Attitude #4.

Aller en bas

Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:38

Le show n'a pas encore officiellement débuté mais une nouvelle fois, nous sommes en direct avant l'heure. Cette semaine, pas de yoga, et pas de réunion de la Corporation, non. Cette semaine, on se trouve en dehors de l'arena. On entend une porte de voiture claquée et on y aperçoit, au loin, John Cena. Ce dernier arrive, torse nu, normal. Et tu veux savoir pourquoi ? Parce que John il s'échauffe sur le chemin qui mène aux vestiaires, et je te propose de le suivre.



John Cena – Allez, on commence par un petit jogging.

C'est parti donc, Cena traverse tout le parking extérieur en faisant un jogging. Evidemment, les quelques fans qui garent leur voiture en même temps ne manquent pas de klaxonner pour saluer le leader de la Cenation qui, d'un signe de main, salue ses fans tout en continuant son jogging. Finalement, Cena passe une porte coulissante et entre dans le building. A peine le temps de s'arrêter pour demander son chemin à un agent de sécurité, et on repart.



John Cena – Maintenant, un petit sprint.

Et c'est reparti, Cena sprinte sur une centaine de mètres dans les couloirs de l'arena, manque de renverser tout le script de la soirée qui étaient dans les mains de Trish Stratus, il est à deux doigt de se prendre les pieds dans une bière qu'Austin avait laissé trainé et surtout, il était à un pouce de coincer les dreads de Booker T dans le broyeur à papier, on a frôlé la catastrophe. Finalement, John arrive devant un distributeur où se trouve un autre agent de sécurité. Normal, John se sert un coca, y'a du sucre, c'est bon pour les muscles.



John Cena – Alors, comment ça va ? Prêt pour ce soir ? Il va encore y avoir du monde, on est à guichet fermé.

Agent – Comme chaque lundi soir, on prépare les poches de glace car on en a besoin, on en prend des coups quand on fait la sécurité. Au fait, quelqu'un m'a dit que si je te voyais, je devais te dire de le rejoindre dans le parking souterrain.

John Cena – Okay, merci pour l'information, j'y vais tout de suite. Bonne chance pour ce soir.

John tape sur l'épaule de l'agent de sécurité et se dirige donc en trottinant direction le parking souterrain où quelqu'un est censé l'attendre. Tu vois, quelqu'un de censé aurait demandé qui voulait le voir, mais pas John, lui il aime bien les surprises. Ce dernier arrive donc dans le parking et commence à regarder à gauche et à droite, personne. Il marche quelques secondes dans le parking pour voir s'il n'aperçoit pas quelqu'un, toujours rien. Visiblement, il n'y a personne ici.

John Cena – Ah okay, on m'a fait une blague. La soirée commence bien, c'est co-...

Boum, un bruit sourd se fait entendre dans tout le parking. Cena est mit à terre, quelqu'un vient de le frapper au niveau de la nuque avec un objet métallique. Le leader de la Cenation est KO et l'homme, dont nous ne pouvons voir le visage ni même déceler un signe distinctif qui nous permettrait de découvrir son identité, s'en va en courant.



Un peu plus loin, on entend un autre bruit, plus rauque celui-ci. Ce bruit est suivi de crissement, on dirait des pneus. Oui, la caméra se tourne et effectivement, une voiture arrive et fonce en direction de la voiture blanche où se trouve Cena. Lancée à pleine vitesse, il est impossible de voir qui est le conducteur, et la voiture vient frapper de plein fouet le côté opposé de la voiture où se trouve Cena, mais ceci a pour effet d'éjecter le Chain Gang Soldier à plusieurs mètres. John est inconscient, le corps tuméfié, et ouvert à plusieurs endroit. La voiture dégage rapidement, on ne sait pas qui vient d'attenter à la vie de John Cena, mais la soirée commence mal.


Agent – John ? John tu es là ? J'ai entendu du bruit et je voulais savoir si tu étais là. John, tu es là ? Jo-... JOHN !

L'agent de sécurité vient d'apercevoir Cena au sol, et court vers lui. Il tente de parler, de manière à voir si Cena est conscient, en vain. L'agent averti immédiatement les secours et demande de l'aide. Il tente de reparler à Cena mais toujours aucune réponse, heureusement des infirmiers arrivent. La caméra s'éteint à ce moment là, la soirée commence sur un accident...
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:38

IT WAS LAST WEEK.
...
ATTITUDE NUMBER THREE, LIVE FROM JACKSON, MS.



Alors que John Cena venait expliquer son intervention dans le match de l'Undertaker, les choses tournent mal pour lui et se prend un 3D qui le fait passer à travers une table !



Le premier adversaire d'Andy Leavine au premier PPV de l'AWC n'est autre que le King of Kings, Triple H. Surprise, surprise !



Après avoir battu Haas plus tôt dans la soirée, Misterio s'en prend à Orton pour qu'on le reconnaisse sous le nom du... Dark Avenger !



Alberto Del Rio se fait interrompre par Kurt Angle lors de sa promo. Austin décide qu'il y aura un combat de lutte amateur entre les deux hommes, et ce sera ce soir !



Après la victoire de Cena sur Tarver, Low Ki arrive pour défier le musulman du regard, ça fait peur !



Le Gold Standard a des comptes à régler avec Captain Charisma, est-ce que ça se fera ce soir ?



Malgré sa défaite, l'Undertaker reste plus dangereux que jamais, il l'a prouvé en portant son Chokeslam à Christian. Mais... Paul Bearer a lui aussi un atout dans sa manche.



C'est une Michelle McCool à la démarche de zombie qui se présente devant le Deadman et s'allonge devant lui ! Un nouveau règne de terreur à la AWC aurait-il débuté ?



AND NOW, ATTITUDE CONTINUES
...
THIS IS ATTITUDE NUMBER FOUR LIVE FROM NEW ORLEANS, LA.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:40

ATTITUDE WRESTLING CORPORATION.



IT'S TIME TO CHOOSE THE RIGHT ATTITUDE.



« GIVE ME A HELL YEAH ! »

UNLEASH HELL.



« YOU LITTLE SUMBITCH ! »

AUSTIN 3:16 JUST WHOOPED YOUR ASS.



« WHAT ? »

THIS IS A NEW WRESTLING ERA.



« WHAT ? »

HOSTED BY THE TEXAS RATTLESNAKE, BEER DRINKER...



« THE TOUGHEST SUMBITCH OF WRESTLING HISTORY ! »

STONE COLD STEVE AUSTIN !



« OH HELL YEAH ! »

ARRIVE, RAISE HELL, LEAVE.



« WHAT ? »

THIS IS NOW...



« AND THAT'S THE BOTTOM LINE... »

THIS... IS... ATTITUDE !



« CAUSE STONE COLD SAID SO ! »
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:41

Parce que nous, on ne bidera pas, nous voici déjà au quatrième show. Matez au passage le rapport cause/conséquence qui n'a pas lieu d'être puisqu'il n'y a aucun lien entre les deux prop. subordonnées.. Pour toute autre question de grammaire, veuillez vous adresser à Killiom, ce génie qui a un magnifique dix-neuf sur quarante à son épreuve de français. Au passage, en parlant de génie, sachez que les Briscoes ont remporté la Battle Royal et que Dolph Ziggler a remporté son combat face à Jeff Hardy. Bravo tout de même à Tib', qui a, nous l'avons senti, pris beaucoup de plaisir à faire son RP. S'il continue comme ça, il sera vite pusché.



Bref, avant que ce show ne démarre, j'ai une demande à faire à tous les membres fans qui liront regarderont ce show. Veuillez, pour votre propre sécurité, et si vous voulez éviter de claquer 15€ d'ici peu, descendre votre jean et votre caleçon. Si vous n'en portez pas, c'est que vous êtes un gros dégueulasse, alors ! Et, avant de rentrer dans le vif du sujet, si vous trouvez cette introduction moins drôle que d'habitude, c'est normal, vu que c'est Invité qui l'a écrite. Bref, plutôt que nous intéresser à une balise username - oui, je gâche tout - nous allons attirer notre attention sur les tribunes de la New Orleans Arena. Voyez au premier rang ce jeune homme, dont le crâne est orné de superbes cheveux gris, et qui dit à qui ne veut pas l'entendre "qu'il a 33 ans, qu'il est marié et papa d'une petite fille de 14 mois (la 2eme pour bientot) habitant la cote atlantique, a coté de la rochelle". En voilà un qui aurait mieux fait de travailler à l'école s'il ne voulait pas être contraint plus tard à vendre des strings sur Internet pour nourrir sa famille.


« AUSTIN ! AUSTIN ! AUSTIN ! »

Bref, plutôt que jouer avec le feu en risquant de se retrouver avec une plainte au cul, nous allons nous intéresser à un véritable jeune homme, cette fois, mais dont la chevelure est nettement moins reluisante. C'est vrai que c'est moche, comme couleur. Matez d'ailleurs le Danette au chocolat qu'il tient dans sa main droite, et qui a l'air nettement moins bon que ceux à la vanille. N'empêche que ce garçon a vraiment l'air cool, on a envie de devenir son pote, vraiment.



Coucou, t'as la cam', beau gosse ? Bref. Direction les backstages à présent, c'est bien plus drôle que tout le reste. Nous arrivons dans le secteur de l'équipe technique, ouvrons l'un des bureaux. Nous apercevons un jeune garçon boutonneux, et bachelier, en plus quel homme ! Il semble très très paniqué. Il s'affole pour un rien, donne des ordres incessamment à tous ses hommes, mais malgré tout, a l'air de maîtriser la situation. Pas grand chose de marrant, en fait, c'est con. Passons à la loge d'en face. Je viens de m'exploser les tympans, mais tout le monde s'en fout, à cause du son bien trop fort, qui fait que de la musique techno résonne dans tout le couloir. Entrouvrons la parte, cette fois munis de bouchons pour les oreilles. Un jeune homme d'une vingtaine d'années, un des généraux, semble semer l'anarchie parmi le groupe qu'il gère. Il les clashe tous, les vexe, s'acharne, les discrimine, un vrai Tyran !


« AUSTIN ! AUSTIN ! AUSTIN ! »

Y a vraiment rien d'intéressant en backstages, aujourd'hui, en fait. Ah si, tiens, un jeune garçon s'approche de la loge des Dudleys, et toque. « Qui c'est ? » lui demande-t-on. « Bonjour, je voudrais un autographe de Joël Getner. Ou Getrner, je ne sais plus. » C'est bien, t'as tout compris à la vie, toi, retourne à l'école, plutôt, mon garçon. À l'autre bout du couloir, nous apercevons le jeune roux de tout à l'heure. Il est en pleine conversation avec... WTF ? Dark Vador ! Celui-ci lui explique que son âme a été corrompue par les Jedis, et que pour sauver la République, il doit rejoindre le côté obscur. Ce pauvre Vador n'a pas compris que ce que roux est à âme, Findus est à steak haché. Le jeune ginger regarde Anakin dans les yeux, ou ce qu'il en reste, et lui annonce qu'il est son fils. Vous devinerez le violent cri de chagrin, de tristesse, de frustration et de déception (tout ça, oui) que Vador pousse qui s'ensuit, je suppose.

« AUSTIN ! AUSTIN ! AUSTIN ! »

Vous l'avez bien vu, l'ambiance est partout, dans les tribunes, dans les backstages, dans les loges, dans les chiottes (?), mesdames et messieurs, bienvenue pour ce show qui ne sera pas le dernier, lui ! J'espère pour vous que vous avez la bonne attitude, parce que sinon...



Booker T – Welcome everybody to Attitude !

Bill DeMott – Tu te sens pas trop con de répéter chaque semaine la même phrase ? Bref. Bonsoir à tous, bienvenue dans la somptueuse arène de New Orleans, en espérant que vous allez aimer le spectacle qui s'apprête à s'offrir à vous.

Booker T – C'est plus que probable, Bill. Ce soir, nous aurons le privilège d'assister à des matchs d'exceptions, inédits, même, pour certains. Nous citerons entre autres le Main Event, entre Kurt Angle et Christian Cage, ainsi que Shelton Benjamin vs Rey Misterio Jr.

Bill DeMott – Ne négligeons pas le fait que ce show soit le dernier avant le tout premier pay-per-view de l'histoire de la AWC, et sûrement pas le dernier, je veux bien sûr parler de Thunderslam ! Nous sommes dans la dernière ligne droite !

Booker T – Nous pourrons voir l'évolution de rivalités plus qu'alléchantes qui se sont créées ces dernières semaines, telles que celle entre l'Undertaker et Cena, ou entre Andy Leavine et Orton.

Bill DeMott – N'oublions pas non plus Low Ki et Michael Tarver, qui semblent tous deux capables de fournir un spectacle de grande qualité. Bref, pour résumer, c'est un très très gros show qui s'annonce à nous, ce soir ! Un conseil, restez bien avec nous !

Booker T – Here we go, sucka' !
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:42

Booker T – Mesdames et messieurs vous avez surement remarqué le grand tapis au centre du ring, vous avez aussi remarqué qu'on a enlevé les cordes. Je vous rassure, vous aurez bien un show ce soir. Mais l'AWC vous propose pour commencer cette fabuleuse soirée un match de lutte amateur, rien que ça !

En effet, au centre du ring, l'arbitre n'a pas de tenue zébrée, et pour cause, c'est un arbitre de lutte amateur. A sa gauche se tient un homme habitué de ces tapis, c'est nul autre que Kurt Angle ! Quant à l'autre homme, à droite de l'arbitre, c'est un mexicain, tout le monde l'a reconnu et l'encourage, c'est Alberto Del Rio.



Booker T – Tu as des notions de lutte, toi, Bill ?

Bill DeMott – Des notions ? J'en ai fais à l'université.

Booker T – Tu vas pouvoir nous expliquer ce qui va se passer, alors.

Bill DeMott – Il y a trois manches de deux minutes, avec une pause de trente seconde au milieu. C'est bon, c'est compris ?

Booker T – I dig it.

Bill DeMott – Celui qui parvient à mettre un tombé, soit clouer les épaules de son adversaire au sol, gagne le match. Sinon, il faut gagner deux manches pour gagner le match. Les manches se gagnent en ayant plus de points que l'adversaire, c'est aussi simple que ça.

L'arbitre ordonne aux deux hommes de commencer, mais Del Rio demande quelques secondes, il ajuste des protèges poignets et ses bottes, puis fait signe que c'est bon. L'arbitre se tourne vers Angle qui dit lui aussi qu'il a besoin d'une minute pour se préparer. Angle ajuste ses bottes et enchaîne une dizaine de squats, comme ça. Del Rio rigole et se met à faire des squats lui aussi. Les deux hommes se regardent pendant qu'ils font leurs squats, aussi vite possible, Angle se laisse tomber sur le ventre et se met à faire des pompes, Del Rio en fait autant, mais avec un seul bras, Angle renchérit en faisant les siennes sur trois doigts, Del Rio lui fait ses pompes sur un seul poing. L'arbitre engueule les deux hommes, il leur dit qu'il faut commencer.



» FIGHT ! «
Les deux hommes se font face, les genoux pliés et les bras en avant. Le mexicain, troisième au championnat du monde junior de lutte amateur en 1997, avance rapidement vers Kurt Angle qui se précipite en arrière, il est sorti du tapis ! L'arbitre fait signe, Del Rio vient de gagner un point.

Bill DeMott – Si tu fuis le tapis, ton adversaire prend un point, aussi simple que ça, la lutte amateur c'est pas pour les fiottes.

Les deux lutteurs de l'Attitude Wrestling Corporation se font encore une fois face. Ils s'approchent et Angle tente un takedown mais Del Rio le repousse et se met en pont. Angle le regarde, il ne peut rien faire, Del Rio est courbé en arrière, sur le front et le bout des pieds sur le tapis pour éviter que son dos ne touche le sol. L'arbitre demande l'action, mais Alberto reste dans cette position très inconfortable. L'arbitre lui enlève un point pour passivité.

Bill DeMott – Si tu va pas à l'action, ton adversaire prend un point, je te l'ai dis, Bookah', c'est pas pour les tantouzes ce sport. Allez, ça reprend.



Cette fois, les deux hommes vont au contact, c'est un collar and tie, ils sont sur le rond central et poussent comme deux taureaux, seulement deux minutes viennent de s'écouler, et l'arbitre leur demande de se séparer. Mais aucun des deux hommes ne le fait, ils veulent mettre leur adversaire au sol ! L'arbitre ne sait pas quoi faire, il essaye de les séparer physiquement, mais il se se fait pousser par les deux hommes en même temps !

Alberto Del Rio et Kurt Angle se font face, Angle met une baffe à Del Rio, qui répond par une droite, les deux hommes se jettent l'un sur l'autre au sol pour mieux se mettre des coups de poing, c'est le bordel ! Mais la sécurité intervient bien vite et sépare les deux hommes, tant bien que mal. Dommage pour notre match de lutte.

Booker T – Plutôt que de faire des prises, le deux hommes ont préférés régler ça avec la seule puissance de leurs poings.

Bill DeMott – Ça se vaut comme technique, je dois avouer que régler des affaires avec les poings, c'est ce que je préfère.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:42

Booker T – Il est maintenant temps de commencer cette soirée d'action avec le premier match de ce nouveau numéro d'attitude, suckas.

Bill DeMott – C'est une rencontre qui m'intéresse particulièrement puisque nous aurons le futur adversaire d'Andy Leavine, Triple H, qui fera face non pas à un mais à deux lutteurs, et le tout dans les règles de l'handicap.

Booker T – Stone Cold Shark Boy ainsi que mon nigga New Jack vont devoir bosser ensemble ce soir pour y affronter l'ancien multiples champion du monde et véritable légende de ce business.



Bill DeMott – J'ai comme l'impression que cette association forcée ne marchera pas. Shark Boy est un pantin sans aucun talent qui n'est là seulement pour amuser la galerie alors que New Jack, lui, aborde une lutte débridée et complètement in-orthodoxe dès qu'il ne peut utiliser tout ce qu'il peut trouver sous le ring, dans le public ou dans son slip.



Booker T – Bill, arrête un peu tes clichés sur mon nigga d'Atlanta, Georgia. Ce n'est pas parce que sa spécialité est de faire dans la barbarie, le sang et le hardcore qu'il est incapable de faire quoique ce soit ce soir contre le King of Kings. Peut-être une surprise ce soir, l'upset du mois !

Bill DeMott – C'est que nous découvrirons dans quelques instants. Mais si j'étais vous, ou bookmaker, je ne miserai pas une seule pièce sur Shark Boy et New Jack. Je ne suis pas fan du n'importe quoi dans un ring, vraiment pas.

» FIGHT ! «
Les trois hommes sont dans le ring et s'observent. New Jack dit à Stone Cold Shark Boy d'y aller, et de foncer sur Triple H. Shark Boy charge mais Triple H l’accueille avec un spinning spinebuster. Triple H relève son adversaire et le jette par dessus la troisième corde. Triple H et New Jack, deux légendes de leur temps dans deux organisations différentes, se font face et une épreuve de force et engagée. Triple H domine les débats mais New Jack parvient à placer un poke dans les yeux de Triple H sans que l'arbitre ne voit quoique ce soit. New Jack attrape Triple H et lui place un death valley driver. Il tente le pinfall, un, deux, dégagement. New Jack se place sur Triple H et le malmène avec des coups d'avant-bras. New Jack se relève et monte sur le turnbuckle. Il prend son temps et y va de son diving headbutt, mais plus personne à destination puisque Triple H se retire à temps en sortant du ring. Shark Boy, à l'extérieur du ring, surprend Triple H avec son Chummer. Shark Boy remonte dans le ring et demande à l'arbitre de commencer un décompte à l'extérieur. Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, Triple H est de retour dans le ring. Shark Boy prend son élan dans les cordes pour son slingshot crossbody mais Triple H l'envoie ailleurs en le recevant avec le jumping knee drop directement dans la gueule de Shark Boy. New Jack saute sur Triple H et lui mord la jugulaire. Triple H reprend le dessus avec le running neckbreaker. Triple H ne perd pas plus de temps, Pedigree sur New Jack, Pedigree sur Shark Boy. Il couvre Shark Boy pour le compte de un, le compte de deux et le compte de trois pour la victoire finale de Triple H.

Bill DeMott – Qu'est-ce que je te disais Booker ? Je savais pertinemment que Shark Boy et New Jack n'allaient pas réussir à s'entendre correctement. Ils sont trop évasifs, pas assez structurés, aucune stratégie, aucune technique, j'espère que je n'aurai plus à les voir lutter ensemble parce que c'était insupportable.

New Jack descend du ring et récupère une chaise. Il monte dans le ring et se place derrière Triple H, il l'attend pour lui fracasser la tête. La musique d'Andy Leavine commence et ce dernier arrive en courant sous le regard surpris de Triple H qui n'a toujours pas compris. Andy Leavine monte dans le ring et charge en direction de Triple H avec un bog boot. Triple H ferme les yeux, s'imaginant que c'est pour lui, mais non. Andy Leavine vient d'encastrer la chaise dans la gueule de New Jack qui voulait s'en prendre à son futur adversaire. Triple H comprend enfin ce qu'il vient de se passer. Andy Leavine et Triple H se regardent, et le jeune lutteur propose une poignée de main virile. Triple H accepte.



Booker T – C'est très noble de la part d'Andy Leavine mais il aurait dû laisser mon nigga New Jack s'en prendre à Triple H, il aurait indirectement eu un avantage pour Thunderslam. Il risque de le regretter dans deux semaines.

Bill DeMott – On ne lui a pas appris le respect et l'honneur pour qu'il laisse ce genre de brutalités arriver. Bravo Andy, t'es un bon garçon.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:43

Alors que les officiels aident Shark Boy et New Jack à regagner les backstages, le titantron se met à grésiller. Un petit logo nous informe qu'il s'agit d'une scène tournée plus tôt dans la semaine, mais de quoi peut-il bien s'agir ? Nous sommes à une présentation pour un événement, pleins de fans sont là et... The Rock également ?! Oui, on filme le Rock durant la soirée de promotion du DVD Faster.



The Rock – The people is here ! The Rock's fans are here, tonight.

Sourire aux lèvres, le Great One s'approche des fans, échangeant quelques poignées de mains viriles, signant quelques autographes, recevant énormément de proposition en mariage, mais également une demi-douzaine de pelotage du people's struddell, trois ou quatre pâles imitations du people's eyebrow, mais également plusieurs chants en son honneur. Le Rock semble être heureux d'être là et remercie les fans d'être venu, les gratifiant même de sa catch-phrase désormais mythique.

The Rock – FINALLY, THE ROCK HAS COME BACK TOOOO...

We know the rest, we know the rest. Finalement, le Rock rejoint l'entrée du bâtiment où va s'effectuer la soirée de promotion du DVD Faster, mais à l'entrée, il est interloqué par un jeune fan qui ose dire que le Rock est son Dieu personnel. Touché par cette déclaration, le Great One demande son nom au jeune homme. La réponse du jeune ? Gump-... IT DOESN'T MATTER WHAT YOUR NAME IS ! Haha, l'enfoiré il m'a bien niqué, et en plus il repart prendre des photos avec des fans, me laissant en plan comme un con.



Mais le Rock revient finalement vers l'entrée et en me voyant, il lui dit qu'il est content de m'avoir rencontré et échange une poignée de main virile avec moi (pas trop non plus, j'aurai pu lui exploser les phalanges sinon). Anyway, le Rock rentre maintenant dans une grande salle de réception et après avoir salué quelques dizaines de personnes, on lui demande de rejoindre la scène. Le Rock ne se fait pas prier et s'exécute mais à peine avait-il salué la foule qu'un événement sans précédent vient scotcher tout le monde sur place. The Rock est violemment attaquer par derrière et il est envoyé tête la première en contre-bas de la scène.




Randy Orton – Tu as loupé une marche, Rocky.

L'attaque ne s'arrête cependant pas là, alors que le Rock se relevait en prenant appuie sur une table, Randy Orton le rejoint et l'attaque violemment à coup de droites et de gauches qui remettent rapidement un Rock déjà groggy au sol. La foule est horrifiée et n'ose pas intervenir. Orton en profite et envoie le Great One tête la première contre une pancarte géante du film Faster dont il est la vedette. Le People's Champ' est ko, et Orton ne peut à présent plus bougé, neutralisé par la sécurité qui vient d'arriver. Les paparazzi, eux, ne manquent pas d'immortaliser le moment qui risque de faire la une de tous les journaux à sensations demain.

Randy Orton – Tu as voulu jouer, tu as perdu ! Ton Attitude n'est pas la bonne, Dwayne, t'es à côté de la plaque. Il peut y avoir plusieurs meutes, mais il n'y a qu'un seul chef, et je suis déjà à la tête de la meute, dommage pour toi.

Des secours arrivent rapidement et alors qu'ils viennent en aide au Rock pour l'aider à monter sur le brancard, Orton arrive à se défaire du marquage des vigiles et vient placer un monstrueux RKO directement sur le sol au Great One. Cette fois, il est définitivement hors-service et Orton, cette fois, est maitrisé et gardé au sol. La vidéo se coupe là dessus, la foule étant autant sous le choc que les invités de cette soirée.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:44

Booker T – Alors Bill, prêt pour le prochain combat ? L'imposteur Charlie Haas affronte le mexicain le plus classe de l'AWC : Alberto Del Rio.

Bill DeMott – Et peut-être le mec le plus classe de l'AWC. Tiens, tu peux me passer le ketchup, s'te plaît ?

Charlie Haas lui est déjà sur le ring, déguisé ni plus ni moins en Dos Caras Sr. Alors que Del Rio effectue son entrée.



Booker T – Tiens Bill, tu peux me dire quelle est la marque de sa voiture ? J'aimerais bien m'acheter la même.

Bill DeMott – Aucune idée. Mais je peux te citer toutes les différentes sortes de pizza.

» FIGHT ! «
On ne perd pas de temps dans ce combat. Del Rio et Haas commence tout de suite par la traditionnelle épreuve de force. Le mexicain contourne intelligemment son adversaire et enchaine avec un takedown. On dirait qu'il veut nous montrer que lui aussi a des moves de luttes amateurs dans sa palette. Cependant, Haas au sol finit par le contrer avec front facelock. La prise ne tient pas longtemps car Del Rio se relève rapidement et projette le fake luchador dans les cordes pour l'accueillir avec un dropkick. Il tente directement le tombé pour le compte de un. On relève Haas pour l'attaquer maintenant avec une série de kick dans les jambes. Haas recule dans les cordes, l'arbitre vient les séparer mais Dos Haasras flanque une droite à Del Rio pendant que l'arbitre tente de les séparer. Il se met lui aussi à mettre des kicks à son adversaire. On projette le mexicain dans les cordes pour l'accueillir avec un dropkick mais Del Rio s'est retenu dans les cordes ! Haas se mange une grosse gamelle pendant que l'imitateur se relève difficilement, Del Rio s'est placé derrière lui pour une german suplex ! Il relève son adversaire, l'envoie dans le coin. Il prend son élan pour lui envoyer un putain d'enzaguri dans sa face masquée ! Del Rio tente le tombé pour le compte de deux. Il est prêt à en finir, Haas se relève groggy. C'est parti pour le Cross Arm Breacker ! Le calvaire de l'imposteur dur quelques secondes avant qu'il finisse par abandonner...

Bill DeMott – T'as vu ça, Book ? Haas n'a même pas eu voix au chapitre !

Booker T – J'ai surtout vu que tu m'as foutu ton putain de ketchup sur mon costume à 5000 dollars. Tu fais chier, dawg. Bon je vais me changer, moi !

Del Rio célèbre sa victoire pendant que l'arbitre regarde si Haas va bien. Ce dernier ne semble pas très au point tandis que Booker part en direction des backstages pour se changer.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:45

Et on retrouve Booker T dans les backstages, note que Booker a enlevé sa chemise pleine de ketchup, mais qu'il en a pas encore remis une. Il regarde qui l'appelle sur son téléphone, répond, et écoute un peu avant de gueuler.



Booker T – Mille dollars ?! Tu te fous de moi, dawg ?!

Et c'est ce moment là que choisissent les Dudleys, Studley Joel, Sign Guy, Bubba Ray et Devon, pour arriver. Devon a l'air de vouloir mettre des coups de poings, alors que Bubba arbore un grand sourire qu'il affichait déjà quand il demandait à Michaels et à Cage d'appeler leurs partenaires respectifs pour les affronter à Thunderslam.

Joël Gertner – Well ... Well ... You know the rest. Booker, on ne va pas y aller par quatre chemins, tu sais pourquoi on est là, alors raccroche et appelle Stevie Ray.

Booker T – Je m'en fiche de tout ça, tu t'es foutu dans la merde tout seul, je vais pas t'en sortir !

Bubba Ray – Surveille ta bouche arrogant fils de pute, si tu veux pas qu'elle finisse contre ce putain de mur !

Booker T – C'est toujours trop cher, mec !



Je suis le seul à penser que Booker n'a pas remarqué les Dudleys et qu'il parle à son interlocuteur au téléphone ? Et déjà, Bubba a perdu son sourire.

Bubba Ray – Joue pas avec nous saloperie de mes deux !

Booker T – Non, c'est toujours trop cher, dawg ! Je suis venu chez toi parce que t'es le meilleur, mais cinq cent dollars pour ça, c'est inadmissible !

Bubba Ray – Honnêtement, Booker, tu penses que parce que ton frère et toi êtes la seconde équipe la plus titrée au monde tu peux te foutre de nos gueules comme ça ?

Ton mielleux spotted.

Booker T – Si tu continue comme ça, sucka', je m'en vais te botter les fesses si fort que mon pied ressortira par ta grande bouche, en aussi peu de temps qu'il en faut pour dire spin-a-roonie !

Bubba Ray – Joue pas au jeu des menaces avec moi, connard, mon frère Devon comme moi, on peut très bien te casser ta sale petite gueule en moins de temps qu'il en faut pour dire Dudley Death Drop !

Répétition spotted.



Booker T – Ok, ça me va, on fait comme ça. Allez à tout à l'heure, Melvin.

Booker raccroche d'avec son garagiste et tourne la tête sur son côté, il sourit, merde, il vient seulement de voir les Dudleys, le con.

Booker T – Salut les mecs, je retourne à mon poste, je dois commenter votre match. Bon courage, les deux jeunes que vous affrontez sont plutôt bons.

Booker gratifie Devon d'une tape sur l'épaule avant de passer son chemin, laissant les frères Dudleys médusés. Merde, ça avait de la gueule un Harlem Heat versus Dudleyz pour les titres !
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:45

Alors qu'un match par équipe est programmé, on a Booker T qui revient à sa place, avec une veste et une chemise toute propre. La foule, pour le fun, l'acclame.

Bill DeMott – Pas trop de dégât sur ta veste, Book ?

Booker T – Tu verras ça quand je te donnerai la note de la laverie.

Owned. (J'rajoute ces mots entre parenthèses, parce qu'il paraît que ça fait moche, un mot tout seul sur une ligne)

Bill DeMott – Et merde, encore ces deux bouffons.



Bill DeMott – Je parle pour rien dire, parce que j'ai pas envie d'entendre l'introduction de l'autre bite sur pattes. Alors bla bla bla bla bla bla bla. C'est fini ?

Booker T – C'est fini Bill. Et c'est maintenant R-Truth et The Pope qui font leur entrée.

Bill DeMott – Je mise sur eux, je peux pas voir chapi et chapo.

Booker T – Bill, tu oublie que les Dudleyz sont des lutteurs de classe internationale, ils ont lutté au Japon, en Europe, aux USA, et ont gagné en tout et pour tout 23 titres de champions du monde par équipe.

Bill DeMott – Rien à foutre.

» FIGHT ! «
Bubba Ray commence, alors que Dinero et Truth se disputent pour savoir qui commencera, Bubba s'approche de Dinero dans le dos, mais celui ci ne fait pas l'erreur de la semaine dernière et esquive le coup qui lui était adressé que prend Truth. C'est donc R-Truth qui commence en se faisant marteler de coups de poing par Bubba. Celui ci tire R-Truth au sol et l'amène dans son coin, il fait le changement avec Devon, et celui ci monte sur l'apron alors que Bubba prend Truth en Electric Chair. Ce n'est pas un Wassup', mais une parodie de la prise de finition des Road Warriors, un Dudley Device ! Devon tente le tombé, mais R-Truth se dégage à deux, gros début de match.

Bill DeMott – Un, deux, trois quatre .. ? Merde, je suis encerclé par des noirs moi.

Booker T – Pardon Bill ?

Bill DeMott – Je disais "merde, j'ai envie de poires, moi."

R-Truth a réussi à reprendre le dessus et il part dans les cordes, il tente un dropkick qui touche Bubba, mais celui ci ne tombe pas et se contente de tituber. Killings part pour la même manœuvre, mais encore une fois Bubba ne tombe pas. Il crie à son adversaire d'y aller plus fort, se fout de sa gueule en somme. Truth fait alors le changement avec son partenaire, double dropkick, et cette fois Devon tombe ! A partir de là, le match est très disputé, Bubba et Dinero ne cédant pas un pouce de terrain. Pendant de longues minutes, cela va ainsi, jusqu'à ce que Dinero fasse le changement en même temps que Bubba. Truth va dominer Devon en s'attaquant à sa jambe, il envoie son Lie Detector dans la gueule de l'afro américain des Dudleys, mais .. Dinero vient de faire le blind tag ! R-Truth et Dinero s'engueulent, Devon rampe vers son frère et coéquipier, le changement est fait. Bubba se rue sur le ring, envoie Truth bouler en dehors avec une droite, et BAM ! Bubba Cutter sur Dinero. Un, deux trois, emballé, c'est pesé.



Bill DeMott – Merde, j'ai perdu !

Booker T – Il suffisait de lire les fiches pour savoir qui allait gagner.

Bill DeMott – Hein ? De quelles fiches tu parles ?

Booker T – Euh .. Rien, rien. En tout cas, les Dudleyz sembles bien partis pour devenir nos champions du monde par équipe.

Les Dudleyz célèbrent puis s'en vont. Dinero se remet debout, et R-Truth vient le voir, il semble lui reprocher la perte du match, et il le pousse. Dinero recule de trois bons pas, ne comprend pas bien ce qu'il vient de se passer mais R-Truth est déjà parti, fulminant.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:46

Les Dudleys viennent de triompher et alors que le ring est vide, il ne va plus tarder à se remplir. En effet, un Theme Song résonne dans l’arène, et les véritables Peeps sont tous debout.



Des huées accompagnent l’entré du canadien qui les ignore et qui fait au contraire un salut vers un groupe de ses peeps qui abordent tous un T-Shirt à l’effigie de Captain Charisma. Ce dernier, micro en main, rentre dans le ring et va se placer au centre du ring toujours sous les huées.


Christian Cage – Qu’est-ce qu’un exploit au final ? Le mieux pour donner une définition au mot exploit est sûrement de donner des exemples, et j’en ai un en tête, un récent. Last week, Christian Cage defeat The Undertaker. J’ai stoppé sa série d’invincibilité alors que la mienne continue. Oui la semaine dernière j’ai fait un exploit en battant The Undertaker. J’ai été le premier à le faire, à battre The Deadman. Il ne reste plus que John Cena et moi désormais d’invaincus, sauf que moi je le serai encore ce soir après avoir combattu, alors que lui John Cena le sera encore mais sans combattre. Je suis le meilleur dans cette compagnie et malgré mes victoires plus impressionnantes les unes que les autres, je ne serai pas dans le Main-Event de Thunderslam pour remporter The Attitude Championship. Non, à la place je ferai face à Shelton Benjamin, ma place ne devrait pas être face à ce minable qui ne vaut rien. Cependant, notre discussion de la semaine dernière ne m’a pas comblé, il a voulu montrer qu’il était supérieur au Captain Charisma, et je l’invite à reprendre notre discussion ce soir. Cette fois pas de Trish Stratus pour stopper notre discussion. Je t’attends Shelton Benjamin.

Christian Cage et tout le public se tourne vers l’arène, ils attendent d’entendre le Theme Song du Gold Standard résonner et le voir apparaître.



Et ça se passe comme prévu. J’adore qu’un plan se déroule sans accro. The Gold Standard arrive, et le public est pour lui vis-à-vis de Christian Cage que mis à part ses Peeps, personne ne peut voir. Shelty-B rejoint Cage dans le ring et les deux se regardent droit dans les yeux.


Shelton Benjamin – Tu voulais me voir Christian Cage, je suis là, tu peux me voir. Tu ne pourras pas dire que cette fois Trish m’a sauvé la vie. Elle n’est pas là. C’est entre toi et moi maintenant, comme ça sera lors de Thunderslam. Juste toi et moi dans ce ring, et au final, il n’y aura qu’un vainqueur et ça sera The Gold Standard.

Christian Cage – Ce refrain, je l’ai déjà entendu d’innombrables fois Shelton. A chaque fois tu nous sors le même refrain.

Shelton Benjamin – Et c’est le cas, I’m Shelton Benjamin, The Gold Standard, I’m Unstoppable !



Christian Cage – Et voilà, toujours ce même refrain, ce terme d’unstoppable. Tu as toujours dis la même chose et à chaque fois ce fut des échecs. Regardes juste ton parcours ici à l’AWC, tu réussis à vaincre ton ancien mentor Kurt Angle, tu nous balances la même chose et une semaine après, incapable de résister à John Cena. Cela reflète parfaitement toute ta carrière avant l’AWC. Tu n’es qu’une suite d’échecs, et cela n’est pas prêt de s’arrêter. Tu n’as pas la carrure nécessaire et jamais tu ne m’égaleras. Prépares toi à finir notre combat en larmes lors de Thunderslam.

Shelton Benjamin – Tu as toujours eu ce don pour faire croire que tu étais crédible, mais tu vois Cage, jamais je ne t’ai vu passer à l’acte. Tu t’es toujours réfugié derrière tes beaux mots.

Christian Cage – Quand je passe à l’acte, ça me donne des victoires. Trois combats, trois victoires, je crois que le plus unstoppable de nous deux, c’est moi. Il serait temps de penser à un nouveau surnom Shelton, le tien n’est pas adapté.

Shelton Benjamin – Tu disais vouloir reprendre notre discussion de la semaine dernière mais n’oublies pas que sans Trish Stratus, je me serai défouler sur toi. Ça aurait été pire que mon simple Knee Backbreaker lors d’Attitude deux.



Christian Cage – Ce coup en traître que tu m'as porté, il sera oublié très rapidement. A la place on se rappellera de mon Killswitch lors de Thunderslam suivit du décompte de l'arbitre. One, Two and Three, vainqueur, Christian Cage. C'est de cet instant classique dont on se souviendra.

Shelton Benjamin – Tu vois trop grand, tant mieux, la chute n'en sera que plus grande. Je t'ai posé une question, on reprend là où nous en étions resté ? Où es-ce que tu doutes vu que Trsih Stratus n'est pas là pour te sauver ?

Christian Cage – Reprenons où nous en étions resté, alors.

Shelton Benjamin – Nice. On fait comme cela alors.

Direct du droit de Shelty-B sur Captain Charisma. Celui-ci tombe sur le cul et se tient la joue sous la douleur. Le temps de réflexion plus tard, il se rend compte de ce qui vient de se passer et il roule sous la première corde et remonte le ring en pointant le Gold Standard, il semble lui hurler que ça ne se passera pas comme ça. C’est Shelty-B qui reprend la parole.



Shelton Benjamin – Voilà où on en était rendu. Trois fois qu’on se rencontre face à face, une fois tu finis au sol, une fois tu es sauvé par Trish Stratus et une autre fois tu fuis. Ne viens plus me faire la morale. I’m Unstoppable !

Christian Cage est énervé mais il ne veut pas prendre de risque. Il remonte la rampe et va en backstage alors que le combat de Shelton Benjamin, c’est tout de suite.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:47

Booker T – Tout le monde est en train de sortir du ring pour laisser placer à la prochaine rencontre de cette soirée, combat qui verra s'opposer Shelton Benjamin à Rey Mysterio.

Bill DeMott – On risque d'avoir un putain de match entre deux très bons lutteurs. Shelton Benjamin est déjà sous adrénaline en plus, il vient de mettre son poing dans la gueule de Christian. Je suis impatient de voir tout ça.

Booker T – Ce que j'espère personnellement, c'est que nous aurons droit à un combat clean sans les interventions de Christian, qui pourrait revenir se venger, ou de Randy Orton, qui ne semble pas pouvoir encadrer le mexicain en peinture.

Bill DeMott – Si quelqu'un intervient, je lui botte le cul personnellement. Je veux voir ce match. Je veux, enfin, voir une belle rencontre.

Booker T – La musique de Rey Mysterio se met en route, c'est parti. On attend plus que lui pour cette rencontre. Les fans tournent la tête dans tous les sens, le luchador ne vient pas. La musique tourne en rond. Shelton Benjamin commence à s'impatienter.



Bill DeMott – Qu'est-ce qu'il est en train de faire, lui ? Rey Mysterio est passé par le public pour se rendre dans le ring, et pour se placer tout juste derrière Shelton Benjamin.

» FIGHT ! «
Christian est de retour aux abords du ring et commence un trash-talk avec Shelton Benjamin. Christian est juste en train d'occuper Shelton Benjamin, il a tout compris. Rey Mysterio saute à deux pied joints vers Shelton Benjamin toujours dos à lui, dropkick dans les fesses du Goldstandard, qui attérit directement dans les cordes. Rey Mysterio prend son élan et s'élance dans les cordes pour le 619. Rey Mysterio passe sur l'apron du ring et enchaîne avec le springboard splash. Rey Mysterio couvre Shelton Benjamin, pour le compte de trois et la victoire express de Rey Mysterio dans cette rencontre que tout le monde annoncé serrée. Tout s'est passé très vite, replay !



Bill DeMott – Qu'est-ce que c'est que ce bordel ? Non, non, et non merde. On voulait de la lutte de haut niveau, on voulait du spectacle, on voulait une confrontation, pas une entourloupe de ce genre. C'est bien beau de vouloir se préserver pour Thunderslam, mais faut quand même penser à amuser le public de temps en temps. Je suis déçu, déçu, déçu !

Rey Mysterio est en train de célébrer sa victoire alors que Christian et Shelton Benjamin se font séparés par des officiels à l'extérieur du ring. Rey Mysterio, tout sourire, semble heureux de son coup. Randy Orton se pointe dans le ring et attend que le mexicain descende du turnbuckle. Randy Orton tente un RKO mais Rey Mysterio le repousse et sort du ring rapidement. Ça ne sera pas pour cette fois Randy, peut-être à Thunderslam !



Booker T – Plus rien n'est sous contrôle avec eux.

Bill DeMott – Vivement Thunderslam, vivement que ces quatre là se mettent une bonne fois pour toute sur la gueule histoire qu'on puisse passer à autre chose et surtout afin que le calme revienne ici à attitude.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:48

Randy Orton a tenté de mettre la main sur Rey Misterio juste avant notre page de pub vantant les bienfaits des seins en silicone, dont Trish Stratus est l'égérie principale, en vain. Nous voici donc de retour et l'on retrouve justement Randy dans les backstages, à deux doigts de péter un câble. Même les mecs qui bosse pour la fédération préfèrent longer les murs en le voyant.



Randy Orton – Ce misérable insecte ne paie rien pour attendre.

Bam, un coup de poings dans un distributeur de boisson.

Randy Orton – Si jamais il ose croiser ma route encore une fois, je lui explose la cervelle à travers son masque.

??? – Doucement avec le matériel, Randy.

Orton se retourne et aperçoit Trish qui se trouve là, t-shirt blanc qui, pour une fois, est plutôt large. Ce soir n'est pas l'heure au t-shirt moulant.



Trish Stratus – Je dois te poser quelques questions, ça ne te dérange pas.

Randy Orton – Je ne pense pas avoir le choix, de toute façon.

Trish Stratus – C'est exact. Tu sais, nous avons tous vu ces images plus tôt dans la soirée où l'on te voit attaquer violemment The Rock lors d'une soirée. Est-ce que tu peux nous expliquer pourquoi tu as fait cela ?

Randy Orton – Pourquoi est-ce que j'ai fait cela ? C'est pourtant clair, je pense. The Rock pense qu'il peut revenir dans le Wrestling World comme si de rien n'était, comme si il n'était jamais parti ? Il pense qu'il peut revenir et avoir les mêmes passe-droits qu'il y a huit ans de cela ? Non, je ne laisserai pas un homme me piquer une place que je défends bec et ongle depuis exactement huit ans. Je ne suis pas The Rock, je ne suis pas là pour divertir les fans, je suis là pour lutter, et gagner des titres. Je ne suis pas là pour te faire des avances Trish, et laisse moi te dire au passage que tu as réagis à cela comme une jeune ado puérile, je suis là pour être le meilleur.

On rêve tous d'avoir des Trish Stratus comme ado de quinze ans.


Oui, je sais, elle a des lèvres qui en veulent !

Trish Stratus – Je n'ai pas réagis comme une gamine, Randy. Non heu, j'ai tout simplement, heu... Revenons plutôt aux questions. Tu as également parlé de ton héritage quand tu as attaqué le Rock. Mais de quel héritage parles-tu ?

Randy Orton – Du même héritage qui fait que je suis aujourd'hui huit fois champion du monde, triple crown champion, et du même héritage qui fait de moi aujourd'hui l'un des hommes les plus redoutables et dangereux entre les cordes.

Trish Stratus – Très bien, merci pour cette réponse plutôt intéressante... Une dernière question et je te laisse partir pour ton match. La semaine dernière, Rey Misterio s'en est prit à toi, est-ce que tu as une réaction à propos de cette attaque ?

Randy Orton – La seule réaction que j'aurai, c'est de lui planter la tête dans le sol avec un RKO.

??? – Randy, Randy Randy...

On entend quelques applaudissements qui se rapprochent. Orton tourne la tête, Trish également, et la caméra également. Il s'agit de ce cher Rey Misterio Jr.



Randy Orton – Donne-moi une seule bonne raison de ne pas t'éclater la gueule maintenant.

Rey Misterio Jr – Voyons Randy, comportons-nous comme des gentlemen, nous sommes en compagnie d'une femme plutôt charmante et caliente, et il serait dommage de refroidir l'ambiance avec des tensions qui n'ont pas lieu d'être.

Randy Orton – Pourtant, je fulmine.

Trish Stratus – Dis donc, c'est moi que tu as appelé chaudasse ?



Rey Misterio Jr – Sì chiquita, està muy caliente con tu pecho y tus nalgas. Et te concernant, Randy, ne sois pas si énervé. Cette haine obscurcit ton opinion et ta vision des choses, c'est cet énervement qui fait de toi l'homme que tu es. C'est cet énervement qui fait de toi une personne se trouvant du côté obscur de la force. Et c'est mon rôle à moi, de te sauver de ce côté obscur qui te dévore et te met mal à l'aise. Tu ne sais vraiment pas qui je suis, je suis l'homme aux milles visages, Rey Misterio Junior, the dark avenger. J'agis dans l'ombre, au moment opportun, et je défends ma propre cause.

Randy Orton – Ça tombe bien, ma cause est de démasquer l'imposture que tu es !

Les deux hommes se regardent dans le blanc des yeux et alors que Misterio semble plutôt confiant et se permet de sourire, Orton, lui, fulmine, a le visage aussi rouge qu'un Ric Flair des mauvais jours, et il est à la limite de la contracture faciale.

Trish Stratus – Si vous voulez régler vos comptes, vous le ferez dans deux semaines, sur le ring, à Thunderslam. Mais il n'y aura pas d'affrontement physique pendant mon interview.

Rey Misterio Jr – La señorita a raison, nous nous verrons dans deux semaines. Bonne chance pour ton combat, Randy.

Misterio se permet un dernier sourire et passe devant Randy pour quitter le champ de la caméra. Orton se retient de ne pas tout exploser alors que Trish, elle, regarde le vengeur masqué quitter le couloir, en le regardant d'un oeil plutôt méchant, elle aime pas qu'on la qualifie de chaudasse.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:49

Après ce petit segment en backstages au cours duquel nous avons pu voir Rey Misterio, entre autres, il est temps d'assister au combat opposant Randy Orton à Andy Leavine. C'est d'ailleurs le theme song de la vipère qui se fait entendre.



Booker T – Voici l'un des lutteurs les plus dangereux de cette fédération. Il l'a montré à plusieurs reprises, il est capable de beaucoup de choses, et mérite son surnom de vipère, ce Randy Orton.

Bill DeMott – Il est surtout lâche, manipulateur, et mauvais. Ce type craint, c'est une véritable ordure. On ne peut pas lui faire confiance, à ce mec...



Booker T – Et voici Andy Leav...mais...que fait-il avec le titre de Tough Enough, tiens ?

Bill DeMott – Je trouve que ce petit a du talent, mais franchement, se reposer sur des acquis aussi superficiels que le titre de Tough Enough, ça résulte d'une grande stupidité.


» FIGHT ! «
La cloche sonne, et le combat peut donc commencer. C'est une belle opposition de style qui s'offre au public de la AWC. Alors que d'un côté, Randy Orton est calme, réfléchi, voire sournois, Andy, lui, est bien plus animé. Il frappe son adversaire partout où il le peut, aussi fort que possible. Bien évidemment, même si lors des premiers instants du combat, c'est le Silent Rage qui domine le combat, très vite, the Viper le calme avec un Reverse Chinlock. Il reprend le dessus sur le combat, et garde la main mise dessus durant de longues minutes, grâce à, comme toujours, l'incroyable combinaison de la puissance et de la précision qu'il utilise dont il fait usage lors de chacun de ses mouvements. Par le biais de prises telles que le Full Nelson Slam, le Inverted headlock backbreaker ou le Olympic Slam, le Legend Killer parvient littéralement à détruire le dos du jeune Andy. La domination du rejeton Orton est impitoyable, et il comprend, si bien qu'il prend son adversaire par les cheveux, le soulève, puis le place, assis, sur un des turnbuckles. Il part pour le R...K...Contré ! La Silent Rage vient de repousser Orton avant de le surprendre avec un Diving Dropkick ! Randy n'est pas au sol, mais malgré tout, il titube. Andy lui fonce dessus et lui porte un monstrueux Running Big Boot. Randy est toujours debout, oui, mais il est inconscient, appuyé de tout son poids sur le turnbuckle opposé. Andy le prend, lui porte un kick dans l'abdomen, avant de conclure avec son Cattle Drive pour le compte de trois.

Booker T – Andy a bien réagi, mais pour le coup, ça ressemble à un hold-up, un match volé, de la part d'Andy, je dirais Et toi, Bill, que penses-tu de la situation ?

Bill DeMott – Dans un sens, on peut comprendre la frustration de Randy, qui a dominé le combat et qui au final, se fait baiser, mais de l'autre, il faut admirer Leavine qui a su quand planter.

Andy remporte le combat, en bon opportuniste. Il célèbre, debout sur le turnbuckle, sous une foule qui se réjouit de la défaite d'Orton. D'ailleurs quand on parle du loup, on en voit la queue ! Randy vient de se relever, il attend que Andy le voie pour frapper, telle une vipère pleine de rage. Leavine vient de redescendre...RKO ! RKO ! Andy ne s'est pas méfié, et il en paie les conséquences. Randy ramasse un micro, à présent, et prononce quelques mots...

Randy Orton – Look what happens, Rey, 'cause you'll live the same nightmare !

Le cauchemar ne s'arrête pas là pour Leavine, tout le monde l'a compris. Et le pire, c'est qu'il ne sert que de bête de cirque, d'exemple, à destination de Rey Misterio qui pourrait vivre la même chose d'ici quelques jours. Andy est à quatre pattes, en parfaite position pour un Randy Orton qui attend dans le coin, prêt à mordre, à attaquer. Il s'élance, mais un homme de forte carrure s'interpose et le stoppe. Cet homme, c'est HHH ! Orton, fou de rage, semble prêt à l'attaquer.



Orton, après un court instant d'hésitation, juge plus prudent de quitter le ring, et de repartir en backstages. Sur le ring, Andy Leavine vient de se relever, avec de grosses difficultés. Il observe Triple H d'un regard reconnaissant. Il lui tend la main pour la lui serrer, mais HHH préfère lui porter un kick dans le ventre, et lui porter...un Pedigree ! C'est maintenant son tour de jubiler, il vient de prouver à Andy qu'il n'a pas encore la poigne et la dureté pour le vaincre.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:50

Laissons la violence de côté quelques minutes et passons à quelque chose de beaucoup plus psychologique. Avez-vous déjà prié ? Croyez-vous en Dieu ? Êtes-vous musulman ? Tant de questions qui n'ont rien à faire dans un wrestling show. Mais ce soir, pour la première fois dans la carrière des e-federations, nous allons assister à une prière. Un caméraman s'est introduit dans une loge où il fait sombre, on ne voit pas grand chose, juste un homme accroupit sur un tapis, il semble être en pleine communion avec son Dieu, il prie.



Abdallah Tarver – بسم الله الرحمن الرحيم، الرحمن الرحيم. "الحمد لله رب العالمين ، الرحيم، الرحمن الرحيم، ملك يوم القيامة. أنت وحدك نعبد ونطلب اليك للمساعدة. أظهر لنا الطريق المستقيم ، أن تلك وقد أسبغ عليك نعمة، وليس واحدا من أولئك الذين يتحمل غضب الخاص، ولا من فقدان

Comprenez ici : Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. "Louange à Dieu, Seigneur des mondes, Le Clément, le Miséricordieux, Le Roi du jour du jugement. C'est Toi que nous adorons, C'est Toi dont nous implorons le secours. Indiques-nous le chemin droit, Celui de ceux que Tu as comblé de Ta grâce, Non pas celui de ceux qui encourent Ta colère, Ni celui des égarés."

Abdallah Tarver – باسم الله ، الرحيم، الرحمن الرحيم قل ان الله هو الله ومنيع لا تخلق ولا أنجب، وليس هناك شيء مثله

Comprenez ici : Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux Dis: "Lui, Dieu est Un ! Dieu !... l'Impénétrable ! Il n'engendre pas; Il n'est pas engendré; nul n'est égal à Lui !"

Abdallah Tarver – Allah'O'Akbar.

Là, on a bien comprit ce que ça voulait dire. Quoiqu'il en soit, Abdallah se relève doucement, et reste plusieurs secondes à regarder dans la vide. Finalement, il se relève doucement et murmure quelque chose, en Arabe certainement. Le reste se passe très vite, Tarver se retourne à la vitesse de l'éclair et balance une droite en pleine gueule du caméraman qui tombe ko en moins d'une seconde et neuf centième (référence, quand tu me tiens).



La caméra est à terre, on ne voit pas grand chose, mais on peut facilement entendre du bruit, un bruit qui laisse à penser qu'Abdallah passe à tabac le caméraman pour avoir osé pénétrer dans sa loge pendant un moment sacré. Finalement, la caméra bouge, et elle fait un gros plan sur le visage du caméraman, nez et bouche ensanglanté.


Abdallah Tarver – Ce chien vient de payer pour son inadvertance. Il ne prend pas Allah au sérieux, il se moque de moi et de ma religion, mais voilà ce qui arrive aux misérables comme lui. Qu'Allah ait pitié de cet homme qui finira en Enfer.

Le souffle de Tarver est facilement audible, il est énervé, mais la caméra est toujours en un seul morceau. Mieux, il pose la caméra sur un support et recule ensuite, se mettant face à l'objectif.

Abdallah Tarver – Rien ni personne ne peut rivaliser avec la volonté d'Allah. Tout ceux qui oseront le déranger dans sa quête de purification seront détruits, victime du châtiment divin. Et c'est exactement ce qui est promit à ce chien de Low-Ki ! L'heure est proche, tic, tac, tic, tac... Ce n'est qu'une question de temps à présent. Soit prêt, Ki, car le châtiment d'Allah peut frapper n'importe où et n'importe quand !

Le caméraman, lui, a le malheur de relever la tête et de gémir légèrement. Tarver lui balance son pied en pleine gueule et reprend la parole, en fixant l'homme qui se trouve à ses pieds.



Abdallah Tarver – Attitude will soon turn into a Jihad !

Sur ces derniers mots, Tarver attrape la caméra et la balance violemment contre un mur, l'image disparait, laissant place à un écran gris. Ce soir, j'ai brisé les tabous, rien à foutre, c'est un grand moment de lutte. Pas sûr pour autant que ça plaide en faveur de la défense des droits musulmans à l'AWC.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:50

Booker T – Le prochain combat est une opposition de style plutôt intéréssante puisque Low-Ki, l’high-flyer, fera face au Deadman, le brawler, The Undertaker.

Bill DeMott – Low-Ki a intérêt de montrer ce qu’il sait vraiment faire car pour le moment c’est pas ça, et j’espère que Undertaker va enfin lutter et arrêter de jouer avec la lumière.



Bill DeMott – S'il me ressort la même prestation que lors du premier show je demande son renvoi.

Booker T – Il pourra difficilement faire pire, et puis avec l'ombre de Abdallah Tarver qui plane au dessus de lui, Ki ne peut pas se permettre de ne pas se donner à fond.



Bill DeMott – Se ramener avec une femme et un vieillard qui a du mal à marcher, et ça veut être The Attitude Champ, j’hallucine.

Booker T – Arrête de te plaindre et profites de ce que t’as devant toi.

» FIGHT ! «
Alors que Bill DeMott se plaint comme à son habitude le combat commence et aussitôt Low-Ki se sert de son jeu de jambes. Il tourne autour de l’Undertaker qui cherche à s’approcher peu à peu de son adversaire. Cependant le Cruseirweight le repousse avec une série de kicks, on notera un beau Drop Kick de Low-Ki aussi. Le début du combat ressemble au jeu du chat et à la souris mais The Undertaker fini par mettre la main sur son adversaire et il enchaîne des frappes au corps pour empêcher Low-Ki d’utiliser sa vitesse. The Man from Death Valley bloque même Low-Ki dans un coin et lui place trois Corner Clothesline d’affilées. The Undertaker enchaîne avec un Eyes Snake suivit d’un terrible Big Foot. Les tentatives de tombés du Deadman ne dépasseront pas deux. Voulant en finir trop vite, il tente sa Last Ride Powerbomb mais Low-Ki renverse le tout en Hurricanrana qui envoie The Undertaker par-dessus la troisième corde. Low-Ki place derrière un Suicide Dive magnifique avant de remonter sur le bord du ring pour un Springboard Moonsault ! La situation s’est renversé et Low-Ki remet The Undertaker dans le ring. Low-Ki monte sur le turnbuckle et bondit mais The Undertaker l’attrape par la gorge en plein vol … Chokeslam ! Low-Ki se dégage de justesse alors que l’arbitre allait compter trois. The Undertaker fait son taunt et est prêt à en finir. Il relève Low-Ki … Small Packstage ! Pinfall !



Bill DeMott – Quel opportunisme, voilà une prestation qui est à la hauteur de sa réputation, il se rattrape un peu de sa bourde du premier show.

Booker T – Magnifique, surprendre un monstre comme l’Undertaker sur un Small Packstage n’est pas donné à tout le monde.

Alors que The Undertaker se relève surpris et aussitôt rejoint par Michelle McCool et Paul Bearer, Low-Ki glisse sous la première corde et remonte la rampe d’accès au ring en savourant sa victoire, mais Abdallah Tarver débarque et le met au sol avec un coup dans la nuque. Le pro-musulman relève son rival et … Tarver’s Lighting !!! Low-Ki est massacré au sol, et Abdallah Tarver récupère un micro alors qu’il regarde avec haine l’high-flyer.



Abdallah Tarver – Tu n’as pas respecté la parole divine Low-Ki. Allah est en colère et c’est à moi Penitent Tarver qu’il a confié le soin de t’infliger la sanction. Je vais l’exécuté comme si c’était sa main divine qui le faisait. Tu le sais désormais Low-Ki.

Rapide et efficace. Une intervention qui veut dire beaucoup de choses. Tarver lance un dernier regard noir à Low-Ki au sol et disparait.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:51

Alors que le ring et les fans viennent d'assister à un remue-ménage entre Abdallah Tarver et Low-Ki, l'Undertaker, lui, est toujours présent. En effet, il a profité de l'altercation entre les deux hommes pour reprendre ses esprits et enfiler une cap, histoire de lui donner un air plus sombre. Il remonte à présent sur le ring en compagnie de Paul Bearer et de Michelle McCool. Bearer s'empare d'un micro et le tend en direction du Taker qui prend la parole.



The Undertaker – La semaine dernière, vous simple mortels, avez assisté à la renaissance du plus grand groupe de démon ayant jamais foulé le sol de cette planète. La semaine dernière, le ministère des ténèbres a fait son retour, et rien ni personne ne pourra l'arrêter dans sa quête de pouvoir et de domination. A présent, ce n'est plus Stone Cold Steve Austin dont il faut avoir peur, mais du souffle glacial provenant des abysses de ce monde. Les ténèbres flottent déjà dans l'air et ce n'est qu'une question de temps avant qu'un long et épais nuage noir, rempli par le mal, ne s'abatte sur cette fédération. Et quand ce jour viendra, le ministère des ténèbres sera à l'apogée de sa puissance et dirigera le monde.

Paul Bearer – Oh yes !

Sur le ring, et dans l'arène en général, une ambiance des plus glauque s'installe, il n'y a pas un bruit, et seul les paroles de l'Undertaker résonnent dans la salle.

The Undertaker – L'avenir est des plus sombres et rien ni personne ne pourra empêcher les ténèbres de prendre possession de cette planète, des corps et des âmes de toutes les entités respirant sur cette terre, et surtout pas John Cena. Non, à l'heure qu'il est, cet homme doit même être dans un état critique. Mais qu'il se rassure, il a bien plus de chance de survivre à cela qu'à une confrontation contre le ministre des ténèbres en personne.

Paul Bearer – Oh yes, that's right !

L'Undertaker serait-il derrière l'accident dont a été victime John Cena en début de soirée ? Le doute est en tout cas possible.



The Undertaker – Et pendant que John se repose tranquillement, cette fédération tombe petit à petit sous mon contrôle. Moi, le grand ministre des ténèbres, accompagné de mon plus fidèle ami et conseiller, Paul Bearer, ainsi que d'une toute nouvelle personne, une créature ténébreusement attirante, une femme, the goddess of darkness...

Paul Bearer – Michelle McCool !

The Undertaker – Parle, créature.

L'Undertaker tourne son regard vers sa douce Michelle McCool alors que Paul Bearer lui transmet le micro. Inutile d'être devin pour s'apercevoir que la jeune blonde n'est pas dans son assiette et semble comme... Possédée.



Michelle McCool – The Undertaker m'a sauvé, il a donné un sens à ma vie, il est notre maitre à tous. The Undertaker est l'homme qu'il faut pour faire régner l'ordre au sein de cette fédération. Il est l'homme parfait pour gouverner cette société d'une main de maitre que tous peuvent lui envier. Je suis Michelle McCool, duchesse des ténèbres et promise au trône en compagnie de mon cher et tendre. Lui et moi, main dans la main, sommes destinés à installer un régime de terreur dont je serais la face glamour. J'ai passé un pacte avec le diable en personne, j'ai rejoins les ténèbres, mais les ténèbres sont puissant, leur résister est impossible. Tout ce qu'ils veulent, ils l'obtiennent. Ils me voulaient pour être celle qui gouverne aux côtés du grand Undertaker, et je voulais être la plus grande femme dominatrice de toute l'histoire du Pro Wrestling. L'Undertaker m'a donné un corps, une âme, une carrière, la gloire, et il me promet à présent le pouvoir.

Paul Bearer – She loves the power !

Michelle McCool – Bien plus que le pouvoir, j'aime cet homme qui se trouve devant vous. J'aime ce côté obscur, cette inconnu qui enveloppe l'âme de mon cher et tendre. J'ai été tellement dominatrice pendant ma carrière que j'éprouve à présent le besoin de recevoir autre chose. Aujourd'hui, j'ai besoin d'être dominée, et l'Undertaker est l'homme qu'il me fallait, il sait comment s'occuper de moi, et il sait également comment il s'occupera de vous. Moi, je n'aurai qu'à le représenter, ses actes s'expriment et s'exprimeront encore à travers mes paroles, je suis sa messagère, sa femme, sa créature, celle qu'il a sauvé, à qui il a donné une destinée. Je suis la femme du diable, et j'aime ça. But it's definitly not enough for me, I want more ! I want power ! I want domination ! Je veux être en compagnie de cet homme le soir où cette fédération deviendra notre. Je veux être présente le soir où notre destinée à tous changera, et où vous...

Michelle sourit et porte son micro au niveau de la bouche de l'Undertaker.

The Undertaker – You will rest... In... Peace.

Paul Bearer – Oh yes !



Michelle McCool – Courtoisie de la ministre des ténèbres.

McCool finit par lâcher le micro et alors que Paul Bearer se met à répéter encore et encore sa catch-phrase, la plantureuse blonde qui a désormais vendue son âme au diable se met à genoux devant l'Undertaker. Cette fois, ce n'est pas pour un blowjob, mais bel et bien pour une révérence dont le maitre des ténèbres s'accoutume plutôt bien. Un dong résonne, le noir se fait dans la salle, et tout ce jolie monde disparait dans les profondeurs des ténèbres.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:52

« THUNDER NEVER STRIKES TWICE AT THE SAME PLACE. »



« IF YOU WANT VICTORY... »



« YOU MUST BE FASTER THAN THE THUNDER ! »



« IF YOU WANT GLORY... »



« YOU MUST BE STRONGER THAN THE THUNDER ! »



« BUT IF YOU WANT THE SLAM... »



« THE ONLY WAY TO WIN IS... »



« THUNDERSLAM ! »



avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:53

Après cette superbe promo sur Thunderslam, le PPV qui aura lieu la semaine prochaine, il est temps d'assister au Main Event de ce quatrième opus d'Attitude. Celui-ci opposera deux des plus grandes stars de ce business, à savoir Christian Cage et Kurt Angle.



Booker T – Christian Cage, en personne, ce soir, qui va avoir l'occasion de prouver qu'il aurait mérité un title shot à l'Attitude Championship.

Bill DeMott – Faut arrêter d'encenser ce mec, sérieux. C'est juste une chialeuse qui nous fait un caprice depuis quelques semaines, rien d'autre ! Quand il changera d'Attitude, peut-être qu'il évoluera, mais pour le moment, c'est pas gagné !



Booker T – Là, Bill, si tu oses me dire que Angle n'est pas un bon lutteur, c'est vraiment que tu saques tous les lutteurs du roster de la AWC...

Bill DeMott – C'est sûr qu'il a d'évidentes qualités de lutteur, mais j'ai jamais compris pourquoi il ramenait sa médaille d'or de lutte libre ici. Surtout qu'elle date d'une quinzaine d'années.

» FIGHT ! «
Le match commence avec une épreuve de force remportée par Kurt Angle qui, dès lors, ne laisse plus une seconde de répit à Christian. Il enchaîne avec une incroyable aisance punchs et kicks, dans un premier temps, avant de passer très vite au niveau supérieur en portant une German Suplex. Le médaillé d'or tente le tombé, mais Cage se dégage facilement. Kurt commence alors un long travail sur la jambe droite de l'Instant Classic, qu'il affaiblit grandement avec des kicks violents, notamment. Il parvient même à porter son Angle Slam, suivi de son Angle Lock.



Malheureusement pour lui, il devra casser la prise puisque Cage parvient à attraper l'une des cordes. Kurt le ramène donc au centre du ring, et tente à nouveau de porter son Angle Lock, mais cette fois-ci, Double C ne se laisse pas faire et le repousse violemment ! Les deux hommes sont au sol, et se relèvent en même temps, même si le Captain Charisma boite, et semble souffrir. Le combat commence alors à s'équilibrer progressivement, Christian parvient lui aussi à porter quelques prises efficaces sur son adversaires, telles que le Hurricanrana ou le Tornado DDT. Kurt Angle, de son côté, parvient à porter une magnifique Suplex, suivie d'un Double Leg Takedown, enchaînement qui ne suffira pas à vaincre Cage qui, lors du tombé, se dégage au compte de deux. Le match est de plus en plus indécis, la tension monte, l'intensité avec, lorsque Shelton Benjamin apparaît au beau milieu des spectateurs présents en ringside, monte sur le ring, et se place face l'Instant Classic. C'est alors que Angle s'interpose entre les deux hommes, l'air menaçant, contraignant le Gold Standard à descendre du ring, même si toutefois, il reste en ringside pour observer le combat. Celui-ci semble parti pour durer, lorsque Angle tente un énième Ankle Lock. Une nouvelle fois, Double C contre, en accrochant ses deux jambes derrières le dos de Kurt, et ses deux bras autour de son cou. Avec ses deux poings, il enchaîne des punchs sur la face de Angle, avant de retomber debout, et de conclure avec son Killswitch pour la victoire !


Booker T – Magnifique ! Magnifique ! C'est le genre de bouleversement qui fait le charme du wrestling ! Christian a su tirer son épingle du jeu en profitant de son agilité, superbe victoire !

Bill DeMott – Je veux bien reconnaître que Cage a su retourner la situation, mais de là à dire que c'est une incroyable performance de sa part alors qu'il n'a pas dominé le combat pendant plus d'une minute, c'est abusé.



Quoi que Bill DeMott dise, ce match fut un incroyable spectacle, et le public semble s'être régalé. Mais malgré tout, il hue le vainqueur qui n'est guère apprécié, ici, par les fans de la AWC. Mais...what ? Shelton vient d'entrer sur le ring. Il porte une droite, deux, sur Christian, avant de prendre un peu d'élan et de lui porter son Paydirt ! Shelton célèbre tout fier de lui, bras en l'air, avant de retourner et de voir Kurt Angle lui porter un kick dans le ventre et enchaîner avec son Angle Slam ! What a show ! Incroyable ! C'est au tour de Kurt de célébrer, à présent, sous les corps inanimés de Double C et du Gold Standard.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 18 Juil - 19:53

Après ce superbe Main Event entre Kurt Angle et Christian Cage, tout le monde est reparti, et pendant quelques dizaines de seconde, c'est le blanc total, tout le monde semble penser que le spectacle s'arrête là...lorsqu'un éclat de verre résonne dans toute l'arène...vous l'avez compris, here comes Stone Cold Steve Austin !



Le voici, en chair, en os, et en bière. Une canette en main, Steve s'avance vers le ring. Une fois descendue, il jette la petite bouteille de verre, avant de monter sur le ring, puis sur le turnbuckle, et d'exécuter son célèbre taunt, sous les acclamations d'une foule folle furieuse de joie ! C'est la folie dans cette arène, incroyable ! Mark moment !


Stone Cold – Hold on everybody, hold on !

Le silence se fait très vite, dans la salle.

Stone Cold – Si je suis venu, c'est pas par gaieté de cœur, croyez-moi ! Au cours de cette soirée, j'ai entendu tout et n'importe quoi. Alors, pour tous les fils de putain qui ont cru à toutes ces rumeurs, je vais leur demander de se reposer leur cul sur leur chaise, et qu'ils ouvrent leurs oreilles, car je vais mettre les choses au clair, et vous dire ce à quoi vous assisterez d'ici deux semaines, lors du premier PPV de la fédération, Thunderslam !

Steve fronce les sourcils, malgré les hurlements de joie autour de lui.



Stone Cold – Le premier combat qui vient tout juste d'être officialisé en backstages, c'est celui lors duquel deux médaillés de lutte lors de Jeux officiels auront leur putain de revanche, je veux parler bien sûr de Kurt Angle et de Alberto Del Rio ! Ces deux enculés semblent très intéressés par l'or qu'ils portent actuellement au cou, leur médaille, alors j'espère qu'ils montreront le même intérêt envers l'or qui se porte autour des hanches, car le vainqueur de ce combat se verra devenir le premier Corporation Champion ! Si ça, ça vous fait autant bander que les gros attributs de cette salope de Trish Stratus, give me a hell yeah !

Un grosse vague de "HELL YEAH !" vient s'ajouter à celle des "What ?".

Stone Cold – Il y a aussi autre chose qui me fait bien chier, ce sont ces deux petites pétasses noires qui n'ont pas les couilles de se foutre sur la gueule comme de vrais bâtards, qui n'ont pas l'air de comprendre ce que doivent faire deux lutteurs lorsqu'il y a un litige entre eux ! Alors, je vais répondre à toutes les questions que chacun doit se poser actuellement ! Est-ce que ces deux petites putes s'affronteront dans deux semaines, lors de Thunderslam ? HELL YEAH ! Est-ce qu'elles vont pouvoir mettre fin à leur fuckin' jeu du "Je t'aime moi non plus" ? HELL YEAH ! Est-ce que le Pope et Truth pourront se défiler ou jouer leurs putes ? HELL NO !

Steve Austin monte sur le turnbuckle, fait son taunt, semble prêt à balancer sa catch-phrase lorsque soudain, il redescend, plus sérieux, et continue, finalement.



Stone Cold – Je vais à nouveau vous demander de reposer vos culs sur votre chaise, de reposer votre veste, de rasseoir vos mômes, parce que je n'en ai pas fini. J'ai oublié de vous parler des plus importants. Deux fils de putes qui me cassent les couilles depuis maintenant un mois. Deux fillettes qui sont venues chialer chaque semaine dans mon bureau ! Brother Ray and Brother Devon, a.k.a. The Dudleys Boyz, les deux petites putes de la AWC ! Ces deux-là veulent des adversaires pour avoir une chance aux titres par équipe ? Right ! Je vais la leur donner, leur putain d'opportunité ! Vu qu'ils ne sont pas foutus de trouver deux adversaires en quatre semaines, ces abrutis, j'organise un Invitationnal Tag Team Table Turmoil Match ! Si vraiment aucun duo ne parvient à venir à bout d'eux, alors, okay, ils seront champions. Le cas échéant, ce seront les deux gagnants qui seront couronnés, et je promets à ces deux fils de pute de Dudleys que je vais leur faire regretter de m'avoir emmerdé pendant un mois ! And that's the bottom line...

Mark-moment, encore un. Tout le monde retient son souffle, c'est énorme...

Stone Cold – ...'cause Stone Cold said so !

Stone Cold monte sur le turnbuckle, réclame une bière qu'on lui apporte immédiatement, puis célèbre tout en la buvant. Dans la foule, en tout cas, personne n'est encore parti, tout le monde reste pour admirer ces images. C'est d'ailleurs sur celles-ci que Attitude #4 se conclut. Merci à tous ceux qui ont participé à l'élaboration de ce show. Peace.




avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #4.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum