Attitude #8.

Aller en bas

Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 20:55

Le show n'a pas encore débuté mais pour nous, à présent, cela devient une habitude de mettre nos lutteurs favoris en scène avant même que le spectacle ne soit commencé. Voilà pourquoi nous retrouvons Kurt Angle, bien décidé à faire remonter sur les rings Shawn Michaels, qui rentre dans la loge de Trish Stratus, sans frapper.

Kurt Angle – Dieu merci tu es ici. J'ai besoin de toi, tu es-... Oups, je crois que je dérange.

Trish Stratus – Ta maman ne t'a jamais apprise à frapper aux portes ?



En effet, Trish sort tout juste de la douche et semble encore loin d'être prête. Elle est même seins nues, et ils sont recouverts par une simple serviette.

Kurt Angle – Ma maman m'a seulement apprit à faire des pancakes.

Trish Stratus – C'est super... Heu, Kurt, je sors de la douche là, et je suis à moitié nue.

Kurt Angle – Moi aussi je sors de la douche, quelle coïncidence.

Kurt s'assoit sur un banc, et visiblement il ne semble pas disposé à quitter la pièce pour le moment, même si Trish est la poitrine nue devant lui.

Trish Stratus – D'accord... Bon, alors qu'est-ce que je peux faire pour toi, Kurt ?

Kurt Angle – En dehors de toutes les propositions indécentes qui se chamaillent dans ma tête, qu'est-ce que tu dirais de me sauver la vie ?

Trish Stratus – Ça tombe bien, j'ai apporté mon costume de wonder-woman dans mon sac.



Kurt Angle – Ecoute, je sais que ce n'est pas quelque chose de facile pour toi, tu as déjà beaucoup de travail, tu en as encore en plus depuis que Steve a disparu et je viens encore t'en rajouter, mais tu es mon dernier espoir pour ramener Shawn Michaels sur les rings. Je ne sais plus quoi faire, j'ai déjà tout tenté. Je suis venu lui demander en personne, en homme, sur le ring, et il a refusé. J'ai demandé à ses meilleurs amis de lui adresser un message pour le convaincre, mais cela ne semble pas suffire. J'ai même demandé à Steve de le convaincre, mais il refuse toujours. Je ne sais plus quoi faire, je n'ai plus d'idée. J'ai besoin de toi, Trish, tu es la seule qui puisse encore faire changer d'avis à Shawn.

Trish Stratus – Cela ressemble à une mission difficile.

Kurt Angle – Ce n'est pas mission difficile, Trish, c'est une mission impossible.

Il y a du Ethan Hunt en Kurt Angle.

Trish Stratus – Si c'est mission impossible, comment espères-tu que je réussisses ?

Kurt Angle – Je te connais, Trish. Je t'apprécies beaucoup, je connais tes qualités, physiques et humaines, et tu as surtout le goût de l'effort. Tu sais aussi bien que moi que tu ne renonces jamais avant d'avoir essayé, au moins une fois. Et je pense sincèrement que tu es la seule qui puisse convaincre Shawn.

Trish Stratus – Kevin, Marty, Hunter, Steve et même toi vous n'avez pas réussi à le convaincre, alors pourquoi est-ce que moi je pourrais ? Je ne suis pas quelqu'un de très proche de Shawn dans la vie, pourquoi il m'écouterait moi et pas vous ?

Kurt a toujours des plans bien ficelés, et il a donc toujours des réponses à apporter, même à la question que vient de poser Trish.



Kurt Angle – Parce que tu es une femme, et que c'est le point faible de Shawn.

Trish Stratus – Et tu veux te servir de moi parce que je suis une femme ?

Kurt Angle – C'est à peu près ça, oui. C'est une superbe idée, hein ?

Trish Stratus – Il y a juste un hic dans ton plan, Kurt. Qu'est-ce qui te laisses penser que je vais accepter ? Et supposons que j'accepte, même si cela ne me plait pas d'envisager cette solution malgré le fait que je voudrais moi aussi revoir Shawn sur les rings, Shawn n'est pas ici ce soir.

Kurt Angle – Quoi ? Mais attends une seconde, c'était pas prévu du tout ça dans mon plan. Non, non, non, il doit y avoir un souci quelque part, c'est pas marqué dans le script ça.

Kurt sort de sa poche un morceau de papier où il a griffonné ce qui ressemble à son plan. Le pauvre, il n'avait pas prévu cela.



Kurt Angle – C'est la fin, je ne peux plus rien faire. J'ai mis une semaine à mettre ce plan en oeuvre, et voilà qu'il s'évapore en quelques secondes. Il était pourtant infaillible, et ce plan permettait même à Shawn d'enfiler un nouveau nickname, j'avais pensé à tout.

Trish Stratus – Qu'est-ce que tu veux dire par un nouveau surnom ?

Kurt Angle – Si le plan s'exécutait à la lettre, Shawn se serait vu affubler d'un tout nouveau surnom : The TSBBB.

Trish Stratus – The TSBBB ?

Kurt Angle – Oui, the Trish Stratus Big Breast Breaker. Cela collait parfaitement, en plus.

Trish Stratus – Ton plan c'était... Ma poitrine ?

Kurt Angle – Quand on a épuisé toutes les idées disponibles pour convaincre, il faut parfois revenir aux sources, et sur ce qui peut convaincre un homme. Des fois, il ne faut pas regarder beaucoup plus loin que le bout de son nez. Mais tant pis, je n'ai plus qu'à rentrer chez moi, faire un câlin à mes enfants et leur dire que leur papa est un perdant qui prend sa retraite, car il est trop vieux pour réussir à sortir de chez lui sans échouer dans ce qu'il fait.

Alors qu'il est sur le point de se lever, Kurt se ravise et son visage change du tout au tout.



Kurt Angle – Attends une seconde. Où habite Shawn ?

Trish Stratus – A San Antonio. Pourquoi ?

Kurt Angle – Vu qu'il n'est pas ici ce soir, il est chez lui ?

Trish Stratus – Certainement, enfin je suppose.

Kurt Angle – Est-ce qu'il y a un aéroport près d'ici ?

Trish Stratus – Oui, il y en a un à environ quinze minutes en voitures. Mais pourquoi est-ce que tu me poses toutes ces questions, Kurt ? Tu as une idée ?

Kurt Angle – Je dois m'acheter un billet. Est-ce que tu as de l'argent à me prêter ? Je te rembourserai rapidement, c'est promis.

Trish Stratus – Jette un coup d'oeil dans mon sac. Mais dit moi à quoi tu penses ?

Kurt est bien trop excité pour ouvrir la bouche, il semble revivre depuis quelques secondes. A-t-il un nouveau plan ? En tout cas, voilà qu'il ressort plusieurs billets du porte-feuille de Trish et se dirige vers la porte qu'il entre-ouvre avant de se retourner vers Stratus.

Kurt Angle – Merci beaucoup, Trish. By the way, c'est plutôt malin de cacher ton porte-feuille au milieu de tes soutien-gorges.

Angle quitte la loge et finalement, Trish se retrouve seule et ne sait même plus quoi faire. Mais son regard et son visage manifestent une expression mi-enjouée mi-stupéfaite.



Trish Stratus – Il est vraiment incroyable !

Et nous, on a plus qu'à espérer que le show soit sur le même rythme que ce segment, endiablée, fun et plein de questions. Attitude, number eight c'est maintenant.

avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:06

IT WAS LAST WEEK.
...
ATTITUDE NUMBER SEVEN, LIVE FROM PITTSBURGH.



Kurt Angle fournit des équipes de sécurité à Stone Cold afin d'empêcher la Ministry de rentrer dans l'arène, lui demandant en échange de convaincre Shawn Michaels de lutter contre lui lors de Ground Zero.



Alors que les Dudleys manient le bluff avec maestria pour convaincre les champions de les affronter à Ground Zero, Austin calme les ardeurs en annonçant à chaque camp le match qu'il disputera ce soir.



La Ministry tente cette fois-ci de s'attaquer au jeune Andy Leavine, blessé. Mais, pas de chance pour Ariel et Thorn, puisque l'ange gardien d'Andy, Trish Stratus, vient à sa rescousse et le tire de ce mauvais pas.



Steve Austin tient sa promesse et va parler à Shawn. Seulement voilà, ce dernier n'a toujours pas changé d'avis, et malgré les tentatives de son patron, il refuse toujours de remonter sur le ring le 11 septembre. Dommage pour Kurt !



Après avoir remis en place son ancien élève, Low Ki, qu'il considère aujourd'hui comme une lopette, Homicide remporte son combat, montrant ainsi qu'il est un dominant, et qu'il a largement la carrure pour toucher l'or ici.



Peu après, Gregory Helms et Bryan Danielson coûtent la victoire aux Dudleys Boyz qui, fous de rage, leur déclarent la guerre absolue ! La tension monte, et Ground Zero risque d'être un sacré massacre, surtout pour cette confrontation.



Paraissant très fair-play, voire même trop, Shelton Benjamin vient en aide à son rival, Alberto Del Rio, en le débarrassant des services de l'immigration, les empêchant ainsi de le ramener au Mexique. Leur match pour le titre est donc maintenu !



Perdant, trahi et humilié, Goldust les ramasse toutes. En effet, après sa défaite, il se voit abandonné par son partenaire, Claudio Castagnoli, puis subit un Spear de la part d'Edge, accompagné de Lita, qui remportèrent ce combat.



Après un superbe tag team match se terminant sur la victoire de Cena & Christian, Triple H, venu commenter la rencontre, et John ne peuvent pas s'empêcher de sauter l'un sur l'autre. La tension monte, ici aussi, elle sera bientôt palpable.



Après avoir repoussé les services de sécurité de Kurt Angle, la Ministry parvient, audacieusement, à rentrer dans l'arène, à neutraliser Stone Cold Steve Austin, et à l'enlever. La AWC vient de perdre son boss, c'est la panique à bord !




AND NOW, ATTITUDE CONTINUES
...
THIS IS ATTITUDE NUMBER EIGHT, FROM NEW YORK CITY, NY.
avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:06

ATTITUDE WRESTLING CORPORATION.



IT'S TIME TO CHOOSE THE RIGHT ATTITUDE.



« GIVE ME A HELL YEAH ! »

UNLEASH HELL.



« YOU LITTLE SUMBITCH ! »

AUSTIN 3:16 JUST WHOOPED YOUR ASS.



« WHAT ? »

THIS IS A NEW WRESTLING ERA.



« WHAT ? »

HOSTED BY THE TEXAS RATTLESNAKE, BEER DRINKER...



« THE TOUGHEST SUMBITCH OF WRESTLING HISTORY ! »

STONE COLD STEVE AUSTIN !



« OH HELL YEAH ! »

ARRIVE, RAISE HELL, LEAVE.



« WHAT ? »

THIS IS NOW...



« AND THAT'S THE BOTTOM LINE... »

THIS... IS... ATTITUDE !



« CAUSE STONE COLD SAID SO ! »
avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:07

Je sais que comme chaque semaine, vous l'attendez ce putain de show. Je sais que comme chaque lundi soir, vous avez le cul vissé sur votre chaise et les yeux collés à votre ordinateur, non pas pour voir si vous avez des nouvelles demandes d'amis sur facebook, non pas pour voir combien vous avez eu de "j'aime" sur un commentaire de merde, une photo ou encore une chanson plus pourrie que les vannes de Killiom, non pas pour voir les conneries que les gens peuvent écrire sur twitter, non pas pour voir si Gumpy va encore clasher cette pauvre Aurélie, dont tout le monde parle à chaque intro' alors que rares sont ceux qui la connaissent vraiment, non pas pour voir si BES va arrêter de fumer et pratiquer le sport de chambre, même si on l'aime c't'enculé que j'vais affronter pour le sixième fois ce soir (3 à 2 en sa faveur, si jamais ça intéresse quelqu'un), non pas pour voir si Pra' a affiché sa photo avec Carlito dans sa chambre ou pas encore, non pas pour voir quand est-ce que Jé' va se décider à chopper de la meuf, non pas pour voir S.A.S. parler d'équipes et de joueurs belges dont on a jamais entendu parler, non pas pour savoir si Ry' a donné une claque à JaX, non pas pour voir si Al' va pour une fois booker avant le lundi, mais bel et bien pour lire ce putain de show, mais bel et bien pour lire Attitude #8. Un beau pavé et une phrase de plus de dix lignes pour commencer un show, y a que ça de vrai.



Hammerstein Ballroom, in Manhattan Center... pour certains, ce nom évoque One Night Stand 'O6 et ce classic match entre RVD et Cena, pour d'autres, ce nom leur rappelle la fédération de leur coeur, E-C-FUCKIN'-W ! Oui, l'Hammerstein Ballroom, c'est ces deux choses, mais c'est aussi une salle mythique qui a accueilli les plus grandes fédérations tels que la WWE, l'Impact Wrestling, ex-TNA, mais aussi la ROH et bien évidemment, comme dit plus tôt, l'ECW, la vraie, la seule, l'unique. Cette salle a aussi accueilli de nombreux concerts et des stars comme Kanye West et Rihanna, dédicace à Jo', sont passées par là. Mais au final, on s'en fout de tout ça, parce que ce soir, Attitude va offrir à cette salle le meilleur show et la meilleure ambiance depuis sa création, soit il y a plus d'un siècle, en 1906. Je ne sais pas si le show sera plus beau que le cul de Rihanna, mais on va essayer de relever le défi.

« WE WANT AUSTIN ! WE WANT AUSTIN ! WE WANT AUSTIN ! »

Oui, les chants ont changé cette semaine. Pourquoi ? Tout simplement parce que tout le monde a su ce qui était arrivé à notre boss adoré, Stone Cold Steve Austin, la semaine dernière. Les chants passent de "We want Austin" à "Ministry sucks !", pour ne prendre que le plus poli, avant de revenir à "We want Austin". Nul doute que si quelqu'un aperçoit l'Undertaker et sa bande, ces derniers vont se faire démolir bien comme il faut. La foule est en forme ce soir et si on met de côté les bagarres, les alcooliques qui sont venus en grand nombre ce soir pour soutenir Austin, les gonzesses nues qui font tourner leur soutien-gorge en plein milieu de la foule, les insultes qui fusent entre fans de Triple H et fans de John Cena, autant dire que ça ne vole pas plus haut que "j'vais le dire à ma maman" pour ces derniers, sauf que certains ne le remarquent pas mais c'est leurs propres mères qui les insultent ! Enfin bref, si on met de côté tout ça, on devrait passer une soirée sans dérapages, ouais.

« WE WANT AUSTIN ! WE WANT AUSTIN ! WE WANT AUSTIN ! »

Alors que le show va commencer dans quelques minutes, la caméra va faire un tour en coulisses, comme d'hab'. Et ce soir plus que n'importe quel autre soir, elle a eu raison d'aller faire un tour, parce qu'en ouvrant une porte par hasard, on trouve Trish en train de faire un strip-poker avec Joel Gertner. Imaginez la scène.



Bien évidemment, le manager des Dudleys est excellent à ce jeu et a beaucoup de chance, Trish se retrouve rapidement en sous-vêtements. Mais malheureusement pour Joel et pour nous, cette dernière est obligée de partir, parce qu'elle doit gérer un show avec ses camarades de la Corporation. Surtout que ce soir, Austin n'est pas là, ils ont donc deux fois plus de boulot ! Elle se rhabille et s'en va, devant un Joel Gertner totalement fou de rage. Il était à deux doigts de voir Trish totalement nue, putain !

« WE WANT AUSTIN ! WE WANT AUSTIN ! WE WANT AUSTIN ! »

Vous l'avez deviné, il est maintenant l'heure d'aller les voir. L'un vient juste de commenter Cold alors que l'autre l'a géré de A à Z. L'un est un six times World Champion, alors que l'autre est un mec qui forme des World Champions. Ils se sont rencontrés à tough enough et ce duo est tellement efficace qu'on les a foutu ensemble à la table des commentateurs de l'AWC, voila Bill DeMott et Booker T !



Ne vous fiez pas à ce sourire, Bill et Booker ne sont pas vraiment de bonne humeur. Ils sont plus que jamais remontés contre le Ministry et veulent venger leur pote, Austin. Mais malgré tout, ils essayent de faire leur job de commentateurs comme il le faut.


Booker T – Welcome to Attitude, niggas' !

Bill DeMott – Bonsoir à toutes et à tous. C'est avec regret que j'mange ce sandwich poulet-mayo-ketchup-crudités ce soir, parce que ces enculés de le Ministry nous ont dors et déjà niqué la soirée, après avoir kidnappé Steve, la semaine dernière.

Booker T – Mais on fera tout ce qu'on pourra pour ramener Steve, on sait que le Ministry est présent ce soir, parce qu'il a un combat. Et s'il faut botter le cul de tous ses membres pour retrouver Steve, vous n'avez pas à vous inquiéter dawgs, on le fera et avec grand plaisir !

Bill DeMott – Mais arrêtons de parler de ces gonzesses et parlons de ce qui nous attend ce soir, mis à part le bottage de cul du siècle !

Booker T – Entre les Dudleys qui ont déclaré la guerre à the Greatest Alliance, John Cena et Triple H qui ne peuvent plus se voir sans vouloir casser la gueule de l'autre, Christian Cage, qui au milieu de tout ce bordel, continue son chemin et sa série d'invincibilité et Alberto Del Rio, qui est toujours recherché pour être expulsé du pays, on va être servi, ce soir !

Bill DeMott – En parlant de Del Rio, où est-ce que Steve a foutu son certificat de travail ?

Booker T – Je ne serais pas étonné de le retrouver au milieu du bordel qu'il y a sur le bureau de Steve. Mais actuellement, ce n'est pas le plus important.

Bill DeMott – Right.

Ouais, ils en ont rien à foutre des problèmes de Del Rio. Et moi, j'suis sur que la plupart des membres n'en ont rien à foutre de l'intro'.
avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:07

Vous en avez rien à foutre mais vous allez quand même commencer à lire à partir d'ici. En effet, c'est maintenant que ça devient important. Le public du Ballroom continue à se faire entendre même après l'arrivée des commentateurs, chose inédite.

« WE WANT AUSTIN ! WE WANT AUSTIN ! WE WANT AUSTIN ! »

Booker T – Il va falloir faire débuter ce show Bill.

Bill DeMott – Je te donnerais bien raison mais...

« WE WANT AUSTIN ! WE WANT AUSTIN ! WE WANT AUSTIN ! »

Bill DeMott – Ces gens là veulent qu'on leur réponde.

Ils veulent une réponse ? Et bien Bill semble être prêt à leur répondre. Le gros monsieur (chuut...) se lève de son siège sous le regard de Booker T, plongé à la fois dans l'incompréhension et dans l'impatience. DeMott fait signe au public de New York de baisser des tons, demande un micro au timekeeper, et grimpe dans le ring.



Bill DeMott – Well... Il y a quelque chose qu'on ne pourra jamais enlever à cette salle, cette envie, cette volonté. Vous vous exprimez, et vous avez le droit à avoir une réponse concrète de notre part. Nous voulons tous la même chose, right ?

« WE WANT AUSTIN ! WE WANT AUSTIN ! WE WANT AUSTIN ! »

Bill DeMott – Ces images, on les a tous vus, elles nous ont tous attristés, et surtout, elles nous ont tous donnés envie de botter le cul de ces connards de vampire, mort-vivant, et autre pute venue d'autre tombe ! Ouais, ce soir j'aimerais vous dire qu'on a retrouvé Steve, qu'il ait juste derrière, en backstage, et qu'il attend simplement le bon moment pour leur faire bouffer cette voiture par le cul. Malheureusement, ce n'est pas le cas. Ni moi, ni Trish, ni Booker n'avons des nouvelles de Steve.

Grosse déception dans toute la salle. Nous ne verrons donc pas sa boule à zéro ce soir, ça va nous manquer.

Bill DeMott – Oui, il ne sera pas là ce soir, mais vous avez payé vos places, et vous êtes venus pour voir du spectacle. A l'Attitude Wrestling Corporation, on a pas dans nos habitudes de prendre nos fans pour des cons, alors bien sûr que oui, nous allons proposé un show ce soir ! C'est exactement ce qu'il aurait voulu lui, pour cette fédération dans laquelle il a mis tout son cœur. Pour autant, il est hors de question de tout oublier, de faire comme si de rien n'était. J'aime pas qu'on bousille ma voiture, j'aime pas qu'on kidnappe mon patron, et c'est ce qui s'est passé. Un bordel inadmissible ! Maintenant, c'est à nous de leur répondre, la balle est dans notre camp, dans le mien. Oui, c'est moi qui prend les commandes du show en l'absence de Steve, et je compte pas faire la potiche d'intérimaire. Ma première décision, c'est que l'Undertaker et sa bande auront à s'expliquer s'ils veulent pouvoir continuer à se balader en backstage. De vrais explications, devant une membre de la Corporation, devant Trish Stratus, herself.

De la déception, on passe à l'ovation. Cette semaine, on leur rentre dedans.



Bill DeMott – On va pas les laisser nous emmerder, on va leur répondre, on va leur pourrir la vie ! On va tirer cette affaire au clair, et rapidement, mais en attendant, on va les faire suer ces chiens ! Ma deuxième décision, elle est clair, c'est de faire combattre l'Undertaker, right here, right now ! Prêt ou pas, j'en ai rien à foutre, lui et sa petite copine de Kevin Thorn ont intérêt à se ramener tout de suite, et à être en forme. Pas un, pas deux, mais trois adversaires, trois nouveaux qui ont les crocs ! Three on two handicap match !

Jack Swagger, Cody Rhodes, et Husky Harris pour plus de précisions. Pour les anciens fans de la ECW, ça reste du Stamford's shit, mais en masse.



Bill DeMott – You wanna test us ? Now it's your turn Taker, come on biatch !

Là par contre, le public est d'accord. Booker jette son micro et descend du ring sous les applaudissements, du public et de Booker T, qui hoche la tête.

avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:07

Après nous avoir placé cette annonce avec la classe qui va avec, Bill dépose son micro sur le ring et descend les escaliers en direction de son compère, Booker T.

Booker T – La grande classe Bill. Tu veux envoyer le Ministry dans un match handicap, mais tu penses vraiment que ces trois types ont de quoi mettre en difficulté l'Attitude Champion ?

Bill DeMott – Comme tu le sais très bien Booker, c'est moi qui gère Cold. J'ai envoyé ces gars se faire la main en équipe là bas, et pour moi ils ont bien suffisamment les crocs pour envoyer ne serait-ce qu'une droite à cette vieille pute d'Undertaker.



Booker T – En tout cas c'est une belle occasion de bien débuter dans le Main Roster que tu leur offres, en cas de victoire.

Bill DeMott – Surtout une occasion d'arrêter de livrer des matchs merdiques et inutiles pour se rendre un peu utile à leurs patrons et à leur fédération.

Husky Harris, Coy Rhodes et Jack Swagger sont désormais tout les trois dans le ring. Après quelques regards suspicieux, il se sert finalement tout les trois la main, quand les lumières de l'arène s'éteignent toutes, tour à tour. Un petit coup de cloche, et voilà les silhouettes de l'Undertaker, de Kevin Thorn et d'Ariel qui apparaissent sur la rampe.



Bill DeMott – Toujours ce même bordel. Ils peuvent pas simplement rentrer dans le ring sans faire mumuse avec la lumière ces gothico-connards ?

Booker T – The Undertaker cherche à faires les choses en grand, mais si tu veux mon avis, il est allé trop loin. Christian Cage aura la chance de pouvoir lui enlever son titre et ses projets de dégénérés de la tête, mais d'ici Ground Zero, j'espère qu'on pourra faire confiance à tes jeunes.

Bill DeMott – Ils tiendront au moins le temps de les emmerder un peu. J'espère.

» FIGHT ! «
Ariel et Dusty Rhodes sont en ringside, l'Undertaker, Cody Rhodes et Jack Swagger derrière les cordes. C'est donc Thorn et Harris qui débute ce match et le vampire commence fort en enchainant les droites. Il réussit à mettre son adversaire à terre et le roue de coup, avant que celui-ci qui s'autoproclame Grizzly finisse par se réveiller. Il repousse Thorn et le charge avec une Clothesline, puis une deuxième. Projection dans les cordes, Back Body Drop, et tag avec Swagger qui le réclamait. Le blondinet se glisse sur le sol pour travailler sur Thorn et l'épuiser, ce qu'il fait plutôt bien. Il étreint les abdo du membre du Ministry of Darkness mais celui-ci finit par se dégager avec des coups de coude, et obtient le Tag avec le Deadman himself. Il rentre directement dans le vif du sujet en assénant un bon gros Big Boot à Swagger, qui se relève péniblement et se fait prendre en position pour le Tombstone Piledriver ! C'est déjà fini... mais non, Rhodes rentre dans le ring et fait chuter le mort vivant avec un Dropkick directement dans le bas de son dos ! The All American American fait officiellement le tag avec le fils Rhodes qui se rue sur le Taker à coup d'avant bras. Snap DDT maintenant, 1, 2, non ! Cody s'acharne, mais projeté dans les cordes, il se fait stopper par un uppercut du Phenom. Sa cible au sol, il prend de la vitesse dans les cordes et porte sa Running Legdrop ! Mais Rhodes s'est retiré ! Il bondit vers son coin pour faire le tag avec Husky Harris, qui rentre comme une furie et fait chuter sa cible avec un Spinning Wheel Kick !

Bill DeMott – Je t'ai bien dit que ça allait le faire !

Booker T – Il faut qu'il enchaine, il faut qu'il enchaine sucka' !

Harris semble pourtant prendre son temps, malgré les encouragements du père Dusty. Il attend que l'Undertaker se relève en haranguant la foule, dont il n'obtient que des huées suite à son statut de WWE Made, avant de se projeter dans les cordes pour une nouvelle prise... Mais il se fait stopper lui aussi ! Le Taker le tient par la gorge et... Chokeslam ! Rhodes fonce dans le ring pour venir en aide mais se fait lui aussi attraper... Chokeslam, et de deux ! Il se couche sur Harris, 1, 2, 3... Non, il s'est dégagé ! C'est au tour de Kevin Thorn d'entrer dans le ring, mais il se contente de repousser le corps du fils Rotunda jusqu'à son coin, il appelle Jack Swagger ! Timidement, le All American fait le tag avant de chercher le vampire. S'engage une épreuve de force, remporté par Thorn qui porte une Suplex. Son adversaire se relève rapidement et réagit, réussissant à quelque peu décoller Thorn du sol, mais c'est ce dernier qui passe dans son dos, et le fait glisser en position pour porter le Crucifix Powerbomb ! La prise est porté, et Thorn invite son maitre à rentrer dans le ring pour faire le tombé. Le Ministry est hautain, et cela n'est pas au gout de Rhodes, le père, qui en ringside, vient tirer sur la jambe du Deadman ! Celui-ci, à peine désorienté, passe son bras par dessus la troisième corde, le prend par la tête et le rejette vulgairement à l'intérieur du ring. Ceci fait, il retourne au centre du ring pour venir porter ce dernier tombé. 1, 2, 3, le Ministry s'en sort avec une nouvelle victoire.



Bill DeMott – Bon dieu de merde...

Booker T – Il faudra apparemment faire plus qu'un match handicap avec des lutteurs du bas de carte si on veut les éjecter du show pour son bon déroulement.

Bill DeMott – C'est bien pour ça que je vais continuer à leur pourrir la vie Booker. C'était que le début, tu peux me croire. Ils ont voulu la guerre, ils l'ont.
avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:09

Une fois n'est pas coutume, ce n'est pas la journaliste qui a demandé au lutteur une interview mais c'est le lutteur qui a demandé à la journaliste un temps de parole. Nous ne présentons plus John Cena. Nous ne présentons plus son histoire. Retrouvons Trish Stratus, depuis les coulisses.

Trish Stratus – Ladies and gentleman please welcome my guest at this time... John Cena.



John Cena, la mine fermée, semble toujours être dans ses pensées.

John Cena – Hi Trish, hi.

Trish Stratus – John, il est important de préciser que c'est toi qui a demandé cet instant au micro, dit-nous exactement de quoi est-ce que tu veux nous parler ce soir.

John Cena – De l'homme qui a essayé de me tuer.

Trish Stratus – N'est-ce pas un peu exagéré ?

John Cena – Non.

Trish Stratus – Tu es en train de nous dire que tu sais qui t'a renversé avec sa voiture le mois dernier ? Donnes-nous un nom.



John Cena – Triple H.

Trish Stratus – Triple H ?

John Cena – Toutes les pistes, toutes les recherches, toutes mes investigations se dirigent vers un seul et unique homme. Et cet homme, ou plutôt ce lâche, c'est Triple H. Les vieux démons d'Hunter n'ont jamais été bien loin, finalement. Je n'ai malheureusement aucune preuve matérielle de ce que j'avance mais il suffit de se pencher sur la question quelques instants pour en tirer ses propres conclusions.

Trish Stratus – Explique-nous.

John Cena se tourne vers la caméra, afin de directement s'adresser à Triple H.



John Cena – You want a piece of me Hunter, huh ? You want my death ? Try again ! Je comprends mieux pourquoi est-ce que tu es si distant avec moi. Je comprends mieux maintenant pourquoi est-ce que tu t'en es verbalement pris à moi sans aucune raison il y a trois semaines. Je comprends mieux pourquoi est-ce que tu n'as pas voulu faire équipe avec moi la semaine dernière. By the way, merci d'avoir refuser le match, ton absence m'a permis d'obtenir une nouvelle victoire. Et surtout, surtout, je comprends mieux pourquoi est-ce que tu as voulu en venir aux mains après ce même combat. Tu n'as pas voulu faire équipe avec moi parce que tu es incapable d'attaquer un homme par derrière et de l'épauler par la suite. Tu as préféré, au lieu de faire ce combat et prouver que tu es le meilleur de tous les temps entre guillemets, m'attaquer de nouveau par derrière, comme il y a six semaines, comme tu sais si bien le faire, comme tu l'as toujours fait, facts. J'ai toujours eu beaucoup de respect pour toi Hunter, mais tu es allé bien trop loin. Je ne te respecte plus désormais. Ce qui rend Ground Zero beaucoup plus intéressant pour moi parce que rien ni personne ni même le respect que j'avais pour toi auparavant ne m'empêcheront de te faire mordre la poussière. Ma vengeance sera terrible. Tu as essayé de m'éliminer il y a six semaines Hunter. Je vais donc t'enlever ce que tu désires le plus au monde : un title shot. Après Ground Zero, tu n'auras jamais le title shot que tu désires tant, crois-moi. Surtout que c'est à cause de toi que je ne suis pas le champ aujourd'hui. Tu vas le payer cher, très cher.



John Cena – Kicking ass, taking names, cashing checks and breakin necks, the real champ...



John Cena – ... is here !

Trish Stratus aurait bien aimé poser une dernière question mais John Cena vient de s'effacer. Triple H, plaide coupable si tu ne veux pas que John Cena te tombe dessus.
avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:10

Booker T – Let's go for some action, dawgs. Wade Barrett va faire face à Vladimir Kozlov, dans un No Disqualification match. Ils ont intérêt à faire honneur à la stipulation.

Bill DeMott – On a offert à ces deux pédales l'occasion de nous impressionner en ne leur imposant aucune règle, durant leur combat. Ils ont intérêt à m'impressionner !

Booker T – Qu'est-ce que tu veux dire par "impressionner", Bill ?

Bill DeMott – J'veux dire par impressionner, qu'on leur a donné l'occasion de niquer la gueule de l'autre, alors ils ont pas intérêt à cogner comme des gonzesses !

Booker T – Oh yeah, that's gonna be great, suckas' !



Bill DeMott – Tu vois ce visage, Booker ? Ce visage, il nous dit "j'attends qu'une seule chose et c'est de péter la tronche de mon adversaire". Ce petit, il en veut et moi, j'aime ça.

Booker T – Rappelons tout de même que la semaine dernière, à Cold, Kozlov s'est fait attaquer par Barrett, d'où ce match et sa stipulation.

Bill DeMott – J'ai laissé l'anglaise détruire Kozlov, ouais. Et ce soir, j'offre l'opportunité à ce dernier de se venger, without any fuckin' rules !

» FIGHT ! «
Kozlov ne lâche pas le titantron du regard, il est prêt à bondir sur son adversaire. Il veut se venger, et ça se sent. Est-ce que j'ai oublié l'entrée de Barrett ? Absolument pas, parce que ce dernier arrive tout simplement par le public ! Il saute par-dessus la rembarre de sécurité, chaise à la main, monte sur le ring et envoie un énorme coup dans le dos de Kozlov ! Ce dernier s'effondre au sol, mais Wade ne s'arrête pas, il le tabasse complètement à l'aide de la chaise, c'est une avalanche de coups ! Barrett balance ensuite la chaise et tente le tombé, un, deux, dégagement de Kozlov. Wade attrape la tête de son adversaire et lui envoie plusieurs droites au visage pour le maintenir au sol, il descend ensuite du ring et va chercher sous le ring... une table ! Il a bien l'attention de profiter un maximum de la stipulation, le britannique. Il place la table dans un coin et va envoyer un big boot à Ko-... évité ! Wade essaye de se rattraper en se balançant dans les cordes et en arrivant à toute vitesse vers son adversaire, mais il est accueilli par un puissant headbutt ! Barrett se relève à l'aide des cordes, se retourne mais reçoit un big boot dans la gueule ! Kozlov relève ensuite son adversaire et le place en position de belly to belly suplex, devant la table, qui est toujours contre le coin. Et c'est parti pour la bell-... kick to the gut suivi d'un powerbomb sur la table ! Wade Barrett a renversé la situation en une fraction de seconde.

Bill DeMott – Cette danseuse a beau avoir commencé le combat comme un lâche, il a bien compris ce qu'on attendait de lui.

Booker T – Une chaise abîmée, une table cassée et deux opposants exténués, j'vais te dire quelque chose Bill, les bordels comme ça, ça me manquait.

Wade Barrett a mis hors d'état de nuire son adversaire, pour au moins quelques bonnes minutes, et il en profite donc pour récupérer. Il effectue ensuite le tombé, l'arbitre compte un, l'arbitre compte deux, mais l'arbitre ne comptera pas trois, parce que Kozlov a posé son pied sur la corde ! Le Russe n'a toujours pas abandonné. Wade Barrett se relève et attrape son adversaire par la tête... clothesline de Kozlov ! Barrett n'a rien vu venir, il se remet debout, mais se mange une seconde clothesline ! Et jamais deux sans trois, voici la troisième clothesline ! Barrett se relève une cinquième fois de suite, sans vraiment savoir où il se trouve, Kozlov le prend en position pour son Iron Curtain, il s'élance... renversé en DD-... non, Kozlov maintient Barrett dans les airs avec une force incroyable et il renverse le DDT en surpassement ! Wade Barrett passe par-dessus la troisième corde et s'écrase lourdement au sol ! Mais malgré la douleur, Barrett profite de cette position pour s'emparer discrètement de quelque chose sous le ring. Kozlov passe entre la deuxième et la troisième corde pour chercher son adversaire, mais il a à peine le temps de passer sa tête qu'il reçoit un coup de poing américain en plein visage ! Barrett remonte sur le ring, soulève son opposant sur ses épaules et effectue son Wasteland, suivi du tombé, un, deux et trois. Victoire de Big Wade Barrett au dépend de Vladimir Kozlov.



Bill DeMott – C'est une victoire méritée de l'anglaise. Maintenant, il va falloir confirmer durant les prochaines semaines et ça, c'est le plus dur à faire.

Booker T – Vladimir Kozlov s'est tout de même bien défendu. Il a sans doute lui aussi un bel avenir devant lui dans cette fédération s'il ne se perd pas en route.

Bill DeMott – Je n'ai pas de salive à gaspiller pour les perdants. On passe à la suite du show.
avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:11

Passons maintenant à la suite de notre programme avec un certain Mister Anderson qui est dans le ring de l'AWC. Mister Anderson reste là, sans rien dire, écoutant les mouches volés.



Alors que tout le monde se demande ce qu'il va bien pouvoir se passer cette semaine dans ce nouveau numéro de masterchef, le légendaire microphone de Mister Anderson descend du toit de l'arène tout doucement, vintage Anderson.



Mister Anderson – ♪ Comme si je n'existais pas, elle est passée a côté de moi. Sans un regard, reine de Saba, j'ai dit, Aicha, prends, tout est pour toi. Voici, les perles, les bijoux. Aussi, l'or autour de ton cou. Les fruits bien mûrs au goût de miel. Ma vie, Aicha, si tu m'aimes. J'irai où ton souffle nous mène. Dans les pays d'ivoire et d'ébène. J'effacerai tes larmes, tes peines. Rien n'est trop beau pour une si belle. Aicha, Aicha, écoute-moi. Aicha, Aicha, t'en va pas. Aicha, Aicha, regarde-moi. Aicha, Aicha... ♪ Ramène-toi.

Les désirs de Mister Anderson sont des ordres. Une femme sort de l'obscurité et rejoint Mister Anderson dans le ring de l'Attitude Wrestling Corporation. Cette femme est clairement d'origine musulmane, appelons-la Aicha.

Mister Anderson – Mesdames et messieurs, je vous présente Aicha, fille d'Abou Bakr, née à La Mecque. Salam alikoum Aicha. Aicha, j'ai quelques questions à te poser... Es-tu musulmane ?

Aicha – Oui.

Mister Anderson – Donc tu fais, toi-aussi, le ramadan ?

Le rama-what ?

Aicha – Oui.

Mister Anderson – Donc tu ne manges pas, tu ne bois pas, tu ne fumes pas et tu ne baises pas, c'est exact ?

Aicha – Oui.

Mister Anderson – J'ai une question à te poser Aicha de la Mecque. Est-ce que c'est vrai que les femmes comme toi se préservent sexuellement pour leur mari et pour le mariage ?

Aicha – Nous restons pures, c'est exact.

Mister Anderson – Et qu'en est-il de la sodomie ? Loin de moi l'envie de foutre le bordel parmi les tiens, mais je tiens quand même à préciser que j'ai rencontré une algérienne dans ma jeunesse et cette coquine ne m'a certes pas offert sa petite fleur mais la boîte à caca, si.

Aicha – Je ne...



Mister Anderson – Ne te donne pas la peine de répondre, nous connaissons tous la réponse à cette question. Toutes des salopes, que ça soit ici ou ailleurs. Whatever. Si tu es ici ce soir Aicha, c'est pour te proposer un marché honnête. La nuit est tombée et tu as donc techniquement le droit de manger quelque chose. C'est pourquoi est-ce que je suis passé derrière les fourneaux pour te préparer un bon vieux hamburger comme personne ne sait les faire. Je vois que tu as la peau sur les os, que tu es asséchée et que tu sembles avoir faim puisque tu es aussi pâle qu'une américaine. Si je peux me permettre, je trouve quand même que cette histoire de ramadan est contraire aux droits de l'homme, c'est de la torture, c'est inhumain, c'est une aberration. Prends donc un verre de coca, et goûte-moi cet hamburger maison.

Aicha prend une gorgée de coca-cola et ne perd pas une seconde de plus, elle prend l'hamburger dans sa bouche et en mange la moitié en deux crocs. Aicha semble avoir un orgasme culinaire mais quelque chose l'interpelle. Elle repose le burger, devient toute verte et reprend son micro.

Aicha – Qu'est-ce... qu'est-ce que c'est ?



Mister Anderson – C'EST DU POOOOOOORC !

Aicha tombe dans les pommes, Herb Dean passe par là pour déclarer le KO technique.

Mister Anderson – Dans quelques minutes, cette jeune femme se réveillera et elle ira très bien. Allah ne viendra pas la châtier pour ses pêchés tout comme personne ne lui reprochera ce qu'il vient de se passer. Allah n'existe pas. Et si Allah existe, qu'il vienne se frotter à mon escalope de porc ! Depuis le 11 septembre 2001, l'Amérique refuse toute forme de laïcité à juste cause. L'Attitude Wrestling Corporation, en conséquence, refusera elle aussi toute forme de laïcité. Ce n'est pas un jeune homme d'origine américaine à la base, s'ayant renommer Abdallah Tarver, qui fera changer les moeurs. C'est à cause de gars comme lui qu'il y a dix ans, nous avons vécus une tragique journée dans notre histoire. Débarrassons-nous des gens comme lui, et des gens comme eux. Dans deux semaines mesdames et messieurs, l'Attitude Wrestling Corporation présentera Ground Zero, le 11 septembre 2011 très exactement, dix ans après les attentats qui ont fait je vous le rappelle 2976 victimes et plus de 6000 blessés. Dans deux semaines, je rendrai notre nation fière puisque dans deux semaines, c'est à notre tour de frapper fort ces personnes-là. Dans deux semaines, je nous débarrasse d'Abdallah Tarver une bonne fois pour toute. Il sera, le 20ème et dernier pirate de l'air tué au combat. Je vous demande maintenant, de respecter une minute de silence. Que dieu bénisse nos compatriotes tombés au combat, que dieu pisse sur la tombe de Mahomet et que dieu bénisse l'Amérique.



Silence radio dans la salle puisque tous les fans, qui écoutent les mouches voler, ainsi que le personnel de l'Attitude Wrestling Corporation sont en train de respecter une minute de silence en hommage à ceux tués il y a dix ans dans les attentats les plus meurtriers de l'histoire. Mister Anderson donne rendez-vous à Abdallah Tarver pour Ground Zero, Tarver qui sera sur le retour puisque le rama-what prend bientôt fin.
avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:11

Booker T – Dans deux semaines, c'est Ground Zero exactement, et on peut à présent dire que Mister Anderson rencontrera Abdallah Tarver dans un match qui risque de faire des étincelles.

Bill DeMott – On risque de retrouver un nouveau Tarver après toutes ces attaques de la part de Mister Anderson. C'est du trash-talking comme on aime, et c'est ça qui rend les choses intéressantes. Mister Anderson, on aurait dû l'engager pendant qu'on faisait notre émission, il te builde tout un match de pay-per-view à lui tout seul.

Booker T – It is now time to play the Game, dogz.



Bill DeMott – Triple H va-t-il lutter ce soir ? Son adversaire, on ne peut pas faire mieux en terme de rookie puisqu'il s'agit d'Orlando Colon, un cousin de Carlito et de Primo. Il est bon de noter que contrairement à ses deux cousins, lui, il a décidé d'utiliser son vrai nom.

Booker T – Excuse-moi de te couper Bill mais Triple H vient de s'emparer d'un micro. Il a très certainement quelque chose à nous dire, alors écoutons.



Triple H – Que quelqu'un dise à ce gosse de retirer ce sourire niais de sa face avant que je lui fasse avaler ses molaires. Je pensais avoir été clair auprès de la direction de l'Attitude Wrestling Corporation la semaine dernière en disant que je ne voulais plus affronter de gars qui n'étaient pas de mon calibre mais cette même direction a décidé de me donner cette mouche en guise de préparation à Ground Zero, dans deux semaines. Je vais quand même faire ce match d'exhibition histoire de garder la forme mais sachez que cela ne me réjouit pas une seule seconde. En ce qui concerne John Cena et ses accusations, je n'en ai que faire. Si John Cena a besoin de croire que je suis le responsable pour se donner la motivation nécessaire de fouler le même ring que moi, qu'il se fasse plaisir et qu'il croit dur comme fer à ses conneries. I don't care.

Bill DeMott – Triple H jette son micro et retire son t-shirt, le combat va pouvoir commencer. Est-ce que Triple H est réellement coupable ? On n'en sait rien pour le moment et on s'en fout parce que pour le moment, c'est fight time.

» FIGHT ! «
Orlando Colon saute sur Triple H et commence à lui donner des coups alors que Triple H ne semblait pas encore prêt. Flowing DDT de la part d'Orlando Colon qui couvre tout de suite Triple H. 1, 2, dégagement. Triple H se relève, rouge comme une tomate et calme son adversaire avec une solide droite au visage. Orlando Colon ne lâche rien pour autant, après avoir mis un genou à terre, il se jette pour le Swinging neckbreaker. Il tente à nouveau de couvrir son adversaire, 1, 2, dégagement encore une fois. Triple H sort du ring et reprend ses esprits sous les huées du public. Orlando Colon tire sur une corde pour se projeter dessus, Springboard moonsault sur un Triple H qui n'a rien vu venir. Orlando Colon remonte dans le ring et demande à l'arbitre de commencer le décompte à l'extérieur. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, et Triple H remonte dans le ring juste à temps. Orlando Colon ne lâche rien et se lance vers Triple H qui répond enfin avec son Spinning spinebuster. Triple H tente d'en finir. 1, 2, dégagement d'Orlando Colon. Triple H prend les jambes d'Orlando Colon et essaie de lui porter le Figure four leglock. Orlando Colon repousse Triple H qui en tombe dans un coin. Orlando Colon place son Orlando's Magic - Swinging leg hook Samoan Drop, Triple H n'a pas compris ce qu'il vient de lui arriver. Orlando Colon se couche sur Triple H, 1, 2, 3. Orlando Colon commence à sautiller dans tous les sens mais l'arbitre lui montre le pied de Triple H dans les cordes. Le match n'est pas terminé. Orlando Colon relève Triple H, mais le Game lui répond avec le Facebreaker knee smash. Orlando Colon est sonné. Triple H donne un coup de pied dans l'abdomen de son adversaire et enchaîne avec le Pedigree au centre du ring. Triple H couvre Orlando Colon. One, two, three, victoire nette et sans bavure de Triple H.

Booker T – Game over.

Le match vient de se terminer mais un autre combat commence tout aussi rapidement puisque John Cena débarque dans le ring de l'Attitude Wrestling Corporation. Triple H n'a rien vu venir et en moins d'une seconde, voilà que le Game se retrouve dans de sales draps.



Attitude Adjustment, Attitude Adjustment, Attitude Adjustment ! Oui, au cas où vous ne l'auriez pas encore compris, John Cena vient de porter son Attitude Adjustment sur Triple H, deux semaines avant leur confrontation de Ground Zero. John Cena quitte le ring et retourne en coulisses sans même se retourner. Ground Zero, ça a déjà commencé. Triple H, lui, est toujours inconscient au centre du ring alors que le ton vient de nouveau de monter d'un cran entre John Cena et Triple H. It's payback time.



Booker T – L'attitude de Triple H vient d'être réajuster, dogz.

Bill DeMott – John Cena vient de lancer un message très clair à son adversaire de Ground Zero, the Game. Je suis impatient de voir ce combat, impatient de voir cette putain de confrontation. Les deux hommes se pourrissent la vie depuis maintenant un mois, ils vont enfin en finir, dans deux semaines, et nous Booker, nous, nous y serons !
avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:12

D'ici quelques secondes, Edge affrontera en compagnie de Lita le tandem composé de Gregory Helms et Velvet Sky, mais pour l'heure nous allons retrouver en direct de sa loge l'homme qui a lancé un défi officiel à Edge la semaine dernière, Claudio Castagnoli. Mais pour l'heure, c'est un logo qui s'affiche sur nos écrans.



Claudio Castagnoli – Bonjour à tous et bienvenue au double C. Qu'est-ce que le double C ? Simple, très simple. Il s'agit du Claudio's Café. Mais avant toute chose, je voudrais me présenter pour ceux qui ne savent pas encore qui je suis. Bonsoir à toutes et à tous, petits et grands, Suisses ou Américains. Je suis Claudio Castagnoli, de la Suisse naturellement.

Claudio apparait enfin à l'écran, faisant les cents pas de gauche à droite. Voilà qui semble inaugurer le tout premier Claudio's Café de l'histoire de l'AWC.

Claudio Castagnoli – Comme vous l'aurez remarqué, pour cette première édition je serai mon propre invité. Pourquoi ? Parce que j'estime que certaines choses doivent s'expliquer, et que je me dois d'expliquer certaines choses. En effet, peu de monde ici sait qui je suis et ce que j'ai pu faire dans le passé, et ce Claudio's Café va réparer tout cela. Je ne vais pas faire une biographie de moi, mais sachez seulement que j'étais l'un des lutteurs les plus prisés du circuit indépendant et que j'ai plusieurs fois refusé de rejoindre la WWE. Oui, cela pourra en étonner certains, mais je ne suis pas qu'un simple petit Suisse qui est arrivé pour tenir la jupe de Goldust.

Claudio souffle, c'est toujours utile avant de reprendre la parole.

Claudio Castagnoli – Je mérite beaucoup mieux que de servir de manageur à un travesti faisant honte à cette discipline qui est la lutte prefesionnelle.

Son discours est de la plus haute importance, il se doit d'être parfait.



Claudio Castagnoli – Je mérite mieux que ça, et voilà ce qui explique mon intervention la semaine dernière. Je suis un excellent lutteur, et j'ai pensé que percer en équipe avec Goldust était un bon moyen pour faire mes gammes ici, mais je me suis trompé. Je ne peux me fier à personne, je suis le seul en qui je peux compter ici pour réussir. Goldust confondait ring de lutte et club échangiste, and that made me absolutely sick ! Je suis dans cette fédération pour me montrer, pour réussir et pour passer un échelon dans ma carrière. Je n'ai pas de temps à perdre avec des séances de dragues ridicules. J'ai perdu bien trop de temps, et je vais rectifier cela dès ce soir, en remportant mon premier combat individuel ici, dès mon premier combat en solo, et en Main-Event qui puis est.

Qui peut se targuer d'avoir débuter à l'AWC directement en Main-Event ? Silver ? Bon okay, personne n'est parfait, pas même moi, hein. Claudio, lui, s'approche de cette perfection.

Claudio Castagnoli – Et je me ferai définitivement connaitre aux yeux des fans de lutte le soir de Ground Zero, lorsque je serai face à Edge dans le ring. Le destin ne frappera pas à ma porte, je dois le provoquer, et c'est ce qui est arrivé la semaine dernière avec ce défi. Ce défi qui va non seulement me permettre de percer ici, mais également permettre à Edge d'avoir un combat sain, où les coups-bas n'auront pas lieux. Mais je lui offre également, à travers ce défi, un vrai show-stealer. 'Cuz that's what I am, a freakin show-stealer and you can be damn sure, at Ground Zero, I will steal the spotlight, steal the victory from Edge's hands and, I will steal his slut for a victory night with the most money makin' man in the history of this business.

??? – Les chauves, c'est pas mon truc.

Claudio tourne la tête et aperçoit la merveilleuse Lita masser les épaules d'Edge qui vient de suivre toute la scène sur le pas de la porte de la loge de Claudio.



Edge – Joli discours, je me suis assoupi qu'à la deuxième reprise.

Claudio Castagnoli – Tu n'as pas un match à préparer, Edge ? Je t'ai offert la possibilité d'avoir un vrai match à Ground Zero, tu ferais bien de ne pas me sous-estimer et mieux encore, de me remercier pour ce que j'ai fait pour toi et ta copine.

Edge – Je devrais te remercier ?

Claudio Castagnoli – C'est exactement ce que je viens de dire.

Edge – Alors laisse-moi être clair avec toi, le Suisse. Je n'ai personne à remercier ici ou ailleurs. Tu as pris la place de Goldust ? Fine, I don't care. Peu importe le combat que je dois avoir, peu importe la motivation de chacun, la seule chose qui m'importe c'est la victoire qu'il y a au bout. Je me moque de la qualité du combat, et je me moque que se soit toi ou Goldust. Pour moi, vous êtes pareil, deux imbéciles qui se prennent pour ce qu'ils ne sont pas. Si quelqu'un doit remercier l'autre ici, ça devrait être toi. Tu devrais me remercier pour t'offrir ce combat face à moi, pour te donner l'opportunité de briller un peu. Tu devrais me remercier de te faire sortir de l'ombre, no-name.

Tout ceci ne semble pas avoir vraiment plu à Claudio qui stoppe Edge dans son élan en le pointant du doigt, Hulk Hogan's style, attention.



Claudio Castagnoli – Hold on a second, Edge. Laisse-moi te rappeler comment je me nomme. Je suis Claudio Castagnoli, de la Suisse naturellement, pas un no-name qui vient du désert du Texas.

Edge – Que tu viennes du Texas ou de la Suisse, pour moi c'est la même merde. Tu n'es personne ici, ta carrière n'existe pas face à la mienne. Tu as encore beaucoup de choses à apprendre. Et tu peux être fier de dire que la première leçon que tu vas recevoir, elle sera classée X.

Lita – See you later, Claudio.

Lita fait un petit clin d'oeil à Castagnoli avant de partir en compagnie d'Edge. Comment interpréter ce clin d'oeil ? Aucune idée, et Claudio s'en moque, il enrage d'avoir vu son premièr talk-show interrompu de cette manière, et on peut le comprendre.
avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:12

Bill DeMott – Booker, c'est quoi le prochain combat, j'ai envie d'un combat agréable à regarder, pas de deux merdes ne sachant pas se taper dessus.

Booker T – On va avoir le droit à un Tag Team Mixed Match

Bill DeMott – Ah, Velvet Sky face à Lita.



Booker T – Enfin, sans oublier leur coéquipier respectif soit Gregory Helms et Edge.

Bill DeMott – Sur le papier y a du bon, enfin avec toutes les tarlouzes que cette fédération compte, on est jamais à l‘abri d‘un mauvais combat, et ça pourrait être le cas maintenant.



Booker T – Bill, y a quand même du suspense. Les Dudleys ont déclaré la guerre aux champions par équipes, et à mon avis, ils se pourraient que ça en chie rapidement.

Bill DeMott – S'ils ont une paire de couilles les Dudleys, ils pointeront le bout de leur nez. Maintenant est-ce qu'ils le feront ? Il est plus facile de parler que d'avoir des couilles.



Bill DeMott – Oh putain, qu‘est-ce qu‘il vient nous faire chier celui-là ? On l‘avait presque oublié dans l‘affaire ce satané petit suisse.

Booker T – Il ne semble pas s‘approcher davantage, il observera le combat depuis la rampe d‘accès au ring, ainsi soit-il.

» FIGHT ! «
C‘est donc sous le regard de Claudio Castagnoli que le combat démarre. Ce sont les hommes qui commencent, très vite relayé par les femmes. Edge ayant pris peur suite à un Drop Kick de Greg Helms, préfère laisser la main à Lita. Cette dernière provoque Sky, faut dire que c‘est pas le même genre de lutteuse. Lita prend l‘avantage par sa supériorité technique, mais rapidement Velvet Sky montre quels a des capacités et met à terre Lita avec une puissante Clothesline. Le combat entre les deux femmes est équilibrée, et les hommes reviennent dans le ring pour un nouvel échange. Combat équilibré au début, mais qui peu à peu tourne à l‘avantage de Gregory Helms et Velvet Sky. The Rated-R Superstar pensait avoir pris un avantage considérable suite à un Edge-O-Matic mais il n‘en fut rien. The AWC Tag Team Champion a vite remis les pendules à l‘heure avec un énorme Yakuza Kick. La fin du combat voit Lita tenter un Tornado DDT sur Velvet Sky mais cette dernière la repousser par-dessus la troisième corde alors que les hommes sont les lutteurs légaux. Lita chute lourdement en dehors du ring et surpris Edge laisse Helms concrétiser son avantage et claque son Shining Wizard pour la victoire.

Bill DeMott – Victoire claire, nette et sans bavure. Edge et Lita ont vraiment des choses à revoir, ils n‘étaient pas du tout à la hauteur de l‘équipe adverse qui m‘a plus ou moins surprise.

Booker T – On attendait Gregory Helms à ce niveau, peut-être pas Velvet Sky. Comme quoi, elle a d‘autres qualités autre que son physique.

Bill DeMott – Claudio applaudit la victoire de Helms et Sky, un bel enfoiré et … Merde, c‘est Devon ! DEVON DUDLEY EST LA !!



Le membre des Dudleys Boys vient d’enjamber la barrière de sécurité séparant les fans du ring et il plonge sous la première corde sous une explosion du public, suffisait qu'un ancien de l'ECW se pointe pour qu'ils explosent tous de joie. Ils les avaient prévenu que ça serait la guerre, ils ne vont pas leur laisser une minute de répit. La guerre est déclarée ! Devon plonge sur Gregory Helms et ce dernier, surpris et fatigué par son combat, se fait plaquer au sol. Devon déclenche de puissantes droites dans la face à Helms qui se protège comme il peut. Le public exulte, l'ancien membre de l'ECW est en forme et ça leur plaît. Gregory Helms est seul face à Devon Dudley et doit subir son courroux qui risque de laisser des traces sur son visage.

Booker T – Il faut arrêter le massacre... Velvet ??!!

La petite amie de Gregory Helms remonte dans le ring... Une chaise en main ! Et elle l’abat sur le dos de Devon. Ce dernier lâche un cri mais il se redresse. Velvet va y passer de nouveau. Devon s’approche de la blonde... CHAIR SHOT ! Rassemblant tout son courage, Velvet Sky écrase la chaise sur le crâne de Devon Dudley qui tombe à genou. Il est KO, il est inconscient et Velvet Sky arme une nouvelle fois la chaise... Second Chair Shot !! Devon tombe au sol, mais il veut se redresser. Velvet Sky a lâché l’arme et Devon se relève malgré le sang qui coule de son front ouvert. Sky se réfugie dans un coin, mais elle est bloquée. Devon lève le poing... Coup de chaise dans le dos. Gregory Helms est de retour. Devon se tord de douleur et... CHAIR SHOT !! Troisième coup de chaise dans la face de Devon qui s’écroule net. Gregory Helms a plus de force que Velvet Sky et se coup là vient de le sécher.



Devon Dudley est en sang au sol alors que Gregory Helms brandit sa chaise en main avant de partir vite fait avec sa petite amie sous les huées du public. Le public s'énerve à la vue de Helms et Sky qui s'en sortent. La première bataille en tout cas est remportée par Helms !

avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:13

La toute première décision de Bill en tant que personne en charge de la soirée, c'est d'avoir organisé une interview avec le ministère des ténèbres pour obtenir des réponses à toutes les questions que nous nous posons. Et l'heure de cette interview est venue. Trish Stratus est devant la loge du ministère, et ne semble pas très rassurée.



Trish Stratus – Pas de souci, tout va très bien se passer. Tu en as déjà vu d'autres, Trish.

Alors que Stratus est sur le point de frapper à la porte, cette dernière s'ouvre et Michelle McCool en sort, comme si elle avait tout prévue.

Michelle McCool – Trish, je ne suis même pas étonnée de te voir écouter aux portes.

Trish Stratus – J'étais venue frapper à la porte pour l'interview, rien de plus. Tu es seule ?

Michelle McCool – Je n'ai pas besoin d'une fanfare pour répondre aux questions d'une cruche.

Trish Stratus – Ne commence pas à me provoquer, ça pourrait mal se terminer. Je ne suis pas là pour vous ennuyer, je fais juste mon job, et je voulais savoir si tu étais seule.

Michelle se met à rire, alors qu'il n'y a pourtant pas de quoi.



Michelle McCool – Tu sais ce qui est si drôle, Trish ? A chaque fois que je croise ta route, tu me rappelles toujours que tu es la gentille petite fille qui obéit bien sagement à ce qu'on lui demande de faire. Je trouve ça amusant, car malgré l'image que tu veux donner, tu restes quand même la petite chienne qui fait remuer la queue et qui tire la langue pour obéir à ses maîtres.

Trish Stratus – Je viens de me faire les ongles, je voudrais éviter de les abimer en mettant ma main dans ton jolie petit visage de poupée barbie manipulée. Contentons-nous de faire cette interview, ça ira mieux pour tout le monde.

Michelle McCool – Tu as raison, essayons de te rendre utile. Je vais même profiter du fait que tu sois tout juste bonne à tenir un micro tendu pour faire une annonce importante. Moi, Michelle McCool, duchesse du ministère des ténèbres, je suis dorénavant le porte-parole de notre groupe. Tout ce qui pourra se dire, ça sortira de ma bouche. Mais je suis également chargée de la communication du groupe, et à présent si vous voulez interroger n'importe quel ministre, de Kevin Thorn à Paul Bearer, tout devra passer par moi. Prends ceci en note, Trish, à partir de maintenant, tout passe par moi, la duchesse des ténèbres.

Trish Stratus – Au moins je n'aurais pas à sentir l'haleine de dragon de ton mari.

Michelle McCool – Sois plus respectueuse avec l'Undertaker, car l'Enfer ressemblera à une maison de repos à côté de ce que tu pourras subir de ses propres mains si tu lui manques de respect.

Trish Stratus – Tout comme Stone Cold Steve Austin ?

Michelle se lèche les lèvres, le sujet abordé semble être quelque chose qui lui plait.



Michelle McCool – Tout comme ce cher Stone Cold Steve Austin, oui.

Trish Stratus – Dis-moi en plus. Comment va-t-il ? Où est-il ?

Michelle McCool – Pour dire vrai, il est en vie. Je dois dire qu'il est même impressionnant de résistance, et ce malgré ce qu'il a du subir après une semaine. Sois rassurée, il tiens le coup, il est en bonne santé, et toujours aussi arrogant. Il est juste un peu plus agressif que d'habitude, le manque d'alcool, certainement.

Trish Stratus – Qu'est-ce que vous attendez de lui ? Libérez-le !

Michelle McCool – Ne t'inquiète pas, on ne compte pas le garder. Non, on compte même le ramener ce soir, sur le ring Oui, nous allons le ramener au milieu de son ring avant que le show ne se termine. Ne me remercie pas, courtoisie de la ministre des ténèbres.

Trish Stratus – Je ne comprends pas. Pourquoi est-ce que vous faites tout ça ?

Michelle McCool – Pour nous amuser.

La réponse de Michelle a le don d'énerver Trish qui baisse son micro et s'approche de Michelle. Les deux femmes s'échangent plusieurs noms d'oiseaux avant que Michelle ne repousse Trish violemment. La Canadienne est sur le point de répondre, mais elle est violemment chargée par Ariel qui la pousse au sol avant de la ruer de coups.



McCool regarde la scène avec amusement et rentre tranquillement dans sa loge alors que Kevin Thorn vient prêter main forte à sa chère et tendre pour frapper Trish qui, une fois encore, ne peut que se recroqueviller pour parer les coups comme elle peut. Ariel et Thorn relèvent Stratus et après l'avoir giflée, Ariel la projette violemment contre une poubelle. Kevin Thorn, lui, attrape une chaise qui trainait dans le coin et la balance sur Stratus. Nos deux vampires se mettent à rire mais déchantent rapidement lorsqu'ils aperçoivent Andy Leavine arriver en courant, une barre de fer dans la main. Les deux membres du ministère préfèrent éviter la collision et fuient alors qu'Andy se précipite vers Trish pour la libérer des décombres.


Andy Leavine – Trish, c'est moi Andy, ça va aller, tout va bien.

Andy libère Trish et l'aide à se relever. La sept fois championne féminine ne semble pas trop touchée malgré tout, cela fait mal sur le coup mais ça va. Elle prend même le temps de se recoiffer légèrement, c'est pour dire. Andy, lui, enrage de ne pas avoir pu intervenir plus tôt.



Andy Leavine – Ils ne paient rien pour attendre.

Trish Stratus – Ne t'inquiète pas pour ça.

Après une tape amicale sur le dos d'Andy, Trish quitte le couloir, certainement pour rentrer dans sa loge. Andy, lui, a un combat à livrer, une bataille de titans même.
avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:14

Booker T – Ma parole, ses suckas' n'ont toujours pas retenu la leçon et continuent de s'attaquer à Trish. Il va falloir que cela cesse rapidement, Bill.

Bill DeMott – Kevin Thorn et Ariel continuent de jouer les malins avec des attaques par derrières, mais le jour où on va leur tomber dessus, ils regretteront ce qu'ils ont pu faire, crois-moi.

Booker T – Espérons quand même que ces attaques cessent au plus vite, parce que ça me donne envie de botter des culs. Mais passons à un tout autre sujet parce que le prochain match est une bataille entre deux colosses.

Bill DeMott – Effectivement Booker, notre protégé, que nous avons nous même formé, Andy Leavine, va se retrouver face à l'Irlandais Sheamus. Autant dire immédiatement qu'on risque d'avoir un combat très rugueux.



Booker T – Oui, rugueux mais qui pourrait également servir aux deux hommes pour s'établir enfin comme des valeurs sûres de cette fédération. Chaque match est important, mais celui-ci encore plus. Quand deux colosses s'affrontent, il ne peut y avoir qu'un seul gagnant.

Bill DeMott – Tout à fait, dans ce monde il n'y a pas de place pour tout le monde et si on veut que cette place nous revienne, il faut se montrer plus fort que la concurrence. Et c'est justement ce que nous propose ce combat, ce soir.

Booker T – Au moins, toi et moi on est sûr de ne pas être en concurrence aux commentaires.

Bill DeMott – Ah oui, et pourquoi tu penses ça ?



Booker T – Parce que toi tu es gras et que moi j'ai un corps parfaitement formé.

Bill DeMott – Ah, j'pensais que c'était parce que toi t'étais un immigré noir et moi un blanc.

» FIGHT ! «
DING DING DING ! La cloche sonne et le combat tourne aussi tôt à la bagarre de rue. Les deux hommes oublient rapidement qu'il s'agit d'un match de lutte et ce, malgré les tentatives de l'arbitre de remettre de l'ordre dans tout ce chantier. Sheamus et Andy échangent droites, gauches, coups de coudes, coups de boules, coups de genoux, et coups de pieds en tout genre dans le seul but de prendre un avantage, en frappant n'importe où, pour faire le plus mal possible. A ce petit jeu, le brawling du Celtic Warrior est supérieur à celui de Silent Rage et lui permet donc de prendre l'avantage dans ce combat, enchainant Backbreaker et autres Bodyslam. La tentative de retour d'Andy est rapidement avortée par une énorme Clothesline qui manque de décrocher la tête d'Andy. Ce dernier subit donc la loi de Sheamus mais revient quand même dans la partie en esquivant une tentative de Brogue Kick qui termine dans les cordes. Andy profite de la position et porte notamment un superbe Neckbreaker sur son adversaire. Les deux hommes ayant subit beaucoup de dégâts pendant ce combat, ils ne se relèvent qu'au compte de huit du referee et alors que chacun tente de terminer le combat, Andy est le plus prompt en portant son Runnin' Big Boot et ainsi empocher une difficile victoire.

Booker T – On peut dire ce que l'on veut Bill, mais ce jeune garçon a vraiment été bien formé et chaque semaine il nous prouve encore un peu plus qu'il est le futur de ce business et de cette compagnie. Cette victoire était loin d'être simple à empocher, mais il l'a fait !

Bill DeMott – Il a surtout montré une incroyable force de caractère car il a été dominé une grande partie de la rencontre mais il a su revenir dans la partie pour s'imposer et ainsi améliorer son ratio ici. Andy peut à présent prétendre à deve-...

Booker T – Hold on a damn second, look at this Bill !

Ce qui arrive, ce n'est rien d'autre que Kevin Thorn et Ariel. Les deux vampires semblent une fois encore décidé à s'en prendre à ce pauvre Andy après son combat. Profitant de son état de fatigue avancé dû au difficile combat qu'il vient d'avoir, Thorn couche rapidement Andy avec un énorme DDT avant qu'Ariel ne lui donne des coups de talons dans le ventre. Une fois encore, Andy ne peut rien faire et est victime d'un monstrueux beatdown. A la table des commentateurs, on semble décidé à intervenir, Booker T a d'ailleurs déjà retiré son casque et semble prêt à sauter sur le ring. A moins que quelqu'un d'autre ne le fasse avant lui...



TRISH STRATUS ! La belle Canadienne, qui a elle même été agressée par Kevin Thorn et Ariel il y a quelques minutes vient prêter main forte à Andy, qui lui a sauvé la mise lors de cette fameuse attaque. Trish vient de porter une Clothesline sur Ariel et esquive une droite de Kevin Thorn pour lui porter un low-blow. Thorn tombe rapidement à terre, même les vampires ont des bijoux de famille visiblement. Ce dernier est rapidement tiré en dehors du ring par Ariel et les deux vampires remontent rapidement la rampe d'accès pour éviter de voir à nouveau Trish ou Andy leur mettre la main dessus. D'ailleurs, sur le ring, un arbitre est même en train de ceinturer Trish pour l'empêcher de descendre du ring pour leur botter le cul. Elle est déchainée la blonde, elle en veut et le referee a bien du mal à la retenir.



Finalement, c'est même ce bon vieux Andy, qui vient de se remettre sur ses deux pieds, qui vient calmer une Trish qui est aussi chaude que les soirs d'orgies. Elle est tellement chaude qu'elle demande un micro, car visiblement elle a des choses sur le coeur qu'elle doit dire.


Trish Stratus – Tout ça a assez duré. Vous vous en prenez lâchement à Andy et à moi depuis trop longtemps. Vous voulez vous en prendre à nous ? Fine, voilà ce que je vous propose. Dans deux semaines, lors du Pay Per View, vous nous affronterez Andy et moi sur le ring dans un Tag Team Mixed Match. And you're gonna get Stratufied.

Les choses ont été dites, et qu'elles plaisent ou non, qu'importe les risques que cela comporte, Trish Stratus fera équipe avec Andy Leavine pour régler leurs comptes avec Kevin Thorn et Ariel.
avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:15

Alors que Trish Stratus et Andy Leavine ont repoussé Kevin Thorn et Ariel, on se retrouve dans le parking, avec The Corporation Champion, Alberto Del Rio. Ce dernier grimpe à bord de sa magnifique voiture, il se prépare à emprunter le couloir qui va le mener au centre de l’arène quand soudainement, les deux membres du service de l’immigration lui tombe dessus.



Agent K – Alberto Del Rio, cette fois, tu ne t’échapperas pas.

Alberto Del Rio – No ! Usted no puede embarcarme, tengo un combate, soy campeón. Suelte !

Agent J Tu t’en sors bien ce soir clandestin. On a reçu des ordres de plus haut de notre service de l’immigration. Ta demande a été étudiée et tu as une grande chance.

Agent K – Oh oui, tu as vraiment une grande chance, on était prêt à t’embarquer dès qu’on te croisait mais il faut croire que tu t’en sors pas trop mal. T’as reçu une rallonge, et crois moi, t’as intérêt d’en profiter car quand ce délai sera arrivé à son terme, ça sera fini.

Alberto Del Rio – J’ai jusqu’à quand pour pouvoir apporter mon certificat de travail désormais ?

Agent K – C’est drôle, au soir du onze Septembre de l'année civile en cours, on ramènera un clandestin chez lui, sacré coïncidence. Je crois même que c'est la plus grande coïncidence de toute ma grande et glorieuse carrière d'agent d'immigration.

Alberto Del Rio – Au soir de Ground Zero alors. Il me reste juste deux semaines alors.

Agent J Deux semaines encore, et après ça, il en sera fini de ton immigration clandestine. T’iras voir tes amis mexicains, tu leur raconteras qu’on ne rentre pas comme ça aux Etats-Unis.

Alberto Del Rio – C’est ça, alors à dans deux semaines. Et d'ici là, j'aurai montré que je suis en règle avec mes papiers, j'espère. Laissez-moi maintenant, j’ai un combat qui m’attend.

Les deux agents se regardent et rigolent. Ils sont en position de force. Alberto Del Rio n’a toujours pas réussi à trouver son certificat de travail, et voilà qu’il ne lui reste plus que deux semaines. Autant dire que tout cela semble compliqué pour le mexicain.



Alberto Del Rio – Ce n’est pas possible, j’ai fini de chercher dans les papiers de Stone Cold Steve Austin, mon agent m’a dit qu’il n’avait rien trouvé d’illégal au centre du service de l’immigration. Il y a un vrai problème. Il faut que je me concentre pour mon combat, mais c’est difficile. Deux semaines, je pourrais combattre lors de Ground Zero mais pas plus.

??? – C’est parfait. Tu auras juste le temps de m’offrir ta ceinture en combattant. Je deviendrai champion légalement. Bonne nouvelle Alberto. Tu dois être d’accord avec moi.

Alberto Del Rio se retourne, et tout le monde, lui le premier sait très bien qui vient de lui tomber dessus, Shelton Benjamin. L’apparition de son challengeur ne semble pas vraiment plaire au champion qui a la tête des mauvais jour suite à l’intervention de l’immigration.



Shelton Benjamin – Je suis heureux de savoir que tu as deux semaines de plus pour montrer ta légalité. C’est juste ce qu’il me fallait pour devenir champion sans que tu n’aies à rendre ta ceinture. C’est parfait. Je te battrai et après ça, ce qui t’arriveras ne m’importeras pas. Un nouveau règne de Corporation Champion commencera. C’est mon règne qui commencera. C’est vraiment une bonne nouvelle, aussi bien pour moi que pour toi. Tu pourras perdre ta ceinture sans la rendre sur forfait, on est tous les deux gagnants dans cette histoire.

Alberto Del Rio – Je vais te dire quelque chose Shelton Benjamin. Tu parles un peu trop. Au fond de toi je sais parfaitement que tu me crains, tu espérais que je sois ramener au Mexique pour pouvoir remporter le titre par forfait. Tu as peur de notre combat à Ground Zero. Tu parles trop, Stone Cold Steve Austin t’as choisi car tu avais la bonne attitude. J’en ris, tu viens me parler alors que j’ai des problèmes personnels. Tu essayes de t’engouffrer dans cette faille, ce n’est pas l’attitude du challenger que tu veux te donner. Tu n’es qu’un minable qui tombera de haut, tellement tu penses atteindre des hauteurs incroyable, mais ça ne reste qu’une illusion.

Shelton Benjamin – Alberto, je vois que...

Alberto Del Rio – Cállate ! Lors de Ground Zero, ça sera peut-être mon dernier combat sur le sol américain, mais saches que si c’est le dernier, je partirai la tête haute après t’avoir corrigé comme personne ne l’a jamais fait. Je partirai avec cette ceinture. Jamais tu ne l’auras, tu n’as pas la carrure d’un champion. Lors de Ground Zero, tu cesseras de parler de cette manière. Si tu penses que venir me narguer te donne un avantage psychologique tu te trompes. Je suis dos au mur certes, mais je n’en reste pas moins le champion et je suis toujours supérieur à toi. Tu n’es qu’un oisillon à côté du rapace que je suis.

La métaphore d'Alberto ne semble pas avoir vraiment plu à Shelton qui respire un bon coup pour ne pas s'énerver. Cependant, l'énervement peut aisément se lire sur son visage.



Shelton Benjamin – Alberto, ne t’énerves pas, je vois les choses comme elles viennent, tu ne peux pas le nier, que tu es au bord du gouffre et que...

Alberto Del Rio – Je n’ai pas envie de te parler Shelton. Tu ne m’as peut-être pas vendu la semaine dernière aux membres de l’immigration mais cela ne caches pas ta véritable nature.

Shelton Benjamin – J’ai changé Alberto Del Rio. Tu ne le comprends pas maintenant, mais après notre combat lors de Ground Zero, tu le verras.

Alberto Del Rio – Nous verrons. Mais tu vas devoir m'excuser, j'ai un un combat à gagner. Un prélude de ma prochaine victoire, qui aura lieu dans deux semaines.

The Corporation Champion démarre le moteur de sa voiture et s’engage dans le couloir laissant seul Shelton Benjamin qui a un léger sourire.



Shelton Benjamin – Nous verrons bien qui sera champion.

On peut couper rapidement, car Alberto Del Rio va affronter Chris Jericho dans un instant.
avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:16

Après ces images très perturbantes, on retourne sur le ring où nous retrouvons nos fidèles commentateurs, Booker T et Bill De Mott qui, quoiqu'il advienne, sont toujours en poste.

Booker T – Ce soir Bill, j'ai l'honneur d’accueillir à nos côtés le nouveau Contender au titre Corporation : Shelton Benjamin. Ca va bien ?

Shelton Benjamin – Très bien même Booker. Depuis que j'ai reçu cette récompense pour mon travail et mon talent, je me sens revivre.

Bill DeMott – Enfin, en face, ce sera pas une burne. Alberto del Rio est en grande forme actuellement. A mon avis, tu pars pas favori.

Shelton Benjamin – Merci beaucoup.



Booker T – Jericho a l'air très concentré en rentrant sur ce ring. A mon avis, ce soir, il veut prouver qu'il est encore dans le coup, surtout face au champion.

Bill DeMott – Si tu veux mon avis, il ferait mieux de retourner à sa musique de gueux. Le Rock'N'Roll, c'est de la daube !

Shelton Benjamin – Chris est et restera un lutteur de grand talent. Je le respecte et je pense que ce soir, il pourrait être la surprise du chef.



Bill DeMott – Tiens, il balance des paillettes lui maintenant ! Tu viens de passer favori.

Shelton Benjamin – Merci beaucoup Bill.

Booker T – Alberto semble des plus concentré, surtout s'il lutte devant toi Shelton.

Shelton Benjamin – Qu'il s'occupe de son match.

» FIGHT ! «
Les deux lutteurs s'observent pendant quelques secondes puis Jericho se jette sur son opposant dans une lutte de force. Le mexicain prend le pas sur son adversaire qui enchaine avec un Arm Bar. Del Rio se relève mais est immédiatement renvoyé au sol avec à nouveau un Arm Bar. Au troisième, le champion bloque Jericho et le fait passer par dessus ses hanches avec un Hip Toss et continue à travailler sur le bras du canadien au sol avec une soumission. Jericho s'en defait après quelques minutes. Il se replace sur ses jambes en même temps que Del Rio et le luchador fonce droit sur son adversaire. Ce dernier esquive mais Del Rio revient avec les cordes et porte une Clothesline qui cloue le Canadien au sol. Il tente le tombé mais une seconde au sol, c'est trop peu pour gagner. Alberto relève son adversaire qui contre avec un Headbutt puis enchaine avec un Dropkick qui repousse le mexicain dans les cordes. En forme, Jericho va droit directement sur son adversaire pour le pousser en dehors mais il est arrêté violemment par une droite de Del Rio. Mais Chris ne se laisse pas pour autant faire et balance un Low Dropkick dans le genou du champion qui tombe au sol, à l’extérieur. L'arbitre commence le décompte extérieur. A peine quelque secondes plus tard, Alberto remonte sur l'apron mais Jericho est aux aguets et il balance son Enzuigiri qui renvoi à nouveau le luchador à l’extérieur.



Bill DeMott – En tout cas, c'est rythmé.

Shelton Benjamin – Ça c'est sur, et Alberto a raison de mettre du rythme dans cette rencontre puisque s'il veut gagner à Ground Zero, il devra avoir une condition physique excellente.

Booker T – Et les noirs sont les mieux dôtés, sucka' !

Le combat continue, Jericho est descendu chercher son opposant, lui a donné un petit coup de coude dans le visage et l'a balancé dans le ring. Jericho ne remonte pas directement, il est en train de se disputer avec un spectateur. L'arbitre le rapelle à la realité, il remonte dans le ring. SUPERKICK ! Alberto a attendu le bon moment, a sauté sur ses pieds comme un chat et lorsque Jericho s'est remis debout, il a balancé son coup de pied. Le lutteur mexicain tente à présent le tombé. L'arbitre tape trois fois, c'est la victoire pour le Champion.

Bill DeMott – Il vient de se faire avoir par un coup de pied. C'est presque pire que d'être soumis.

Booker T – Shelton, revient ! Un commentaire d'après-match dawg'.

Bill DeMott – Laisse-le, il va voir sa copine, ils vont faire des enfants et vont vivre heureux.

Shelton vient de monter sur le ring, ceinture Corporation à la main. Il n'a même pas le temps de la proposer à Del Rio que ce dernier l'arrache des mains de son Contender. Visiblement énervé, Alberto en profite même pour pousser violemment son futur adversaire, histoire de l'éloigner de son titre. Pas sûr que ce soit la même chose à Ground Zero. Quoiqu'il en soit, Alberto remonte la rampe d'accès, et comme pour se rassurer un peu plus, il montre bien qu'il a la ceinture de champion en main, et pas Shelton Benjamin.



Alberto, est assuré de conserver encore pour au moins deux semaines sa ceinture. Et nul doute qu'il compte en profiter un maximum, avant peut-être de devoir la céder à Shelton.
avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:16

On se retrouve en backstage pour une interview assez spéciale. C’est simple, y aura pas d’interviewer, juste Homicide devant une caméra et qui souhaite exprimer le plus profond fond de sa pensée devant tout les fans de cette fédération.



Homicide - A tous les fils de pute de ce business, Don Sobchack est réellement lancé dans l'AWC. Vous pouvez commencer à vous pisser dessus, car The Notorious 187 va faire son trou. Non, je suis con, c’est pas un trou que je vais faire, je vais tout déchirer sur mon passage. Ceux qui oseront se dresser face à moi goûteront de mes poings et de … Ma fourchette ! Je ne suis pas un mec commun, je suis un mec dangereux, je suis un enculé venant de la rue. On a pas eu la même éducation, la mienne m’a rendu dangereux comme personne dans ce business. Face à moi, un regard ou une parole de travers se paye cash. Je suis une légende la scène indépendante, j'suis un peu le parrain dans ce business. Beaucoup de lutteurs ici me remercient de les avoir formés, sans moi, jamais ils ne seraient là où ils en sont. Je suis l’un des plus grands noms de ce business. Je suis Homicide, Don Sobchack, The Notorious 187, le lutteur à la fourchette ! Je suis... Jericho ?!

What The Fuck ?! Chris Jericho apparaît dans le champ de la caméra. Un bref coup d'oeil de haut en bas pour dénigrer 'Cide et le roi du bling-bling affiche son légendaire sourire narquois.

Homicide - Tu fais quoi là ? Tu veux voir ma fourchette ?

Chris Jericho – Non merci, j'ai pas faim. Homicide, sans vouloir briser ton rêve, tu es hypocrite. Tu es connu, mais tu n’es rien à côté de moi, Chris Jericho ! Je fais des débuts très bons, meilleurs que les tiens en tout cas. On ne joue pas dans la même cour. Je suis le meilleur dans ce que je fais, et donc, je suis meilleur que toi par définition. Tu parles pour rien dire alors laisses moi dire à tous les hypocrites qui t’écoutent dans l’arène ou derrière leurs téléviseurs qu’ils feraient mieux de me respecter plutôt qu’un loupé comme toi.

Homicide - Va lécher le cul de ta mère et reviens me voir pour me dire quel goût il a. Tu n’es rien Jericho. T’as jamais formé personne, t’es rien dans ce business. Moi je suis respecté et adulé, je suis une vraie icône du wrestling. Je suis... Sheamus ?!

Qu’est-ce qui lui prend encore ? Ah, cette fois c'est l'Irlandais qui se pointe devant le champ de la caméra, comme si chacun avait besoin de prendre son petit morceau de spotlight.



Homicide - Les gars, c’est pas une réunion des fils de pute anonymes. Vous me faîtes chier là, sérieux. J’allais placer ma réplique finale et m'en allez niquer l'autre travelo de Marella et son poet Danielson. Vous abusez et je me retiens de vous briser les noix en deux.

Sheamus - Je vous écoutais déballer vos carrières, vos faits d’armes. On s’en fout. Ce qui compte c’est la force brute, la puissance, et c’est moi qui suis le plus fort. Je suis le plus dangereux. D’un coup de pied dans votre face je vous explose le crâne. Je peux mettre fin à vos carrières d’un clin d’œil. Je suis le plus dangereux de cette compagnie. Je peux détruire n’importe qui. Je suis une force de la nature que personne ne peut égaler et que jamais personne n’égalera.

Chris Jericho – Il est vrai que tu es puissant, mais tu n’es pas le meilleur dans ce que tu fais. Tu ne pourrais que deuxième tout au mieux, derrière moi.

Homicide - Les gars je sais pas si vous allez passer à travers la porte avec une tête gonflée comme ça. Je pense les percer rapidement. On a tous connu la défaite, aucun de nous ne peut ouvrir sa gueule comme vous le faîtes. Moi par contre je peux parler de mon passé en tant que mec qui a formé des jeunes pour en faire devenir des mecs capables de vous bottez le cul.

Sheamus affiche un sourire forcé l'espace d'une demi-seconde, avant de reprendre son sérieux.



Sheamus - Evidemment. Eddie Kingston en est la preuve même.

Chris Jericho – J’approuve totalement. Où est-il ? Ca fait quelques semaines qu’on ne le voit plus. Il a déjà quitté l’AWC. Sacré élève que tu as formé là.

Sheamus - Eddie Kingston était pourtant Hardcore, il n’a fait que de le dire mais après avoir traversé une table c’est fini. Il n’y a plus rien, plus personne. Il n’y a rien d’Hardcore. Je vois juste un élève pitoyable formé par un mentor qui ne vaut pas mieux.

Chris Jericho – Il est fragile. C’est tout. Il est de nature fébrile. Un coup de vent et il se brise.

Homicide - Vous seriez passé à travers cette putain de table vous seriez encore entrain de chialer sur un lit d’hôpital. Kingston, lui, a combattu la semaine qui a suivit, au risque de se blesser davantage. Aucun de vous en aurez été capable. Il est capable de vous niquer tous les deux bandes d’enculés. Il vous baise la gueule comme on vous l’a jamais fait et ça il le fait où il veut, quand il veut. Et pourquoi pas lors de Ground Zero. Vous ouvrez vos gueules, vous croyez en avoir une grosse. Je vous propose Eddie Kingston et Homicide face à vous deux.

Sheamus et Jericho se regardent un instant avant de retourner la tête vers Homicide. Y2J sourit comme à son habitude et après une tape sur l'épaule du Notorious 187, il s'écarte de tout le monde, non sans adresser un dernier petit mot.



Chris Jericho – Ça me va. Vous méritez une correction.

Sheamus - Rien ne me ferait plus plaisir, fella.

Homicide explose de rire et laisse ses deux futurs adversaires. Il a un combat tout de suite. Sheamus et Chris Jericho sont confiants eux aussi.
avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:18

Bill DeMott – Et c'est parti pour un match par équipe !

Booker T – Ce soir deux équipes qu'on pourrait qualifier de patchwork s'affrontent. Bubba Ray et Homicide feront face à la moitié des champions par équipe, Bryan Danielson et Santino Marella.

Bill DeMott – Et après ce que son frère a prit, je te parie mon sandwich jambon beurre fromage saucisson beurre cornichon qu'il va être en rogne.



Booker T – Bryan Danielson et Santino Marella ont l'air de bien s'entendre. C'est rare de voir une équipe d'un soir faire leur entrée ensemble.

Bill DeMott – Ah les lopettes, ils tapent dans les mains des fans avant de monter sur le ring, ils font les gentils, bande de tafioles.

Booker T – Sauf que les fans refusent de taper dans les mains de Santino Marella. Et seulement un petit nombre d'eux le font avec Bryan Danielson.



Booker T – Voici le 187 gangsta', Homicide.

Bill DeMott – Elle est où sa fourchette ? J'ai perdu la mienne.

Booker T – Tu manges ton sandwich avec une fourchette ?

Bill DeMott – Comme ma bouche s'ouvre pas de quarante cinq centimètres, j'suis obligé.



Bill DeMott – Et il est où ton frère hein ? Haha, ça fait du bien d'en voir que trois.

Booker T – Regarde l'excitation dans le regard de Bubba, Bill. Il est heureux d'être ici, dans l'antre qui l'a vu faire ses premiers pas de ce business, l'Hammerstein Ballroom.

Bill DeMott – Le mec à la minerve va prendre la parole. Quand je pense qu'il a failli voir Trish à poil cet arrogant fils de pute consanguin.



Studley Dudley. Well .. Well .. Well .. It is I. I am the peeled banana in your fruitbowl of love. The Quintessential Studdmuffin. Studley, the man whose phone number is on your girlfriend's speed-dial, because she loves the way I do sixty-nine, Dudley.

Bill DeMott – Putain, pourquoi la foule gueule le nom de ce connard ?

Booker T – C'est ici qu'il est devenu célèbre, le Ballroom lui a toujours réservé ce vibrant accueil.

Studley Dudley. And introducing to you. The man who took Velvet Sky up to the sky and crushed her down on a table so hard she thought she just been beat by a truck. For the Hammerstein Ballroom he is Bu... Bu... Bu... BUBBA RAY DUDLEY !

Alors que Studley et Sign Guy quittent le ring, que Danielson et Homicide passent derrière les cordes, la foule chante le nom de Dudley. Au Ballroom, on casse le kayfabe. Au Ballroom, les Dudleys sont chez eux, et ils sont adulés.

» FIGHT ! «
Bubba commence donc avec Santino. L'étalon italien (désolé Rocky Balboa) commence par esquiver les coups de poing de Bubba, mais se fait finalement bloquer dans un coin. Bubba grimpe sur la seconde corde et enchaîne les droites dans la tête de Santino alors que la foule compte les coups de poing en chœur. Arrivé à neuf, Bubba revient sur le tapis du ring et envoi Santino dans le coin opposé, où il n'y a aucune équipe. Santino rebondit, mais esquive ensuite Bubba qui arrivait en courant. Bubba rebondit contre le coin et titube, groggy. Santino en profite, il est en train de préparer son Cobra dans le dos de son adversaire. La foule le hue, elle aime pas les made in Stamford, c'est évident. Bubba se retourne et le bras de Santino fuse, seulement il est esquivé par Bubba qui passe en dessous. A partir de ce moment, le Dudley va s'en donner à cœur joie sur Santino, le dominant pendant près de cinq minutes. Mais Santino va contre une Bubba Bomb en roll up, un, deux, et tr... Nearfall ! Bubba est effaré, et ça laisse le temps à Santino de faire le changement. Danielson est sur le ring en face de Bubba Ray Dudley.



Booker T – Écoute la foule, Bill. Ils crient leur plaisir, Danielson et Bubba Ray Dudley vont se mettre les mains dessus en preview de Ground Zero.

Bill DeMott – Je comprend pas pourquoi ils sont aussi contents ces cons.

Booker T – Bill, tu ne comprends donc pas toute l'atmosphère du Ballroom ? Cette arène a une âme, cette arène vie, tu comprends ?

Bill DeMott – Conneries tout ça.

Danielson envoi ses kicks dans la tête de Bubba qui répond avec des droites. C'est du back and forth, à chaque droite répond un coup de pied, et vice versa. Après une courte minutes, Danielson passe en dessous d'une droite de Bubba et part dans les cordes, il revient, double clothesline ! Les deux hommes sont au sol, séchés par ce coup extrêmement violent. Les deux hommes se mettent à se traîner vers leurs coins respectifs, ça sent le double changement. Bubba fait le changement en même temps que Danielson. Santino entre dans le ring, une expression de colère qui est franchement drôle sur son visage. Il envoi son Cobra dans la tête d'Homicide, mais celui ne fronce pas. Alors que Santino s'est fait mal à la main, Homicide hausse les épaules et met une putain de droite dans le visage de Santino. L'italien se relève immédiatement mais se refait coucher au sol par une droite. Le tueur de flics est tellement chaud qu'il va vers Danielson qui s'est relevé derrière les cordes, droite dans la gueule ! Danielson s'étale comme une merde en dehors du ring, et Homicide va prendre la tête de Santino, il la frappe contre son coin, mais... Blind tag de Bubba ! Le grand frère des Dudleys rentre dans le ring et regarde Homicide. Les deux hommes vont peut être se frapper, ça sent mauvais... Double Cutter ! Double Cutter sur Santino ! Bubba traîne Santino au centre du ring, le tombé et c'est gagné.

Booker T – Belle victoire d'une équipe invraisemblable mais qui semble bien s'entendre.

Bill DeMott – Putain, et pourquoi ces cons du public crient le nom de Dudley ?

Alors que l'auteur du tombé gagnant célèbre, que Santino a mystérieusement disparu en dehors du ring et que Homicide se dirige vers la sortie, un homme qui tient une chaise dans la main suivi d'une blonde apparaissent en haut de la rampe. Gregory Helms et Velvet Sky ! Le petit couple arrive sur le ring, les champions par équipe et Velvet et encerclent Bubba Ray Dudley qui, fatigué après son match, se relève à peine. Helms lève sa chaise, mais Sign Guy est monté sur le ring, derrière lui et retient la chaise. Les deux hommes tirent la chaise, mais Velvet s'y met et envoi le pauvre petit Sign Guy au sol avec un coup de pied dans le ventre. Pendant ce temps, Studley fait signe à Bubba de sortir du ring, mais celui ci ne voit rien. Il est finalement debout, et Danielson est devant lui. Seulement, ne sachant pas quoi faire, Danielson recule, il fait signe qu'il ne veut rien avoir à faire avec ça.

Booker T – Ca va mal aller Bill. C'est du deux contre un, et il y a une chaise. On va assister à une exécution là ! Il faut faire quelque chose, que la sécurité vienne, je sais pas moi !

Helms est revenu envoi un putain de coup de chaise dans le dos de Bubba qui tombe à genoux. Et cette pute de Velvet vient se planter devant lui pour lui mettre une gifle dans la gueule, elle a pas digérer la table celle la. Pourtant, ça, ou les encouragement de la foule, redonne de l'énergie à Bubba qui attrape la blonde par la gorge et se relève. Elle fait moins la maline là, et mais Helms remet ça avec un coup de chaise dans le dos, et un autre. Bubba est sur les genoux et les coudes, alors que Danielson est à deux pas derrière Velvet, ne sachant que faire. Et c'est à ce moment là que la foule devient folle, elle hurle, crie, tape du pied, c'est le bordel.

Bill DeMott – Qu'est ce qui se passe encore ?



DEVON DUDLEY ! Devon s'est remit du coup de chaise de Gregory Helms, plus tôt dans la soirée et débarque en courant à la rescousse de son frère. Danielson, lui, préfère sortir du ring et se tenir juste à côté alors que Devon glisse sous la première corde. Velvet, a les yeux exorbités, mais Devon s'en fiche d'elle, il la pousse négligemment sur le côté et met des putains de coups de poing à Helms. Celui ci recule contre les cordes et envoi un coup de chaise sur la tête de Devon. L'afro américain des Dudleys recule d'un pas, mais sa détermination lui donne des ailes, il arrache la chaise des mains de Helms et la balance en dehors du ring. Alors que Velvet se relève, Bubba en fait de même, cependant Gregory Helms place son knee facecrusher sur Devon qui se refait mettre K.O. Helms est content, il insulte Devon qui gît au sol, mais Bubba le fait se retourner, le plie en deux, le soulève, BUBBA BOMB ! BUBBA BOMB !Gregory Helms est brisé, totalement K.O. Bubba lui est à côté de son frère, lui aussi dans les vapes, et tente de se relever. Velvet veut aller les frapper, mais Danielson intervient enfin en remontant sur le ring. Il lui dit qu'il faut quitter le ring, s'occuper de Helms, de suite. Les deux sortent du ring et aident Helms a tenir debout. Ils commencent à remonter la rampe mais Bubba, allongé sur le ring, fracassé, demande à Studley un micro, et il celui ci le lui donne. Bubba parle d'une petite voix, bien loin de ses éclats habituels, la faute aux coups qu'il a prit et à la fatigue (les points de suspensions, c'est parce qu'il reprend son souffle, m'voyez ?)

Bubba Ray. Vous vous battez plutôt bien pour une bande de gonzesses, ouais... Mais dimanche... Ce putain de dimanche, à Ground Zero, je vous promet la plus grosse raclée de tous les temps. Vous avez commis une première erreur en nous volant nos titres. Une seconde en attaquant notre cousine... Mais ce soir, vous avez fait les cons... La semaine dernière, j'ai dit que c'était la guerre entre nous, mais... La guerre, c'est un mot faible. Dimanche, il n'y aura pas de cessez le feu... Il n'y aura pas de Velvet Sky, pas de Stacy Keibler. Juste vous deux, et la meilleure équipe de tous les temps... Helms, remet toi bien, profite bien de la dernière pipe de ta copine... Dimanche, toi comme Danielson... Vous êtes des hommes morts !



Danielson, le bras de Helms qui traîne les pieds, inanimé tout comme Devon, autour de ses épaules. Un air calme mais déterminé sur le visage, il pointe les frères Dudley du doigt. A Ground Zero, ça sera un putain de massacre.
avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:19

« REMEMBER, SEPTEMBER 11TH 2001. »



« ONE OF THE MOST DEADLIEST ATTACKS OF ALL-TIME. »



« THE STARS AND STRIPES FELL DOWN. »



« BUT ON SEPTEMBER 11TH 2011... »



« WE HAVE A NEW FIGHT. »



« AND EVERYBODY GOES BACK TO... »



« GROUND ZERO. »

avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:20

Booker T – Cette superbe séquence me fait penser que, à l'aube du second pay-per view de l'histoire de l'AWC, nous n'avons pas encore eu l'occasion de remercier toute l'équipe technique qui depuis plus de deux mois maintenant met tout en œuvre pour faire d'Attitude un show exceptionnel. C'est maintenant fait !

Bill DeMott – La meilleure façon de les remercier est de leur donner le summum de la matière brute du catch, comme avec ce main event qui arrive.

Booker T – Et parce que l'Attitude Wrestling Corporation c'est le top à tous les niveaux, dans ce match n'apparait ni Christian, ni the Undertaker.

Bill DeMott – Heureusement pour lui.



Booker T – Claudio Castagnoli ? C'est le gars qui en a eu marre de Goldust et qui a finalement pris sa carrière ici en main. A-t-il la carrure pour bien figurer face à Cena ? Nous on croit que oui.

Bill DeMott – Il a pris ses responsabilités trop tard à mon goût, mais il l'a fait, c'est déjà ça. Maintenant il n'est plus question pour le suisse d'être neutre.

Booker T – Surtout face à un tel adversaire.



Bill DeMott – Qu'Hunter soit dans son ombre, ça ne m'étonnerai pas.

Booker T – Il est clair qu'au vu de son intervention de tout à l'heure, il a tout à craindre de the Game. Encore faut-il que celui-ci soit en état et pour l'heure il n'est pas question d'envisager une hypothétique intervention mais bien un match de wrestling.

Bill DeMott – Mesdames et messieurs, Claudio Castagnoli face à John Cena.

» FIGHT ! «
C'est à un match très physique auquel nous avons droit pour cet événement majeur du huitième épisode d'Attitude. Claudio Castagnoli, relégué au banc de touche depuis son arrivé, ne compte pas laisser passer sa chance et ne laisse pas une seconde de répit au champ. Après avoir pris l'ascendant physiquement sur son adversaire, il lui envoie quelques droites puis une clothesline et tente un tombé en vain. Ça ne suffit pas à faire faiblir sa motivation puisqu'il relève Cena sans même se plaindre à l'arbitre et lui colle un european uppercut qui plaque la marine contre les cordes. Il prend alors son élan et se rue vers Cena mais celui-ci l'esquive, abaisse la corde la plus haute et donc fait chuter le suisse hors du ring. A peine relevé Castagnoli se prend un véritable tacle par dessous la première corde et percute les rambardes placées en ringside. Le very european reste au sol tandis que John se relève péniblement.



Booker T – Il n'a fallu que quelques secondes à Cena pour retourner la situation en sa faveur.

Bill DeMott – On peut dire ce que l'on veut sur ce bonhomme, mais il est sans aucun doute l'un des meilleurs dans ce domaine.

De retour sur le ring, Cena prend l'affaire en main. Il balade Castagnoli à travers le ring en plaçant un bon nombre de coups jusqu'à le faire chuter au centre du ring. Il ne lui en faut pas plus pour ce mettre en position pour son fameux five knuckle shuffleet et faire crier "You can't see me" à quelques uns de ses fans, très peu nombreux ce soir, présents dans la foule. Le reste de la salle le hue mais ça ne l'empêche pas d'effectuer sa prise sans pour autant réussir à faire taper trois fois l'arbitre derrière. Castagnoli se relance en attrapant son opposant par la taille et le faisant percuter l'un des coins du ring. Il s'essaie à un roll-up qui ne surprend que temporairement Cena. Cette fois il décide d'en terminer et chope son adversaire de façon à placer sa tête entre ses jambes. Tout le monde voit venir la ricola bomb mais Cena glisse dans le dos de Claudio et avant même que le mangeur de gruyère n'ait eu le temps de le remarquer l'attrape par le bras puis le place sur son dos pour un attitude adjustment, le deuxième de la soirée, qui lui donne la victoire.



Booker T – Une chose est sûre, champion ou pas Cena nous montre de semaines en semaines qu'il reste l'un des tout meilleurs de ce business.

Bill DeMott – Et à Ground Zero il affrontera le best in this business today. Gros match, presqu'autant que mon ventre, en perceptive.
avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Bill DeMott le Lun 29 Aoû - 21:20

Le Main-Event vient de s'achever et tout le monde regagne les backstages. Les fans commencent à quitter l'arena, mais Bill et Booker, à leur table, ont comme un goût d'inachevé.

Booker T – Bill, on arrive à la fin de la soirée et je ne vois toujours pas la moindre trace de Steve alors qu'il était censé venir sur le ring. Tu penses pas qu'on essaie de nous avoir encore une fois ?

Bill DeMott – J'vais te dire une chose, Booker. Ce soir, je suis en charge du show, par conséquent c'est moi qui décide quand le show touche à sa fin. Et j'peux te dire qu'on rendra pas l'antenne tant qu'on nous aura pas rendu Steve.

Booker T – Et qu'est-ce que tu fais d'USA Network qui est censé présenter RAW juste après ?

Bill DeMott – Rien à foutre de tout ça, moi la seule chose qui compte, c'est de revoir Steve. Et j'peux te dire que les choses vont pas se passer comme ça.

Bill pose son casque sur la table des commentateurs et se lève, demandant un micro. Les fans l'ayant aperçu se mettent à scander son nom.

« BILL ! BILL ! BILL ! »

Bill DeMott – Comme chacun le sait, ce soir c'est moi qui suit en charge du show. Cela signifie donc que c'est moi qui décide quand on doit rendre l'antenne. Et je ne sais pas pour vous, mais je trouve qu'il est encore beaucoup trop tôt pour que l'on se quitte. Vous voyez, plus tôt ce soir, une femme a fait une promesse, celle de nous rendre Stone Cold Steve Austin ce soir, sur ce ring, celui de ses débuts. Et une femme qui ne respecte pas sa promesse, j'appelle ça une pute moi ! Et très franchement, j'aime autant à penser que l'on embauche des personnes dont la parole a un sens. Je laisse donc une dernière chance à Michelle McCool et à toute sa bande de twilight de venir sur ce ring pour nous ramener Steve, sain et sauf.

DeMott reçoit une ovation du Ballroom, et se rassoit sur sa chaise en regardant attentivement le titantron. La foule, elle, se met à frapper des mains, des pieds, des couilles sur la tête de leurs femmes pour certains, et ce dans le seul but d'encourager le ministère des ténèbres à venir.



Voilà qui semble chose faite. L'ambiance est de suite beaucoup plus glaciale et hostile. En effet, en plus des nombreuses huées qui s'échappent des tribunes, c'est toute une bande de druides dans de longues capes noires qui arrivent, suivi quelques secondes après par Paul Bearer, Ariel et Michelle McCool. Kevin Thorn arrivent quelques secondes plus tard, en compagnie de trois autres druides, tenant une croix, celle de l'Undertaker. Et... WAIT A FUCKIN' SECOND !! STONE COLD !!! Austin est cloué sur la croix de l'Undertaker, incroyable !!



La foule se met à huer de plus belle alors que l'Undertaker apparait, pour le moment vêtue d'un long manteau noir, le visage masqué par une sorte de capuche. Kevin Thorn et les druides, eux, mettent en place la croix.


Michelle McCool – Nous y sommes.

Paul Bearer – Oh yesssss !

Michelle McCool – Mesdames et messieurs, je vous souhaite à toutes et à tous la bienvenue pour la cérémonie de couronnement de l'Undertaker et de son ministère des ténèbres à la tête de l'Attitude Wrestling Corporation.

La foule ne sait quoi faire, ni comment réagir. Ont-ils bien entendu ? Bill et Booker, eux aussi, ne semblent pas vraiment quoi faire ni quoi dire, c'est l'incompréhension totale.

Booker T – Putain, t'as entendu ce qu'ils viennent de dire ?!

Bill DeMott – Si tu veux mon avis, cela ne fait que commencer.

Les dires de Michelle McCool ont au moins eu pour effet de faire bouger la vingtaine de druides présents pour accompagner le ministry puisqu'ils viennent se déployer au niveau du ringside, éliminant au passage la sécurité en présence. Quatre druides viennent même se placer face à Bill DeMott et Booker T pour les empêcher d'intervenir. Tout ceci se déroule sous les yeux de l'Undertaker qui prend enfin la parole.



The Undertaker – Austin, ton heure est venue. Il est temps pour toi et ta Corporation de céder la place au Ministry of Darkness. Il est l'heure pour toi d'être crucifier, Austin.

Paul Bearer – Oh yesssss !

Michelle McCool – Que les Enfers soient courtois avec toi, Austin.

« AUSTIN ! AUSTIN ! AUSTIN ! »

La foule a beau se mettre à scander le nom de leur héros, Stone Cold est incapable de parler, car bâillonné, et surtout incapable de bouger. Cette fois, ça sent la fin.

The Undertaker – Cela fait plus de deux mois que je suis à la conquête de cette fédération, et de cette prise de pouvoir. Et après deux mois, je vais enfin réussir. Je vais enfin dominer et prendre le contrôle de cette fédération. Il est temps que les choses changent. Il est temps que le régime Austin cède sa place à un autre régime, plus sombre, plus démoniaque, plus anarchique, plus ténébreux, dirigé par le plus puissant ministère ayant existé, the ministry of darkness.

Michelle McCool – Longue vie au ministère et à l'Undertaker.

Paul Bearer – Oh yesssss !

« FUCK YOU MCCOOL ! FUCK YOU MCCOOL ! FUCK YOU MCCOOL ! »

Michelle McCool – Shut your mouthes !

Les huées redoublent d'intensité, encore une fois. Quelques personnes tentent de franchir les barrières pour s'interposer, mais les druides les calment rapidement en les passant à tabac. L'Hammerstein est en feu, comme chaque soir, mais l'Undertaker, qui vient de retirer son blouson, est sur le point de conclure le rituel.



The Undertaker – Il est l'heure pour nous d'effectuer le rituel, et de passer le flambeau. Il est l'heure pour Stone Cold de périr en enfer. Et si quelqu'un est contre cet acte, qu'il le fasse savoir à présent ou ce taise à jamais.

« BOOOOOOOOOOOH ! »

Visiblement, l'Undertaker ne prête aucune attention au public. Le ministère, lui, approuve et semble impatient de voir le rituel s'exécuter. Les accès en backstages ont été bloqué, personne ne peut se pointer pour exprimer son mécontentement et Bill et Booker ont été privé de micros et de casque, impossible de faire quoique se soit. C'est la fin...

??? – Fuck you, Undertaker !

« YEAAAAAAAAAAAAAH ! »

... Ou presque. La foule explose de joie, un homme descend des travées du Ballroom, en sauveur. Toute la foule se met à scander son nom. Cet homme, c'est...



« CHRISTIAN ! CHRISTIAN ! CHRISTIAN ! »

Christian Cage – Désolé pour le retard, mais on avait bloqué la sortie des toilettes.

Michelle McCool – Qu'est-ce que tu fais là, Cage ?

Christian Cage – Je suis venu vous faire chier.

La foule se met à exploser de joie encore une fois pendant que Christian, qui se fraie toujours un chemin entre les fans tous plus sur-excités les uns que les autres, se rapproche du ringside.



Christian Cage – La plaisanterie est terminée, ce n'est as Halloween. Vous pensez vraiment que vous pouvez arriver comme ça, et prendre le contrôle de la fédération comme si de rien était ? Je n'aime pas Steve, en fait la seule personne que j'apprécie dans la Corporation, c'est Trish. Mais j'ai un match de championnat dans deux semaines, à Ground Zero. Et si vous prenez le contrôle de cette fédération, je peux être sûr que je ne verrai jamais ce titre autour de mes hanches. Et ça, vous voyez, ça m'emmerde. Alors je me suis dis, quitte à me faire exploser la gueule par toute ta petite bande de salope en burqas, autant essayer de le faire pour une bonne cause.

The Undertaker – Je vais t'envoyer six pieds sous terre, Cage !

Christian Cage – Tant mieux, j'pourrais enfin faire la connaissance de ta mère.

« FUCK HIS MOTHER ! FUCK HIS MOTHER ! FUCK HIS MOTHER ! »

Christian affiche un très large sourire, et alors qu'il arrive au niveau des barrières de sécurité, deux druides tentent de l'arrêter. Captain Charisma frappe le premier avec une bonne droite et envoie le second valser contre les escaliers. le Captain passe par dessus la rambarde de sécurité, il vient de franchir les lignes ennemis sous les encouragements des fans qui sont à la limite de l'émeute. Cage élimine un autre druide avant de s'emparer d'une caméra pour l'utiliser comme arme et fracasser la gueule de deux autres druides. Christian est en feu, et alors qu'il remonte la rampe, il se retrouve aux prises avec Kevin Thorn. Un échange de droites commence, à toi, à moi, à toi, à moi, à toi, à moi, à toi, à moi, aucun des deux ne prend l'avantage. Malheureusement pour Christian, il reste encore beaucoup de druides et l'Instant Classic se fait mettre au sol par un druide, après un coup de chaise dans le dos. Christian est à la merci de ses adversaires et se fait ruer de coups sans pouvoir riposter. Il est ramener sur le ring pour recevoir une leçon comme peu en ont reçu.



Rien ne résiste, pas même la magnifique chemise de Cage qui est arrachée sous les coups. Cage se met à pisser le sang, et les coups continuent de pleuvoir. Rien ne semble pouvoir plus empêcher l'Undertaker de... HOLD ON A SECOND !! ANDY LEAVINE !! ANDY LEAVINE IS COMIN' !! Incroyable mais vrai, le gagnant de Tough Enough débarque à son tour par les gradins avec une barre de fer et attaque les druides à son tour. Le bonhomme vient en aide à Christian qui était en bien mauvaise position. Andy se retrouve même confronter à Kevin Thorn et les deux hommes sont à nouveau en train de se matraquer la gueule, sans aucun état d'âmes. Thorn prend cependant une nouvelle fois l'avantage grâce à l'intervention d'Ariel qui frapper Andy avec la même barre de fer qu'il avait apporté. TRISH STRATUS !! L'intervieweuse et sept fois championnes féminines débarque à son tour et saute sur Ariel avec un Lou Thesz Press. Les deux femmes partent en catfight et sont rapidement rejoints par Michelle McCool qui s'en prend également à Trish, c'est un vrai bordel.


« BOOKER T ! BOOKER T ! BOOKER T ! »

Booker T – Bill, on peut pas rester comme ça à rien faire.

Bill DeMott – J'vais te dire une chose, Booker. J'sais pas si on va s'en sortir vivant, mais c'que j'peux te dire, c'est que le fils de pute qui se trouve juste en face de moi avec son haleine de cheval, il va bientôt se retrouver la gueule dans le cul du copain qui me tient l'épaule.

Booker T – On va leur donner une leçon qu'ils ne sont pas prêt d'oublier, sucka'.

BAM !! En se levant plus vite que l'éclair, Bill DeMott vient de choper l'haleine d'un druide pour lui éclater contre la table des commentateurs. Booker T, lui, vient d'en calmer deux avec un putain de Double Axe Kick en plein dans leur gueule. DeMott fait encore mieux en balançant sa chaise de bureau sur le gueule du druide qui lui tenait l'épaule. Booker retire sa veste et sa cravate alors que Bill arrache son putain de t-shirt, et les deux hommes foncent sur le ring. Ils mettent rapidement en pièce trois druides avant d'entamer chacun de leur côté un autre brawl. Tout ceci permet à Christian Cage de reprendre ses esprits et le bonhomme revient dans la course avec un Reverse DDT sur le druide qui s'occupait de Booker T. Ce même Booker T profite ensuite du fait que Christian soit baissé pour balancer un Book-End sur un druide arrivant par derrière. Bill, lui, vient de balancer un Samoan Drop en pleine gueule d'un autre adversaire. A l'extérieur du ring, Trish Stratus vient de repousser Michelle McCool et place son Chick Kick sur Ariel qui valse au delà des barrières de sécurité. Andy Leavine, quant à lui, place un monstrueux Big Boot qui fait passer Thorn également au dessus des barrières.



La sécurité fond comme neige au soleil alors que Christian vient de porter son Unprettier sur un autre druide pendant que Booker T plaçait son célèbre Scissors Kick. L'Undertaker doit réagir rapidement et l'Attitude Champion s'en va récupérer sa femme avant de prendre la poudre d'escampettes pour se mettre bien à l'écart de toute cette bataille. Bill met sur le carreau le dernier druide et fait ensuite redescendre Stone Cold. PUTAIN DE MERDE, AUSTIN EST LIBRE !!


« AUSTIN ! AUSTIN ! AUSTIN ! »

La foule est en feu, et malheureusement pour le druide qui venait de reprendre ses esprits, il va repartir faire un gros dodo parce que Stone Cold vient de lui porter un putain de Stone Cold Stunner en pleine gueule. La Corporation, suivi d'Andy Leavine et un peu plus loin de Christian Cage, se retrouve sur la rampe d'accès pendant que l'Undertaker et Michelle McCool, eux, ont déjà prit leurs distances. Stone Cold a cependant le malheur de tomber sur un micro.

Stone Cold – Vous avez voulu jouer. What ? You wanna a piece of Stone Cold Steve Austin, huh ? What ? Très bien, écoute moi fils de pute. What ? Encule ta mère. What ? Encule ton frère. What ? Encule ton père. What ? Encule ton chien. What ? Et encule bien ta salope de femme. What ? Qu'elle te suce jusqu'à l'os. What ? Parce que dans deux semaines What ? Dans deux semaines What ? Dans deux putains de semaines What ? A Ground Zero What ? J'vais te montrer pourquoi j'dois pas être sevré de bières. What ? Pas une putain de goutte d'alcool pendant une semaine. What ? Et tu vas me le payer, Taker. What ? Et tu sais quoi ? What ? Ta chienne de femme What ? ainsi que tout ton putain de ministère What ? ils iront faire une orgie en Enfer pendant que t'affronteras Christian ! What ? Parce que le ministry of darkness est banni des abords du ring ! What ? Et j'en ai encore une autre. What ? Stone Cold Steve Austin says What ? At Ground Zero What ? l'arbitre du match pour le titre Attitude sera What ? Stone Cold en personne ! What ? And if you wanna see Stone Cold as the special guest referee of this match, gimme a damn motherfuckin' hell yeah !

« HELL YEAAAAAAAAAAAH ! »

La foule en peut plus, ils ont plus de voix, quelle fin de show incroyable, c'était une putain d'orgie comme on aime. Et vous savez quoi ? A côté de ça, les blowjobs de Michelle McCool c'est de la merde en boite. Le thème song d'Austin résonne dans l'arena où l'ambiance est électrique et l'Undertaker a beau montrer sa ceinture de champion, ce soir il s'est fait botter le cul.



Profitez-bien de ce show, montrez-nous qu'après deux mois et demi, l'AWC vous passionne toujours, écrivez-nous votre amour, car c'est la clé du push, bonne rentrée des classes, et nous on se donne rendez-vous le dimanche 11 septembre, pour le second Pay Per View de l'histoire de la fédération, Ground Zero.
avatar
Bill DeMott

Messages : 127
Age : 51

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Attitude #8.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum