis très certainement le lutteur le plus technique au monde. Maintenant, place à l'acti-...

??? – It's wrong, it's wrong.



Le médaillé d'or Olympique d'Atlanta ne semble pas d'accord avec Del Rio et il se joint à lui, sur le ring, pour lui faire savoir le fond de sa pensée.

Kurt Angle – Bullshit. Everything is a fuckin' bullshit ! Le plus grand lutteur technique au monde ? Le plus grand lutteur amateur au monde ? Laisse moi ajouter une ligne à ton palmarès : Plus grand menteur au monde ! Tu sais qui je suis, Alberto ? Je suis Kurt Angle, le seul et unique médaillé d'or Olympique de ce putain de business. Je suis l'un des quatre seul homme présent sur cette planète a avoir été Grand Slam Amateur Wrestling Champion. A part moi, il n'y a que trois autres hommes qui ont réussi à être National Junior Champion, NCAA's Champion, World Champion and Olympic Champion. Tu penses toujours que tes médailles en plastique valent quelque chose à côté de ça, huh ?

En fait, Kurt ne laisse pas le temps à Alberto de répondre, il reprend directement la parole. Ouaip, chacun son temps de parole, comme dans les débats politiques.

Kurt Angle – Moi je ne me contente pas de raconter des histoires, je les ai vécu. Je ne parle pas d'un acte qui aurait pu arriver avec des si, moi je suis devenu champion Olympique. Je ne me contente pas de prétendre que j'aurai été le meilleur, je l'ai prouvé. Donc toi et tes petites histoires, vous pouvez vous rhabiller, le seul et unique lutteur amateur qui vaille la peine dans ce putain de business, c'est Kurt Angle. It's true, it's true.

Alberto Del Rio - Permets-moi de douter de ce que tu dis, Kurt. Je suis sûr que je suis un meilleur lutteur amateur que toi, et que la médaille d'or que tu as gagné, j'aurai pu la gagner à Sydney, à Athènes, à Pekin et que je pourrais même encore la gagner à Londres l'année prochaine.



Kurt Angle – Tu ne serais même pas capable de me mettre à terre.

Alberto Del Rio - Tu veux parier ?

Cette fois, terminé le micro. Les deux hommes laissent tomber le langage et se rapprochent jusqu'à être face à face, prêt à se confronter. Il y a de l'électricité dans l'air, on le sent, ça va péter d'une minute à l'autre. Le regard des deux hommes se croise une nouvelle fois, trop tard ça va pét-...





Je savais que ça allait péter, mais j'imaginais pas ça de cette façon. Austin, lui, va remettre les choses en l'air.

Stone Cold – J'en ai marre de vous entendre chialer, les salopes. What ? Oui, vous m'emmerdez. What ? Non, vous me cassez les couilles. What ? Je peux pas boire une bière sans qu'on vienne m'emmerder. What ? Et vous savez que j'aime pas qu'on vienne me faire chier quand je déguste une bière. What ? Alors puisque vous avez décidé de m'emmerder, j'vais régler votre problème à votre place. What ? Vous avez deux choix. What ? Soit vous faites la queue et chacun votre tour vous vous faites déboitez la gueule 3:16 style. What ? Soit vous fermez votre putain de gueule, et vous réglez ça dans un match de lutte amateur la semaine prochaine, à Attitude. What ? Non, en faites j'suis fatigué de vous entendre, donc j'vous laisse pas le choix. What ? Next week, ça sera Kurt Angle contre Alberto Del Rio dans un match de lutte amateur, et puis c'est tout.

Austin copie aussi les catch-phrases de Philippe Lucas, mais ça lui va bien aussi. Cette fois on est fixé, les deux hommes vont régler leurs comptes la semaine prochaine dans un match de lutte amateur. Mais en attendant, Alberto Del Rio, il a un combat à faire alors on va passer à la suite.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:27

Il est temps pour nous de voir Alberto Del Rio à l'œuvre sur le ring, puisqu'il s'apprête à affronter Spike Dudley, qui va faire son apparition d'un moment à l'autre. Justement, quand on parle du loup, en voici la queue, ne voyez aucune allusion à l'emploi de cette expression...



Booker T – Un gros match qui s'annonce là, et le visage déterminé de Spike Dudley nous le confirme. Prions pour que le combat soit à la hauteur de espérances de chacun.

Bill DeMott – Espérons que les Dudleys Boyz parviendront à se contrôler, et à éviter d'intervenir durant ce combat. Finir un si beau face-à-face sur une disqualification, ce serait bien dommage.

» FIGHT ! «
Comme l'avait prédit Booker T, ce match est de bonne facture. Les moves s'enchaînent bien, et ce, durant pratiquement toute la durée du combat. C'est d'ailleurs, en premier lieu, Spike Dudley qui prend l'ascendant sur le combat, preuve que l'expérience peut faire la différence. Il parvient notamment à porter, durant cette période de domination, un magnifique Diving Double Foot Stomp qui affaiblira considérablement Alberto Del Rio. Ce dernier parvient d'ailleurs à revenir dans le combat lorsque Spike fait l'erreur de tenter d'engager une épreuve de force, qu'il perdra et qui lui vaudra la sanction d'être mis au sol. Suite à cela, le match s'équilibrera, avant de tourner en faveur de Del Rio grâce à une German Suplex presque sortie de nulle part, qui permettra à celui-ci de reprendre l'ascendant moral dans cet affrontement. Le combat semble complétement plié, lorsque Spike parvient, dans un ultime effort, à contrer un punch de son adversaire, à lui porter un kick dans l'estomac, et à conclure avec un DDT ! Dans un énième souffle, il parvient également à se relever, à marcher jusqu'au turnbuckle avant de s'élancer pour un Moonsault ! Exténué, il n'a plus qu'à laisser l'arbitre faire le compte jusqu'à trois.

Booker T – Incroyable ! Spike a su surpasser la douleur, la souffrance pour porter ce Moonsault. Cette victoire est bien méritée pour lui !

Bill DeMott – Dieu a entendu ta prière, Booker ! Ce match a été à la hauteur de nos espérances, voire même plus encore ! Bravo à Spike Dudley pour son courage, c'est incroyable ce qu'il a fait !



Bubba, Devon, Joel et Sign Guy rejoingnent leur petit frère qui est tout content, mais les autres frères ne le sont pas tant que ça, et Bubba ordonne à Spike d'arrêter de se comporter comme un bouffon et de célébrer comme un vrai Dudley. Spike s'exécute et envoi son taunt des 3D avec le reste de la famille. On dirait l'unité spéciale de Ginue.


avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:27

On retrouve Christian dans les backstages, en train de se balader tout en chantonnant un petit air bien connu de nos chers bûcherons mangeurs de caribou accompagnés de sirop d'érable (stéréotype vous avez dit ?)

Christian Cage –
Oh Canada. Terre de nos aïeux. Ton front est ceint ...

Christian vient de tomber sur la famille Dudley, Bubba Ray, Devon, Joël Gertner et Sign Guy. On remarque que les frères Dudley ont prit le temps de se changer. Spike, lui, n'est visiblement pas là. Les quatre hommes sont tous sourire, et ça nous rappelle la scène de la semaine dernière avec Shawn Michaels.

Joël Gertner – Well, well, well. Contrairement à mes très chers frères Bubba et Devon, je ne te connais que de nom, c'est un plaisir, Monsieur Cage.

Spécial dédicace à Gumpers, il se comprendra.

Joël Gertner – Si on est là, c'est pour te proposer...



Christian Cage – Bubba, Devon... La dernière fois qu'on s'est vu, vous ne m'aviez pas fait passer à travers une table en verre ?

Bubba Ray – Exact, mais on est pas là pour partager de magnifiques petits souvenirs, si on est là, c'est bien pour...

Christian Cage – Et est ce que la dernière fois qu'on s'est retrouvé dans un match, il n'impliquait pas des chaises, des échelles et des tables ?

Bubba Ray – A good old table, yeah ! Mais on est pas là pour ça, je te l'ai déjà dis.

Christian, qui a tenu la discussion d'un ton très guilleret, ajoute un sourire à son visage, le coquin.

Christian Cage – Je sais, je sais. Mais juste une autre question, est ce que c'est pas avec vous que j'ai livré une guerre sans merci, donnant des coups de chaise sur le crâne, se balançant des échelles dessus et se faisant passer à travers des tables ?



Bubba Ray – On connaît notre glorieux passé, Christian. Pas besoin de nous le rappeler, on veut te proposer un match.

Christian Cage – Ça fait trop longtemps que vous avez pas fais passé quelqu'un à travers une table, hein ? Vous avez pas pu le faire à l'Undertaker, alors ça tombe sur moi.

Cette fois, c'est au tour de Bubba d'afficher un sourire, alors que Devon a toujours son air de type en colère, comme d'habitude en fait.

Bubba Ray – C'est vrai que ça nous plairait bien de faire passer ta jolie petite gueule de premier de la classe à travers une table, mais on est pas là pour ça. On est là pour que tu appelles ton partenaire, et que vous soyez les challengeurs à nos titres par équipe, à Thunderslam.

Christian Cage – Vos titres ?

Bubba Ray – Oui, nos titres.

Christian Cage – Sérieusement ?

Bubba Ray – Sérieusement.

Christian Cage – Réellement ?

Et maintenant, Bubba perd son sourire, dommage, il a un si beau visage.



Bubba Ray – Réellement. Et si tu poses une autre putain de question stupide, je te promet qu'on se fera un plaisir de te casser toutes tes dents !

Christian Cage – Je ne peux pas.

Bubba Ray – Tu ne peux pas ?!

Christian Cage – Là, c'est toi qui poses une question.

Bubba Ray – Arrête de te foutre de nos gueules, Christian, sinon c'est la tienne qui finira écrasée contre le carrelage !

Christian Cage – Je ne peux pas, je suis désolé.

Bubba Ray – Pourquoi ? Parce que vous vous êtes rendus compte que vos lunettes étaient déjà dépassées en 1950 ? Parce que vous savez que maintenant tous le monde a un flash sur son appareil photo ? Parce que plus personne ne fabrique de kazoo ?



Moue d’incompréhension de Christian, tu vois le genre. Pendant ce temps, Sign Guy a une lueur de génie qui passe dans les yeux et il se met à écrire au marqueur noir sur sa pancarte.

Christian Cage – Je ne peux pas appeler Lance, il est officiellement à la retraite, désolé mec.

Christian s'en va après une petite tape sur l'épaule de Bubba, celui ci, ainsi que toute sa petite famille, sont pas franchement contents, sauf Sign Guy qui continue d'écrire son truc.

Bubba Ray – Lance Storm ?! Est ce que tous le monde est complètement con dans ces couloirs ? Je parlais de Edge putain de merde !

Bubba échange un regard d'incompréhension avec Devon, puis les deux hommes regardent Joel qui hausse les épaules. Les trois hommes s'en vont alors que Sign Guy lève sa pancarte, dessus il y a marqué: "On parle d'Edge, imbécile de Cage.". Sauf qu'il se rend compte que c'est trop tard, dommage.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:28

Booker T – Ce qui nous attend à présent, Bill, c'est le premier des deux matchs entre les hommes qui sont encore invaincus dans cette fédération.

Bill DeMott – John Cena, notre marine Américain va se retrouver face à Abdallah Tarver, musulman pratiquant et opposé à l'idée Américaine. Au delà de ces idéologies, c'est un vrai combat que les deux hommes vont se livrer.

Booker T – Espérons que les deux hommes vont pouvoir opposer leurs idéologies aussi bien sur le ring, ça offrira un beau spectacle.



Booker T – En tout cas, le moins que l'on puisse dire c'est que l'accueil réservé à Abdallah Tarver ne va pas aider à le faire aimer notre beau pays.

Bill DeMott – Le rêve Américain, très peu pour lui. Tarver est en mission pour Allah et il n'y a que cela qui compte pour lui, il n'a qu'un objectif en tête : la victoire !

Booker T – Oui mais John Cena, qui continue son chemin vers le titre Attitude n'a, à mon avis, pas envie d'avoir un accroc dans sa préparation.



Bill DeMott – Nous pourrons tout de même rappeler qu'en début de soirée, John Cena est passé à travers une table. Alors, est-ce que cela va jouer pour cette rencontre ? Nous le saurons bientôt.

Booker T – Peu importe qu'il soit passé ou non à travers une table, sa motivation, elle, n'a pas une égratignure.

» FIGHT ! «
DING DING DING ! Sans perdre la moindre seconde, Abdallah Tarver se précipite sur son adversaire comme un loup affamé. Les droites pleuvent et celui dont les mains peuvent mettre KO tout le monde met rapidement Cena en difficulté grâce à la puissance de ses mains. Tarver prend le contrôle du combat et n'hésite pas à effectuer plusieurs cheap shots devant les yeux de l'arbitre, peu importe la manière, seule la victoire compte pour lui, et c'est ce qu'il semble répondre aux réprimandes du referee. Tarver continue donc son travail et s'en prend à l'abdomen de Cena avec un Abdominal Stretch qui tient le coup malgré la douleur. Le leader de la Cenation tente de riposter mais son come-back est très vite avorté par Tarver qui lui porte un magnifique Neckbreaker, mais il n'obtiendra pas plus qu'un compte de deux. Les deux hommes se relèvent ensemble mais Cena tente de surprendre son adversaire en l'attaquant rapidement, bien lui en a fallu puisque Tarver est surprit et le marine réussi notamment à propulser son adversaire dans les cordes pour ensuite lui porter une Runnin' Clothesline. Cena relève son adversaire et enchaine plusieurs prises comme une Back Suplex ou encore une Release Powerbomb qui cloue l'envoyé d'Allah au sol. Cena peut en profiter, pour une fois le public est avec lui, les chants en l'honneur des Etats-Unis d'Amérique résonnent dans la salle et John peut porter son Five-Knuckle Shuffle sous les encouragements de la foule.



Bill DeMott – En plein dans sa face, Cena semble déterminé à lui faire rentrer l'amour des Etats-Unis dans sa petite tête.

Booker T – Attention cependant, Tarver n'est jamais loin de surprendre son monde.

En effet, en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, Tarver surprend son monde en contrant une projection de Cena en lui envoyant son genou dans le bas-ventre et enchaine par la suite avec un Runnin' STO mais n'obtient, une fois encore, qu'un simple compte de deux. Tarver relève donc une nouvelle fois son adversaire et l'envoie dans un coin du ring. Il se dirige vers lui mais Cena le surprend et lui envoie la tête la première dans le coin. Tarver est sonné et en se retournant, il n'a même pas le temps de comprendre qu'il se retrouve sur les épaules de Cena pour un Attitude Adjustement qui ne laisse aucune chance, victoire de John cena.


Booker T – Trois combats, trois victoires. Cena est toujours invaincu dans cette fédération et il se pourrait qu'il soit l'homme qui soit le plus à même de porter l'Attitude Championship.

Bill DeMott – Patientons encore un peu avant de tirer des conclusions car l'Undertaker peut très bien conserver sa série de victoire face à Christian Cage.

Booker T – C'est exact, mais tout ceci n'enlève rien à la belle victoire de John Cena qui prouve une nouvelle fois qu'il est un redoutable lutteur.

Victorieux sous les chants "USA", Cena quitte le ring sans trop attendre, il n'a visiblement pas envie de s'attarder ici. Sur le ring, Abdallah Tarver, lui, se fait insulter de tous les côtés et ce n'est pas encore terminé pour lui.





En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, et sous les acclamations des fans, Low-Ki déboule sur le ring et pointe directement son regard vers Abdallah Tarver. Ce dernier se relève péniblement à l'aide des cordes alors que de son côté, Ki lui fait signe d'approcher, pour lui dire d'homme à homme le fond de sa pensée. Tarver s'approche donc de Low-Ki en se tenant le bas du dos et après un face-off d'une demi-seconde, Tarver sourit et roule en dehors du ring sous les huées des fans. Penitent Tarver affiche un large sourire et obtient même un micro.


Abdallah Tarver – Patience est mère de toutes les vertus. Patience mon cher ami, l'heure n'est pas encore au grand déballage. Non, seul Allah peut décider de l'endroit et du moment où les choses peuvent se dire, et je n'ai pas encore reçu son message. Mais ne t'en fais pas, cette heure arrivera bien assez tôt et à ce moment, ce ring ne ressemblera plus qu'à un champ de bataille où les Américains périront sous les coups d'Allah. Allah'o Akbar !

Ouais, c'est toujours comme ça avec les étrangers, toujours là pour foutre la merde. Tarver rentre tranquillement en backstages alors que sur le ring, Ki ne lâche pas des yeux celui dont il veut obtenir une explication.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:29

Ca devient une tradition désormais, chaque semaine on retrouve Trish Stratus pour une interview en backstage. Cette fois-ci, elle est en compagnie d’un canadien, toujours invaincu et qui combattra dans le Main-Event face à l’Undertaker, Captain Charisma, Christian Cage.

Trish Stratus – Je suis fière d’être là ce soir, en compagnie d’un grand nom de la lutte, un canadien comme moi, Christian Cage.

Christian Cage – Tout le monde sait que les canadiens sont les meilleurs.

Trish Stratus – Personne n’en doute mais la semaine dernière tu as attaqué John Cena qui, rappelons le, combattra lors de Thunderslam pour l'Attitude Championship. Peux-tu nous parler de cette attaque, les raisons avant tout. Le public est impatient de savoir pourquoi tu agis ainsi.



Christian Cage – Savoir pourquoi j’ai attaqué John Cena n’est pas le sujet.

Trish Stratus – Nous voulons tous savoir pourquoi tu es venu le frapper pourtant.

Christian Cage – Je ne vais pas me répéter, le sujet n’est là.

Trish Stratus – Quel est le sujet alors ?

Christian Cage – Le sujet, c’est moi, c’est Christian Cage, The Captain Charisma et surtout pourquoi ne suis-je pas dans le Title Picture ? Pourquoi ne suis-je pas à la place de John Cena ou de l’Undertaker, pourquoi n’ai-je pas la chance pour The Attitude Championship lors de Thunderslam ? Why ?

Trish Stratus – Et bien, cette décision appartient à Steve Austin, il a sûrement pensé que tu n'étais pas prêt ou que tu n'étais pas au niveau.



Christian Cage – C’est inadmissible. Et je devrais cautionner l’Attitude Adjustement que j’ai subi des mains de John Cena la semaine dernière ? Non, bien sur que non. Une nouvelle fois on ne me fait pas confiance, comme toujours, Christian Cage n’a pas sa chance. On a peur de moi et pour cela on me bloque, on m’empêche d’être à ma véritable place, au sommet. Personne ne me fais confiance, pourquoi ? Tout simplement parce qu’on a peur de moi, on sait que je suis le meilleur.

Trish Stratus – Peut-être que tu auras ta chance pour Ground Zero ou un autre Pay Per View.

Christian Cage – Vu que personne ne veut m’offrir cette chance, vu que tout le monde me sous-estime et bien je vais aller chercher cette chance tout seul. Je vais montrer mon véritable niveau, je vais montrer qui est le numéro un dans cette compagnie, je préviens tous mes détracteurs, tous ceux qui ne reconnaissent pas mon véritable niveau. Je vais montrer que le meilleur n’est nul autre que Captain Cha-...

Soudainement une main se pose sur le micro. Trish Stratus et Christian Cage se retournent pour voir The Gold Standard, Shelton Benjamin. Celui-ci regarde furieusement Christian Cage. Les deux hommes se dévisagent.

Shelton Benjamin – Cage, la semaine dernière, tu as commis une énorme erreur, jamais, jamais tu n’aurais dû me coûter la victoire. J’allais battre John Cena et tu es venu tout gâcher, je ne l’accepte pas. Tu as commis une énorme erreur. Et je peux te dire que te frapper ne m’a pas consoler, loin de là. Alors maintenant donnes moi une seule bonne raison de ne pas te gâcher ton combat face à l'Undertaker. Ce serait un juste retour des choses et je suis certain que plus jamais tu ne viendras gêner mes combats.

Christian Cage – C’est très simple, si jamais tu me touches, si jamais tu m’effleures ce soir, tu regretteras d’être venu au monde, et jamais tu ne regretteras autant que ce soir tes actes. Un conseil, ne viens pas me déranger si tu ne veux pas que ça se termine mal pour toi.



Shelton Benjamin – Tu parles au Gold Standard, je pensais t'avoir remis les idées en place mais il semblerait que je doive taper plus fort pour que ça soit efficace.

Christian Cage – Quand tu t’adresses au meilleur lutteur de cette compagnie, tu dois baisser les yeux et lui parler avec respect, or ce n’est pas le cas ici. De plus, attaquer dans le dos est la preuve même de la lâcheté. Cela ne te fais pas beaucoup de qualité, Benjamin.

Shelton Benjamin – Es-tu sûr d’être mieux placé que moi ? Et si on voyait ici et maintenant qui est le meilleur entre le soi-disant meilleur lutteur de la compagnie et le Gold Standard ?!

Les deux hommes se regardent dans le blanc des yeux et Trish doit jouer de ses hanches pour faire reculer les deux hommes momentanément.



Trish Stratus – S’il vous plaît messieurs, ne vous comportez pas n’importe comment, ce n’est ni l’endroit, ni le moment de se battre, et puis je suis certaine que vous ne souhaitez pas que Stone Cold intervienne là-dedans.

Christian Cage – Steve Austin ne m’a pas inséré dans le combat pour l'Attitude Championship, c’est un incapable. Que peut il me faire ? Personne n’est en mesure de stopper Captain Charisma quand il a décidé de s’occuper de quelqu’un, et personne ne m’arrêtera pour corriger ce minable de Benjamin.

Shelton Benjamin – Tu manques cruellement de courage pour ne pas t’adresser directement à moi, d’homme à homme, les yeux dans les yeux.

Christian se tourne vers Benjamin et les deux sont front contre front. Je crois que ça va péter.

Christian Cage – Tu préfères le corps à corps ? Laisse moi te dire une chose, si jamais tu fais un pas de trop ce soir, tu le payeras très cher.

Shelton Benjamin – Je préfère, oui, comme je préfère que tu ne viennes pas gâcher mes combats. Malheureusement c’est déjà fait, et je n’ai pas apprécié, je suis très remonté contre toi Cage, mon poing adoré a une folle envie de finir dans ton visage de Canadien.

Christian Cage – La seule chose qui est dorée c’est mon talent, et la leçon que tu vas recevoir.



Quel échange de regard rempli de haine chez les deux hommes. Ils sont prêts à en découdre, mais Trish Stratus s’interpose encore une fois entre eux.

Trish Stratus – On va en rester là pour cette interview. Christian, tu dois combattre dans le Main-Event et Shelton, tu retournes en coulisses, je mets fin à cette interview.

Les deux hommes disparaissent après un dernier échange de regard plus que tumultueux. Trish, elle, souffle, on a frôlé une bonne baston.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:29

Et nous y voilà, le main event de cette grande soirée. Ce match qui oppose deux grands lutteurs encore invaincu à la AWC, Cage fait face au Taker. Alors que les lutteurs n'ont pas encore fait leurs entrées, la foule est déjà chaude.

Booker T – Vous entendez ça ? Les superstars ne sont même pas encore là que l'ambiance est à son paroxysme. Il n'y a qu'à la AWC que vous pouvez vibrer ainsi, c'est moi qui vous le dit !

Bill DeMott – En effet, tu as raison Book'. La AWC monte les échelons rapidement, et quand la sauce prend avec les fans, vous obtenez ce genre d'ambiance d'avant match.

La musique de Christian Cage se fait entendre. Les fans huent double C, qui fait son entrée tranquillement, comme à son habitude.



Booker T – Vous pensez que Christian à ses chances pour remporter son combat face au deadman, malgrès le fait qu'il soit d'un plus petit gabarit ?

Bill DeMott – Pour ma part, je n'en suis pas sûr. Même si Cage nous montre chaques semaines qu'il est en forme, il ne faut pas oublier qui il a face à lui. Ni plus, ni moins, que le phenom, The Undertaker, le contender au titre mondial de cette fédération.

D'ailleurs, ce dernier fait maintenant son entrée, comme à son habitude, avec une lenteur incroyable, et sans Paul Bearer, pour une fois.



Booker T – Au contraire, connaissant bien Christian pour l'avoir affronté à la WWE et à la TNA, je peux vous garantir que ce mec là est un génie. Il peut se sortir de n'importe quoi, contre n'importe qui et ça, dans n'importe quelle circonstance.

Bill DeMott – Et bien, nous allons voir ça maintenant.

» FIGHT ! «
Le début de match est pour le phenom, qui montre sa puissance devant un Cage impuissant. Le deadman enchaine les coups de poings dans le visage de Cage qui n'arrive pas à prendre le dessus. Finalement, après quelques minutes de match, Cage arrive à trouver l'astuce pour reprendre le match en main. En effet, alors que le Taker voulait se lancer pour son old school, Cage le poussa directement à l'extérieur du ring, faisant alors, violemment chuter le Taker. Après cela, Christian s'empare du match donnant quelques violant coups hors du ring sur le phenom, comme une projection violente, directement dans les escaliers. Double C finira par exécuter ses move-set, sans laisser de repos à Taker, qui ne peut que se sortir des tombés tenter par CC. La seule erreur que Cage va faire, c'est de vouloir sauter pour un splash du haut de la troisième corde. La Taker esquive, laissant alors CC manger le sol. Le fin du match se fait sentir et les deux hommes se mettent des droites, des gauches alors qu'ils sont à genoux. Taker prend le dessus, et se prépare pour son chokeslam, mais Christian arrive à passer derrière le Taker et lui porte son killswitch venu de nul part ! Il tente un tombé, et c'est le compte de trois. Victoire de Christian.

Booker T – Can you dig that, sucka ?!

Bill DeMott – Je dois bien avouer que là, Christian Cage vient de me bluffer, vraiment. Bravo à lui.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 11 Juil - 17:30

Le match entre les deux vient de s'achever et le public a encore du mal à se remettre du match auquel ils ont pu assister. Sur le ring, les deux hommes mélangent encore leur sueur ensemble puisque ni l'Undertaker, ni Christian Cage n'a encore voulu quitter le ring. D'ailleurs, pendant que le Taker s'appuie sur les cordes pour souffler et récupérer après ce difficile combat, Christian, lui, semble vouloir lui dire deux mots, mais l'arbitre ne veut pas le laisser faire.



L'arbitre a beau avertir le Captain Charisma qu'il s'agirait d'une mauvaise idée, ce dernier n'en a que faire et finit par pousser légèrement l'arbitre et tape doucement l'épaule du Taker. Ce dernier se retourne pour voir de quoi il s'agit et aperçoit Christian. Après plusieurs secondes passées à lui dire le fond de sa pensée, Cage finit par pousser le Taker et lui envoie même une gifle ! La foule est sous le choc, l'arbitre a déjà quitté le ring par peur de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment alors que sur le ring, Christian ne bouge pas, sûr de sa force. Mal lui en a fallu car le Taker réagit à cette attaque par une droite, puis une deuxième puis une troisième. Christian recule jusque dans les cordes adverses et le Taker n'a plus qu'à le cueillir pour lui porter un monstrueux Chokeslam qui envoie Christian directement à l'extérieur du ring. Le capitaine est tombé sous la tempête ce soir. L'Undertaker, lui, veut un micro, il a à parler.




The Undertaker – I hope you're watching, Cena. Ce que Christian a fait était une immense erreur, et si tu ne veux pas subir le même sort que lui, je te conseille de ne pas te trouver sur ma route. Si tu penses être un obstacle vers ma conquête de l'Attitude Championship, tu as tout faux. Tu n'es pas le plus fort, tu n'es pas le plus intelligent, et si quelqu'un doit avoir peur de l'autre, c'est bien toi. Et je peux te promettre une chose, at Thunderslam you'll rest... In... Pea-...

??? – Une seconde Undertaker, une seconde...

Un homme ose couper la parole du Phenom, ce que personne n'oserait faire. Mais cet homme, ce n'est pas n'importe qui, il s'agit de Paul Bearer. Ce dernier apparait sous le titantron, urne en main et accompagné de quelques druides qui rajoutent un effet d'ambiance.



Paul Bearer – Je suis sincèrement désolé de t'interrompre de cette manière, mais j'ai quelque chose de la plus haute importance à te dire, et tu risques d'être plutôt satisfait. Je l'ai trouvé Taker, je l'ai trouvé...

The Undertaker – Tu l'as trouvé ?

Paul Bearer – Oui, je l'ai trouvé. J'ai fait ce qu'il fallait pour la retrouver, j'ai accompli ma tâche, et elle est prête, prête à se présenter à toi, Undertaker. J'ai réussi ce que tu voulais que je fasse, et maintenant elle fera exactement ce que tu veux qu'elle fasse. Elle est prête à s'asseoir à tes côtés, elle est prête à devenir the goddess of Darkness ! Elle est ici, la voici, elle arrive...

Personne n'a encore comprit de quoi ils parlent, sauf les membres du staff de l'AWC, mais nous n'en dirons pas plus. En effet, Paul Bearer s'écarte progressivement, alors que sur le ring, l'Undertaker est plus attentif que jamais à ce qui va se passer. Des druides apparaissent petit à petit et on peut s'apercevoir qu'ils portent quelque chose, comme une sorte d'autel... Non, il s'agit d'un trône ! Oui, un trône. Attendez, il y a quelqu'un dessus on dirait. Cette personne est pour le moment complètement voilée, vêtue d'un long drap noir recouvrant tout son corps, cette personne est amenée jusqu'au ring sous les chants des druides et sous l'incompréhension générale. Finalement, cette personne se lève de son trône et porte sa main au niveau de sa tête, pour découvrir son visage. Nous allons pouvoir mettre un visage à cette personne, OH MY FUCKIN' GOD...

Paul Bearer – Michelle McCool is comin' to you, Undertaker !

Joey Styles vient d'avoir une crise cardiaque, il n'en revient pas. Bill DeMott s'étouffe avec son sandwich crudité et Booker T n'a rien vu du spectacle, caché par ses dreadlocks. En backstages, si Trish avait encore ses implants, ils auraient surement explosé sous le choc de la nouvelle alors que Stone Cold aurait avalé sa cannette de bière. Il est difficile de croire que c'est vrai, mais c'est pourtant bien Michelle McCool, il ne fait aucun doute. Le jeune blonde et pétillante que nous avons connu n'a rien à voir avec la femme au visage sombre et fermé qui est présente ce soir. La démarche est droite, le corps raide, et le regard vide alors qu'elle monte sur le ring, rejoindre l'Undertaker. L'ancienne championne féminine de la WWE retire son étole noir et après s'être arrêté en face de l'Undertaker elle... Elle se met à genoux devant lui ? Blowjob spotted ! Elle fait une révérence au Taker avant de s'allonger devant lui, Michelle McCool s'allonge devant l'Undertaker, incroyable !



A l'extérieur du ring, Paul Bearer ne cesse de répéter ses fameux "Oh yes !" alors que sur le ring, l'Undertaker affiche un sourire qui n'en a que le nom et qui ferait fuir n'importe qui. Ce soir, un nouveau règne de terreur débute sur l'AWC, le ministre des ténèbres est de retour, et il n'est pas seul, une jolie jeune femme l'accompagne.




avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #3.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum