Attitude #7.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:25

Quelques heures avant le début de show, nous retrouvons le leader de la Corporation dans son bureau, Stone Cold Steve Austin. Ce dernier est en compagnie de personnes qui semblent être des agents de sécurité de l'arène où se trouve l'AWC ce soir.



Stone Cold – Messieurs, si vous êtes réunis ici dans mon bureau, c'est parce que vous êtes les meilleurs, des meilleurs, des meilleurs... Parmi toutes les merdes qu'on m'a proposé.

Security Guard – Chef, mon équipe et moi vous remercions, chef.

Stone Cold – T'as de quoi me remercier, j'vais te filer du boulot pour la soirée juste parce que t'es moins con que les autres. Bordel, mais c'est quoi cette ville de merde ?

Security Guard – C'est une question rhétorique, chef.

Stone Cold – Ta gueule. Putain, puis t'es qui pour m'appeler chef ?

Security Guard – Sergent-chef Joseph Shawn Patterson, troisième du nom, chef. Membre du corps des marines des Etats-Unis d'Amériques et déployé en Afghanistan en début de conflit, chef. Aujourd'hui membre de la sécurité de cette salle de spectacle, chef.

Stone Cold – Quelle fin de carrière de merde.

Security Guard – D'accord avec vous, chef.

Austin se gratte la tête, il se dit que y'a vraiment beaucoup de pain sur la planche ce soir.



Stone Cold – Très bien soldat, j'ai une mission de la plus haute importance à vous confier. Il en va de l'avenir de cette sale de divertissement et du bien de la soirée.

Security Guard – A votre service, chef.

Stone Cold – J'veux voir des gardes à toutes les entrées et sorties de ce bâtiment, fenêtres et conduits d'aération comprit. Trois hommes à chaque emplacement, j'veux une ronde toutes les quinze minutes pour s'assurer que tout est en ordre. Et personne, je dis bien personne, ne doit rentrer une fois qu'on a fermé les portes. Je ne veux voir aucun membre du ministère des ténèbres dans cette arène, ce soir.

Security Guard – Comptez sur nous, chef.

Stone Cold – Soldat ?

Security Guard – Chef, à votre service, chef.

Stone Cold – C'est qui les tanches qui sont dans mon bureau avec vous ?

Security Guard – Des copains, qui vivent dans la rue, chef. Ils n'ont pas de famille, pas de logement, pas de vie, pas de nourriture, pas de vêtement, des vraies merdes, chef. Mais c'est mes copains, chef. Et c'est eux qui vont faire la sécurité, chef.

Austin se gratte la tête, puis la barbe, et se gratte encore la tête.



Stone Cold – Tu sais quoi, soldat ? Toi et tes copains, vous allez faire la sécurité sur le banc à l'extérieur de l'arène, et restez-y.

Security Guard – Chef, tout de suite, chef.

Le soldat et les clodos qui l'accompagnent partent immédiatement du bureau de Stone Cold, laissant ce dernier dans un beau merdier, et surtout sans sécurité ce soir. Il est pas dans la merde, le pauvre.

Stone Cold – Quelle ville de pecnos, putain.

Au même moment, la porte s'ouvre, et le régional de la soirée, Kurt Angle, entre dans la pièce. Il aperçoit Steve qui semble perplexe, et tout ceci semble intriguer Angle.

Kurt Angle – Quelque chose ne va pas, Steve ?

Stone Cold – Ta ville et ses habitants de merdes me pètent déjà les couilles, voilà le problème. J'peux pas obtenir une sécurité compétente ici. Soit le service local est en vacances, soit les remplaçants qu'on me donne sont les clodos du coin dirigés par un ancien marine.

Kurt Angle – Si c'est un problème de sécurité, je peux t'aider sans souci.

Steve tourne la tête, il n'en croit pas ses oreilles, mais semble septique, tout de même.



Stone Cold – Tu te foutrais pas d'ma gueule par hasard ?

Kurt Angle – Steve, tu sais qui je suis ? Je suis Kurt Angle, le seul médaillé d'or Olympique de toute l'histoire de la lutte professionnel. Je suis chez moi, dans ma ville de Pittsburgh, Pennsylvanie. Je connais tout le monde ici, tout le monde me doit un service pour ce que j'ai accompli en 1996. J'ai des contacts, et si tu as besoin d'une sécurité de haut niveau, tu peux l'avoir dans l'heure. Laisse-moi juste les instructions à donner, et tout ira bien.

Stone Cold – Et je suppose qu'en échange de ça, je vais devoir faire quelque chose.

Kurt Angle – Je veux juste que tu parles à Shawn. Tu dois le convaincre de remonter sur les rings et de m'affronter à Ground Zero. Je ne te le demande pas seulement pour moi, je ne suis pas égoïste à ce point, mais aussi pour le business.

Stone Cold – J'vais voir ce que j'peux faire, mais si ta sécurité c'est d'la merde en boite, j'te découpe en morceau et j'te donne à bouffer aux clodos du coin.

Kurt Angle – Calm down Steve, tout ira bien.

Kurt tape amicalement sur l'épaule de Steve et quitte le bureau. Visiblement, chaque problème va trouver une solution ce soir, et tout est bien qui commence bien. Ouaip, j'invente des proverbes.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:26

IT WAS LAST WEEK.
...
ATTITUDE NUMBER SIX, LIVE FROM TOLEDO.



Andy qui était passé faire un coucou à Trish s'est fait attaquer par Kevin Thorn et sa femme demande le divorce.



Stone Cold a le droit à sa vengeance contre Christian, qui malgré le Stunner, devient le Contender au titre de l'Undertaker.



Pendant son match, Gregory Helms a vu sa copine, Velvet Sky, passer dans une table. Helms veut se venger mais Bryan Danielson l'en empêche.



C'est le Ramadan et Anderson a réussi à se mettre tout la communauté arabe à dos. Au moins son hamburger était bon.



Alberto Del Rio a toujours l'immigration sur le dos, et il connait maintenant son challenger, Shelton Benjamin qui lui donne sa ceinture en personne.



Kurt Angle fait tout pour avoir son match face à Shawn Michaels, il invite même ses ex-partenaires qui l'encouragent à reprendre. Rien y fait, le Showstopper ne veut pas lutter.



Toujours invaincu, Christian bénéficie de l'aide de Booker T pour gagner son match. Une belle mise en bouche avant son match pour le titre.



L'alliance entre Goldust et Edge n'aura pas fait long feu, ils perdent face aux Dudley Boys. Malgré tout, Goldust en a toujours après Edge et Lita.



Le torchon brûle, après une discussion musclée dans les vestiaires et une victoire sur l'Undertaker, Triple H est en tête à tête avec Cena.



AND NOW, ATTITUDE CONTINUES
...
THIS IS ATTITUDE NUMBER SEVEN LIVE FROM PITTSBURGH, PA.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:26

ATTITUDE WRESTLING CORPORATION.



IT'S TIME TO CHOOSE THE RIGHT ATTITUDE.



« GIVE ME A HELL YEAH ! »

UNLEASH HELL.



« YOU LITTLE SUMBITCH ! »

AUSTIN 3:16 JUST WHOOPED YOUR ASS.



« WHAT ? »

THIS IS A NEW WRESTLING ERA.



« WHAT ? »

HOSTED BY THE TEXAS RATTLESNAKE, BEER DRINKER...



« THE TOUGHEST SUMBITCH OF WRESTLING HISTORY ! »

STONE COLD STEVE AUSTIN !



« OH HELL YEAH ! »

ARRIVE, RAISE HELL, LEAVE.



« WHAT ? »

THIS IS NOW...



« AND THAT'S THE BOTTOM LINE... »

THIS... IS... ATTITUDE !



« CAUSE STONE COLD SAID SO ! »
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:27

Attitude 7, déjà. Sept comme le nombre fétiche, sept comme les sept merveilles du monde, sept comme le nombre de couleurs de l'arc-en-ciel, sept comme le nombre de pH neutre, sept comme Attitude 7 quoi. Ca fait déjà un moment que vous en bouffez des intros, y a pas à dire, et celle là sera sûrement pas la plus drôle, mais on va essayer de faire ça propre. On est le dimanche 22 Aout, et la seule chose marquante de ce jour là c'est la canicule qui tape chez moi et en Corse. Du côté de Pittsburgh où nous nous rendrons ce soir comme dans le reste de la France, la situation est bien différente et a permis aux fans de se rendre nombreux au Consol Energy Center pour cette première apparition de la bande à Austin en Pennsylvanie.



Un bâtiment à l'architecture douteuse, c'est un fait, mais dans lequel s'empresse de rentrer les admirateurs du Texas Rattlesnake, ou ceux de Bill DeMott, s'il en existe. A l'entrée, certains se décoiffent, se versent de la bière sur les vêtements ou retirent leur ceinture pour garder la bonne Attitude et ne pas se faire pointer à par les bodyguards installés il y a peu. C'est que les gens se battent pour ces places sur E-Bay ou en magasin, et ce serait bête de tout perdre à 10 mètres du graal. Le Graal c'est l'Arena en elle même, les bruits, les chants, le bordel. Certes, on a plus de dark matchs mais on a déjà notre lot de bagarres de fans sur les trottoirs ou même devant les sièges. La semaine dernière, on a bien sûr aussi eu du spectacle dans le ring, et ça fait évidemment réagir le public. Entre les chants en l'honneur du Heartbreak Kid, pour le pousser à accepter le défi d'Angle ou encore les chants à l'encontre de John Cena, c'est finalement ceux en l'honneur du boss qui résonnent le plus fort. La routine quoi.

« AUSTIN ! AUSTIN ! AUSTIN ! »

L'Attitude Wrestling Corporation c'est pas seulement ces fans à la voix grave mais aussi des artistes à la main de poète, capable de nous offrir chaque semaine des affiches formidables, et pleines d'inspiration. Malheureusement, ces affiches je ne vous les décrirais pas, simplement parce que j'ai pas l'oeil pour en trouver des suffisamment drôles. On va donc s'éloigner quelque peu, pour plonger dans les entrailles du batiment, là où les athlètes, les vrais se préparent. Cena et les champions par équipe y vont d'un vrai travail physique tandis que les frères Colons et Andy Leavine sont au téléphone. Les premiers à cause d'un problème survenu au sujet d'une livraison de pomme, le second, déprimé suite aux problèmes avec sa dame qui lui tombent dessus. Mais celui que tout les caméramans cherchent du regard, c'est bien Austin lui même. L'équipe de fin profesionnel scrute tout les couloirs à la recherche du grand manitou, poussé par le public.

« AUSTIN ! AUSTIN ! AUSTIN ! »

Après de longues secondes de recherche, enfin au détour d'une porte, le voilà, lui, dans son bureau, en charmante compagnie, en train de présenter à la Duchesse de Dudleyville toutes ces belles armes qui ont du lui servir lors de ses nombreux navets films.



Je sais bien qu'on est nombreux à vouloir lui montrer, notre pistolet, à la Miss Keibler, et ça Devon, l'a bien compris. La moitié de la Team 3D vient s'emparer du bras de la demoiselle pour l'écarter du patron qui hausse les épaules, avant de tourner le dos à la caméra. La porte de la pièce se ferme, on le reverra plus tard, ne vous inquiétez pas. Car oui pour l'instant, ce n'est pas lui qui doit se présenter mais bien notre équipe de choc de commentateurs. Ils ont déjà survécus à l'attaque du Ministry of Darkness, ils sont bel et bien en forme, ils sont bel et bien les meilleurs dans leur rôle, ils sont bel et bien ceux qui devraient faire leur entrée d'une minute à l'autre.

« AUSTIN ! AUSTIN ! AUSTIN ! »

Oui, le public ne scande pas leur nom à eux, mais que voulez-vous, on ne peut pas être à la fois un spectateur bruyant et un homme intelligent. Ou une femme, quoi que, niveau e-wrestling, j'en ai pas vu depuis Aurélie moi. Bref, ça y est, y a de la musique, y a du commentateurs !



Booker en costume, Bill en short, ça ne s'invente pas. DeMott est détendu, mais pendant que son partenaire tapent dans les mains des fans, lui se dirigent directement vers la table des commentateurs, c'est un vrai professionnel. Il est rejoint par le black au cheveux long, s'équipe de son micro et... et tout est réuni.


Booker T – Welcome everybody to Attitude !

Bill DeMott – Ça faisait un moment qu'on l'avait plus entendu ta petite phrase Booker. Bonsoir à tous, bienvenue au Consol Energy Center, ici en direct live de Pittsburg en Pennsylvanie !

Booker T – On approche du second Pay Per View de l'histoire de l'AWC, Bill, Ground Zero c'est dans 3 semaines, et les premières tensions sont apparus.

Bill DeMott – On pense notamment à Alberto del Rio, qui malgré ses problèmes d'immigration qui se prolongent, aura bien à défendre son titre contre Shelton Benjamin, fraichement nommé challenger. Les deux hommes feront d'ailleurs équipe ce soir !

Booker T – Moins sûr, un match qui se dessine entre Kurt Angle et Shawn Michaels. Le Gold Medallist répète sa volonté d'empêcher le Heartbreak Kid de mettre un terme à sa carrière, mais celui ne l'entend pas de cette oreille.

Bill DeMott – Et bien sûr, Christian Cage qui a fini par obtenir son match contre l'Undertaker pour l'Attitude Championship ! Je n'étais pas d'accord avec les supplications à répétition du canadien mais il a fini par obtenir gain de cause. On ne sait plus dans quel camp le placer dans cette histoire, n'est-ce pas ?

Booker T – Tu peux faire des choses fantastiques Bill quand tu as des fiches entre les mains et pas un sandwich jambon-mayo-ketchup-crudité.

Bill DeMott – C'est pas pour autant qu'il fallait jeter celui de ce soir à la poubelle !

DeMott a beau se plaindre, Booker inspire un grand coup et lance le début de ce septième show. On rentre dans le vif du sujet à partir de cet instant, tu peux arrêter de scroller vers le bas, toi qui ne lis pas l'intro.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:27

Attitude septième du nom commence donc. Les caméras sont allumées, et on se concentre sur ce qui se passe sur le ring. Sur le ring, pas une, ni deux, ni trois, ni encore quatre, ah si, il y en a quatre en fait. Sur le ring, la famille Dudley est là, mais pas au complet. Joël Gertner Studley Dudley n'est pas là, en effet.



Devon – Vous le savez tous, chacun d'entre vous, bande de salopes, vous savez tous qu'à Thunderslam, on s'est fait avoir. On était venu à bout d'une dizaine d'équipes, on avait livré une guerre pendant trente huit putain de minutes. Bill DeMott nous annonçait comme vainqueurs, le time keeper allait faire sonner la cloche. Mais à ce moment là... A ce moment là, la musique Final Countdown a retenti dans l'arène. A ce moment là, Helms et Danielson sont entré dans l'arène et ont fait passer les deux corps brisés qu'on était à travers deux putains de tables !

Bubba Ray – Comme toujours, mon frère Devon a raison. Ces titres que Bryan Danielson et Gregory Helms portent autour des hanches sont nos putains de titres ! Ces titres sont l'accomplissement de tout ce qu'on a fait ici à l'AWC. Ils pensent pouvoir arriver comme ça et tout foutre en l'air ?! Ils pensent être meilleurs que les Dudley Boys ? They're wrong ! Alors la semaine dernière, on a envoyé un message à ces deux baltringues. La semaine dernière, j'ai fait passer Velvet Sky, la chérie de Helms a travers une magnifique table. J'ai sauté en l'air tout en la tenant par les hanches, et je l'ai passé au travers de cinq centimètres de bois ! Je lui ai fiché une demi douzaine d'échardes dans son magnifique dos, je lui ai brisé l'échine. And you know what, Gregory ? I fuckin' loved it. Alors oui, on va dire que je suis un lâche d'avoir fait ça, que ce n'était pas juste, "ouin ouin ouin". Dans ce putain de monde, rien n'est juste. Lâche ce que j'ai fait ? Les femmes se battent pour avoir les même droits que les hommes, alors j'me comporte comme un gentleman et j'les considère comme des hommes. J'ai fait passer Velvet Sky à travers une table comme je le ferait, sooner or later à Gregory Helms et Bryan Danielson.

Devon – Testify.

Gregory Helms – TU VAS VOIR ESPÈCE DE FILS DE PUTE ! TU N'AURAIS JAMAIS DU POSER TES SALES PATTES SUR MA VELVET !

Gregory Helms est en haut de la rampe, il est dans une rage noir. Derrière lui, Bryan Danielson, qui tient aussi un micro. Helms descend la rampe d'un pas décidé, suivi de son coéquipier.



Bubba Ray – Easy cowboy ! Qu'est ce que tu as, tu veux te battre ?

Gregory Helms – Je veux vous éclater vos deux sales gueules, fils de putes !

Bubba Ray – Oh, you want a piece of me ? You want a piece of me and my brother Devon ? Come and get it, you motherfuckers !

Helms et Danielson s'approchent du ring, prêt à se battre, la tension est à son comble, mais tout à coup, un sourire s'affiche sur le visage de Devon.

Devon – Easy cowboys ! Vous briser la gueule, c'est la chose dont j'ai le plus envie au monde. Cependant, vous avez peut être remarquer que notre frère Studley n'est pas présent. Pourquoi ? Où est il ? Well... Il n'est pas impossible qu'il soit dans cet hôpital, le même où on était et où es ta chère, chère Velvet Sky.

Les champions par équipe s'arrêtent subitement, au milieu de la rampe. Gregory Helms a les yeux exorbités, la peur se lit sur son visage.

Gregory Helms – Si tron frère ne touche ne serait ce qu'à un seul cheveu de Velvet, je...

Bubba Ray – Tu n'es pas en position de faire des menaces, Greg ! Tu es dans la position qui te sied, celle d'un mendiant. Dans ma poche, j'ai un téléphone portable, tu veux que j'appelle Studley et lui dise de ne pas déflorer ta pute ? Alors tu vas voir Austin avec ton pote, et tu vas lui dire de signer un match, l'alliance des lopettes contre la meilleure équipe au monde, à Ground Zero pour les titres par équipe. Tu vas lui dire de signer ce match pour qu'on répare cette injustice, pour qu'on récupère nos titres. Sinon, je te promet que Studley va faire autre que toucher Velvet.

Devon – Et ÇA c'est une menace, dickhead.

Helms consulte son coéquipier du regard, et celui ci hoche la tête ils n'ont pas vraiment le choix.



Gregory Helms – C'est ok, on accepte, vous avez votre match. Maintenant appelle ton frère et dis lui de laisser ma Velvet tranquille !

Bubba et Devon se regardent, et tandis que Sign Guy lève une pancarte marquée "You got screw." Stacy affiche un petit sourire mi coquin mi amusé, et ses deux frères 23 fois champions du monde par équipe se mettent à éclater de rire. Les champions ne comprennent pas, et c'est à ce moment que le titantron s'allume. Sur celui ci, on peut voir Studley Dudley marcher dans un couloir, il s'approche d'une jeune femme mais... Celle ci porte un t-shirt marqué "AWC Staff", il est dans l'arène alors ? Studley se met à draguer la jeune femme alors que le titantron se coupe. Comprenant qu'ils se sont fait avoir, les champions sont encore plus en rogne, même si Helms semble un peu soulagé.

Bryan Danielson – Enfoirés ! Vous nous avez eu !

Les champions lâchent leurs micros et grimpent sur le ring, y'a de la tension dans l'air, ça va cogner, Sign Guy comprend ce qui va se passer et va derrière les cordes, sur l'apron. Ca va cogner, maintenant, de suite, mais...





Grosse pop, Stone Cold c'est une putain de légende, quoi.

Stone Cold – Alors on a quoi ici ? What ? Une scène de ménage entre deux couples ? What ? Une dispute de cour de récréation ? What ? Je n'en sais absolument rien. Mais ce que je sais, What ? c'est que j'en ai marre de vous voir faire les cons. What ? Le match à Ground Zero, il est signé. What ? On en parle plus. What ? Mais ce soir, What ? puisque vous en avez tous envie, What ? Vous allez vous mettre sur la gueule. What ? Pas les uns contre les autres. What ? Ce soir, les Dudleys affronteront Alberto Del Rio et Shelton Benjamin. What ? Quant aux champions par équipes, ils seront dans le Main Event contre Triple H et John Cena. What ?

Stone Cold prend une petite pause, la foule pop alors que sur le ring, tout le monde est tourné vers le patron, le big boss de l'AWC.

Stone Cold – And that's the bottom line, cuz' Stone Cold said so !

Ça c'est un patron, la classe incarnée, plus de bières qu'un croque mort, Stone Cold Steve Austin.


Dernière édition par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:29, édité 1 fois
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:28

Bill DeMott – Commençons par le commencent, Booker, avec le premier combat de la soirée.

Booker T – Chris Jericho, alias Y2J va faire face à Rhino. Deux nouveaux talents ici, mais qui ont plus d'années d'expérience que trois de nos quatre champions.

Bill DeMott – Un combat de vieux, quoi. J'espère qu'on ne s'emmerdera pas trop.



Booker T – Rhino n'est pas là pour plaisanter ce soir, et il le fait savoir en se ramenant avec de nombreuses armes ! J'sais pas du tout à quoi ça va pouvoir lui servir, mais il a quand même ramené un putain de chariot.

Bill DeMott – Va juste falloir le prévenir que l'usage d'armes est interdit dans son match.



Booker T – Chris semble beaucoup moins sur de lui.

Bill DeMott – Qu'il grouille son cul cette gonzesse, on a pas que ça à foutre.

Booker T – Tu as quelque chose à faire, Bill ?

Bill DeMott – Non, pourquoi ?

Booker T – wtf.

» FIGHT ! «
Jericho s'approche de l'arbitre et lui demande d'enlever les armes qui sont aux abords du ring, mais avant même que l'arbitre ne puisse lui répondre, Rhino lui envoie une putain de clothesline qui le couche par terre ! Il gueule ensuite à l'arbitre qu'il n'a pas intérêt de toucher ces armes. Rhino relève Jericho et l'envoie tête la première contre le turnbuckle avant de l'enchaîner de plusieurs droites dans la gueule. Il le balance dans les cordes, se balance à son tour et au moment où ils se croisent, the last ECW champ' lève son pied et effectue un big boot qui décroche la mâchoire de Y2J. Rhino descend ensuite du ring pour vider et ramener la poubelle sur le ring. Il se prépare à envoyer un coup à Jericho, mais ce dernier l'évite au dernier moment. Rhino se retourne et Jericho envoie un enzuigiri sur la poubelle qui atterrit directement sur le visage de Rhino qui tombe au sol ! Et malheureusement pour Rhino, la poubelle retombe sur son visage, c'est donc une occasion parfaite pour Jericho... lionsault directement sur la poubelle qui écrase le visage de Rhino ! Mais ça ne suffit pas pour venir à bout de the War Machine qui se relève après quelques secondes durant lesquelles Jericho s'est reposé. Y2J s'élance sur Rhino, mais ce dernier le soulève et effectue un powerslam. Rhino se place alors près des cordes pour préparer son célèbre... GORE ! Y2J se relève, Rhino s'élance et... CODEBREAKER ! CODEBREAKER ! CODEBREAKER ! Et cette fois, Jericho ne laisse pas une seconde de répit à son adversaire, il l'attrape par les jambes et lui applique son Walls of Jericho, pour la victoire.



Bill DeMott – Rhino ? RHINO ?! Rhino de mon cul, oui !

Booker T – Sa performance reste acceptable.

Bill DeMott – Arrête tes conneries, même le plus mauvais participant de tough enough n'aurait pas abandonné aussi vite. Même une fillette de cinq ans n'aurait pas abandonné aussi vite !

Booker T – Ouais, t'as raison, c'est moi qui est trop gentil. Oublions cette performance de merde et passons à la suite, sucka'.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:30

Aussitôt le premier combat de la soirée terminé, nous faisons un premier saut direction les backstages où l'on y retrouve la merveilleuse Trish Stratus, de retour après son absence de la semaine dernière. Elle est accompagnée d'Andy Leavine qui est en fauteuil roulant.



Trish Stratus – Non, et ce n'est pas négociable.

Andy Leavine – Mais Trish, puisque je te dis que je vais bien.

Trish Stratus – Andy, tu as chuté dans les escaliers de l'hôpital alors que tu venais me rendre visite. C'est à cause de moi si tout ceci est arrivé, et c'est la moindre des choses que je puisse faire que de t'emmener jusqu'au ring sur ce fauteuil.

Andy Leavine – Si vraiment tu veux me rendre un service, alors laisse moi monter sur le ring en tant qu'homme, et pas en tant que patient. J'ai demandé un match parce que je sais que je peux lutter, que je peux prendre des coups et en donner. Si je suis capable de tout ça, je suis également capable de me diriger sur le ring seul.

Visiblement Trish pense avoir une dette envers Andy, et elle a décidé de la jouer mère-poule. En tout cas, elle a déjà la poitrine qui va avec, c'est un bon début.



Andy Leavine – Et je n'ai pas besoin de coussin derrière la tête, je vais très bien, je te l'assure.

Trish Stratus – Désolé, c'était ma poitrine.

Andy semble gêné pour le coup. Le pauvre, sa femme l'a demandé en divorce, y'a un putain de quiproquo sur la table qui met en péril sa vie de famille et il confond un coussin avec la poitrine de Trish, chienne de vie.

Andy Leavine – Ah... Bah, quoiqu'il en soit, je peux marcher seul, je n'ai pas besoin de tout ça. Comment crois-tu que je suis descendu de ma chambre d'hôpital ? J'ai pris les escaliers.

Trish Stratus – Et tu trouves ça raisonna-...

??? – Oh my god !

Joey Styles n'a rien à voir dans cette histoire, c'est juste Ariel qui vient d'apparaitre.



Ariel – Andy, mais c'est terrible, qu'est-ce qui a bien pu t'arriver ? Tu vas bien au moins ? Est-ce que je peux faire quelque chose pour t'aider ?

Trish Stratus – Dégager de notre chemin, oui.

Ariel – Tu es peut-être insensible à ce cher Andy, mais pas moi. Cet homme est en fauteuil roulant et il mérite toute l'attention du monde.

Andy Leavine – Je vais bien, merci. Je n'ai pas besoin de ce fauteuil, je peux marcher seul.

Ariel – Non, il vaut mieux que tu restes en fauteuil, il ne faut pas prendre de risque. Mais dis-moi, qu'est-ce qui s'est passé ?

Trish Stratus – Comme si tu n'étais pas au courant de ce qui s'est passé.

Le visage de compassion d'Ariel change du tout lorsqu'elle se redresse pour faire face à une Trish Stratus qui semble aussi chaude que remontée après Ariel. C'est ça la concurrence féminine.



Ariel – Qu'est-ce que tu insinue, Stratus ?

Trish Stratus – Je n'insinue rien, je sais très bien ce que je dis, et tu sais très bien qui se cache derrière l'attaque et la chute d'escalier dont a été victime Andy. On ne me la fait pas, à moi. Tu sais parfaitement que vous, le ministère des ténèbres, êtes derrière tout ça.

Ariel – Nous ? Je suis profondément blessée, Trish. Je ne pensais pas qu'une officielle et dirigeante de cette fédération pouvait porter d'aussi grave accusations sans en avoir la moindre preuve, et ce juste parce que tu ne m'apprécies pas.

Trish Stratus – Tu as raison sur un point, je ne t'aime pas, et je n'aime pas vos méthodes. Je sais parfaitement que Kevin Thorn a quelque chose à voir dans cette histoire. Vous cherchez à faire du mal aux autres, à profiter de leurs blessures pour faire votre trou ici. Vous profiter du malheur des uns pour assouvir votre soif de conquête, et je n'accepte pas cela.

Andy Leavine – Je ne voudrais pas paraitre grossier, mais j'ai un match qui va commencer.

Rien à foutre, Ariel et Trish se regardent toujours dans le blanc des yeux.

Ariel – Tu peux porter les accusations que tu veux, mais je n'accepterai pas que l'on salisse mon nom ou celui de mes proches sous prétexte qu'une pétasse blonde en a décidé ainsi.

Trish Stratus – Tu sais ce qu'elle te dit la pétasse blonde ? Dégage d'ici.

Toi aussi tu n'imagines pas ce segment se terminer autrement qu'avec un catfight.



Ariel – On se reverra en enfer, salope.

Trish Stratus – Sorcière.

Ariel affiche un sourire narquois, et après un dernier regard vers Trish et Andy, disparait.

Andy Leavine – Heu, Trish ?

Trish Stratus – Oui, excuse-moi, je t'emmène sur le ring.

Andy Leavine – Non, ce n'est pas ça. Tu ne m'avais pas dis que Stone Cold avait déployé une sécurité pour empêcher l'accès au ministère ?

Trish Stratus – Oui, c'est ce que je t'ai dis...

Stratus échange un regard avec Andy avant de regarder vers le couloir où Ariel est partie. Le regard vide, perplexe et en pleine réflexion, Trish sent que quelque chose se trame, sous son nez.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:30

Après cette scène entre Trish Stratus et Andy Leavine, nous passons au match de ce dernier, au cours duquel il affrontera Jack Swagger, le All American American ! En attendant l'arrivée de ces deux messieurs, nous allons écouter nos chers commentateurs.



Booker T – Andy a l'air très concentré. Peut-être qu'il ne devrait pas être déstabilisé par ses problèmes, finalement. Qu'en penses-tu, Bill ?

Bill DeMott – Non, j'suis pas d'accord avec toi, pour le coup. J'trouve pas Andy concentré, mais plutôt contrarié, j'dirais. J'suis sûr que c'est dû à ses histoires personnelles. Espérons que ça n'aura pas de répercussions sur le combat.



Booker T – Voici venir l'un des futurs piliers de ce business, un de ces types qui le porteront sur leurs épaules. Jack Swagger possède un gros potentiel, et est déjà un excellent lutteur.

Bill DeMott – Ce que j'vois, surtout, c'est un gros crâneur. Ce type a l'air d'avoir pris le melon dès l'instant où il a compris qu'il avait pas mal de talent en lui.

» FIGHT ! «
La cloche a à peine sonné que les deux hommes se jettent l'un sur l'autre, entamant ainsi une épreuve de force remportée par Swagger. D'emblée, ce dernier impose son rythme, son catch, prouvant ainsi que l'expérience peut faire la différence. Il commence en envoyant Andy dans l'un des quatre coins du ring, avant de le sécher avec un puissant Big Boot. Swagger part ensuite directement en Belly-to-Belly Suplex, avant de tenter un tombé dont The Silent Rage se relèvera facilement. Jack enchaîne ensuite une jolie de série de punchs dans la face de son opposant, l'envoie dans les cordes et le met au sol grâce à une Running Clothesline ! Andy est à présent à genoux, appuyé sur la première corde. Le All American American s'élance, et part en Running Knee Lift...mais c'est esquivé ! Les deux hommes sont au sol, Jack se tient la jambe gauche, et, de ce fait, ne peut plus tenir debout sans boiter. Après quelques secondes, les deux hommes parviennent à se relever à l'aide des cordes. Nouvelle épreuve de force, remportée cette fois-ci par Andy, qui ne perd pas une seule seconde pour porter un kick dans le ventre de son adversaire et enchaîner avec son Cattle Drive. Le tombé sur Swagger, un, deux, et trois ! Victoire d'Andy !

Booker T – Même blessé, et même lorsqu'il n'est pas en pleine possession de ses capacités physiques, Andy reste un redoutable adversaire.

Bill DeMott – Ce petit a bien été formé, on peut être très fier de nous.

Booker T – Il ira loin, j'en suis sûr. Il a l'étoffe des champions.

Andy commence à célébrer sa victoire, malgré la douleur causée par sa blessure et ce combat. La foule applaudit sa performance, et lui semble très satisfait, lorsque deux personnes sortent de nulle part, du sein de la foule. Il s'agit de Kevin Thorn et Ariel qui commencent à tabasser le pauvre Andy. Ce dernier ne peut pas se défendre et encaisse les coups qui le font atrocement souffrir le martyr. Bill DeMott et Booker T sont sur le point de se lever de leurs sièges, mais ils n'en auront finalement pas besoin.



Trish Stratus déboule en courant sur la rampe d'accès, la poitrine qui gigote dans tous les sens, elle passe sous la première corde. En se relevant, elle esquive une tentative de Clothesline de Kevin Thorn et s'arrête net pour ensuite porter son Chic Kick sur Ariel qui passe par dessus les cordes sous le choc. Kevin Thorn, prudent, préfère descendre du ring, et venir en aide à sa bien-aimée. Les deux vampires remontent la rampe en ne quittant pas Stratus du regard.



Cette dernière jette également un long coup d'oeil à ses adversaire avant de s'accroupir à côté d'Andy Leavine, qui, enragé mais sonné, pousse un hurlement de hargne qui résonne dans toute l'arène. Silent Rage vient de se réveiller.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:31

Pendant que Trish, qui vient de sauver la peau d'Andy, l'aide à regagner les backstages, nous nous retrouvons dans le bureau de Stone Cold. Ce dernier est rapidement rejoint par le plus grand retraité de l'histoire de ce business, le HeartBreak Kid, Shawn Michaels.



Shawn Michaels – Steve.

Stone Cold – Shawn.

Shawn Michaels – Tu voulais me voir ?

Stone Cold – Ouais.

T'as deux légendes nez à nez, et ils peuvent parler dans le vide que ça a quand même la classe.

Stone Cold – Je voudrais te raconter une petite histoire.

Shawn Michaels – Une histoire ?

Stone Cold – Ouais.

Tu peux sentir toute l'implication dans ce segment, c'est incroyable comment un mot peut transmettre des émotions.



Shawn Michaels – Raconte-là moi.

Stone Cold – Très bien. Cette histoire, c'est celle d'un petit garçon qui a grandit dans un ranch au Texas, au milieu des vaches, des ballots de pailles et d'un père alcoolique qui tapait sa mère. Un jour, le père du petit garçon a quitté sa famille et n'est plus jamais revenu. Ce petit garçon a grandit seul, avec sa maman, dans cet immense ranch jusqu'au jour où un autre homme est arrivé. Un homme bon, qui a aimé la mère du jeune garçon, et qui aimait le jeune garçon au point de le reconnaitre comme son propre fils. Ainsi, ce petit garçon a pu terminer de grandir dans un bon environnement, grâce à cet homme. Seulement, la vie n'est pas simple et ce jeune garçon devient éboueur. Ce n'est pas la grande classe, mais c'est la seule chose qu'il puisse faire.

Shawn Michaels – Je connais déjà cette histoire, Steve.

Stone Cold – Mais tu ne connais pas la morale. Ce garçon, devenu un homme, voit la vie avancer chaque jour et il se rend compte qu'il ne passera pas sa vie à ramasser les ordures. Il décide alors de s'essayer à la lutte professionnel après avoir assisté à un gala de lutte dans une petite salle du Texas. Et là, bingo. Cet homme trouve sa vocation, il sait ce qu'il veut faire et sait ce qu'il va faire ! Les débuts ne sont pas simple, mais petit à petit cet homme grimpe les échelons. Et finalement, après quelques années à se battre chaque soir, à prendre des coups, et déboiter des mâchoires, cet homme devient le plus grand fils de pute de l'histoire de tout ce putain de business.

Shawn Michaels – Viens-en au fait, s'il te plait.

Stone Cold Steve Austin, sa vie, son histoire, uniquement sur l'AWC.



Stone Cold – J'y viens Shawn, j'y viens. Tu vois, je suis devenu le plus grand lutteur de l'ère Attitude, je t'ai battu pour le titre de la WWF à Wrestlemania, quatorzième édition. Je suis l'icône d'une génération. Je suis celui qui fait tout ce qu'un homme a toujours voulu faire. Personne n'a jamais aussi bien déboiter la gueule dans toute l'histoire de ce putain de business que Stone Cold Steve Austin. Et pourtant, malgré tout ce que j'ai pu faire dans ma carrière, j'ai un regret éternel.

Shawn Michaels – La vie n'est qu'un regret éternel, Steve.

Stone Cold – Mais elle vaut la peine d'être vécue. J'ai du stopper ma carrière subitement, après un dernier combat à Wrestlemania contre The Rock. J'ai eu une mauvaise hygiène de vie, j'ai été un mari horrible, un mauvais ami, mais j'ai toujours pris du plaisir sur le ring. J'aurai voulu continuer encore quelques temps à être le meilleur, mais je ne pouvais pas. Les blessures et ma santé ne me permettaient pas de le faire. Mais toi, Shawn, tu es en bonne santé.

Shawn Michaels – Et j'en remercie Dieu, et je tiens à cette santé.

Stone Cold ne croit pas en Dieu. Il croit seulement en lui et à la puissance de son Stunner.



Stone Cold – Look at you, son of a bitch. Tu as lutté pendant près de vingt-cinq ans, tu as eu des problèmes avec la drogue, et pourtant t'es toujours là, en très bonne condition physique et sans grosse blessure. Ta carrière n'est pas encore arrivée à son terme, Shawn. Si j'étais à ta place, j'en profiterai encore. La vie est courte, Shawn, alors autant en profiter. Tu sais aussi bien que moi que la chasse et les émission télé, ce n'est pas pour toi. Tu vas t'y plaire un an ou deux, et ensuite tu regretteras de ne plus pouvoir faire ce que tu aimes, car tu as arrêté trop tôt, et que maintenant il est trop tard. Il n'est pas encore l'heure Shawn, la cloche n'a pas encore sonné, tu as un dernier round à faire.

Celle-là, elle est pour Yohan.

Shawn Michaels – J'ai assez donné, je laisse ma place à présent.

Stone Cold – Réfléchis bien à la question, Shawn. Tu as encore de beaux jours devant toi. Tu as encore ce qu'il faut, tu l'as toujours eu et tu l'auras toujours. Mais tu dois profiter des années où ton corps te permet encore de faire ce que tu sais le mieux faire, offrir un spectacle aux fans qu'ils ne seront pas prêt d'oublier. And you know why ? 'Cause you can. Je n'ai pas terminé ma carrière comme je l'aurai souhaité, je n'ai jamais eu d'happy-end, et je ne veux pas que cela arrive également à l'une des plus grandes légendes de ce business.

Shawn Michaels – Laisse-moi réfléchir deux secondes.

Stone Cold aurait-il percé la carapace du HeartBreak Kid ?



Shawn Michaels – Non, merci. J'ai déjà eu mon happy-end, dans un combat que je voulais, que j'ai accepté et j'ai eu un départ que beaucoup peuvent m'envier. Cela suffit à mon bonheur.

Stone Cold – Tu le regretteras un jour, Shawn.

Shawn Michaels – Une fois sur mon lit de mort, c'est possible. Je dois y aller, à présent.

Shawn quitte la pièce, laissant Austin dans ses pensées. Il n'aura pas réussi à faire changer d'avis Shawn Michaels, et c'est notre bon vieux régional, Kurt Angle, qui risque d'être déçu.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:32

Bill DeMott – On continue dans la bonne humeur avec le match entre Low Ki et MVP.

Booker T – Montel Vontavious Porter nigga' !

Bill DeMott – On reconnait les mecs qui ont grandi dans la rue.



Booker T – Low Ki a l'air très serieux ce soir, à mon avis, va y'avoir du spectacle, de l'action et de la voltige comme on l'aime !

Bill DeMott – Mouais.



Booker T – Et voilà montel Vontavious Porter, Mister 305, the man from Miami Florida !

Bill DeMott – Tiens, il a le même jeu de lumières que Goldust.

» FIGHT ! «
Les deux lutteurs sont dans le ring et ça commence. Mister 305 domine Ki dans une prise de tête qui emmène l'asiatique dans le coin. MVP enchaine avec plusieurs coups de pied dans le genou de son adversaire qui faiblit et qui tombe au sol. Le mec de Miami continue avec des coups de pied dans le visage mais l'arbitre intervient. Quand il veut y retourner, MVP est intercepté par la botte de Ki qui le renvot et qui enchaine avec un Superkick. L'arbitre compte seulement une fois. Ki relève MVP, l’envoi dans les cordes, MVP s'yaccroche et KI court pour le faire passer par dessus la troisième corde ! Et c'est fait. Mais, les lutteurs restent au sol. Ki se tient la cheville alors que MVP semble touché à l'épaule. Les deux ont du mal à se relever et lorsqu'ils se mettent sur leur jambe, l'arbitre crit le nombre 10. No Contest entre les deux.



Bill DeMott – On vient de se faire entuber.

Booker T – Une mauvaise chute, ça arrive toujours.

Bill DeMott – Quelle belle bande de fiotte.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:32

Le combat opposant MVP à Low Ki vient de se conclure sur un No-Contest. Montel vient de repartir, mais 'Ki, lui, reste sur le ring. Il demande même un micro, et prend la parole.



Low Ki - Il y a trois semaines...lors de Thunderslam...j'ai perdu. Oui, j'ai perdu. Face à Abdallah Tarver, l'homme que je m'étais juré de vaincre. Plus qu'un échec, cet événement s'est avéré comme étant pour moi un gros coup au moral. Cette défaite m'a complétement retourné. Pendant quelques semaines, je n'ai plus été habité par la même hargne, la même énergie, et la même passion qui m'ont permis de vaincre des adversaires redoutables tels que l'Undertaker.

Low' marque une courte pause, puis reprend.

Low Ki - Toutefois, mes meilleurs amis ne m'ont pas laissé tomber. Ces amis, ce sont mes idéaux. Ce sont eux qui me guident, eux qui me motivent. Je n'ai pas non plus oublié mes objectifs, à savoir les inculquer au monde entier. Tout ceci m'a poussé à faire une nouvelle fois le tour du monde. J'ai été au Mexique, au Japon, et même en Europe. Ce petit voyage qui était loin de ressembler à des vacances m'a permis de me remotiver, de me ressourcer. Aujourd'hui, je suis à nouveau confiant, parce que je sais qu'à partir de maintenant, je me donnerai toujours au maximum ! Et...

Homicide - Ferme ta gueule, 'Ki !

Low Ki ne comprend pas, puis regarde devant lui et voit Homicide, moqueur !



Homicide - Messieurs-dames, je vous présente mon élève, l'un de mes plus brillants, d'ailleurs, Low Ki ! J'ai été très fier de ce gamin à ses débuts ! Mais plus le temps passe, et plus mon estime pour lui devient moindre ! Aujourd'hui, je n'en ai même plus pour lui ! Désormais, tu n'es plus qu'une petite salope ! Tu n'as plus rien dans le froc, mon petit gars ! Où est passé ton statut de guerrier, où est passé ton courage, ton honneur, ta fierté ? Tout ça n'existe plus. Et tu sais pourquoi ? Parce que t'as vendu tout ça aux McMahon, tout, jusqu'à la peau de ton propre cul ! T'étais un sacré lutteur 'Ki ! T'étais même destiné à devenir meilleur que moi, peut-être même une véritable légende du circuit indy ! Mais t'as préféré le pognon à la gloire, à la véritable, et ça, je n'arrive ni à y croire, ni à le tolérer ! Aujourd'hui, ton nom ne signifie plus rien ! Low Ki est mort, pour moi. Désormais, tu n'es plus que cette petite pute de Kaval, ce produit marketing de mes deux !

'Ki baisse la tête, honteux, les larmes lui montant presque aux yeux.

Homicide - C'est pas en regardant tes pompes ou en chialant que tu vas redevenir celui que tu étais auparavant ! Si tu savais comme j'ai pitié de toi, et de ce que tu es devenu. Si tu savais comme j'ai honte de t'avoir pris sous mon aile, de t'avoir élevé ! Pour moi, tu n'es plus rien ! Tu étais destiné à devenir l'un des meilleurs, mais tu as tout gâché ! Tu n'as plus qu'à aller crever dans ton coin, en compagnie de toute cette ribambelle de lutteurs sans talent ! Et maintenant, pousse-toi de là, j'ai un match, et je compte bien le gagner, moi !

Low Ki descend et repart, la tête toujours baissée. Il croise Homicide qui le regarde avec dégoût, sans oser le regarder dans les yeux. Homicide vs Alex Riley, next.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:33

Booker T – Ce petit accrochage a au moins eu le mérite de réveiller une foule encore somnolente après ce match d'une qualité, disons le, très médiocre.

Bill DeMott – M'en parle pas.

Booker T – Je ne vais pas m'attarder là dessus. Surtout que ce qui nous attend devrait relever le niveau. D'un côté nous avons Homicide, qui va ici enchainer son troisième match dans l'élite, je veux dire par là qu'il n'y a pas eu de passage à Cold pour lui, ce qui veut dire beaucoup.

Bill DeMott – Il est capable du meilleur comme du pire. Avec lui, on ne sait vraiment pas à quoi s'attendre. C'est soit blanc, soit noir, il n'arrive jamais à rester fixer dans une zone.



Booker T – Et de l'autre Alex Riley qui, après un passage en bataille royale et malgré sa défaite, a convaincu dès son premier match à Cold et s'est vu offert ce match ce soir.

Bill DeMott – C'est avec ce genre de décision qu'on prend des risques. On verra bien si on a eu l'œil, ou pas. J'ose au moins espérer que le bonhomme aura les couilles de tout donner.


» FIGHT ! «
Homicide ne perd pas une seconde et se jette comme un mort de faim sur son adversaire. Après lui avoir envoyé quelques droites pleine face, il tacle Riley qui tombe lourdement au sol. Indiscutablement dépassé tant physiquement que par la vitesse, celui-ci trouve une échappatoire en glissant sous les cordes pour se retrouver hors du ring et par conséquent, hors de portée de Nelson Erazo. The Latin Terror ne l'entend pas de la même oreille et se précipite à sa rencontre mais se laisse piéger part son adversaire qui l'assomme d'un coup de coude et lui fait percuter l'escalier dans un vacarme assourdissant. Riley remonte sans attendre sur le ring en demandant à l'arbitre de compter contre Erazo, mais le Notorious 187 parvient à revenir dans les cordes avant les dix secondes et réussi même à contrer Alex puis à enchainer avec un neckbreaker. L'ex-apprenti du Miz se relève difficilement, tangue quelques instants et, forcement, ne peut rien faire lorsqu'Homi' place son Gringo Cutter immédiatement suivi d'un tombé victorieux.



Booker T – On n'a pas eu l'œil.

Bill DeMott – Merde.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:33

Dans quelques instants, nous continuerons cette belle soirée avec une confrontation entre Mister Anderson et Sheamus. Retrouvons d'ailleurs notre nouveau masterchef, Ken Anderson, dans les cuisines de l'Attitude Wrestling Corporation, en train de nous préparer de bons petits plats.

Mister Anderson – Party rock ♫.



Mister Anderson – Party rock is in the house tonight, everybody just have a good time. And we gonna make you lose your mind, everybody just have a good time ♫.

Chris Jericho arrive dans le champ de la caméra, intrigué par ce qu'il se passe ici.

Chris Jericho – What are you doing ?

Mister Anderson – Shuffelin, shuffelin ♫.

Chris Jericho – Huh ?

Mister Anderson aperçoit Chris Jericho et coupe son iPod.

Mister Anderson – Chris, tu as faim ?

Chris Jericho – Seriously, what are you doing ?

Mister Anderson – Qu'est-ce que je suis en train de faire ? Ça ne se voit pas, non ? J'suis en train de remplir une grille de sudoku, bien sûr. D'ailleurs, si tu pouvais me donner un coup de main, j'hésite entre le deux et le huit sur cette case. Hum. Je vais faire une pause. Plus sérieusement, tu sais ce que Bill DeMott m'a répondu lorsque je lui ai parlé de la cuisine de l'Attitude Wrestling Corporation ? Qu'il fallait venir avec sa propre nourriture parce que pendant un mois, l'Attitude Wrestling Corporation ne nous nourrirait pas. Incroyable, non ? Surtout tout droit sorti de la bouche du gros Bill DeMott. Donc au final, je dépouille les frigos de l'Attitude Wrestling Corporation pour me faire à manger et pour faire à manger à tout ceux qui le souhaitent, parce qu'il est hors de question que l'Attitude Wrestling Corporation fasse le ramadan.

Chris Jericho – Le rama-what ?

Mister Anderson – Le ramadan.

Chris Jericho – Le rama-what ?

Mister Anderson – Le ramadan, un truc d’extrémiste musulman.

Chris Jericho, toujours en train de se demander ce qu'est le ramadan, observe Mister Anderson s'ouvrir un sachet de viande séchée.

Chris Jericho – Qu'est-ce que c'est ?



Mister Anderson – C'est du poooorc !

Chris Jericho – Tu m'en donnes un morceau ?

Mister Anderson – Non, c'est haram.

Chris Jericho – Ha-what ?

Mister Anderson – C'est haram je te dis, c'est interdit. Tu as décidé de faire le mouton, donc de te faire égorger dans la baignoire d'un terroriste d'ici la fin du ramadan, en suivant les caprices de "Hamdoulah" Tarver et en faisant le ramadan façon Attitude Wrestling Corporation donc tu n'auras pas de porc. Si tu veux je te fais un hamburger par contre.

C'est au tour de Sheamus d'arriver dans le champ de la caméra.

Sheamus - Anderson, on a un match à faire.

Mister Anderson – C'est Mister Anderson, Anderson, pour toi fella.

Sheamus - Fella toi-même.



Mister Anderson – Laisse-moi encore deux minutes. Je dois prendre tous mes painkillers à défaut de pouvoir revendre un peu de résine de cannabis, boire ma solution alcoolisée à défaut de prendre le thé, manger du cochon à défaut d'égorger Chris Jericho dans ma baignoire et faire ma quarante-septième prière de la journée. Faut aussi que je fume une clope, on appelle ça le ramadan américain.

Sheamus - Le rama-what ?

Mister Anderson a déjà remis son iPod en route.

Mister Anderson – Everyday I’m shuffelin ♫.

Sheamus et Chris Jericho, qui n'ont certainement rien compris à tout ça, se regardent brièvement avant de laisser Mister Anderson dans son délire le plus complet. Mister Anderson, on le retrouve d'ailleurs dans quelques instants pour son match contre Sheamus. Put your hands up to the sound.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:34

Booker T – Le prochain combat est sympa, The Celtic Warrior, Sheamus vs The Green Bay Warrior, Ken Anderson. Une affiche de guerriers.

Bill DeMott – Une affiche de tapette qui savent pas mettre un pied devant l‘autre. L‘autre Anderson pourrait nous proposer un peu de bouffe quoi.



Bill DeMott – Allez, je suis pour Sheamus, Anderson n'avait qu'à pas être radin.

Booker T – Au lieu de te plaindre, commente ! Sheamus a remporté le Main-Event de Cold la semaine dernière et cette semaine il se lance à l‘assaut de Attitude.

Voilà que la musique de Ken Anderson se met en route, sauf qu'il s'amène pas ...

Booker T – Merde, il fait quoi là ? Il cherche à se prendre un Stunner de Stone Cold dans la gueule ou quoi ?

Bill DeMott – Sheamus attend comme un con depuis tout à l‘heure. Coupez la musique au moins.

La musique d’Anderson continue, et toujours personne. Sheamus demande à l’arbitre de le déclarer vainqueur. Mais celui-ci demande d’attendre encore un peu … Et il fait bien, Ken Anderson arrive en s’essuyant les lèvres.



The Green Bay Loudmouth est là, et le micro descend du plafond comme miracle droit sur Ken Anderson qui balaie la salle du regard.

Mister Anderson – Ladies and gentleman, let me introduce to you a proud eater of hamburger, a man who loves the pig, also, somebody who likes drinking budlight, myself. 243lbs of good meat and good drinks, I hail from the city of Greeeeeeen Baaaaaay, Wisconsin. I'm the Green Bay Loudmouth, the Talk-Louder, and of course, leader of the assholes, I am Mister Andersoooooon...

Silence complet dans la salle, tout le monde retient son souffle ...

Mister Anderson – ANDERSON.

Ca y est, il a fini de parler, on va pouvoir passer au combat.

Booker T – Il continue ses provocations envers les islamistes.

Bill DeMott – Heureusement, que Abdallah Tarver est pas là, une guerre aurait déjà éclaté sinon. Mais bon, on se plaindra pas que Tarver soit retourné à son bled on ne sait où.

» FIGHT ! «
La cloche a retenti et le combat démarre directement avec une épreuve de force. Le plus puissant des deux est Sheamus. L‘irlandais prend l‘avantage avec sa supériorité physique mais il ne gardera pas longtemps l‘initiative. Trop gourmand, il a voulu claquer son Brogue Kick mais Mister Anderson l‘évite aisément avant de placer un Neckbreaker. Le combat est assez équilibré. Malgré son infériorité physique, The Green Bay Loudmouth la joue plus technique, plus tactique, piégeant et épuisant Sheamus dans des phases de brawl ou de soumissions. Cependant, les come backs de Sheamus sont puissants, notamment une Powerbomb où Anderson ne s‘est dégagé que de justesse avant le troisième coup de l‘arbitre sur le ring. Sheamus prend peu à peu l‘ascendant. Anderson s‘épuise, sa stratégie n‘ayant pas payé. Sheamus claque un Running Powerslam qui fait trembler le ring. The Celtic Warrior prend quelques pas d‘élan … Brogue Kick … Esquivé … Mic Check … Contré avec un puissant coup de coude … BROGUE KICK !! One ! Two ! Three ! Victoire de Sheamus.



Bill DeMott – The Celtic Warrior était le plus fort ce soir. Je pense que Anderson a mal surveillé son alimentation avant le combat.

Booker T – En tout cas l'irlandais monte en puissance. Vainqueur du Main-Event de Cold, vainqueur ce soir, il va falloir le surveiller.


Dernière édition par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:45, édité 1 fois
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:36

De retour en backstages où l'on retrouve Trish Stratus. Cette dernière est devant le bureau d'Austin et après avoir frappé à la porte, l'ouvre délicatement en passant la tête à l'intérieur et ensuite rentrer en prenant soin de refermer la porte derrière elle.



Trish Stratus – Désolé de te déranger Steve, mais on a un problème.

Stone Cold – Et merde, c'est quoi cette fois ? Plus de bières aux stands ? Les toilettes qui fuient ? Un zozo qui s'amuse à se balader nue pendant la pause pub ? Bordel, est-ce qu'un show peut se dérouler sans qu'on vienne me dire que y'a un problème ?

Trish Stratus – Crois-moi que j'aurai préféré éviter cette visite, mais j'ai croisé Ariel dans les backstages tout à l'heure et elle et Kevin Thorn ont attaqué Andy après son match.

Stone Cold – What ?

Trish Stratus – Il se peut donc que l'Undertaker et le reste du Ministry of Darkness soit aussi quelque part dans l'arena.

Stone Cold – Putain, mais c'est pas possible. J'avais pourtant dit à la sécurité de faire attention, bande d'incapables. Si j'croise Kurt, j'vais lui faire bouffer sa médaille par le cul, moi. Il va m'entendre ce charlatan à la con. Sécurité de merde, job de merde, bordel il me faut une bière.

Austin se lève, se prend une bière dans le frigo et la descend cul-sec. Il se met ensuite à chercher dans toute la paperasse qui traine sur son bureau. Personne ne sait ce qu'il cherche, et Trish préfère s'éclipser doucement alors qu'Austin continue ses recherches. Il tombe sur les factures du mois dernier, mais on s'en branle. Il tombe sur une photo de son ex-femme à poil, mais on s'en branle aussi. Il tombe sur un autre papier, le certificat de travail d'Alberto Del Rio. Austin n'y prête pas attention et le jette au dessus de son épaule. Malheureusement, le papier retombe dans la poubelle. Austin ne trouve pas ce qu'il veut, et la porte s'ouvre à nouveau. Un papier est posé sur son bureau alors que Steve lève la tête.



Stone Cold – Ta pute de mère ne t'as jamais appris à frapper aux portes avant d'entrer ?

Christian Cage – J'ai un problème Steve, et j'ai besoin de toi.

Stone Cold – Moi aussi j'ai des problèmes et moi aussi j'ai besoin de moi pour les résoudre.

Christian Cage – Steve, je suis très sérieux. Tu penses vraiment que je serais venu te voir en personne, et dans ton bureau miteux si ce n'était pas important ?

Stone Cold – T'es Canadien, alors avec une tête de con comme toi, faut s'attendre à tout.

Christian Cage – Jette un coup d'oeil sur ça.

Cage montre le papier qu'il vient de mettre sur la table, et Steve y jette un coup d'oeil.



Christian Cage – Je viens de trouver ce papier accroché à la porte de ma loge alors que je venais pour me changer. Steve, c'est une putain de menace de mort.

Stone Cold – Moi, ce que je vois, c'est un mec qui écrit de travers et qui te dit de regarder derrière ton dos, rien de bien important. Moi, j'pense plutôt qu'il veut te donner un conseil plutôt que te menacer. Ce mec te rend service, tu devrais lui dire merci.

Christian Cage – Mais, il faut que tu prennes ça au sérieux. Crois-moi, je suis invaincu ici, si je n'avais pas besoin de toi, je me serais passé volontiers de sentir ton haleine de phoque.

Stone Cold – Mon haleine, elle se pisse pas dessus au moindre petit mot d'amour, connard.

Christian Cage – Très bien, puisque tu le prends comme ça, j'vais me débrouiller tout seul, comme je l'ai toujours fait. On peut vraiment compter sur personne dans cette fédération de merde.

Stone Cold – Bonne chance parce qu'avoir des yeux derrière la tête, c'est pas facile.

Christian jette un coup d'oeil haineux à Steve avant de quitter la loge en claquant la porte. Merde, Steve a encore besoin d'une bière. La bière, c'est vraiment la solution à n'importe quoi.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:37

Booker T – Bill, j‘aimerai que tu te concentres pour le prochain combat qui arrive. Tu dois essayer de ne pas parler de Stacy Keibler, d‘accord ?

Bill DeMott – Impossible, tu voudrais quoi ? Que je matte Ricardo Rodriguez ?

Booker T – La mère à Shelton Benjamin sinon.



Booker T – Blague à part, the Corporation Champion est là. Ce soir, il va devoir être prudent, l‘adversité est en face de lui avec les Dudleys et à ses côtés.

Bill DeMott – Exactement, son challenger, Shelton Benjamin est également son équipier ce soir, et c‘est sur que la tache n‘est pas facile dans ses conditions là.



Bill DeMott – Il ne lâche pas la ceinture d‘Alberto Del Rio des yeux. Il la veut et ça c‘est une attitude qui me plait. Pas pour rien que Shelton Benjamin a tapé dans l‘œil de Stone Cold.

Booker T – J‘ai hâte de voir comment cette équipe va fonctionner en tout cas. Ils n‘ont aucun automatisme, et en face c‘est les Dudleys.



Bill DeMott – Les Dudleys et Stacy Keibler. Regardez moi cette bombe sexuelle.

Booker T – Putain Bill, t‘es chiant. Stacy par là, l‘autre nana par là. Restes concentré.

» FIGHT ! «
Le combat commence et c‘est Bubba qui est opposé à Alberto Del Rio. L‘affrontement est équilibré, mais c‘est au moment des Tag Team que les Dudleys prennent l‘avantage. Les automatismes ne sont pas là du côté du Corporation Champion et de son challenger et au final, ça rend le tout confus. Devon en profite pour frapper Shelton Benjamin qui n‘avait pas réussi à enchaîner avec le mexicain. Les Dudleys ont la main mise sur le combat et immobilisent Shelty-B dans leur coin. Pendant de très longues minutes, The Gold Standard est mis en difficulté. Alberto Del Rio attend désespérément le changement mais les Dudleys ne sont pas de cet avis. Cependant, Shelton Benjamin esquive le Diving Headbutt de Devon alors que Bubba lui tenait les jambes, et ce dernier subit un Enzuguri dans la volée du Gold Standard. Hot Tag pour Alberto Del Rio qui se déchaîne sur les deux frères. Arm Bar enclenché sur Bubba mais Devon intervient et brise la prise de soumission. Le combat est équilibré, et Bubba, profitant de l‘intervention de son frère remet les compteurs à zéro face à Alberto Del Rio en lui plaçant sa Bubba Bomb ! Cependant, il est exténué et ne peut tenter le tombé. Les deux hommes restent au sol.

Bill DeMott – C’est un match équilibré dont Shelton Benjamin et Alberto Del Rio se sortent assez bien après avoir effleuré la correctionnelle.

Booker T – Oh My God ! Là ça va devenir intéressant. Regarde le titantron Bill !

Toutes les têtes se sont tournées en même temps vers le titantron. Et on aperçoit, Gregory Helms en backstage, celui-ci a une chaise en main et il traverse les couloirs rapidement, passant entre les lutteurs de l’AWC.



Et il débarque sur la rampe d’accès en sprint. Il est vraiment énervé. Il s’élance vers le ring. Devon rentre dans le ring pour protéger son frère encore au sol, mais Gregory Helms fait le tour du ring. Sign Guy prend peur et il s’enfuit par le public. Que veut faire Helms ? Oh My Fucking God !! Il s’arrête devant Stacy Keibler qui tremble de peur. Un sourire dévastateur traverse le visage de Gregory Helms … CHAIR SHOT !!! CHAIR SHOT ON STACY KEIBLER !!! Elle s’est effondré au sol, et du sang coule de son magnifique visage. Ca c’est la réplique de Helms à l’agression qu’a subi Velvet Sky, sa petite amie. Devon n’a réagit que trop tard et Helms remonte la rampe d’accès au ring. Et le combat n’est toujours pas fini en plus.


Del Rio a fait le changement avec Shelton Benjamin et celui-ci se lance à l‘assaut de Bubba. Les Dudleys sont désemparés, tout c‘est passé si vite qu‘ils n‘ont pu suivre la situation. Et les voilà en très mauvaise posture. Bubba est en difficulté, mais il réussit à esquiver un Corner Splash de son adversaire. Bubba se jète vers Devon… Changement ! Shelton Benjamin et Devon se livre un très gros duel. Devon envoie Shelton Benjamin dans le coin où se trouve Alberto Del Rio … Blind Tag. Cependant Devon ne l‘a pas vu. Il ramène Shelton Benjamin au centre du ring et dit à son frère de venir … Projection dans les cordes… Et il n‘y aura pas de Dudley Death Drop ! Alberto Del Rio vient d‘envoyer Bubba par-dessus la troisième corde et c‘est un simple Flapjack que subit Shelton Benjamin. Conscient que la prise n‘a pas été portée, Devon se retourne... Superkick d‘Alberto Del Rio qui enchaîne avec son Arm Bar ! Devon souffre mais il tente d‘aller chercher les cordes. La douleur s‘intensifie et il est au centre du ring, il ne peut rien faire, mis à part abandonner et C'est-ce qu'il fait ! Victoire d‘Alberto Del Rio et de Shelton Benjamin.



Booker T – Belle victoire d‘Alberto Del Rio et de Shelton Benjamin, cependant, je crois que les Dudleys ont la tête ailleurs désormais. Gregory Helms s‘est vengé aussi brutalement que l‘assaut sur Velvet Sky.

Bill DeMott – The Best Cruiserweight Alive les nargue en plus. Il a regardé leur défaite du haut de la rampe d‘accès au ring. Il y est encore a savouré sa vengeance.

Alberto Del Rio exulte, une nouvelle victoire à son compteur, cependant, il change radicalement de visage, quand il aperçoit deux membres de l‘immigration assis au premier rang entrain de le dévisager. Le mexicain récupère sa ceinture et part rapidement vers les coulisses. Shelton Benjamin le suit, il n’en a pas terminé avec lui à ce qu’il semblerait. Et dans le ring, c’est toujours pas fini. Alors que Devon regarde impuissant Stacy Keibler se faire secourir par les médecins de l’AWC, Bubba a récupéré un micro et regarde droit dans les yeux Helms.

Bubba Ray. HELMS ! DANIELSON ! Ce que vous avez fait est impardonnable ! You put your son of bitches' hands on the most deligtful creature on the earth ! Vous n'avez donc pas compris, hein ? La dernière chose à faire est de s'en prendre à un membre sans défense de notre famille ! We never forgive, and we never forget ! Now, motherfuckers, THIS IS WAR !

Et pour bien être poli, Bubba présente son majeur à Helms, la guerre est vraiment déclarée entre les deux équipes désormais.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:38

Alors que Bubba Ray vient juste de déclarer la guerre à Helms et Danielson, on retourne vite en backstage où Alberto Del Rio se dépêche de retourner à sa loge, ayant apparemment vu des agents de l’immigration aux premières loges de l’arène. Cependant, Shelton Benjamin n’en a pas fini avec lui et le rattrape rapidement. Il l’arrête par l’épaule mais Del Rio le repousse.



Alberto Del Rio – Je suis pressé Benjamin, on parlera une autre fois, d’accord ?

Shelton Benjamin – Non, je veux juste te dire un truc important.

Alberto Del Rio – Je t’ai dis que j’avais pas le temps, je me suis fais comprendre ou quoi ? Là j’ai même pas deux secondes à t’accorder alors tu vas me faire le plaisir d’arrêter de me suivre.

Shelton Benjamin – T’as quoi pour être si pressé ? Tu ne veux pas regarder l’homme qui va te prendre ta ceinture droit dans les yeux ?

Alberto Del Rio – Ce qu’il y a ? Hay estas putas de agentes de la inmigración que me lo quieren ! J’ai toujours pas retrouvé mon certificat de travail, je suis encore un étranger, un clandestin et si je me fais choppé, c’est à la frontière qu’ils vont m’emmener. Si j’avais mon contrat de travail, jamais il ne se serait passé ça.

Shelton Benjamin – C’est pas mon problème. Ce qui m’importe, c’est ce que t’as sur l'épaule.

Alberto Del Rio – Mierda, he aquí !



Alors qu’au fond du couloir les deux agents de l’immigration débarque, Alberto Del Rio ouvre la loge à côté de lui dont un panonceau indique qu’elle appartient à Trish Stratus. Shelton Benjamin a juste le temps d’entendre de l’intérieur, Alberto Del Rio s’excuser que les deux agents de l’immigration lui tombent dessus.

Agent K – Agent J, vous êtes d’accord avec moi que nous avons vu Alberto Del Rio, dont nous n’avons aucun certificat de travail, en train de combattre sur le ring de l’AWC. De plus vous êtes d’accord pour me dire que nous venons de voir ce même clandestin dans ces couloirs à l’instant.

Agent J Exactement Agent K.

Agent K – Puis-je vous demandez monsieur, où est-ce qu’Alberto Del Rio vient d’aller ?

Shelton Benjamin – Alberto Del Rio ? Je ne l’ai pas vu.

Agent J Ne défendez pas cet homme, sa présence ici est totalement illégale, cela n’est pas conforme aux lois, et j’aimerai que vous nous aidiez à le trouver. Votre aide serait agréable pour nous, les services de l’immigration.

Shelton Benjamin – Puisque je vous dis que je ne l’ai pas vu depuis la fin de notre combat. Nous sommes rivaux, je veux sa ceinture, je n’aurai rien à faire avec lui.



Agent K – Avec qui parliez-vous alors il y a quelques instants ?

Shelton Benjamin – Euh… Al … Trish Stratus ! Mais vous voyez, elle est partie prendre sa douche, et je pense que si vous entrez maintenant, elle ira le dire rapidement à Stone Cold Steve Austin, et lui coller des procès c’est pas son truc, c’est plus les Stunner.

Agent J Ah oui, ce même Stone Cold qui nous a empêché d’embarquer Alberto il y a deux semaines. Et si Trish Stratus, comme vous dîtes est dans sa douche, on ne peut pas vérifier.

Agent K – On ne peut fouiller chaque loge, cela va à l’encontre de nos possibilités.

Shelton Benjamin – Exactement, vous savez quels sont vos droits. Un conseil, si vous voulez le trouver, allez du côté de la cuisine. Il est sûrement parti manger avec Ricardo Rodriguez.

Agent JNous allons aller voir ça. Où d’autre peut-il être ?

Shelton Benjamin – Il y a des rumeurs qui court qu’il apprécie la petite épicerie à l’autre bout de la ville, au Nord. Je vous conseille vivement d’aller jeter un coup d’œil là-bas, à mon humble avis.

Agent K – Le service de l’immigration est fier de vos informations. Nous vous remercions vivement.

Shelton Benjamin – De rien, tout le plaisir était pour moi.

Les deux agents de l’immigration quittent le couloir et après s’être assuré qu’il ne revenait pas, The Gold Standard toque à la porte de la loge de Trish Stratus. Alberto Del Rio en sort hésitant, en compagnie de Trish Stratus.



Trish Stratus – Si jamais tu as besoin d’un cours de Yoga, tu sais où tu peux me trouver. Je n’hésite pas là-dessus. Stone Cold m’a bien dit que chaque lutteur devait être en forme, donc je peux te remettre d’appoint, trois leçons minimum.

Alberto Del Rio – Gracias Trish. Je vais y penser. En tout cas ce prélude était très instructif.

Trish Stratus – Tu veux également un cours Shelton ?

Shelton Benjamin – Non, ça ira pour moi. Je suis en pleine forme, et dans trois semaines, cela se verra vraiment quand j’aurai la ceinture que porte en ce moment Del Rio.

Alberto Del Rio – Je te remercie de ne pas m’avoir dénoncé Shelton. Pourquoi as-tu fais ça ?

Shelton Benjamin – C’est très simple, si l’immigration te mets la main dessus, tu retournes au Mexique en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Et là, qu’est-ce qui se passera à Ground Zero ? Je deviendrai champion avec une victoire par forfait. Je ne serai pas le vrai champion aux yeux de personne et surtout pas aux miens. Si j’ai fait ça, c’est pour ne pas vivre ce scénario. Je veux qu’à Groudn Zero, je devienne un champion indiscutable. C’est juste pour ça. Ce n’est ni par amitié, ni par respect, juste pour que ma victoire soit magnifique.

Les deux hommes se défient du regard, la tension est grande entre les deux.

Alberto Del Rio – Je serai là à Ground Zero, mais ne viens pas te plaindre quand tu repartiras sans rien. Tu n’auras plus aucune excuse. Je te remercie quand même pour ce que tu as fais. Tu as de l’honneur, tu mérites d’être challenger, mais seulement challenger.

Les deux hommes se dévisagent, et Shelton Benjamin s’en va laissant Alberto Del Rio le regarder avec défi. A Ground Zero, la bataille pour le Corporation Championship s’annonce incroyable.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:40

Booker T – Bill, ce soir, lors d'Attitude number seven, nous allons assister au tout premier match féminin de l'histoire de cette fédération.

Bill DeMott – Tu appelles ça un match féminin, toi ? Putain, moi j'vois une salope contre un travelo, y'a rien de réjouissant là-dedans. J'vais te dire, j'préfère encore manger du saucisson sans pain que de dire que c'est un match totalement féminin.

Booker T – Tu manges jamais de saucisson sans pain ?

Bill DeMott – J'suis pas noir moi, j'ai reçu une éducation.



Booker T – T'as un problème avec les noirs ?

Goldust – Booky-chou, youhou.

Bill DeMott – Sauvé par l'autre travelo.

Booker T – Ooooh my dawg, what's fuckin' wrong with ya, sucka' ?

Goldust – Je viens commenter le match avec vous deux, ça ne vous gêne pas j'espère. Il n'y a pas de siège, ça te gêne si je m'asseois sur ta cuisse, Booker ?

Booker T – A vrai dire...

Goldust – Merci.



Booker T – Ooooh my nuts...

Bill DeMott – Goldust, tu peux pas faire comme Edge et tenir ton rôle de simple manageur simplement sans nous emmerder ? J'dis ça, c'est pas pour moi mais le pauvre Booker il est en train de niquer le peu de descendance qu'il lui reste.

Goldust – Sa femme a la ménopause, t'façon. Lita, par contre, elle, elle doit encore avoir beaucoup d'hormones à partager, mmmmh.

Booker T – Oh my dawg...

Bill DeMott – Oui, tu peux le dire Booker, on est en train de s'faire enculer doggystyle par ton pote en latex, là.

» FIGHT ! «
Ce match est plutôt rythmé par les blagues de Santina, qui semble mal à l'aise avec la tenue qu'elle a, puisqu'un de ses tétons est à l'air et elle ne cesse de crier comme une truie. Tout ceci a le don d'énerver Lita qui veut en découdre au plus vite, et qui, elle, ne se soucie pas d'avoir son string à l'air. Elle attaque donc Santina avec des coups d'avant-bras et la projette dans les cordes, mais Santina revient en esquivant une Clothesline en faisant un grand écart, déchirant au passage sa robe. Santina réussie quand même quelques jolies mouvements et toutes les tentatives de Lita, qu'elles soient au sol, dans les airs ou dans du brawling sont avortées avec réussite par Santina. Cette dernière arrive même à clouer Lita au sol après lui avoir envoyé une gifle, enchainée avec un Drop Toe Hold alors que Lita voulait riposter. Santina est même sur le point d'utiliser l'ami de son cousin, le cobra. Lita, elle, semble plus préoccupée par remettre son string au bon endroit que par l'attaque qui semble se préparer chez Santina.

Goldust – Oh oui Lita, montre-nous ton string, que j'aimerais le renifler.

Bill DeMott – Putain Booker, dis-lui de la fermer ou j'lui pète ses dents en quatre. Fais quelque chose pour le calmer, c'est ton pote, merde. J'sais pas moi, remue la cuisse.

Booker T – Putain t'es dingue, c'est un coup à ce qu'il m'attrape le cou et qu'il me lâche plus après. Je l'ai déjà supporté y'a plusieurs années de ça, j'tiens pas à recommencer.

Finalement, Lita se remet debout et alors que Santina est sur le point de porter la terrible attaque du cobra, Lita se baisse et porte un Spear qui couche Santina. La lutteuse classée x n'a plus qu'à monter sur le turnbuckle et à porter son Moonsault pour obtenir la victoire.



Bill DeMott – Le match est terminé, tu peux dégager maintenant.

Goldust – Tu penses qu'Edge voudra m'ouvrir les portes interdites ?

Booker T – Pas si tu lui brises comme moi.

Edge rejoint rapidement Lita sur le ring, et pour la féliciter, rien de mieux qu'une bonne main aux fesses et un baiser bien baveux ou les langues s'entremêlent pour un échange de salive, miam. Tout ceci a d'ailleurs le donc d'exciter notre cher Goldust qui se décide enfin à se lever de la cuisse de Booker T et rejoint le ring. Une fois encore, il se rapproche d'Edge et de Lita et propose aux deux amants de partager ensemble le fruit défendu et demande à Edge de lui ouvrir en grand ses portes mystérieuses.

Goldust – Edge, viens à moi pour que je vienne en toi. Partageons le fruit de notre conquête, ce morceau de chair qu'est ta chère tigresse Lita. Offrons nous une nuit de balbutiement ensemble. Allons conquérir l'Everest, et le septième ciel n'aura plus aucun mystère pour nous. Oooh, Edge, cède à la tenta-...

??? – Enough !

Les fans, les commentateurs mais aussi Edge, Lita et surtout Goldust se retournent instantanément vers le titantron où Claudio Castagnoli vient d'apparaitre, micro en main.



Claudio Castagnoli – I'm sick of this, and more than everything, I'm sick of you, Goldust !

Goldust – M-M-Mais qu'est-ce que-t-t-tu racontes ?

Claudio Castagnoli – Chaque semaine c'est la même chose, le même cirque avec le même clown, et j'en ai marre de voir toujours le même gag. J'en ai marre de voir un clown faire le pitre alors qu'il pourrait, non, devrait laisser sa place aux vrais artistes, comme moi. Je n'ai jamais accepter de signer dans cette fédération pour te voir confondre un ring avec un club échangiste, non. Moi, je suis là pour lutter. Et tu sais quoi ? Je vais lutter, parce que j'en ai marre de toute cette mascarade. Edge, look at me. Je te défie dans un match, toi contre moi, un contre un, dans les règles de l'art de la lutte, à Ground Zero.

Edge – Et j'accepte avec grand plaisir, Claudio.

Goldust – Q-Q-Q... What ?

Goldust est chamboulé, et quand il est chamboulé, il bafouille encore plus qu'avant, le pauvre.

Goldust – P-P-P... Pourquoi ? Je-je-je te fai-fai-faisez co-co-co-...

Claudio Castagnoli – Tu as trahis cette confiance le jour où tes pulsions sexuelles ont eu plus d'importances que notre équipe.

Goldust ne sait plus quoi faire, il frappe dans les cordes, se tape la tête avec le micro, il est presque en pleure sur le ring. Il a beau tendre la main vers Claudio, ce dernier retourne en backstages sans rien faire. Déboussolé, Goldust tente d'obtenir du réconfort auprès d'Edge et Lita mais en se retournant, c'est un putain de Spear qu'il se bouffe le Bizarre One.



Goldust est à présent hors-circuit, et Edge va enfin pouvoir passer aux choses sérieuses.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:41

Aéroport de San Juan, lundi 22 août, 14H.



Au milieu de tous ces hispaniques et/ou étrangers, nous retrouvons Carlito avec une valise, debout, portable à la main, en pleine conversation.

Carlito - Hola Orlando.

J'aurais bien voulu mettre "cousin" en espagnol, mais cousin en espagnol, ça se dit primo.

Orlando - Hola Carlito.

Carlito - Comment ça se passe à l'AWC ?

Orlando - Tout se passe comme prévu.

Carlito - Tout ?

Orlando - Absolument tout.

Carlito - Ces Américains sont trop prévisibles, mais on ne va pas s'en plaindre, that's cool for us.

Orlando - Et de votre côté ?

Carlito - Je suis sur le point d'embarquer, mais Primo n'est toujours pas arrivé.

Orlando - Qu'est-ce qu'il fout ? C'est pas le moment de déconner, Carlito.

Carlito - Je le sais parfaitement, Orlando. Je vais te laisser pour l'appeler et voir où il est. Je compte sur toi jusqu'à notre arrivée cousin, toi non plus tu ne dois pas déconner.

Orlando - No te inquietes.

Carlito raccroche et se tourne vers l'écran d'infos.



Carlito - Et merde, on va bientôt embarquer. Où il est ce con ?

Carlito appelle son frère qui décroche rapidement.

Carlito - Primo, où t'es putain ?!

Primo – Je suis en route, j'arrive dans moins de dix minutes.

Carlito - Et qu'est-ce que tu faisais pendant tout ce temps ?

Primo – Je me suis débrouillé pour t'amener une surprise avec moi. Il y a même deux surprises.

Carlito - Des surprises ? Attends une seconde, j'ai déjà pris les pommes vertes, les pommes jaunes, les pommes rouges...

Primo – Mais non Carlito, je ne parl-...

Carlito - ... les tartes aux pommes...

Primo – Carlito, je ne parle pas de pom-...

Carlito - ... les jus de pommes...

Carlito baisse son téléphone, et prend une photo avec Prasanth qui lui a gentiment demandé.



Primo – ...

Carlito - ... et j'ai même emporté les gâteaux à la pomme. Primo, ma valise est remplie de pommes, j'ai plus de pommes avec moi que de vêtements, alors qu'est-ce que tu as encore ramené ?

Primo – C'est bon, je peux en placer une, t'es sur ?

Carlito - Si.

Primo – Tu peux être content Carlito, parce que pour une fois, je ne parle pas de pomme.

Carlito - C'est quoi ces surprises, alors ? J'te préviens, j'aime pas les bananes.

Primo – C'est pas de la nourriture, Carlito. J'amène des invités de dernière minute.

Carlito - Des invités de dernière minute ? Ils sont avec toi.

Primo – Je n'ai eu qu'à leur expliquer notre projet et notre but, ils ont tout de suite acceptés et préparés leurs valises.

Carlito - Dans ce cas, tu as eu raison de te retarder de quelques minutes. That's cool.

Primo – Non Carlito, tu l'as dit toi-même, this is gonna be the coolest thing in wrestling history.

Carlito sourit, salue son frère et raccroche. C'est sur ces dernières images que la caméra se coupe. Non, vous n'en savez pas plus que la semaine dernière. Non, vous n'avez eu aucune réponse, au contraire, vous avez même de nouvelles interrogations. Mais moi, j'peux vous dire une chose. Ce qui va se passer à Ground Zero, vous ne l'avez jamais vu auparavant.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:42

Bill DeMott – Il est maintenant temps de passer au main event de ce soir avec un match par équipe. Les champions par équipe en titre affronteront deux hommes qui se cherchent depuis maintenant deux semaines, John Cena et Triple H.

Booker T – I can't wait anymore.

Bill DeMott – La question que l'on est en droit de se poser ce soir, c'est : est-ce que John Cena et Triple H seront capable de faire équipe et de travailler ensemble afin de s'attribuer la victoire ?

Booker T – C'est ce que nous découvrirons dans quelques instants.



La musique de Triple H se met en route, le King of Kings arrive.



Bill DeMott – J'ai comme un mauvais pressentiment.

Booker T – Triple H arrive sans sa tenue de lutte, j'ai comme l'impression qu'il a quelque chose à nous dire avant ce main-event. On sait que le Game n'est pas très content de son utilisation depuis quelques temps et on dirait que le match de ce soir ne semble pas être à son goût.

Bill DeMott – Je crois que nous allons avoir de la visite, décale-toi un peu.

En effet, Triple H vient de virer le commentateur espagnol pour lui prendre sa chaise et le voilà qui s'installe aux côtés de Booker T et de Bill DeMott.



Triple H – Funny, very funny.

Booker T – Quoi donc, Hunter ?

Triple H – Je ne sais pas comment est-ce que c'est vu par les autres membres de cette corporation, mais en ce qui me concerne, je crois bien avoir tout simplement battu l'Undertaker, le champion Attitude en titre, la semaine dernière. La semaine dernière, j'ai tout simplement prouvé que malgré les champions, malgré le semblant de hiérarchie et malgré ce que l'on essaie de nous vendre, que je suis bel et bien le meilleur lutteur sous contrat ici à l'Attitude Wrestling Corporation. Je viens de battre l'Undertaker, ce n'est certainement pas pour affronter la semaine suivante deux crustacés comme Gregory Helms et Daniel Bryan.

Booker T – C'est Bryan Danielson, en fait.

Triple H – I don't give a fuck.

Booker T – Et John Cena dans tout ça, tu vas le laisser lutter tout seul ce soir ?



Triple H – I don't give a fuck too. Honnêtement, je m'en moque éperdument de ce qui peut arriver à John Cena ce soir. Je refuse de faire équipe avec lui pour deux raisons. La première, vous la connaissez déjà, je viens de vous la donner et la deuxième, certainement la plus importante des deux, je refuse de partager mon spotlight avec John Cena. Je suis le mec le plus en vu ici après cette fabuleuse victoire contre l'Undertaker. Je refuse d'aider à nouveau un bon-à-rien à avoir du hype grâce à moi, grâce à mon exposition. Je l'ai fait avec plaisir avec Andy Leavine mais désormais je ne le ferai plus, que les choses soient claires. J'ai voulu être gentil, une fois, et maintenant les gars de la corporation me prennent clairement pour un con. Je ne suis pas ici pour créer de nouvelles superstars, je suis ici pour être LA superstar. Ça fait huit ans maintenant que je me bats pour mettre d'autres lutteurs en avant, ce temps est révolu. Contactez Steve Austin dès maintenant, aidez-le à trouver une solution, mais moi je ne bougerai pas le petit doigt ce soir. Je reste sur cette chaise, je regarde ce match de merde à vos côtés et c'est tout. C'est tout ce que je ferai ce soir. Je vous emmerde, j'emmerde Steve Austin, j'emmerde les fans et je ne pense plus qu'à ma gueule. J'ai bien assez donné sans avoir en retour.

Bill DeMott – Excusez-moi de vous interrompre les gars, mais Steve Austin va s'adresser à nous dans un instant.

Le titantron s'allume, Steve Austin apparaît, il se frotte le menton.

Stone Cold – Quel bordel. What ? Quel bordel. What ? Quel bordel. What ? Une crise d'adolescence en direct. What ? Je connais bien ce mec. What ? Si il dit qu'il ne luttera pas ce soir. What ? C'est qu'il ne luttera pas ce soir. What ? Heureusement que j'ai plus d'un tour dans mon sac. What ? J'ai quelqu'un de disponible pour combler les trous. What ? C'est une pisseuse. What ? Une pleureuse. What ? Une salope. What ? Je ne parle pas de Michelle McCool, non. What ? Ca fait une heure qu'il est à genou. What ? Prêt à m'en faire une. What ? Tout ça pour avoir un match. What ? Je parle bien entendu de Christian Cage. What ? Christian Cage fera ce match. What ? Christian Cage fera équipe avec John Cena. What ? Christian Cage prend la place de Triple H What ? Et quand à toi Hunter. What ? A Ground Zero. What ? Ground Zero. What ? Tu affronteras John Cena. What ? And that's the bottom line cause Stone Cold... Said so !



Bill DeMott – Triple H contre John Cena lors de Ground Zero, c'est officiel.

Booker T – Tout est bien qui finit bien finalement. Triple H et John Cena auront l'occasion de se régler leurs comptes lors de Ground Zero. Christian fera équipe ce soir avec John Cena, ce qui fait que nous aurons notre main event après tout.

Triple H – It's time to play the Game, dogs.

Le mec il a trouvé le moyen de refuser un Main-Event alors qu'il se plaignait de ne pas combattre il y a deux semaines. Y'a pas à dire, il joue vraiment pas dans la même ligue que nous.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:42

Bill DeMott – Cette fois-ci, c'est bon. On peut passer au main event de ce soir.

Booker T – Main event dans lequel nous aurions dû voir Triple H en action.

Triple H – Ne soyez pas inquiets, vous en aurez encore des occasions de me voir dans les main events de l'Attitude Wrestling Corporation. Une fois que je me serai débarrassé de John Cena, plus rien ne pourra m'empêcher de prendre le titre Attitude. On ne gagne pas un title shot lorsque l'on bat le champion, huh ?



Booker T – C'est une idée, nous en discuterons avec Steve Austin. Tu aurais pu aussi gagner un shot aux titres par équipe ce soir.

Triple H – Are you kidding me ? La division par équipe ne m'intéresse pas, encore moins avec John Cena comme partenaire. Je n'en ai rien à foutre de cette division, de ces ceintures, de cette catégorie. Ce que je veux, ce que je mérite, c'est le titre Attitude.



Triple H – Je vous jure que je claque la porte de cette organisation si John Cena a une nouvelle chance au titre avant moi. Je vous promets, de mon vivant, que personne n'aura de chance au titre tant que je serai dans le coin. Lorsque j'aurai battu John Cena, si l'on ne me donne pas le match que je mérite, vous avez plutôt intérêt à avoir une explication qui tient la route.

Booker T – Sauf que pour le moment, c'est Christian Cage le number one contender.

Triple H – Pour le moment, pour le moment...



Bill DeMott – On l'aime et on le déteste à la fois ce garçon. Il est énervant mais je ne pense pas qu'une seule personne serait contre le fait de ne plus avoir l'Undertaker comme champion. La première étape pour exterminer le ministry of darkness, c'est de récupérer le titre Attitude et c'est ce que Christian fera lors de Ground Zero, peut-être, espérons-le.

Booker T – Tout le monde est là, on va pouvoir commencer.

Bill DeMott – Main event of the evening, bitches !

» FIGHT ! «
John Cena débute le combat face à Gregory Helms. Les deux hommes ont chacun leur moment de domination, John Cena faisant parler sa puissance physique avec plusieurs bodyslam et autres suplex alors que Gregory Helms profite de sa vitesse d'exécution pour ne pas se faire déborder. Bryan Danielson prend ensuite le relais et prend l'avantage sur John Cena, attaquant notamment le dos du champ'. John Cena se sort finalement de cette longue phase de défense en contrant un bulldog par une back-suplex. Christian Cage rentre ensuite en scène et fait étalage de son move-set. Il obtient quelques comptes de deux, mais rien de bien sérieux. Cage réussit tout de même à porter un diving dropkick qui lui permet d'obtenir un autre compte de deux. Finalement, Christian fait le changement avec John Cena qui profite de la position de Bryan Danielson.



John Cena se tourne vers Triple H. You can't see me. Et il enchaîne sans plus attendre avec le five knuckle shuffle sur Bryan Danielson. Cena s'apprête à terminer le combat mais l'American Dragon contre la tentative de Cena par une guillotine. La prise est maintenue pendant plusieurs secondes mais Cena refuse d'abandonner. Il repousse même Danielson jusque dans son coin, et ce dernier fait le changement avec son partenaire, faute d'avoir pu remporter le combat. Gregory Helms, après quelques attaques, tente de porter son Shinin' Wizard, mais Cena esquive et porte un énorme Powerslam. Cena s'apprête à terminer le combat mais Christian joue l'opportuniste avec un Blind-Tag et n'a plus qu'à porter son Unprettier sur un Gregory Helms qui n'a plus la force de se défendre. Le tout, bien entendu, pour offrir la victoire à son équipe.

Triple H – Et bien messieurs, commenter ce combat à vos côtés était bien divertissant mais j'ai quelques affaires à régler maintenant. Je vous prie de m'excuser, j'ai un John Cena à fouetter.

Booker T – Come on Hunter, not now.

Trop tard. Triple H quitte la table des commentateurs et monte sur le ring. Il attrape Gregory Helms et le balance par dessus la troisième corde. C'est au tour de Bryan Danielson d'y passer maintenant. Christian, lui, préfère quitter tranquillement le ring. Ces histoires-là ne le regarde pas. John Cena essaie de discuter avec Triple H mais...



... Triple H saute sur John Cena sans sommation. Les coups pleuvent dans tous les sens et les deux hommes s'en donnent à coeur joie. John Cena fait basculer Triple H pour lui porter des coups à son tour mais Triple H repasse par dessus. Les deux hommes se chamaillent comme des enfants au centre du ring sous le regard rêveur de tous les fans de lutte qui ne peuvent plus attendre Ground Zero. John Cena parvient à repasser dessus Triple H mais il se relève, prêt à placer le STF. Triple H se dégage rapidement, il balaye les jambes de John Cena et essaie de lui porter la prise en quatre. John Cena, très malin, préfère quitter le ring et battre en retraite. En effet, à quoi bon ? Ground Zero est là pour ça. Les deux hommes se regardent, ils n'en resteront pas là, soyez-en certain.




Booker T – I can't wait, i can't wait !

Bill DeMott – Je ne sais pas comment est-ce que tu ressens les choses Booker, mais j'ai comme l'impression que Ground Zero sera un véritable bain de sang.
avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Stone Cold Steve Austin le Lun 22 Aoû - 17:43

Le Main Event est terminé, et le show est sur le point de s'achever mais nous retrouvons Austin en backstages. Il va falloir attendre encore quelques secondes avant de rendre l'antenne.



Stone Cold – Qu'est-ce que c'est que cette merde ?

Austin arrive devant un groupe d'agents de sécurités à terre, complètement ko. Que s'est-il passé ici ? Nul ne le sait, mais cela ne plait guère à Austin qui continue son chemin jusqu'à l'entrée du parking où il aperçoit un autre groupe d'agents qui ont été tabassés.

Stone Cold – Putain, c'est pas possible. C'est quoi ces pétasses qui sont incapables de garder une porte pendant une heure et demi ? Kurt va prendre mon pied au cul, il m'avait assuré que c'était des tueurs ces mecs là. Mon cul, j'leurs pisse dessus.

Voilà qui est dit. Steve continue donc sa route et ouvre une porte qui lui donne accès au parking. Il fait quelques pas en avant avant qu'un énorme claquement se fasse entendre.



Stone Cold – Putain de vent qui claque les portes.

Et comme si tout cela ne suffisait pas, voilà que les lumières du parking se mettent à gréssiler. Et puis, plus rien, le noir complet. Les lumières ont toutes explosé d'un coup, sans prévenir. Au loin, on entend plusieurs crissements de pneus.

Stone Cold – Okay, très bien. J'crois que j'vais commencer par péter la gueule de l'électricien. Bordel, et j'fais comment pour avancer dans le noir moi maintenant ? J'suis pas nyctalope moi.

Finalement, le salue de Steve vient des phares d'une voiture qui s'allument. Étrangement, cette voiture ne démarre pas.

Stone Cold – Putain, ils pensent que j'suis Cena ? Bordel, c'est quoi tout ce merdier ?

??? – C'est ton propre merdier, Steve.

Stone Cold – Et si tu te montrais que j'te montre le merdier que j'peux foutre sur ta gueule ?

??? – Je suis juste à ta droite, Steve.

Austin tourne la tête sur sa droite et aperçoit, assise sur une belle grosse moto, Michelle McCool.



Michelle McCool – Alors Steve, je ne suis pas assez sexy pour faire partie du show ? Je ne suis pas assez salope pour rentrer dans les critères que tu recherches ?

Stone Cold – Tu correspond à un seul critère, celui du trottoir d'en face. Où est l'Undertaker ?

Michelle McCool – Qu'est-ce qui te dit que je ne suis pas venue seule, avec cette belle moto ?

Stone Cold – Parce que dans ce putain de monde, il n'y a que deux hommes capables de déboiter toute une sécurité à mains nues. Le premier, c'est moi. Et le deuxième, c'est ton putain de mari. Et comme j'ai rien à voir avec tout ce putain de bordel, j'en déduis que le Taker n'est pas bien loin.

??? – Je ne te savais pas si perspicace, Austin.

Austin tourne la tête à gauche cette fois-ci pour y apercevoir l'Undertaker près de la voiture, avec Paul Bearer à l'intérieur qui appuie sur le klaxon.

Stone Cold – T'es un beau fils de pute, Taker.

The Undertaker – T'es pas mal non plus dans ton genre. Oui, parce qu'il faut être un grand fils de pute pour nous interdire l'accès à l'arena.

Austin, le poing serré, semble très en colère de voir l'Undertaker alors que l'accès à l'arena lui avait été formellement interdit par Austin lui-même en début de soirée.



Stone Cold – J'vais lui faire bouffer sa médaille à Kurt, moi.

The Undertaker – Ne le blâme pas, la sécurité était de très bon niveau, j'ai eu du fil à retordre. La personne que tu dois blâmer ici, c'est toi Austin pour nous avoir empêché d'entrer librement.

Stone Cold – Fais moi penser à t'envoyer une lettre la prochaine fois, je t'éviterai le déplacement.

The Undertaker – Alors c'est comme ça que tu prends les choses ? Ton champion a été interdit d'apparaitre et de lutter ce soir, et tu trouves le moyen de jouer avec moi. Tu es incorrigible, Austin, et c'est bien ça ton problème.

Stone Cold – J'en discuterai avec mon psy autour d'une bonne bière.

The Undertaker – Pourquoi est-ce que tu réagis comme ça, Steve ? Nous ne te voulons aucun mal, nous voulons juste mettre la main sur cette fédération. Tu n'as jamais été une de nos cibles, enfin jusqu'à ce que tu décides de nous mettre des bâtons dans les roues.

Stone Cold – La prochaine fois, écarte le cul, je te le mettrai ailleurs que dans les roues, le bâton.

Austin est limite en train de se faire menacer mais non, il s'en moque royalement et continuer son trash-talkin', quel homme.



The Undertaker – Cela te dérangerait de parler d'homme à homme, l'espace de deux minutes ?

Stone Cold – Le seul homme que j'vois ici, c'est moi. Autour, je vois une pétasse, un fou échappé d'une asile qui appuie sur un klaxon et un connard qui se croit à halloween.

The Undertaker – Dis-moi Austin, ne chercherais-tu pas à cacher ta nervosité derrière ce trash-talking ? Est-ce que tu ne chercherais pas une échappatoire alors qu'il n'y en a pas ?

Stone Cold – Moi, avoir peur ? Attends, je dois rire... Haha ha. Tu sais quoi ? La seule chose dont j'ai peur, c'est de ne plus avoir de bière dans mon frigo en rentrant à la maison ce soir.

Vous savez de quoi j'ai peur, moi ? Que forumactif fasse une nouvelle maintenance au moment où je dois poster mon segment en partie booking.



Michelle McCool – Tu devrais avoir peur, pourtant.

Stone Cold – D'une salope comme toi ? Non merci, j'suis pas intéressé.

Michelle McCool – Pourtant, tu devrais.

Austin regarde bizarrement Michelle McCool qui lui fait un sourire mi-coquin, mi-toij'viensdetebaiserlagueule. Steve ne semble pas bien comprendre alors que Paul Bearer démarre la voiture. Austin a juste le temps d'esquiver la voiture qui vient s'encastrer dans la voiture de Bill DeMott. Seulement, en se relevant, Steve se fait immédiatement remettre au sol après un coup de pied de biche de Kevin Thorn au niveau de la nuque. Il n'en faut pas beaucoup plus à Thorn, aidé par Ariel, pour ligoter Stone Cold et le mettre dans le coffre de la voiture conduite par Paul Bearer. Thorn et Ariel montent dans la voiture alors que l'Undertaker monte sur sa moto, avec Michelle McCool juste derrière lui. Le ministère des ténèbres quitte l'arena comme si de rien n'était. Et Stone Cold Steve Austin vient de se faire kidnapper, mais pas d'inquiétude. Non, personne est au courant, on vient de perdre le boss, mais tout va bien. Attitude huitième du nom, ça va être un carnage.

avatar
Stone Cold Steve Austin

Messages : 488
Age : 53
Lutteur Incarné : What ?
Attitude : 3:16

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #7.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum