Attitude #6.

Aller en bas

Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:49

Nous ne sommes pas encore en direct de l'arena mais nous avons d'or et déjà droit à une vidéo enregistrée dans la semaine. Nous y retrouvons Andy Leavine, propre sur lui, dans les couloirs d'un hôpital. Après un bref échange avec une infirmière, le voilà qu'il frappe à une porte et y passe le bout de sa tête, voulant jeter un coup d'oeil pour ne pas déranger, au cas où.

Andy Leavine – Trish, c'est moi Andy, je viens te ren-... Je dérange, désolé.

Trish Stratus – Oh Andy, c'est une belle surprise. Non, tu ne me déranges pas, entre je t'en prie. Je suis contente d'avoir un peu de compagnie Cela me fait plaisir de te voir.



Nous aussi, on est désolé de mettre ce genre d'images si tôt dans la soirée, mais c'était ça ou alors quand tu tapes "patiente blond" sur google, t'as que des images pornos.

Andy Leavine – Tu es sûr que je ne dérange pas ? Tu ne sembles pas en condition pour recevoir quelqu'un en ce moment, enfin je veux dire que peut-être que tu attends quelqu'un ou alors peut-être qu'une infirmière va-...

Trish Stratus – Oh à cause de ma tenue ? Ne t'inquiète pas, j'ai envoyé mes affaires à la laverie de l'hôpital, en attendant je reste en sous-vêtements. Tu peux venir, il n'y a pas de problème.

Andy rentre discrètement, en prenant le soin de vite refermer la porte. Il s'approche timidement de Trish, en évitant au maximum de croiser son regard, ou tout autre partie de son corps.



Andy Leavine – Voilà des fleurs, c'est pour toi.

Trish Stratus – C'est très gentil, Andy. Merci beaucoup, elles sont magnifiques.

Andy Leavine – De rien, c'est avec plaisir. Dis-moi, comment tu te sens ? Ça va mieux ?

Trish vient de poser les fleurs dans un coin, elle s'en occupera un peu plus tard.

Trish Stratus – Si tu parles par rapport à la semaine dernière, ça va beaucoup mieux, oui. J'ai encore quelques douleurs dans la nuque par moment mais c'est largement supportable. Par contre, le docteur m'interdit de quitter l'hôpital avant la semaine prochaine, Attitude se fera sans moi.

Andy Leavine – C'est vraiment dommage, tu vas nous manquer, à tous. Kevin Thorn et Ariel ne paient rien pour attendre. Je ne peux pas accepter que l'on attaque des personnes qui sont importantes pour moi, j'irai di-... Excuse-moi.

Andy s'excuse, mais son téléphone sonne. Il le sort de sa poche et regarde de qui il s'agit, il se met à faire la moue. Ça sent le coup de fil qu'on voulait éviter.



Trish Stratus – C'est ta femme, c'est ça ? Réponds lui, ça vaudrait mieux.

Andy Leavine – Je suis désolé, je vais faire vite. Allo ? [...] Désolé ma chérie, mais je suis à l'hôpital en ce moment, je ne devais tout simplement pas pouvoir capter. Tu connais les hôpitaux, c'est difficile de capter et-... [...] Non ce n'est pas moi qui suit entre les mains du médecin, je vais bien si tu veux savoir. Je suis venu rendre une visite à Trish si tu veux tout savoir. [...] Oui, Trish comme la Trish Stratus qui fait les interviews à Attitude et qui m'a entrainé lors de Tough Enough. Tu as un souci avec ça ma chérie ? [...] Non, mais pas du tout pourquoi est-ce que tu dis ça ?

Trish Stratus – Si j'étais toi, j'irai dans un endroit tranquille, tu pourras mieux discuter avec elle.

Andy s'excuse, une fois encore. Il se lève et quitte la chambre de Trish. Alors qu'il continue de se faire enguirlander par sa femme, il rejoint un couloir annexe, près des escaliers.

Andy Leavine – Mais puisque je te dis que je lui rends une simple visite pour savoir comment elle va. [...] Bien sûr que son état de santé m'intéresse et m'importe, c'est une amie. [...] Comment ça je me préoccupe d'elle plus que de toi ? Qu'est-ce que tu racontes ? [...] Bien sûr que je t'aime. Chérie, tu es sûre que ça va ? [...] Quoi ? Est-ce qu'elle pratique la position de la Reverse Cowgirl ? Je n'en sais rien moi, peut-être. [...] Mais puisque je te dis que j'en sais rien, je ne vais pas te dire oui ou non pour te faire plaisir, je n'en ai aucune idée. Et puis, pourquoi est-ce que tu t'énerves comme ça ? [...] Un bouquet de fleurs c'est le minimum quand on rend visite à l'hôpital à quelqu'un, non ? [...] Bien sûr que non je ne t'offre pas de fleurs, tu es allergique, tu as oublié ? [...] Chérie, je n'ai pas vraiment envie de crier, alors calme-toi, s'il te plait. [...] Chérie, s'il te plait... [...] Tais-toi, femme !



Infirmière – Quel goujat, celui-là. Encore un qui pense qu'on est bonne que pour le ménage, la cuisine et écarter les cuisses.

Andy Leavine – Désolé, je parle avec ma femme. [...] Oui ma chérie, c'est de toi qu'on parle. [...] Non, ce sont des infirmières. [...] Mais non je ne leur ait pas dit que je couchais avec Trish.

Infirmière – En plus il se tape l'autre blondasse qui traine en string dans sa chambre, quel salaud.

Les infirmières préfèrent partir, Andy est complètement dépassé par la situation et voilà que maintenant, les infirmières sont dans le coup.

Andy Leavine – Ecoute chérie, je dois te laisser, je vais te rappeler ce soir, d'accord ? [...] Oui, je retourne voir Trish. Et non, ce n'est ni une salope ni une pute, c'est mon amie. [...] Non, c'est juste une amie, il n'y a rien de personnel, c'est juste professionnel. [...] Je sais que ton père disait la même chose à ta mère avant qu'on découvre qu'il la trompait, mais je ne suis pas pareil.

??? – Monsieur, tout va bien ?

Andy Leavine – Oui, ça va merci. [...] Non, c'était juste un médecin qui me demandait si ça allait. [...] Mais non, il n'y a aucun plan à trois nul part, tu te fais des films ma chérie. Je t'aime mon coeur, il n'y a que toi dans ma vie, et il n'y a jamais eu que toi dans ma vie.

??? – Si vous voulez mon avis, vous allez rapidement avoir besoin d'une perfusion.

Andy se retourne, interloqué par ce qu'on vient de lui dire. Seulement, il n'a pas le temps de réagir qu'il se prend une droite en pleine gueule. Le téléphone tombe dans les marches, et Andy se fait envoyer la gueule directement dans le mur. La gagnant de Tough Enough est en sang, et l'homme en blouse blanche qui l'attaque n'est autre que Kevin Thorn. Ce dernier frappe ensuite Andy contre une porte. Sonné mais pas encore tout à fait ko, Andy titube, et Thorn en profite. Il s'empare d'un chariot de réanimation et l'envoie à pleine vitesse sur Andy qui ne peut que le prendre en pleine poire, et surtout qui recule jusqu'à chuter violemment dans les escaliers, avant que le chariot ne lui retombe dessus. Andy ne répond plus, alors que Thorn regarde le massacre du haut des escaliers.



Kevin Thorn – Mince, il a raté une marche.

Thorn se met à rire tout seul dans l'escalier et quitte ensuite les lieux du crime, laissant Andy inconscient en bas des marches. Son téléphone est toujours allumé, et est retombé près de lui. Dans la chute, il s'est mit sur haut-parleur.

Andy's Wife Voice – Andy, tu es là ? [...] Andy ? [...] Réponds-moi, ce n'est pas drôle, je ne plaisante pas Andy. [...] Tu as gagné, tu as voulu jouer avec mon amour et mes sentiment, alors je demande le divorce et la garde exclusive de nos deux filles !

Qui a dit que cette soirée allait être une bonne soirée ? Certainement pas moi, ni même Andy Leavine. Putain, comment ça pue le show de merde cette entrée en matière.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:49

IT WAS LAST WEEK.
...
ATTITUDE NUMBER FIVE, LIVE FROM KANSAS CITY.



Booker T et Bill DeMott sont de retour après l’assaut subi des mains du Ministry. Booker T s’excuse auprès de Andy qui accepte les excuses.



Stone Cold est débordé, il sauve d’abord Alberto Del Rio des services de l’immigration et doit supporter Christian.



Alors que Rey Mysterio s’absente pour soigner une blessure, la tension monte crescendo entre Triple H et John Cena.



Après s‘être occupé de Booker T et Bill DeMott, le Ministry fait une nouvelle victime, la ravissante Trish Stratus.



Malgré une défaite face à Shelton Benjamin, Goldust est chaud bouillant. Il a jeté son dévolu sur Edge et il veut coûte que coûte la Rated-R Superstar.



Sixième combat, sixième victoire. Christian Cage poursuit son incroyable winning streak et le jeune Andy Leavine l’apprend à ses dépends.



Les Porto Ricains Psychos battent Gregory Helms et Spike Dudley. Ce dernier en paie les conséquences et reçoit une correction de ses frères.



Shawn Michaels ne reviendra pas, il en a décidé ainsi, et cela malgré Kurt Angle qui veut l‘affronter absolument dans un match à Ground Zero.



The Undertaker, en battant Alberto Del Rio, montre qui est le vrai champion de cette fédération. Un Hell‘s Gate et le Mexicain abandonne.



On y était, Steve Austin face à l‘Undertaker. Ça allait frapper mais Christian Cage en a décidé autrement en plaçant son Unprettier sur SCSA.



AND NOW, ATTITUDE CONTINUES
...
THIS IS ATTITUDE NUMBER SIX LIVE FROM TOLEDO, OH.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:49

ATTITUDE WRESTLING CORPORATION.



IT'S TIME TO CHOOSE THE RIGHT ATTITUDE.



« GIVE ME A HELL YEAH ! »

UNLEASH HELL.



« YOU LITTLE SUMBITCH ! »

AUSTIN 3:16 JUST WHOOPED YOUR ASS.



« WHAT ? »

THIS IS A NEW WRESTLING ERA.



« WHAT ? »

HOSTED BY THE TEXAS RATTLESNAKE, BEER DRINKER...



« THE TOUGHEST SUMBITCH OF WRESTLING HISTORY ! »

STONE COLD STEVE AUSTIN !



« OH HELL YEAH ! »

ARRIVE, RAISE HELL, LEAVE.



« WHAT ? »

THIS IS NOW...



« AND THAT'S THE BOTTOM LINE... »

THIS... IS... ATTITUDE !



« CAUSE STONE COLD SAID SO ! »
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:50

Une fois encore, nous sommes de retour, toujours fidèles au poste, et ceux depuis à présent deux mois, que ça passe vite. Et cette fois, c'est en ce 15 août que nous nous retrouvons. Pour certains, le 15 août est un jour comme un autre, pour d'autres, c'est la journée noir de l'année, selon bison futé. Enfin, pour les puristes, c'est aussi le jour où Paul Heyman a défié en duel le grand General Estrada dans un duel à mort. Bon, ça peut aussi faire d'office de jour d'anniversaires pour certains, ou certaines. Mais c'est surtout l'occasion pour d'autres de se lâcher. Ce soir, je vous le dis mes amis, c'est strictement une atteinte personnelle.



Ouaip, l'intro d'Attitude number six qui se déroule à Toledo, dans l'Ohio va être le terrain de jeu, mon terrain de jeu, pour un lynchage public, puéril, sans intérêt, mais juste pour me faire un putain de kiff. Et pour l'occasion, les fans sont encore une fois venus en grand nombre, le show étant de nouveau sold-out. Au programme, des groupes de jeunes, des alcooliques en l'honneur de Steve, quelques Canadiens qui ont fait le déplacement, mais aussi, et surtout une bande de mec que nous appellerons la Corporation et qui se compose d'un Corse, d'un Polonais, d'un Egyptien, très certainement d'un Bosch qui cache bien son jeu, mais également un Breton (sont bizarres ces gens là !) et surtout, le chef de la meute, le mec qui s'énerve parce qu'on a oublié de mettre les sandwichs dans la glacière, parce qu'on a oublié de faire le plein d'essence, qu'on a oublié de pisser avant le show et surtout, parce qu'on a oublié les pancartes qu'on devait balancer à la gueule de tout le monde. Heureusement pour nous, un pote de l'ami Corse, muet selon lui, nous propose une pancarte, quelle chance. Alors que ce petit groupe de personne s'en va direction la très longue queue qui mène à l'entrée de l'arena, une jeune blonde aguiche notre Portugais qui s'énerve parce qu'ils ont oublié les casquettes dans la voiture. Cette dernière lui propose de lui montrer une photo d'elle, en bikini, avec trois paires de lunettes sur la gueule, le tout avec un but de foot en fond. Heureusement, notre cher Portugais est sauvé par un ami Algérien, c'est hallam qu'il a dit. Tu commences à comprendre l'objet de mon mp, buddy ?


« AUSTIN ! AUSTIN ! AUSTIN ! »

Oui, c'est bien notre Corporation qui se met à chanter alors qu'on a encore cinq cents mètres de queues à faire, et que techniquement, on est toujours sur le parking, mais rien à foutre. Le seul souci, c'est le petit Corse, il appelle à l'indépendance de son île, le con. By the way, tout le monde semble avoir une case en moins cette semaine parce que les pancartes sont déjà sorties, alors qu'il pleut et qu'il y a un vent pas possible dehors. "Je crois en Dieu", Shawn Michaels s'est repenti, toi tu m'as juste menti. "Merci de m'avoir aidé à m'excuser auprès de ma prof de Français", j'sais pas ce que ça fout là, mais clairement il fallait bien quelqu'un pour la faire, ta prof de Français aurait fait un infarctus en voyant que tu mets un -s à bonjour. "Ma prof de Français ne m'aime pas", Jérôme Paoli, BES et Ry ne m'aimaient pas non plus au début, mais eux au moins ils savent écrire Français. "Christian screwed Austin", un peu comme toi tu as pu me la mettre bien profonde. "Wesh mwa c Or & Lit ta vu !", Algari a été battu par une salope, putain. "Yohan <3", salut Nisrine. "BES <3", salut Debby. Debby ? Nisrine ? Aurelie (et j'emmerde toujours l'accent) ? C'est pas les drôles de dames, c'est juste une bande de putes qui fait la manche pour se donner un peu d'intérêt. Heureusement qu'ici, il reste toujours quelques enfants innocents pour foutre le bordel au milieu de la queue.



Tu ne m'en voudras pas, mais c'était tentant. Et puis, fallait épurer ça au milieu de ce concert de florilèges. Quoiqu'il en soit, enfin nous sommes dans l'arena. Le problème, c'est que le Corse est trop petit pour être en ringside, faut avoir quinze ans pour ça. Tant pis, lui on le récupèrera à la fin, aux objets volés. Deuxième problème, le Polonais a consommé trop de vodka, il va s'enfermer dans les chiottes. Et comme si ça suffisait pas, voilà que celui qui semble être un Bosch bien caché nous lâche on sait pas pourquoi, heureusement il nous a laissé des directives pour atteindre notre but. L'Egyptien, lui, on vient de le perdre, il s'est l'SFR et on a perdu sa wifi, la faute à sa soeur. Finalement, vu que j'ai perdu les autres dans la foule, me voilà moi, vaillant et fort, et Portugais, enfin à ma place. Pas le temps de poser mon cul qu'on me file un tract, "DWC, parce que la vie d'un lutteur s'arrête pas après la retraite", c'est pour ça que Shawn Michaels était là la semaine dernière. Finalement je pose mon cul sur cette chaise, et pouf, voilà qu'on me balance ça : "J'vais porter plainte", t'es un vendu Baxter, ta gueule, from Gumpers with love. Voilà, avec toutes ses conneries, j'ai raté la fin des enregistrements de Cold, et Bill a déjà rejoint sa table, accompagné de deux gros sacs. Putain, elle commence bien mal cette soirée, manquerait plus qu'on m'humilie, maintenant.


« GUUUUUMPY !! GUUUUUMPY !! »

Z'en faites pas, c'est juste les Bella Twins qui viennent de crier mon nom, c'est moi qui fait l'intro, j'fais bien ce que j'veux non ? Ta gueule, sinon j'te censure ton prochain push. Finalement, pendant que le résumé de la semaine précédente est diffusé à l'écran, je retrouve toute ma Corporation. Ouais, on va pouvoir passer une bonne soirée, enfin je le croyais...



« AUSTIN ! AUSTIN ! AUSTIN ! »

C'est cela, continuez à scander le nom de Steve pendant que cette demoiselle (oui, le charmante n'irait pas avec la chute que je prévois) tente, en vain, de montrer une bannière à mon effigie. Vous savez ce que j'vais lui répondre à cette madame ? Que je l'emmerde profondément, que c'est une connasse doublée d'une salope. Ah, et tant qu'on y est, maintenant j'comprends pourquoi tu incarnais si bien Stephanie McMahon, en fait c'était toi la pute de luxe, les milliards en moins. Putain, puis j'suis tellement en forme qu'avant de donner la parole à Bill, qui bouffe déjà un sandwich, et à Booker, j'vais en profiter pour te clasher sur ton propre territoire : Kharba, Kelb, Hagouna, Barra Nayek...

Booker T – Ooooh my niggas' !

Bill DeMott – Putain, j'aurai jamais pensé que ce sandwich jambon-mayo-ketchup-crudité et poulet oriental serait si bon.

Booker T – Dis-moi Bill, ça ne te gêne pas d'être en train de manger un sandwich alors qu'on vient de prendre l'antenne depuis quelques secondes ? Non parce que je pense que nos téléspectateurs en ont franchement rien à foutre du goût de ton sandwich.

Bill DeMott – Alors moi, je te signale que j'ai travaillé avant la prise d'antenne. Pendant que môssieur Booker T était tranquillement assis sur sa chaise à boire de l'eau pendant qu'il commentait la toute première édition de Cold, moi j'étais en charge du show. Je devais tout régler, à la minute près ! J'vais te dire, j'suis pas allez pisser depuis trois heures de l'après-midi, j'ai pas mangé depuis la salade verte de ce midi et j'ai rien bu depuis mon café y'a dix minutes, alors tes remarques, tu peux te les mettre où je pense.

Booker T – Depuis quand tu manges de la salade à midi ?

Bill DeMott – Bah, j'ai déjeuner avec ma femme, et bon, tu sais comment sont les femmes, elles aiment les choses raffinées, les restaurants chics, les serveurs nus sous le tablier et tout le tralala. Le souci, c'est que lorsque j'ai vu les prix sur la carte, j'avais pu très faim pour le coup.

Booker T – Je comprends ce que tu veux dire. Et donc je suppose que les sacs que tu viens d'amener, c'est un peu tes provisions pour une semaine quoi.

Bill DeMott – Tu rigoles j'espère, dans une heure j'ai tout mangé là. Tiens, envoie le début de la soirée pendant que je termine mon sandwich tranquillement, mmmmh c'est bon ça.

... Au fait, j'te souhaite de passer un très bon dix-huitième anniversaire, avec au moins autant d'hypocrisie que la manière dont John Laurinatis renvoie les lutteurs de la WWE. You may act with a Billion Dollar Princess but you still a 5$ slut. J'terminerai bien par un bisou, mais c'est haram pendant le ramadan.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:50

Et pendant que notre cher Bill termine tranquillement son sandwich qui aurait déjà filé des nausées à n'importe quel homme normalement constitué, on va passer à quelque chose qui utilise plus de testostérone. Un truc d'homme quoi, un truc qui nécessite une putain de paire de couille.





Un truc comme Stone Cold Steve Austin, exactement. Pour te décrire brièvement ce qu'il se passe, c'est un tour des quatre coins du ring, un coup de majeur de chaque côté, et surtout une forêt noir sous les bras. Ouaip, Austin il est comme ça, mais moi j'me rase les aisselles.


Stone Cold – Bordel de merde.

Au moins, il est clair. Et puis, on est de suite dans l'ambiance.

Stone Cold – J'vous jure sur la tombe de ma pute de grand-mère que j'aurai jamais pu croire un seul instant de ma putain de chienne de vie qu'une salope Canadienne aux couilles plus courtes que celles d'un putain de nain de merde puisse me faire mal à la gueule comme ça. What ? J'vous jure, il m'a fait mal à la gueule ce fils de chienne violée sur les bancs de l'école primaire.



Quel poète, nique Joël Getner (héhé).

Stone Cold – J'tourne en rond. What ? En triangle. What ? En rectangle. What ? Parfois même en triangle rectangle. What ? Et ce depuis une putain de semaine et rien à faire, j'arrive toujours pas à oublier ce que ce fils de salopard m'a fait. What ? En fait, plus j'me force à oublier ce qui s'est passé, plus j'ai mal à la tête, et bordel ce soir j'ai une migraine pas possible. What ? J'ai une migraine aussi forte qu'après m'être enfilé cinquante packs de bières. What ? Et pourtant j'en suis qu'à mon quinzième pack, aujourd'hui. What ? Oui, Stone Cold a une petite soif ce soir. J'ai quand même cherché un moyen pour régler ce problème. What ? J'ai pensé à lui botter le cul, Austin's style. What ? J'ai pensé lui foutre un Stunner en pleine mâchoire. What ? J'ai aussi pensé à le forcer à baiser Maé Young. What ? Mais en fait, non, j'vais régler ça en discutant, calmement. What ? Ouaip, j'vais faire ça comme ça aujourd'hui. What ? So, Christian Cage, si tu as autant de couilles que la semaine dernière, ramène ton cul ici qu'on discute entre paires de couilles, enfoiré.

Steve n'a même pas le temps d'ouvrir une bière que Cage a déjà ramené ses baloches, musique.





La classe, ça ne s'apprend pas. J'voudrais être plus comme Christian, moi. Quoiqu'il en soit, plus malin que Steve, ou simplement beaucoup plus méfiant que d'habitude, Christian préfère rester sur la rampe d'accès.


Christian Cage – J'espère que tu as reçu l'aspirine envoyé par mes soins, Steve.

Stone Cold – Et toi, j'espère que t'as ramené la vaseline.

Christian Cage – Funny, really funny. Ecoute Steve, ce n'est pas que je n'ai pas confiance, mais je préfère rester ici, n'y vois pas une offense. Tu sais, j'ai réfléchis pendant une semaine à l'explication que je pourrais donner pour justifier cette attaque, mais je vais simplement te dire que je voulais te montrer à quel point j'étais prêt à tout pour montrer que je veux et que je dois être le prochain challengeur pour le titre Attitude. J'aurai préféré poser mes mains sur l'Undertaker, mais tu ne m'en as pas laissé le choix. Mais cette bosse sur ton crâne, ça te donne un petit air encore plus sévère, pour l'autorité, c'est pas mal.

Stone Cold – Bizarrement, moi j'pense que si je t'enfonce une chaise dans le cul, ça fait très salope. What ? By the way, ce qui est fait est fait. What ? J'ai une bosse sur le crâne. What ? Ouais, j'ai une putain de bosse sur le crâne. What ? Et elle est au moins aussi grosse que les couilles que t'as eu en m'attaquant. What ? Et j'vais te dire une chose, j'aime les gens qu'on des couilles. What ? T'as eu les couilles pour m'attaquer malgré les risques, et tu mérites que je reconnaisse que t'as des couilles. What ? Bien joué, le caribou.



Christian Cage – Tout le plaisir était pour moi.

Christian se tourne vers le public, sourire sur le visage et tape sur son torse.

Stone Cold – Attends une seconde, Cage. What ? Si tu veux un match face à l'Undertaker pour Ground Zero avec le titre de champion en jeu, c'est d'accord. What ? Ouaip, je donne son putain de match de championnat à Christian. What ? And that's the bottom line.

Christian Cage – Merci Steve. Je suis rassuré de voir que l'Attitude qu'on adopte compte.

Stone Cold – J'estime surtout que vu que j'ai un problème avec l'Undertaker, ça serait une grande bêtise de ne pas lui mettre comme adversaire un homme comme toi, qui a les crocs, qui est invaincu, et qui a des couilles. What ? Maintenant que je t'ai rassuré, viens donc sur ce ring qu'on échange une poignée de main virile.

Christian Cage – Avec grande joie, Steve.

Heureux comme un gosse qui vient d'avoir son jouet, Cage rejoint le ring et s'approche de Steve. Alors que Steve veut lui serrer la main, Cage va même jusqu'à l'enlacer dans ses bras.



Stone Cold – T'as perdu tes couilles en montant sur le ring ou quoi ?

Christian Cage – Désolé Steve, l'émotion.

Finalement, les deux hommes échangent une poignée de main virile. Quelques remerciements par-ci, par-là et Christian s'apprête à quitter le ring. Il passe un premier pied entre les cordes, mais Steve a visiblement mal à la gorge.

Stone Cold – Han han... What ? Est-ce que j'ai dis que j'en avais terminé avec toi, Cage ?

Christian Cage – Je le croyais, à tort visiblement. Tu as autre chose à dire, ou je peux y aller ?

Stone Cold – Ouais, j'ai encore un truc à dire. What ? En fait non, j'ai encore trois choses à dire. What ? Trois putains de trucs à dire, c'est beaucoup pour ma toute ptite tête de buveur de bière. What ? Alors j'vais être bref. What ? Premièrement, je ne te donne pas ce shot parce que je t'aime bien, non. What ? En fait, j'te respecte même pas, t'es comme la merde sur mes bottes de chasse, un coup de jet et y'a plus rien. What ? Deuxio, et là je parle pas en tant que Stone Cold Steve Austin, plus grand buveur de bière de l'histoire de ce business, mais en tant que ton patron. What ? Tu m'as attaqué la semaine dernière. What ? Par conséquent, tu mérites quand même une sanction. What ? T'affronteras Kevin Thorn. What ? Et pourquoi pas sa pétasse qui traine avec lui ? What ? Ouais, un putain de two on one handicap match.

Christian Cage – C'est normal, je comprends. Et puis, j'ai un match pour ce soir, à présent.



Stone Cold – Et enfin, la troisième et dernière chose. What ? Oui, y'avait trois choses à dire. What ? Cette putain de troisième chose, hahaha... What ? Si tu savais cette putain de troisième chose Cage, tu ne rigolerais pas comme une salope qui a ses règles. What ? Ouais, tu rigoles vraiment comme une merde. What ? Et cette putain de troisième chose...

Kick dans le bas-ventre, Stunner in your face ! STONE COLD STUNNER SUR LA GUEULE DE CHRISTIAN ! Cage a voulu jouer avec Austin la semaine dernière, mais voilà à quoi il s'est exposé. Oeil pour oeil, dent pour dent, et Steve semble enfin soulagé au moment de reprendre son micro, en regardant la dépouille de Cage.



Stone Cold – La troisième chose, si tu m'attaques encore une fois, c'est pas un Stunner dans la mâchoire que t'auras. What ? Non, j'te broierais tes couilles au casse-noix, you little sumbitch.

Et voilà, le thème song de Steve résonne, et on achève le tout avec une dégustation de bière. Voilà, Bill a terminé son sandwich, Steve a remit à l'heure la pendule Cage, et il va maintenant pouvoir s'occuper d'autre chose.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:50

Booker T – C'est bien comme ça qu'on l'aime notre Steve, sucka' !

Bill DeMott – Le fait que Cage a quand même eu ce qu'il voulait. Au moins il s'est servi de son cœur pour avoir ce qu'il voulait et pas juste de ses larmes de pleureuse.

Booker T – Et sur ce c'est déjà l'heure de passer à notre premier match, qui assez étonnement, va mettre en scène l'un de nos champions.



Bill DeMott – Tiens, Helms a décidé de troquer Danielson contre Velvet Sky, celle qu'on connait dans le monde de la lutte comme étant sa petite amie. Elle sera au première loge pour le soutenir pendant ce match, et pour se faire mater le cul par Booker.

Booker T – Je t'ai déjà dit que j'étais un mec fidèle, Bill !



Bill DeMott – Il y a pas de honte tu sais. On a tous le droit à se lâcher un peu de temps en temps. Moi même...

Booker T – Putain, me mets pas tes images dégueulasse en tête. Concentrons-nous sur l'entrée de Montel Vontavious Porter.

» FIGHT ! «
Helms jette son bandana dans le public et s'élance pour le premier contact. MVP casse la prise et glisse un premier coup de coude, puis les enchaine, de façon à acculer son adversaire contre le coin du ring. Le Cruiserweight veut s'éloigner mais se retrouve projeté dans les cordes opposées, puis réceptionné en Knee Backbreaker. Montel débute bien le match mais son premier tombé aboutit à un dégagement rapide. Il relève l'AWC Tag Team Champion en le tirant par les cheveux mais celui-ci réagit et le repousse. On repart dans un contact direct, mais Helms réussit à glisser dans le dos de son adversaire pour un Backslide Pin... et dégagement ! MVP se relève et charge le petit ami de Velvet Sky mais se fait accueillir par un coup de botte en plein bas-ventre. Ce dernier se dirige ensuite vers le turnbuckle et tente d'y grimper mais se fait rattraper par les épaules. Le Mister 305 cherche à faire chuter Helms mais c'est lui qui finit par tomber après un coup de coude et... Diving Crossbody du Greatest Cruiserweight Alive ! Le partenaire de l'American Dragon relève sa cible et prépare un Double Underhook Mat Slam... mais se fait repousser contre les cordes par MVP. Celui-ci s'élance à son tour et vient couper perpendiculairement la trajectoire de son adversaire pour un Running Facecrusher ! Et 1... Et 2... Et non, Helms a placé son pied sur la corde. The Franchise Playa le traine au centre du ring et essaie de travailler son bras. Il réussit à placer une soumission mais sous les encouragements de Velvet, se sort de l'étreinte et projette MVP, avant de le réceptionner avant un Gutwrench Backbreaker ! 1, 2, rien de plus.

Bill DeMott – Ils livrent tout les deux un beau combat pour l'instant.

Booker T – Helms nous montre qu'il est un aussi un lutteur d'impact, et pas uniquement un banal cruiserweight. Voyons si Montel a encore de quoi réagir.

Pour l'instant, c'est bien Helms qui se dirige vers son adversaire pour le relever, mais celui-ci réussit à lui glisser un coup de tête. Il veut ensuite logiquement se remettre sur ses jambes mais ne peut rien faire face à un Swinging Neckbreaker de son adversaire. MVP est étendu au centre du ring et Helms vient se placer contre le coin, attendant le bon moment pour partir à la charge. Toute la salle attend Mister 305 mais...





Les Dudleys font leur apparition ! Bubba et Devon apparaissent sur la rampe et prennent la direction du ring sous le regard médusé de Gregory Helms et de Velvet Sky. L'arbitre est prêt à sonner la disqualification mais les deux hommes contournent le ring, ils se dirigent vers la petite amie du champion ! Devon s'empare de Velvet malgré ses cris et la charge sur ses épaules avant de repartir dans le sens inverse !

A l'intérieur du ring, MVP profite de cette distraction pour retourner son vis-à-vis et tenter le Playmaker ! Mais non ! Helms retourne la prise en sa faveur et... Nightmare on Helms Street ! La prise est placée, et le tombé est fait, victoire.

Booker T – MVP s'est précipité en pensant que son adversaire n'était plus dans le match !

Bill DeMott – Il s'empare de la victoire en effet, mais quitte immédiatement le ring !

En effet, Helms descend la rampe en courant mais les Dudleys sont déjà en contrebas, dans la zone des techniciens de la fédération. Bubba balance les écrans et autres matériels gênants, pour avoir une table bien clean putain ! Son frère lui passe maintenant le corps de la donzelle et... Bubba Bomb trough the fuckin' table ! Helms arrive bien trop tard pendant que les deux frères s'éloignent par les backstages, et ne peut qu'appeler immédiatement l'équipe médicale pour s'occuper de sa demoiselle. Celle-ci est bel et bien plongé dans les débris de table, faisant ainsi perdre à Gregory quelque chose de bien plus précieux qu'un match.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:51

Sortons quelques instants du Huntington Center, il semblerait qu'un feu se soit déclaré hors de l'arène. Notre cameraman se dépêche d'arriver sur place. Fausse alerte. Ce n'est que Mister Anderson qui est en train de faire un barbecue.

Mister Anderson – Vous êtes là, parfait.



Mister Anderson – Il y a quelque chose qui m'a profondément choqué la semaine dernière lorsque j'ai réalisé mes débuts ici à l'Attitude Wrestling Corporation. Profondément choqué, c'est le cas de le dire. L'instant est grave, très grave... Les cuisines sont vides. Expliquez-moi comment est-ce que l'on peut travailler dans de bonnes conditions si il n'y a rien à se mettre sous la dent ? Huh ?

Abdul Aziz al-Khathran – C'est normal, c'est le ramadan.



Mister Anderson – Le rama-what ?

Abdul Aziz al-Khathran – Le ramadan.

Mister Anderson – Le rama-what ?

Abdul Aziz al-Khathran – Le ramadan.

Mister Anderson – Le rama-what ?

Abdul Aziz al-Khathran – Le ramadan. La période de jeûne qui nous permet d'apprendre la patience, la modestie et la spiritualité. Tu ne dois pas manger, tu ne dois pas boire et tu ne dois pas avoir de relations sexuelles entre l'aube et le crépuscule.

Mister Anderson – Are you freakin kidding me ?

Abdul Aziz al-Khathran – No, sir. C'est la volonté du tout puissant, c'est la volonté de Allah, et c'est la volonté d'Abdallah Tarver. Notre saint prêcheur a mis l'Attitude Wrestling Corporation au parfum et tout le monde, toi y compris, doit respecter cette volonté.

Mister Anderson continue de préparer ses hamburgers.



Mister Anderson – Qui es-tu ?

Abdul Aziz al-Khathran – Abdul Aziz, de Téhéran.

Mister Anderson – And I'm Mister Anderson... AN-DER-SON... From Green Bay, Wisconsin. Très franchement, qui es-tu ? T'es un lutteur ? T'es le nouvel intervieweur ? Tu viens de jouir de la discrimination positive pour avoir un boulot ici, huh ?

Abdul Aziz al-Khathran – Non, je suis technicien de surface.

Mister Anderson – Donc t'es un balayeur.

Abdul Aziz al-Khathran – Non, un technicien de surface.

Mister Anderson – Ouais, c'est bien ce que je disais. Un balayeur de surface. Tu veux un hamburger mon ami ? Tu veux faire une pause ? Tiens, prend un hamburger.

Abdul Aziz al-Khathran – Non, c'est haram.



Mister Anderson – A tes souhaits. Tu ne sais pas ce que tu rates, tant pis pour toi. Hum. Bon dieu que c'est bon. Tu veux que je te dise Pierre-Henri d'Islamabad ? L'hamburger est de loin la plus grande invention culinaire de tous les temps. C'est un véritable symbole ici en Amérique. L'hamburger a bien plus de valeur que tout le reste. C'est tellement bon, putain. Que dieu bénisse l'hamburger. Que dieu bénisse l'Amérique. Que dieu me bénisse tout simplement.

Abdul Aziz al-Khathran devient rouge de colère, il prend son balai et n'hésite pas à donner un coup bas à Mister Anderson qui en tombe directement au sol.

Abdul Aziz al-Khathran – Je t'interdis de citer Dieu de cette manière.

Abdul Aziz al-Khathran, conscient d'avoir perdu son boulot, préfère s'en aller. Mister Anderson n'en a que faire, on ne dérange pas un patriote qui mange. Chacun sa tradition.



Mister Anderson – Hum. Je n'ai pas tout compris, mais je m'en fous.

Mister Anderson devra se dépêcher de manger son hamburger, parce que son match est le suivant. Il affronte ce soir nul autre que Bryan Danielson pour son premier et véritable test.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:51

Booker T – Je te vois déjà venir Bill, tu vas demander la recette à Kenneth pour ses hamburgers dès la fin du match. Et peut-être même que tu vas l'inviter à manger.

Bill DeMott – Non aucune chance. Par contre je me demande comment Ken a pu se changer aussi vite pour apparaitre maintenant en tenue de lutte.

Booker T – C'est la magie de l'Attitude Wrestling Corporation.



Silence dans la salle, Ken Anderson va s'annoncer, merci.

Mister Anderson – Ladies and gentleman, boys and girls of all ages, let me introduce myself. Weighin' tonight at the perfect 243 lbs, I hail from the beautiful city of Greeeeeeen Baaaaaay, Wisconsin. I'm the Green Bay Loudmouth, the Talk-Louder, and of course, leader of the assholes, I am Mister Andersoooooon...

Wait for it, wait for it.

Mister Anderson – ANDERSON.

Courtoisie de Ken Anderson.

Booker T – Dis moi Bill, il semble encore souffrir le pauvre Kenneth. Ce qu'il vient de prendre, c'était vraiment un coup bas, et au sens propre du terme.

Bill DeMott – J'espère surtout que Ken va avoir récupéré pour son combat, parce que c'est quand même pas n'importe qui qu'il va affronter. Bryan Danielson, légende de la lutte indépendante, qui a fait un passage à la WWE. Ce mec, c'est pas un guignol.

Booker T – Crois-moi Bill, Anderson n'est peut être pas aussi technique que son adversaire, mais il reste un très bon adversaire dont la ténacité est reconnue par ses pairs, et moi le premier. Je te promets qu'on va assister à un très bon match.

Bill DeMott – Tant mieux, parce que j'suis pas venu là que pour manger.



Booker T – Tiens, le voilà justement Bryan Danielson. Je ne sais pas pour toi, mais je n'aurai jamais pensé que quelqu'un comme lui puisse faire équipe avec un homme aussi méprisant et antipathique que Gregory Helms.

Bill DeMott – Tu sais Book', par moment il faut savoir se faire petit pour devenir grand. J'veux dire, Danielson semble vraiment à l'opposé de Helms au niveau de la personnalité, mais au fond d'eux-même, ils ont le même but, réussir.

Booker T – C'est vrai que la victoire, l'envie d'être reconnu et de briller, ça donne des ailes, et ça permet également de mettre son égo de côté. En tout cas, ça a plutôt bien fonctionné pour Bryan et pour Gregory, ils sont champions par équipes.

Bill DeMott – On verra s'ils le seront toujours au soir de Ground Zero, car avec des frères Dudley en pleine possession de leurs moyens, ça risque pas d'être une partie de plaisir. Mais trêve de bavardages, qu'ils se foutent sur la gueule.

» FIGHT ! «
DING DING DING ! Non, ce ne sont pas les cojones de Ken Anderson qui gigotent encore, c'est juste la cloche qui sonne. Visiblement remit, Kenneth tente de suite de mettre son adversaire au sol. Seulement, Danielson étant bien plus technique, Anderson s'expose à plusieurs soumissions qu'il arrive cependant à avorter en s'agrippant aux cordes. Danielson se fait par la suite surprendre avec un kick dans l'estomac et Anderson prend la rencontre à son compte, portant notamment un très jolie DDT après un bel enchainement. Bryan Danielson revient quand même dans la partie grâce à la puissance de ses kicks et il met Anderson au sol après un High-Kick. Le Dragon Américain est à présent sur le turnbuckle mais son adversaire revient et le surprend. Anderson reprend le contrôle du combat et arrive à mettre Danielson sur ses épaules pour le Green Bay Plunge. Anderson est sur le point de porter la prise mais Danielson se débat comme un beau Diable et tourne la situation à son avantage puisqu'il porte un énorme Diving Bulldog qui fait lourdement chuter Anderson sur la tête. Danielson n'a plus qu'à profiter de sa position pour sceller le LeBell Lock qui fait rapidement taper un Ken Anderson qui n'avait plus la force de résister.

Bill DeMott – Il a eu très chaud aux fesses, mais le moins que l'on puisse dire c'est bravo Danielson, car il a su retourner une situation difficile pour lui en une situation avantageuse pour lui.

Booker T – Ce petit est pétri de talent et nul ne doute que dès que sa pige dans la division par équipes se terminera, il sera l'une des figures de proue de la lutte individuelle de la fédération.

Bill DeMott – Ouais, sauf s'il explose en vol. J'en ai vu beaucoup des jeunes à qui on donnait un avenir glorieux et qui n'ont jamais confirmé lorsqu'il fallait mettre ses couilles sur la table.



Oui, quand on s'appelle Bill DeMott on a aussi certains droits, notamment celui de la critique à l'encontre de quiconque. Ouais, être membre de la Corporation, ça a aussi des avantages, quelque fois. Quoiqu'il en soit, pour le moment Bryan Danielson reprend sa ceinture de champion par équipes et ne s'attarde pas, il a certainement des choses à voir avec Gregory Helms après ce qui s'est passé plus tôt dans la soirée.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:52

Alors que le combat entre Ken Anderson et Bryan Danielson vient de prendre fin, on se retrouve aussitôt dans le bureau de Stone Cold Steve Austin pour y trouver le patron de l’AWC... Ah non, il s’agît en fait d’Alberto Del Rio qui assis sur la chaise du Texas Rattlesnake est à la recherche de son certificat de travail.



Alberto del Rio – Mierda, donde está ? Si je retrouve pas mon certificat de travail, l’immigration va me forcer à retourner au pays. Si je retourne au pays, plus de travail. Où est-ce qu’il peut-être. Il n’y a je ne sais combien de papiers ici. Il y a tout sauf ce que je veux. No es posible !

The Corporation Champion fouille encore et encore, et à la lecture de certains papiers, le mexicain nous tire une tête priceless !

Alberto del Rio – Voilà la troisième commande de bière. Vingt packs de bière, rien que pour Attitude 5. Et là, une poupée gonflable qu’il adresse directement à Bill DeMott, c’est insensé.

Alberto Del Rio est entrain de s’énerver à chercher son contrat de travail alors que son combat est le prochain et qu’il fera face à Homicide.

Alberto del Rio – Je suis le champion Corporation de cette compagnie, je suis un élément phare de cette fédération et pourtant je dois chercher ce foutu document. C’est pas possible. Une commande de bouquets de fleur pour Trish. Y a même un livre … La chasse aux caribous. Mi destino me juega a torres.

La recherche continue mais la pile de documents entassées sur le bureau de Steve Austin ne semble pas diminuée alors que le mexicain met encore plus de paperasse sur le bureau. Soudainement Alberto Del Rio regarde étonné un petite fiche.



Alberto del Rio – C’est quoi cette facture ? Il a acheté de la vaseline à la grande surface de la ville. A quoi ça peut bien lui servir ?

??? – C’est pour enculer l’Undertaker et Christian Cage de façon plus optimale.

Del Rio lève les yeux et voit son patron dont le grand sourire qui s’estompe très rapidement quand il voit que les recherches d’Alberto ont encore plus foutu le bordel sur son bureau.

Stone Cold – C’est quoi ça ? Je t’ai demandé de trouver ton certificat pas de foutre la merde dans mon bureau. Putain, mais t'as quoi dans le crâne ? Vite une bière pour me détendre.

C’est pas une bière qu’il descend pour se calmer Stone Cold Steve Austin, c’est trois.

Alberto del Rio – J’ai vraiment besoin de mon certificat de travail. L’immigration se fait de plus en plus oppressante. Afligido para todas las hojas sobre tu oficina.

Stone Cold – Parles dans ma langue connard ! J’en ai rien à foutre de ton certificat je t’ai dit. Tu devrais déjà me baiser les pieds que je t’ai prévenu de cela. Le bordel que t’as foutu là tu peux le faire dans tes favellas au Brésil mais pas dans mon bureau. J’espère que je suis clair. Si tu veux, je peux te foutre un Stunner, t’iras rejoindre l’autre caribou.

Alberto del Rio – Je suis mexicain, pas brésilien.



Stone Cold – Rien à foutre, ça revient au même, les mêmes merdes. Brésilien ou mexicain qu’est-ce qu’on s’en fout... Qu’est-ce que tu fais là encore ? Casses toi. T’as un combat maintenant, là. T’es vraiment une tanche y a pas à dire.

Alberto del Rio – Et pour les papiers, je reviendrais après mon combat pour m’en occuper.

Stone Cold – J’y compte bien. Si tu veux pas te faire virer et que je rendes ta ceinture vacante, te laissant dans ta merde face à l’immigration. Bouges !

Le mexicain se lève et s’apprête à sortir quand la voix de son patron résonne.

Stone Cold – Attends une seconde en fait.

Alberto del Rio – Il faudrait savoir ce que vous voulez. J’ai un combat, vous voulez que j’y aille mais vous me retenez.

Stone Cold – C’est important alors écoutes, avant de voir toute la merde que tu m’as foutu, j’ai croisé quelqu’un qui m’a parlé de ton titre, il m’a dit qu’il le voulait vraiment. Jusque là j’avais pas vraiment fait attention à lui, je l’avais suivi de loin sans m’y intéressé, mais là il m’a sorti les bons mots, il avait la bonne Attitude, ce que t’as pas en me laissant une merde pareille. Alors je me suis dis que ouais, il méritait sa chance, t’as un challenger maintenant.

Alberto del Rio – De qui s’agît-il ?



Stone Cold – Justement, il serait facile de savoir directement de qui il s’agît. Ton challenger, tu le verras après ton combat. Il viendra te voir. Et essaies de gagner, faut pas que le Corporation Champion de ma compagnie soit une tantouze. Allez vas combattre.

Alberto del Rio – N’importe qui peut venir, je le recevrai et je garderai ma ceinture.

Alberto Del Rio quitte la pièce, laissant seul Stone Cold Steve Austin qui regarde le bureau.

Stone Cold – Faudrait que je range ça quand même... Ou, l'’autre brésilien a dit qu’il reviendrait le faire, je vais même lui rajouter du travail.

Stone Cold prend des feuilles dans l’imprimante et les posent sur le bureau avant d’aller se chercher une bière, ou peut-être même un pack entier, avec lui on ne sait jamais trop.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:52

Booker T – Bill, t'as une idée sur le nom du Contender ?

Bill DeMott – Nan, j'en ai absolument aucune idée. Tout ce que je sais, c'est qu'Alberto Del Rio ne laissera pas son titre partir sans opposer une farouche résistance.

Booker T – Avant tout, il devra faire attention à son adversaire de ce soir.

Bill DeMott – Homicide a battu Helms et Spike Dudley la semaine dernière, il faudra le prendre avec des pincettes, comme lorsque je mange chinois avec mes baguettes.



Booker T – Homicide va essayer de montrer à Del rio qu'il a la carrure pour être son Contender mais aussi pour montrer que le Mexique, ça vaut rien comparé à Porto-Rico.

Bill DeMott – Niveau bouffe, le Mexique, c'est mieux !



Booker T – Imagine-toi qu'en vendant la voiture de Del Rio, tu pourrais te payer des années et des années de tapas et autres produits Mexicain dont tu raffoles tant.

Bill DeMott – Merci pour l'idée !

» FIGHT ! «
Une affiche prometteuse entre deux lutteurs prometteurs, voilà ce qui nous attends aujourd’hui. Première épreuve de force entre Alberto et Homicide qui tourne rapidement à l’avantage du premier. Alberto pousse son adversaire dans le coin. L’arbitre le fait reculer. Alberto Del Rio, tout en regardant Nelson, sourit devant son adversaire avant de se taper fortement la poitrine. Ça a le don d’énerver le porto-ricain qui re-tente l’épreuve de force mais cette fois ci de manière plus appuyé. Il réussit à tenir tête au mexicain qui va se réfugier dans les cordes. Les traits du visage de Del Rio se sont changés. Il est décidé à en finir avec Erazo. Un troisième contact est sur le point d’avoir lieu, mais Del Rio donne un bon coup de pied directement dans l’abdomen du lutteur, s’en suit un coup d’avant bras qui fait légèrement chuter son adversaire. Alberto se projette tranquillement dans les cordes afin de donner un kick dans la nuque d’Erazo. Del Rio semble avoir le début de match en main. Il tente une première fois le tombé mais rapide dégagement de Nelson. Del Rio se relève et assène plusieurs coup de pied sur le corps du gangster. Il le relève ensuite, et lui porte une manchette à l’européenne. Elle fait tituber le porto-ricain jusqu’au corde. Mais il revient vers Del Rio qui lui porte un Standing Dropsault de grande classe. Del Rio maitrise ce début de match. Pendant qu’Erazo se réfugie vers les cordes, Del Rio montre clairement qu’il est fière de lui. Il se retourne vers le porto-ricain et envoie son adversaire en dehors du ring avec Dropkick. Nelson est maintenant aux abord du ring. Del Rio attend qu’il se lève. Le Notorious 187 est debout, toujours en dehors du ring, Del Rio s’élance vers lui mais s’arrête quand il remarque son adversaire a bougé de quelques mètres. Le mexicain fait signe à son adversaire de monter dans le ring. Homicide rentre mais se fait prendre par des coups de pied.

Bill DeMott – Un petit coup de pute pour une fois de la part de Del Rio.

Booker T – C'est coriace en face, normal qu'il ait besoin de sortir des petits trucs.

Del Rio relève son adversaire qui contre directement avec un jawbreaker avec la tête. Homicide enchaine tout de suite avec des stomps puis un running knee drop sur le visage de son adversaire. Énervé le Notorious 187, il s'allonge sur son adversaire et lui balance des coups de poing sur le visage et finit avec un coup de boule. Comment dire, le porto-ricain nargue son adversaire en tauntant au dessus de son corps. CAMEL CLUTCH ! HOMICIDE PLACE SA CAMEL CLUTCH ! Erazo continue à jouer avec la foule, tente de relever son adversaire mais Del Rio contre avec un oup d'avant bras. Et il prend directement le bras ! Armbar de Del Rio ! Erazo a du mal mais le problème, c'est qu'il est au centre et qu'aucune corde n'est proche. IL TAPE ! ERAZO TAPE ! Del Rio gagne et montre bien que c'est le Champion dont la fédération avait besoin.



Booker T – EL CAMPEON ES AQUI !

Bill DeMott – Le Corporation title risque d'être très très prisé en ce moment mais Del Rio a su montrer sa détermination en sortant de la soumission d'Homicide.

Et attention, Shelton Benjamin arrive alors que Del Rio se relève juste. Le Gold Standard a quelque chose de spécial dans les bras, la ceinture du Mexicain. Benjamin offre avec un grand sourire la ceinture à Del Rio qui lui, est plus fermé et envoie un regard noir à Shelton.



Nous avons à présent l'identité de l'homme qui affrontera Alberto Del Rio pour ce titre, et cela ne semble pas plaire au principal intéressé qui préfère quitter rapidement le ring alors que Shelton affiche un large sourire au milieu du ring et qu'il reçoit une réaction plutôt positive des fans.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:53

Booker T et Bill peuvent respirer quelques secondes, boire un peu d'eau, un homme va venir occuper les fans pendant quelques temps.





L'homme qui est passé à un doigt d'être le Corporation Champion à Thunderslam, Kurt Angle est sur le ring. Le médaillé d'or olympique a une expression de colère sur le visage.


Kurt Angle – Je suis Kurt Angle, médaillé d'or olympique aux jeux d'Atlanta 1996. Mais ces dernières semaines, je ne suis plus le Kurt Angle qui a battu Abbas Jadidi pour gagner cette même médaille. Je ne suis plus l'homme qui a gagné ces douze titres mondiaux. Kurt Angle a régressé, oui, mais je peux retrouver mon fabuleux niveau d'antan. Pour ça, il me suffit d'un match, d'un seul et unique putain de match.

La Wrestling Machine sourit et se tourne vers le titantron qu'il pointe du doigt.



Kurt Angle – Shawn Michaels ! Je sais que tu es là, quelque part en coulisse. J'ai besoin d'un match extraordinaire, et seul toi peux me l'offrir. Tu es le showstopper, l'icon, l'un des meilleurs lutteurs de tous les temps. La semaine dernière, tu as dit que c'en était fini du HBK, fini de toi, que tu ne lutterai plus. Tu sais quoi ? Tant que tu ne m'auras pas donné ce match, je ne te laisserai pas abandonner ! Tu m'entends Shawn ? Viens sur ce ring, maintenant, et sert moi la main pour officialiser ce match, ce match dont j'ai besoin pour redevenir le meilleur.

Kurt Angle attend, mais rien ni personne ne vient. Ni Shawn Michaels ni personne. Angle fait quelques pas, mais quand il reprend la parole, il sourit toujours.

Kurt Angle – Je savais, oui, je savais que tu ne viendrais pas Shawn. Tu es trop buté, trop têtu. Mais je connais ton point faible, Shawn... Les sentiments. Tu es bien trop sentimental. Et c'est grâce à ça que je vais te faire signer ce match contre moi. Shawn, regarde bien, mesdames et messieurs, laissez moi vous présenter Marty Jannetty !

Thème song des Rockers, maestro. Ça, c'est old-school.



Jannetty monte sur le ring et demande un micro qu'on lui envoie. Sans accorder plus d'attention que ça à Kurt Angle, Marty regarde le titantron et s'adresse à son tour au HeartBreak Kid.

Marty Jannetty – Shawn, Shawn, Shawn... Nous deux, on a eut des hauts et des bas. On a commencé ensemble. Tu te souviens des rockers, hein ? Déjà à l'époque, tu étais le meilleur. On s'est ensuite séparés, battus, et encore une fois, tu étais le meilleur. Shawn, tu es le meilleur lutteur que cette planète ait porté. Tu ne peux pas te permettre d'arrêter ta carrière, pas maintenant, pas si tôt. Shawn, je veux que tu luttes de nouveau.

Angle applaudit Jannetty avant de se tourner de nouveau vers le titantron et le pointer du doigt.

Kurt Angle – Ca ne te suffit pas Shawn ? Et bien ça aussi, je le savais. Mais je veux ce match, j'ai besoin de ce match contre toi. Alors je n'ai pas lésiné sur les moyens. Mesdames et messieurs, je vous présente Kevin Nash !

Thème song old-school number two, baby.





Big Daddy Cool lève son poing en l'air pour la foule avant de monter sur le ring. Il sert la main de Marty qui lui donne son micro et, comme les deux autres hommes sur le ring, se tourne vers le titantron, que j'ai décidé d'appeller l'Attitudetron.

Kevin Nash – Oui Shawn, moi aussi je suis là. Nous aussi, on a pas toujours été amis. On s'est déjà battu, et c'est toi qui a gagné. Parce que tu es meilleur que moi, Shawn. Quand j'étais ton garde du corps, tu n'avais pas besoin de mon intervention pour gagner des matchs, tu surclassais tous tes adversaires, absolument tous. Tu es le meilleur lutteur de tous les temps, sans aucun doute. Tu nous surpasses tous, nous, tes potes de la Kliq, tous les mecs de l'AWC, et oui, même Kurt Angle. Shawn, je veux que tu luttes de nouveau.

Kurt Angle – Mais bien sûr, ça te suffit pas à flatter ton égo, Shawn. Je vais cependant inviter une dernière personne, et tu seras obligé de fléchir. Mesdames, messieurs, Triple H !

Thème song du Game, maestro.



On attend tous Triple H. Cependant, le roi des rois ne vient pas. A la place, le titantron s'allume, et on voit Triple H marcher dans les backstages, à quelques pas derrière le titantron. Mais alors que Triple H dépasse un couloir perpendiculaire, Shawn Michaels interrompt sa marche.



Shawn Michaels – Hunter. Je peux savoir où tu allais ? Ne me dis pas que tu allais participer à cette mascarade ?

Triple H – Tu me connais bien mal, mon ami. Aller sur ce ring ? Non, j'ai d'autres chats à fouetter. J'allais justement demander aux mecs de la production de couper ma musique.

Shawn Michaels – Alors toi au moins, tu sais que je ne vais pas retourner sur ce ring, tu es...

Triple H – Shawn, ne dis rien. Je n'ai pas toutes les cartes en mains, je ne peux pas savoir si tu dois ou pas remonter sur ce ring. Ce que je sais, c'est que tu as volé le show à Attitude #2, montrant que tu es l'un des tous meilleurs de ce business. Tu es celui qui a décrocher des matchs cinq étoiles sept ans d'affilées. Tu es Mister Wrestlemania, je n'ai pas assez de doigts pour compter le nombre de fois où tu m'as montré, à moi ainsi qu'au monde entier que tu es le meilleur.

Shawn Michaels – Alors toi aussi.

C'est un putain de complot contre Shawn Michaels.



Triple H – Oui, moi aussi. Moi aussi je ne comprends pas ta décision, moi aussi je pense que tu devrais remonter sur ce ring, moi aussi je pense que tu devrais affronter Kurt Angle.

Shawn Michaels – Non, c'est faux, je suis à la retraite.

Triple H – Ah oui ? Alors que fais tu dans l'arène, huh ?

Shawn Michaels – Je... Je suis là pour des... Des affaires administratives.



Pas très convainquant. Shawn finit par partir, laissant Triple H. Le titantron se coupe. Sur le ring, Angle jubile, exulte, il semble persuadé d'avoir gagné, mais moi, je n'en suis pas si sûr.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:53

Booker T – Alors Bill, tu penses que Michaels est hésitant à ce point là ?

Bill DeMott – Je ne sais pas trop. C'est une attitude étrange de la part du Heartbreak Kid mais je pense que nous devons faire confiance à Kurt Angle, il semble avoir de la suite dans les idées.

Booker T – Un départ de Shawn serait en effet une grande perte pour le business. Enfin, peut-être tiens t-on la relève aujourd'hui avec Shelton Benjamin ?

Bill DeMott – Shelton n'est plus si jeune Booker, il ne veut plus attendre, il a les crocs et il a sûrement envie de faire une grosse performance ce soir.



Booker T – Il a l'air en confiance en tout cas, même s'il devra évoluer sans Charlie Haas.

Bill DeMott – Attention tout de même, son adversaire est un lutteur d'expérience, et lui aussi un grand technicien, le combat risque de valoir le détour.



Booker T – Et le voilà justement. Chris Jericho, the Lionheart, the King of Bling Bling, the Ayatollah of Rock'n'Rollah, Mister Y2J...

Bill DeMott – Auteur d'une bonne performance la semaine dernière dans notre Invitationnal Battle Royal avant le début de la retransmission d'ailleurs.

» FIGHT ! «
Et ce match démarre sur les chapeaux de roue puisqu'après le premier contact s'enchaine immédiatement les tours de hanche et autres headlocks. Cependant, Benjamin, genoux à terre revient dans le match en adoptant un style plus stiff et réussit à faire reculer Jericho. Celui-ci est repoussé jusqu'au coin où une série de chops s'abat sur sa poitrine. Shelton s'écarte pour prendre de l'élan mais se fait arrêter par le coude tendu du Canadien qui enchaine avec un Knee Backbreaker. 1, 2, pas plus. Jericho décide finalement de continuer à travailler son adversaire, en serrant au niveau des abdominaux mais son adversaire a suffisamment de ressources pour se relever. Il passe son bras par dessus la nuque de Chris et réussit à placer un DDT. Il passe ensuite derrière les cordes et s'élance pour un Springboard Crossbody mais Jericho se baisse au bon moment et au moment où le Gold Standard se retourne, réagit avec un Powerslam. 1, 2, pas 3 ! Jericho se remet de ce premier échec et relève son adversaire pour le projeter dans les cordes avant de l'accueillir avec un Shoulder Block. Il veut réitérer l'opération mais cette fois-ci Benjamin contre la projection ! Y2J rebondit, revient et passe par dessus un Shelton couché au sol, mais à son retour se fait prendre en Belly to Belly Overhead Suplex ! Le Gold Standard patiente désormais, attend que son adversaire se remette sur ses deux jambes et... T-Bone Suplex ! C'est porté, tombé. Et 1 et 2 et 3... Non ! Dégagement au dernier moment de Chris Jericho !

Bill DeMott – Jericho résiste, il a toujours les moyens de réussir dans ce business.

Booker T – Il doit lui aussi tirer son épingle du jeu ce soir, c'est certain.

The Lionheart tente de se relever en s'aidant des cordes mais Benjamin le tire par le bras au centre du ring et veut placer une nouvelle Suplex. Heureusement il réussit à se dégager et glisse immédiatement en dehors du ring sous les huées du public. Petit geste d'agacement de Jericho qui se décide à remonter dans le ring et repousse immédiatement son adversaire. Celui-ci prend de la vitesse et passe dans le dos du Canadien pour tenter un Roll-Up mais il s'accroche aux cordes dans son dos et reste sur ses appuis. Un coup de talon dans la gueule et Benjamin reste au sol. Jericho s'éloigne et regarde Shelty-B se relever avec difficulté... Il s'élance enfin, c'est parti pour le Codebreaker ! Mais non ! Il reste accroché au cou de Benjamin qui le tient derrière le dos avant de pouvoir le soulever au dessus de sa tête... Powerbomb ! C'est maintenu, pour la victoire.

Booker T – Shelton a livré une bonne prestation ce soir, et il a su conclure avec une prise inattendu, c'est bon signe ?

Bill DeMott – Il nous montre qu'il a plusieurs cordes à son arc, et c'est quelque chose de très important à l'heure où il a été nommé contender au Corporation Title par Steve lui même.



Shelton reste sur le ring, à regarder le corps de Jericho étendu sur le ring avant de finalement grimper sur un Turnbuckle, ce soir il envoie un message à Alberto Del Rio.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:54

Chris Jericho et Shelton Benjamin viennent de nous offrir un très bon match et dans quelques secondes, Christian Cage devra en découdre avec Kevin Thorn et Ariel. Mais pour l'heure, nous retrouvons le Captain Charisma en backstage, avec une poche de glace dans la main.



Christian Cage – Il s'est bien foutu de ma gueule, l'enfoiré. J'vais avoir mal à la mâchoire pendant quelque jours maintenant. Heureusement que j'ai ce foutu match de championnat, maintenant.

??? – Je vais pouvoir l'annoncer à l'Undertaker, alors.

Christian tourne la tête et il aperçoit Michelle McCool, assise sur une chaise en train de lire un bouquin, et qui a tout entendu de la conversation.

Christian Cage – Michelle, si belle sois-tu, personne ne t'as déjà dit que c'était irrespectueux d'écouter aux portes ?

Michelle McCool – Je ne vois aucune porte, ici.

Cage vient de se faire avoir par une blonde. Il décide donc de changer d'approche.



Christian Cage – Je vois qu'en plus d'être une femme magnifique, tu as de la jugeote. C'est bien, k'aime ce genre de femme, ça change de celles que l'on peut habituellement rencontrer.

Michelle McCool – Et comme tu l'as si bien dis, je ne suis pas comme les autres. Ce n'est pas en me complimentant que tu m'auras. Qu'est-ce que tu veux réellement ?

Christian Cage – Ce que je voudrais réellement de toi, tu ne me l'offriras pas, malheureusement. Mais tu peux faire quelque chose pour moi quand même. J'ai besoin que tu transmettes un message à l'Undertaker de ma part, si c'est possible.

Michelle McCool – Je pense que mon cerveau de magnifique femme blonde que tu cherches à flatter peut mémoriser ça et le transmettre, oui.

Une femme assise sur une chaise, les jambes croisées, qui respire l'assurance, la grâce, l'intelligence et la beauté, y'a que ça de vrai.



Christian Cage – Très bien, alors je voudrais que tu lui dises ceci : Quoiqu'il arrive, et ce même si je suis son nouveau challengeur, je ne veux pas qu'il pense que je suis son ennemi ou que je ne l'aime pas, loin de là. Je ne me mettrai jamais en travers de ce qu'il veut, l'AWC. Non, moi la seule chose qui m'intéresse, c'est la ceinture de champion Attitude, rien de plus. Et crois-moi que je suis très heureux de pouvoir affronter une légende comme lui dans un match où la plus prestigieuse ceinture de cette fédération est en jeu, c'est un très grand honneur pour moi.

Michelle McCool – Ne te fais pas trop d'illusions, tu n'as aucune chance de battre mon mari à Ground Zero. Mais bon, si tu veux être celui sur qui il va défouler sa rage, c'est ton choix.

Christian Cage – Chacun est libre de sa propre opinion, n'est-ce pas ? Quoiqu'il en soit, je voudrais également qu'il sache que je suis de tout coeur avec lui dans la guerre qui l'oppose à Stone Cold Steve Austin.

Michelle, qui jusqu'ici n'avait jamais daigné lever le nez de son magazine semble cette fois plus interloquée par ce que vient de dire Cage, et le regarde enfin en face.



Michelle McCool – Ah, vraiment ?

Christian Cage – Ouais, vraiment. Je n'aime pas du tout Steve, et je l'aime encore moins depuis qu'il a voulu me serrer la main pour mieux me porter un Stunner en pleine poire. Cet homme est un lâche, un alcoolique et il est incapable de gérer une fédération correctement. Et je suis sûr que l'Undertaker n'aurait aucun mal à diriger l'AWC beaucoup mieux qu'Austin le fait actuellement.

Michelle McCool – Tu en doutais, peut-être ?

Christian Cage – Pas le moins du monde, non.

Qui pourrait en douter ici, franchement ?

Michelle McCool – J'vais te dire une chose, Cage. T'es plutôt mignon toi aussi, tu parles très bien, mais je ne crois pas un seul mot de ce que tu viens de me dire. Mais je suis une femme d'honneur, et je vais quand même rapporter ce que tu voulais que je dise à l'Undertaker.

Christian Cage – Je ne sais pas si je dois te remercier pour ce que tu viens de dire, mais c'est quand même appréciable de recevoir ton aide, même si tu ne me crois pas.

Michelle McCool – Ne t'en fais, courtoisie de la ministre des ténèbres.



Michelle se lève, pose son magazine sur la chaise et s'en va dans les couloirs pour transmettre le message de Christian. Ce dernier la regarde partir, non sans admirer ses courbes.

Christian Cage – Damn, what an ass !

Michelle McCool – Ça aussi, je lui dirais.

Merde, elle a entendu et Christian perd rapidement son sourire. Que faire ? En fit, partir rapidement direction son combat semble la meilleure solution.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:54

Booker T – A quoi est-ce qu'il joue, lui ?

Bill DeMott – J'en ai aucune idée, mais putain j'te jure que s'il rejoint le ministère des ténèbres, j'me lève de cette putain de chaise, j'passe un coup de fil à sa mère au Canada et j'lui pète sa gueule avant de le renvoyer en petit morceau par la poste chez sa chère mère qui aura déjà préparé un cierge en son honneur.

Booker T – Bill, t'es sûr que tu vas bien ?

Bill DeMott – Bordel, mais t'es con ou quoi ? On a fait un putain de séjour à l'hosto, maintenant Trish est à l'hosto, et Andy vient de l'y rejoindre. Steve s'est fait attaquer par Christian la semaine dernière sous les yeux de l'Undertaker et là, il vient tout juste de dire qu'il supportait la cause de l'Undertaker. J'le sens pas, mais alors pas du tout.



Booker T – Attends, tu ne penses quand même pas que depuis le début, Christian a été engagé par le ministère et qu'il cache son jeu juste pour obtenir ce qu'il veut et ainsi permettre au ministère d'avancer encore un peu plus ses pions pour nous mettre échec et mat ?

Bill DeMott – Tu sais quoi, Book ? J'suis pas fou, mais je sens qu'on est en train de nous jouer un tour, et j'aime pas être pris pour un pion. Alors j'vais te dire, Cage il peut être cavalier avec McCool s'il veut, il est absolument hors de question que la blondasse devienne la reine d'un royaume dirigé par le roi Undertaker, ah ça non alors !

Booker T – Dis-moi, tu jouerais pas aux échecs de temps en temps, toi ?

Bill DeMott – J'sais pas jouer aux échecs, je joue qu'aux dames moi. Pourquoi ?



Booker T – Complètement par hasard. Si tu avais su y jouer, peut-être qu'on aurait fait une partie après le show devant une bonne bière.

Bill DeMott – Putain, on est peut être en train de se faire enculer à sec juste devant notre nez, et toi tu penses qu'à faire une partie d'échec devant une bière après le show ? J'te jure sur la tombe de ma tante marguerite que si jamais on a le droit à un reboot du fingerpoke of doom, j'vais faire un putain de malheur et à côté de moi, Hulk il paraitrait bien pâle.

» FIGHT ! «
Et pendant que Bill pète son câble, moi j'vais faire sonner la cloche. DING DING DING ! Non, ce n'est pas Aurelie qui vient sonner chez moi, c'est juste la cloche qui sonne. Et Christian risque d'avoir fort à faire car il a deux adversaires en même temps sur le ring. Cependant, Ariel se tient plus en retrait et Cage prend l'avantage en un contre un face à Kevin Thorn. Il tente rapidement d'en terminer avec un Unprettier, mais Ariel intervient pour gifler Cage. Tout ceci permet à Kevin Thorn de prendre le contrôle du combat et il s'attaque au dos de son adversaire. Tout y passe, différentes Suplex, mais également de kicks bien placés et des projections dans le coin du ring. Christian a du mal à reprendre le contrôle du combat et il faut que Thorn fasse l'erreur de prendre trop de temps pour de nouveau attaquer son adversaire pour que Cage reprenne légèrement le contrôle du combat. Tout ceci est cependant rapidement avorté lorsque le Captain Charisma est violemment pousser à l'extérieur du ring par Ariel alors qu'il venait de monter sur le turnbuckle.



Booker T – Je n'aime pas ça Bill, quelque chose ne va pas.

Bill DeMott – Mais puisque je te le dis depuis le début qu'on est en train de s'faire enculer à sec juste sous notre nez.

Booker T – Non, ce n'est pas ça. Tu crois vraiment qu'ils prendraient autant de risques de blesser Christian s'il était vraiment avec eux ?

Voilà une question intéressante, mais pour le moment, Ariel profite de la situation pour frapper Christian à coup de talons aiguilles. L'arbitre, lui, ne voit rien, trop occupé à empêcher Kevin Thorn de ramener une chaise sur le ring. Ariel en profite donc et après avoir envoyé son talon dans l'entrejambe du Captain Charisma, elle le remonte sur le ring. Thorn vient de lâcher sa chaise et continue son assaut sur Christian alors qu'Ariel sort une chaise de sous le ring. Elle la glisse discrètement dans un coin du ring alors qu'elle se dirige à présent vers l'arbitre pour, une nouvelle fois, l'empêcher d'intervenir en le distrayant. Cette fois s'en est trop pour Booker T qui se lève de la table, attrape Ariel par la jupe et l'envoie valser à l'extérieur du ring. Tout ceci a le don de déconcentrer Kevin Thorn et pendant que l'arbitre en profite pour réprimander Booker, qui quitte le ringside, Christian surprend son adversaire avec un Unprettier pour obtenir un compte de trois.



Bill DeMott – Booker a vraiment la bougeotte ces derniers temps. Depuis Thunderslam, il ne sait pas rester le cul sur sa chaise sans intervenir d'une quelconque façon dans un show. Quoiqu'il en soit, avec cette victoire, Christian reste non seulement invaincu mais Booker vient peut-être de montrer que les vrais alliés de Christian, ce n'est pas le ministère des ténèbres. Reste à savoir si on est quand même pas en train de s'faire baiser la nouille, mais c'est les risques du sport.

Et alors qu'Ariel vient prendre des nouvelles de Kevin Thorn, toujours groggy dans un coin du ring, Booker T vient se placer face à Christian Cage. Ce dernier ne dit rien, et se contente d'écouter les félicitations de Booker pour son titre de challengeur et sa nouvelle victoire. Cage ne dit toujours rien et Booker tend la main en direction de Cage. Chercherait-il un allié ? Double C semble hésitant, il regarde à gauche, à droite, un coup d'oeil vers Ariel et Kevin Thorn qui regardent attentivement la scène et finalement, Christian préfère tourner le dos à Booker et repartir en backstages.



Booker T vient de se prendre un vent, mais il a surtout coûté une victoire potentiel au ministère des ténèbres et peut-être semé le doute dans l'esprit de Christian, dont on ne sait pas très bien ce qu'il pense. Quoiqu'il en soit, la suite n'attendra pas plus longtemps.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:55

La caméra s'allume, et un segment qui semble pré-enregistré est montré sur le titantron.



Tout le monde est surpris par l'image qui apparaît, mais bien évidemment, tout le monde comprend rapidement.

??? – FINALLY...

??? – Putain, ça va recommencer.

??? – FINALLY... the Colons ar-...

??? – Arrête tes conneries, Primo !

Primo – Quoi ? Elle a de la gueule, cette phrase.

Carlito – On est pas là pour imiter des pseudo-acteurs.

C'est du réchauffé, niveau vannes.

Carlito – On est là pour parler de choses sérieuses Primo... de choses très sérieuses. On est là pour annoncer un événement sans précédent, une révolution, une nouvelle ère.

Primo ouvre de grands yeux.



Primo – On va ouvrir un magasin de pommes près du Sahara.

Carlito – Qué ?!

Primo – C'est pas ça ? Pourtant, des pommes au Sahara, ça serait un événement.

Carlito – Ne te fous pas de ma gueule Primo, on va faire quelque chose d'encore plus grand !

Primo – D'encore plus grand ? Tu ne comptes quand même pas vendre des pommes en Alaska ?

Carlito – Mais bien sur que non, especie de idiota !

Primo – Au Groenland ?

Carlito – Et merde.

Primo – Non, je sais... On va faire un tour du monde en essayant de vendre le plus de pommes possibles dans les pays où l'on s'arrêtera.

Carlito semble au bord de la crise de nerfs, il ne sait plus quoi faire.



Primo – Si c'est rien de tout ça, je sèche, moi.

Carlito – Primo... je ne te parle pas de pommes, puta de mierda !

Primo – Si en plus ça n'a rien à avoir avec les pommes, j'suis pas dans la merde.

Carlito – Primo, je te parle de business, de wrestling. Je te parle d'un projet qui changera la face de l'AWC et de cette industrie, d'une nouvelle ère qui va peu à peu envoyer tous ces Undertaker, Triple H, John Cena et autres HBK aux oubliettes. Je te parle de quelque chose de plus effrayant que la Ministry, de plus puissant que Stone Cold et de plus titré que les Dudleys. Je te parle d'un plan qui, si il marche, et il marchera, te permettra de vendre autant de pommes que tu veux dans autant de pays que tu veux sans te soucier de tout le reste. Je te parle de quelque chose qui nous permettra enfin d'obtenir ce qui nous revient de droit, de gré ou de force. Je te parle de quelque chose qui va nous propulser nous, notre famille et même la WWC plus haut que n'importe qui d'autre. Primo, je te parle d'un événement majeur, d'une révolution, une vraie.

Primo – Je vois... tu parles de ça.

Carlito – Exactement... je parle de ça.

Du rêve pleins les yeux des deux garçons.



Primo – Vous avez enfin trouvé une date ?

Carlito – Ground Zero, Primo... Après Ground Zero, les attentats du onze septembre ne seront plus qu'un fait divers de seconde zone.

Primo – That will be cool.

Carlito – Non Primo, that will be the coolest thing in wrestling history.

Une raison de plus d'attendre Ground Zero ? Sans aucun doute.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:55

Nous nous retrouvons dans les backstages de l'AWC. Mais pas le temps de voir où précisément, puisqu'on aperçoit furtivement Goldust mettre une pancarte devant la caméra.



Goldust enlève la pancarte et fait signe à la caméra de le suivre. Le caméraman grommèle, et on le reconnait comme étant le partenaire de Goldust, Claudio Castagnoli. On arrive devant une porte de loge marquée "Female Talents". Goldust se met entre la caméra et la porte.

Goldust – Allez, viens, mon chou.

Claudio Castagnoli – Putain, qu'est ce qu'on fait là Goldust ?

Goldust – Fais moi confiance, Claudio, allez, entre.

Claudio Castagnoli – J'en ai marre de tes conneries, mais marre...

On voit la main de Claudio baisser la poignée et ouvrir la porte. Dans la loge, Lita vient d'enfiler un t-shirt. La seule vue de Goldust lui écarquille les yeux. J'en connais une qui va se faire violer moi.



Goldust – B... B-bonjour gente dame Lita. D-d-dis moi, aime tu les sucettes ?

Lita – Sors de ma loge...

Goldust – Tu ne pré-préfères pas que je ferme la porte à clef, pour qu'on soit entre n-nous, en toute in-intimité ?

Lita est intimidée, elle a peur, un petit regard plein d'espoir vers Claudio, mais celui ci ne dit rien et se contente de tenir la caméra.

Goldust – Li-Lita, j'aimerais bien aller dans un lit avec toi.

Rime de merde, n'est pas Joël Gertner qui veut !



Goldust – J-j'ai entendu que tes seins é-étaient des implants, est ce vrai ?

Lita – Je... Non.

Goldust – Oh, la petite menteuse. La pe-pe-petite coquine ! J-j'aime ça.

Lita – Ne me fais pas de mal, s'il te plaît...

Goldust – Je v-v-vais plutôt te faire du b-bien, ma beauté. Allons donc, où ai-je m-m-mit mes menottes ? Je les ai acheté c-c-ce matin au s-s-sex shop...

Claudio Castagnoli – Euh, Goldust, compte pas sur moi pour filmer ça.

Goldust – Et b-bien pose la caméra. J-j'apprécie filmer mes é-é-ébats.

Alors que Goldust avance une main vers la poitrine de Lita, la porte s'ouvre à la volée, et Edge entre. Il saisit Lita par le poignet et la fait reculer. Edge est entre Goldust et Lita, et il semble quelque part entre la colère et le dégoût.



Edge – Qu'est ce que tu faisais ? Huh ? Tu essayais de violer ma Lita ?! C'est ça, hein ?! Je vais te montrer moi, personne ne touche à ma copine, personne !

Goldust – Maintenant que t-t-tu es là, on va pouvoir s'y m-m-mettre à trois. Voir à quatre si m-m-mon grand ami v-veut bien briser la couche de g-g-glace sur ses bourses.

Edge tourne la tête vers la caméra, il ne l'avait apparemment pas encore vu. Il se tourne de nouveau vers Goldust, il est prêt à péter les plombs.

Edge – YOU SICK FREAK !

Edge quitte la loge, poussant Claudio qui se casse presque la gueule. Lita suit Edge, et BAM ! Gifle à Claudio qui lâche presque la caméra. Goldust s'approche à son tour de lui et lui met une autre giffe. La colère fait bégayer encore plus Goldust.



Goldust – T-t-t-tu aurais p-p-p-ut fermer l-l-la porte à c-c-c-clef quand m-m-m-même !

Claudio pose sa caméra par terre alors que Goldust quitte la loge. Il s'assied sur une chaise, juste à côté de la caméra qui le filme.

Claudio Castagnoli – J'en étais sûr, personne n'a pardonné la neutralité des Suisses pendant la seconde guerre mondiale, ni les canadiens, ni les américains, ni les... D'où il vient Goldust ?



Chute de merde, mais comme vous savez pas qui je suis, j'assume pleinement. Claudio se lève, oubliant d'éteindre la caméra et quitte la loge. Si on était à la WWE, c'est là qu'on verrait Hornswoggle courir après une diva à poil, mais non.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:55

Bill DeMott – Booker, j'ai un terrible choix à faire ce soir. Ah, et qu'est-ce que t'as foutu avec Christian Cage ? Tu penses pouvoir le mettre de notre coté ?

Booker T – Je n'en sais rien, je me suis juste dis que s'il était du côté du Ministry, il serait peut être judicieux d'abattre une carte de notre main pour voir comment va réagir Cage. Mais nous en reparlerons plus tard, car je sais que tu dois choisir entre Stacy Keibler et Lita.



Booker T – Et voilà la Dudley Family. Les frangins sont officiellement de retour sur les rings après leur séjour à l'hôpital à la suite de l'incroyable match de Thunderslam.

Bill DeMott – Stacy quoi. Elle est juste magnifique.



Bill DeMott – Et Lita c‘est quelque chose aussi. Ah, je peux pas choisir.

Booker T – Le seul moment où tu nous fais pas chier en critiquant les combats c'est quand tu manges un sandwich ou quand tu mattes des nanas.



Booker T – Sinon tu prends ta chance avec mon ancien coéquipier Goldust, il a son charme aussi.

Bill DeMott – Plutôt crever, jamais je ne toucherai ce mec, regardes le entrain de dévorer Lita et Stacy du regard, et Edge aussi se fait mater.

» FIGHT ! «
La cloche sonne et on commence par un face à face entre Stacy Keibler et Lita, autant dire que ça commence fort. En dehors du ring, Claudio Castagnoli essaie de se faire un petit business, il fait le tour du premier rang et essaie de vendre des ricolas. Voilà un jeune garçon qui en demande à son père, celui-ci lui rétorque qu‘il a déjà eu la casquette de John Cena alors non. Le suisse continue pendant que Goldust se rapproche doucement d‘Edge. The Rated-R Superstar X se laisse tomber en dehors du ring mais ainsi évite le changement que lui proposait Lita. Celle-ci s‘énerve et c‘est Goldust qui prend le Tag et met une main au fesse à Lita en rentrant dans le ring. En face c‘est Devon et après une joute féminin ça devient masculin. Devon prend l‘avantage mais Goldust revient tranquillement dans le combat. Bubba fini par rentrer et après quelques échanges The Bizzare One le met au sol avec un Atomic Drop. Goldust se dirige vers son coin pour un changement mais il présente son cul à Edge pour le changement. Edge refuse et Goldust se voit contraint de tendre la main. Le combat se poursuit et l‘entente n‘est pas du tout bonne du côté de Goldust, Edge et Lita. Goldust draguant tour à tour ses équipiers. Et Claudio Castagnoli n‘essaie en rien d‘arranger les choses, il vient d‘aborder une femme suisse qui veut lui acheter beaucoup de ricolas. Le combat se poursuit et les Dudleys dominent suite aux nombreuses mésententes, les changements sont trop longs, Edge trop hésitant. Finalement, Lita claque un Hurricanranna sur Stacy Keibler qui venait de briser un tombé d’Edge sur Devon et les deux passent par-dessus la troisième corde en dehors du ring. Edge est l‘homme légal et il se prépare pour son Spear. A l‘extérieur du ring, Goldust vient voir l‘état de Lita en prenant soin de mettre ses mains sur ses seins. Edge s‘élance... Devon propulse Edge en l‘air alors que Bubba rentre dans le ring, c'est inévitable... DUDLEY DEATH DROP sur la gueule d'Edge !! Cover et pinfall !



Booker T – Quel combat, je suis sur le cul, entre un Goldust excité comme un volcan en Islande, un Edge pas si Rated-R face à lui, et des Dudleys dépités d‘affronter cette team, on a été servi.

Bill DeMott – Et merde ! J'ai pas réussi à choisir laquelle me plait le plus, faudra bien que je me décide pourtant pour en demander une en mariage.

Booker T – Et regarde qui se ramène, ça va chier.

En effet Gregory Helms sort des backstages et a un micro en main, il s'arrête au milieu de la rampe d'accès au ring.



Gregory Helms – Wait a fuckin' second Bubba, wait a fuckin' second Devon ! Vous vous en êtes pris à Velvet Sky, vous vous en êtes pris à quelqu'un qui n'avait rien à voir avec votre putain de problème d'égo, et ça c'était une mauvaise idée.

Helms balance son micro et enlève son haut, il est prêt à rentrer dedans, mais un homme arrive en courant vers lui, l'autre moitié des champions par équipe, Bryan Danielson.

Bryan Danielson – Ne fais pas ça Greg', pense à Velvet, merde. Elle a besoin de toi, ne rentre pas dedans pour finir dans le même hôpital qu'elle. Tu dois penser à elle avant de penser à la vengeance. Celle-ci viendra en temps et en heures, et quand ce sera l'heure alors là tu pourras te venger. Te venger ce soir ne t'apporterais rien, elle a plutôt besoin de nous à son chevet.

Gregory Helms – Je peux pas laisser ces salops s'en tirer indemne ! Bryan, essaie de comprendre. Tu laisserais jamais passer ça si ça arrivait à quelqu'un qui...

Bryan Danielson – Je peux pas te dire ça c'est vrai, mais j'ai le devoir de t'aider et cette fois-ci, fais moi confiance, tu n'as rien à gagner à te venger ce soir. Attends juste le bon moment, Gregory. Et quand l'heure de la vengeance sera venue, là je te laisserai te venger. Et je t'aiderai.

Gregory Helms hésite, les paroles de son équipier l'atteigne mais c'est un homme d'honneur cependant, il écarte Danielson de la main et s'avance vers le ring mais son équipier revient et continue de lui parler. Gregory Helms hésite, il ne sait pas quoi faire et finalement il comprend les paroles de Danielson et il baisse les poings, sa vengeance attendra. Bubba et Devon qui ont assistés à toute la scène du haut du ring nargue gentiment les deux hommes, mais ce n'est pas ce soir qu'il fera payer aux Dudleys ce qu'ils ont fait.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:56

Nous sommes à quelques instants seulement de notre main event entre l'Undertaker et Triple H, et nous retrouvons ce dernier dans sa loge en pleine préparation. Préparation, gâchée par l'arrivée dans la pièce d'un certain John Cena.



Triple H – What do you want ?

John Cena – Je crois que tu me dois des excuses.

Triple H – Et en quel honneur ?

John Cena – Par rapport à ce que tu m'as dis la semaine dernière. Listen. Je peux comprendre que ce soit frustrant pour toi de ne pas avoir eu de match la semaine dernière mais il faut que tu comprennes que je n'y suis pour rien. D'autant plus que cette semaine, c'est moi qui suit au repos et c'est toi qui a un match ce soir. Et je crois savoir qu'il ne s'agit pas de n'importe quel match puisque tu affrontes le champion, dans le main event. Ni plus, ni moins.

Triple H – Tu n'auras pas d'excuses, ce n'est pas dans ma personnalité.



John Cena – Parce que tu crois qu'il n'y a que toi à avoir des problèmes d'adaptation ici, huh ? Je sais que le fait d'avoir eu le premier title shot a pu attirer les convoitises et créer une certaine forme de jalousie mais cette opportunité, je l'ai mérité en donnant tout ce que j'avais dans le ventre dès le commencement de cette corporation. Je ne suis pas ici pour avoir des problèmes avec toi, ou avec n'importe qui. La seule chose qui me motive au jour d'aujourd'hui, c'est de retrouver l'enfoiré qui a essayé de se débarrasser de moi et celui qui est responsable de mes douleurs dorsales récurrentes. Je ne suis pas ici pour retourner sur la route au titre. Je suis ici pour retrouver qui m'a empêcher de remporter ce titre.

Triple H – Alors qu'est-ce que tu fais ici ?

John Cena – Parce qu'à mes yeux, tout le monde est coupable jusqu'à preuve de son innocence. Vu la manière dont tu t'es excité sur moi la semaine dernière, qu'est-ce qui ne me dit pas que cet acte lâche vient de toi ?

Triple H – Parce que je n'attaque jamais personne par derrière.

John Cena – Ça n'aurait pas été la première fois, mais qu'importe. Tu n'es pas mon suspect numéro un. Mes recherches se tournent pour le moment vers Kevin Thorn. C'est pourquoi est-ce que je vais garder un oeil sur ton match ce soir, vu que Kevin ne sera pas bien loin du ring pendant que tu affronteras l'Undertaker. Disons que je vais surveiller indirectement tes arrières ce soir, lucky you !

Triple H – Je n'ai pas besoin de ton aide.



John Cena – C'est ce qu'on verra, see you next.

John Cena quitte la loge de Triple H sans plus attendre, direction la table des commentateurs pour le main event de ce soir entre deux des plus grandes légendes de ce business. Triple H affronte l'Undertaker dans un Wrestlemania rematch, et ça, ça vient tout de suite.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 15 Aoû - 18:56

Booker T – Nous avons de la visite ce soir pour ce main event.

John Cena – What's up guys ?

Bill DeMott – John, j'ai une question à te poser. Qu'est-ce que c'est que ce bordel monstre entre Triple H et toi ? Je veux dire, c'est quoi cette manière de vous prendre la tête sur des futilités aussi absurdes ? J'ai pas de match, t'as un match. J'ai un match, t'as pas de match. On dirait des gosses, t'es pas d'accord Booker ?

Booker T – Je ne sais pas.

John Cena – Si quelqu'un sait ce qu'il se passe dans la tête de Triple H, qu'on me l'explique parce que personnellement, je n'en ai pas la moindre idée. Je pense que Triple H vit mal le fait d'être au même niveau que les autres, bien qu'il soit venu ici pour prouver le contraire.



Bill DeMott – Triple H est venu ici pour prouver qu'il était peut-être le meilleur lutteur au monde et ce soir, il va pouvoir nous le montrer puisqu'il affronte ni plus ni moins que le champion en titre, l'Undertaker.

Booker T – Triple H a vaincu Andy Leavine lors de Thunderslam. Il a montré que, malgré son âge, il pouvait encore être au dessus des autres et ce soir, nous aurons des réponses à nos questions. Est-ce que Triple H peut être dans le title picture ? Oui ou non, faîtes vos paris.

John Cena – Le problème, c'est que Triple H n'affronte pas qu'un seul homme ce soir, il affronte toute une organisation.



Booker T – Regardez-les, tous, alignés comme des putains.

Bill DeMott – Ces enculés sont en train de prendre possession du contour du ring. Kevin Thorn, Paul Bearer, Michelle McCool et Ariel sont en train de bloquer toutes les issues sous le regard amusé de Triple H.

John Cena – J'espère, vraiment, que ça va partir en vrille.

» FIGHT ! «
Les deux lutteurs s'observent longuement avant d'entamer les hostilités. On commence avec une épreuve de force rapidement dominé par l'Undertaker. L'Undertaker donne des coups de poings dans l'abdomen de Triple H qui répond avec de solides droites au visage. Le brawl éclate entre les deux hommes, les coups sont échangés et sont rendus sans sommation. Triple H casse le rythme de l'action avec un coup de genou dans l'abdomen de son adversaire. Il prend le bras de l'Undertaker et le projette dans les cordes. L'Undertaker s'envole pour son running flying clothesline qui couche Triple H au sol. Le champion se couche sur son adversaire, mais seulement pour le compte de deux. L'Undertaker relève son adversaire, mais Triple H le surprend à son tour avec le spinning spinebuster pour le compte de deux seulement. Kevin Thorn monte sur l'apron du ring pour faire une diversion, mais il reçoit une solide droite au visage de la part de the Game. Triple H se retourne et reçoit un poke dans les yeux. L'undertaker enchaîne tout de suite avec le chokeslam avant que l'arbitre ne remarque quelque chose. The Undertaker se couche sur Triple H, mais Triple H se dégage au compte de deux. L'Undertaker relève son adversaire pour le terminer une bonne fois pour toute, il est prêt à poser son tombstone piledriver mais Triple H renverse la situation et se dégage à temps. DDT instantané. Les deux hommes sont au sol. Michelle McCool monte à son tour sur l'apron du ring pour distraire l'arbitre pendant que Paul Bearer essaie de placer une chaise dans le ring. John Cena quitte la table des commentateurs pour récupérer la chaise, au grand désespoir de Paul Bearer. Triple H est debout le premier, il donne un coup de pied dans l'abdomen de l'Undertaker pour le pedigree. Triple H vient de placer son pedigree. John Cena court après tout le monde avec sa chaise, ce qui fait fuir le ministry of darkness, laissant le temps à l'arbitre de compter un, deux, et trois pour la victoire de Triple H sur le champion en titre.



John Cena revient tranquillement à la table des commentateurs.

John Cena – Comme je le pensais les gars, Triple H n'aurait jamais pu remporter cette rencontre si il n'y avait personne pour protéger ses arrières. Ce ministère, c'est comme la peste.

Bill DeMott – Grosse défaite du champion et du ministry of darkness ce soir. Ce résultat va faire du bien à tout le monde, à Triple H, à Steve Austin, à la Corporation, aux fans et tout simplement à tous ceux qui en ont marre des ce groupe-là.

Booker T – Can you dig that, suckas ?

John Cena – C'est reparti pour un tour, j'y retourne.

L'Undertaker vient de se relever et il est rapidement rejoint par Kevin Thorn qui veut en découdre avec Triple H, les deux hommes sont en train d'encercler le vainqueur du main event de la soirée pendant que Michelle McCool récupère des chaises pour régler ses comptes. John Cena monte rapidement dans le ring et y va d'un monstrueux coup de la corde à linge sur l'Undertaker qui valse en dehors du ring. Kevin Thorn essaie de s'en prendre à John Cena mais ce dernier le remet en place avec le Attitude Adjusment. Triple H regarde la scène sans broncher. John Cena vient de faire le ménage tout seul, sauvant, ou pas, on ne le saura jamais, les miches du Game. Triple H, pas content, se place tout de suite en face de John Cena.



Booker T – Je connais ce regard. Je peux te dire que Triple H n'est pas content de l'attitude de John Cena sur ce qu'il vient de se passer.

Bill DeMott – C'est ce que nous découvrirons la semaine prochaine parce que l'émission touche à sa fin. Triple H vient de battre l'Undertaker, mettant un sérieux coup de frein au ministry of darkness. Est-ce que Kevin Thorn est à l'origine de l'attaque, le mois dernier, sur John Cena ? Comment réagira Triple H à l'aide de John Cena alors qu'il n'en voulait pas ? Vous le saurez la semaine prochaine, bonne nuit !

Booker T – See ya.

avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #6.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum